Printer Friendly

En guise de conclusion: pour une relecture de nos rituels dans la societe contemporaine.

Ce texte presente les travaux de recherche en cours de Martine Roberge sur la ritualite contemporaine. Dans le contexte actuel d'une ritualite polymorphe et << a la carte >>, ou le besoin rituel des acteurs contemporains occasionne des modifications dans les formes rituelles classiques et traditionnelles, qu'est-ce qui distingue et caracterise les nouvelles pratiques rituelles ? La notion de passage semble la plus feconde pour etudier cette ritualite en redefinition. Ce projet de recherche vise a etudier, dans une perspective comparative, autant les metamorphoses des rites de passage classiques que les nouveaux rites qui s'instituent comme marqueurs de passages individuels, afin d'apprehender les pratiques rituelles contemporaines a partir d'une reflexion theorique sur la notion de passage.

This text presents Martine Roberge's current research on contemporary rituality. In today's context of a multiform and a la carte rituality, where the need for rituality of contemporary agents produces changes in classical and traditional ritual forms, what is distinctive or characteristic of these new ritual practices? The notion of passage seems the most promising for studying this rituality in progress. This research project aims to study, from a comparativist perspective, both the transformations of classical rites of passage and the new emerging rites as markers of individual passages, in order to apprehend contemporary ritual practices from a theoretical reflection on the notion of passage.

Bref etat de la recherche sur la ritualite

La ritualite a fait couler beaucoup d'encre dans les domaines de la sociologie, de l'anthropologie culturelle, de l'ethnologie, des sciences des religions, de la psychosociologie, etc., et ce, depuis la fin du XIXe siecle, debut des grandes theories sur le rite. Une documentation importante structure ce champ d'etudes par des travaux qui ont porte notamment sur la question des rites en rapport avec le sacre (Durkheim), sur l'acte symbolique rituel et l'efficacite des rites (Mauss), sur les rites de passage (le schema tripartite de Van Gennep), sur la structure des rites et leur fonction (modele en cinq sequences de Riviere, 1995 ; phase liminaire de Turner, 1990), sur les rites comme actes d'institution (Bourdieu 1986), sur les rituels festifs et ludiques (la theorie du jeu de Caillois, 1950; Piette 1988). D'autres specialistes se sont interesses a l'etude des transformations des rites de passage classiques (notamment les travaux sur le mariage de Segalen, 1998) ou a l'etude de rites qui investissent d'autres spheres, comme celle du quotidien (les rites d'interaction de Goffman, 1974 ; Zonabend 1986) ou celle du profane (le voyage en avion de Pitt-Rivers, 1986 ; Riviere 1995). Ces nouvelles orientations des etudes conduisaient a une laicisation du rite, mais non a une desacralisation. Qui plus est, la plupart des travaux s'edifiaient autour de la critique des grandes theories sur le rite, entre autres celle sur les rites de passage. Depuis les annees 1990, des auteurs ont propose une lecture plus philosophique et generale du rite. Les travaux sur des rites peu formalises comme les rites de << premieres fois >> (Bozon 1994) amorcent une nouvelle reflexion qui se penche sur la periode de la jeunesse comme periode transitoire qui s'allonge sur le trajet vers l'age adulte. Cette reflexion s'appuie sur la notion emergente de << rite individuel de passage >> (developpee par Le Breton 2002a) qui etudie le rite comme << acte symbolique qui donne a vivre du sens >> (Jeffrey 2003a). Dans cette perspective, le rite s'emancipe de ses formes strictes ; il s'individualise et se privatise, il se loge dans des actes personnalises qui trouvent sens pour l'acteur (Le Breton 2002b) dans la prestation rituelle ou la performance (Arsenault 1999) et qui, toujours, mettent en oeuvre des symboles et des valeurs signifiants au niveau collectif. Le Breton (1991, 2002b) par exemple s'interesse aux conduites a risque des adolescents, ces jeux avec la mort (sports extremes, tatouage excessif, conduite automobile a grande vitesse, etc.), qui prennent la forme de rites plus ou moins << initiatiques >>. En se modernisant, les pratiques rituelles se transforment, mais leurs fonctions demeureraient relativement constantes.

Approche theorique et cadre conceptuel

Que sont les rites devenus ? C'etait le titre d'un dossier paru dans le quotidien Le Devoir a l'ete 2003 dans lequel, deux fois par semaine, des specialistes quebecois se sont interesses a differentes facettes de la ritualite contemporaine et ont tente de soumettre diverses explications aux changements qui semblent de plus en plus visibles. La facon d'interpreter les rituels a longtemps ete impregnee de son rapport etroit avec le sacre et la religion, si bien que les specialistes ont mis du temps a s'interesser a des formes rituelles qui investissent le quotidien et le prive. C'est a partir des annees 1970, du moins au Quebec, qu'une prise de conscience s'amorce sur le fait que les rites de passage classiques (bapteme, mariage, ceremonie funebre) sont en pleine mutation. Le debat prend place autour de la nature des rites et de leur caractere rituel (Gauthier 2003). Pour certains, les formes rituelles actuelles ne seraient que des formes alterees du fait qu'elles ne possedent plus l'ensemble des caracteristiques essentielles a la definition des rites de passage (caractere collectif, obligatoire, structure, fixe, definitif et unique) operant un changement de statut complet, definitif, irreversible et solennel (Van Gennep, Turner, Riviere). Les rites que nous observons aujourd'hui sont polymorphes, reversibles, souples, volontaires et personnalises, resultat de l'individualisation et de la desinstitutionnalisation. A l'instar des chercheurs qui etudient la ritualite contemporaine, notamment les rites individuels de passage (Jeffrey 2003a, Le Breton 2002a, Goguel d'Allondans, Dartiguenave, Bozon, Gendreau, Fellous), je postule que certaines pratiques rituelles, malgre leurs apparences individuelles et leurs motivations personnelles, peuvent avoir la meme signification pour plusieurs individus et que cette signification se trouve au-dela des variantes de forme et de structure, c'est-a-dire qu'elle loge au plan << symbolique >> dans la << quete de sens " et la recherche de << symboles >> (Jeffrey 2003a). Les passages importants dans la vie de l'individu ne sont plus les memes pour tous et ne se vivent plus necessairement au meme age. Cette constatation permet l'etude de nouveaux rites marquant des temps forts de la vie tout en reconnaissant que cette signification peut etre partagee par un groupe d'individus. Par ailleurs, plusieurs de ces rites qui se vivent collectivement ne sont pas porteurs de signification pour tous les individus. Je veux donc etudier ce qui distingue et caracterise ces nouveaux rituels, a quels passages ils font reference, comment ils acquierent une signification pour leurs acteurs et quels sont les symboles, messages ou valeurs vehicules par l'acte rituel.

La notion de << passage >> m'apparait en effet comme une cle pour la comprehension de la ritualite contemporaine. Dans la modernite, que sont devenus les passages de la vie, ces phases-etapes-seuils qui conduisent a des changements importants et sont consideres comme essentiels dans l'evolution des individus ? Micropassages, seuils, multiplications des passages symboliques, eclatement des grands passages : le paradigme du passage oblige a une relecture des rites qui le soulignent (La Soudiere 2000), mais aussi un reperage des nouveaux rites qui se presentent comme tels. Les etudes sur les rites de passage en contexte moderne prennent deux voies : la premiere reprend les criteres de l'irreversibilite, du changement definitif (Riviere 1995, Gendreau), du caractere collectif et du passage comme balise fondamentale du rite (Gauthier 2003). La seconde, qui propose une ritualite plurielle et nuancee, me semble beaucoup plus feconde et plus adaptee a la modernite des societes contemporaines complexes. La periode de la jeunesse, par exemple, qui marque le passage vers l'age adulte et la maturite, ne se fait plus de facon lineaire ou obligatoire pour tous les jeunes. Cette etape est morcelee en plusieurs passages qui sont ou non ritualises selon les individus (le depart de chez les parents, la premiere voiture, le premier emploi, l'entree a l'universite, etc.). Certains vivent plusieurs rites, d'autres peu ; certains s'inventent des rites, s'inspirent de ceux qui existent et les amenagent ; d'autres n'eprouvent pas le besoin de souligner ces etapes. Certains passages constituent des tournants personnels importants, mais ce ne sont pas les memes pour tous. L'etude des bals de finissants et des initiations universitaires (Harvengt 2005) fait porter la reflexion sur le sens de certains rites qui possedent un caractere collectif et qui marquent des passages biographiques individuels. Le rapport au rite varie selon le sens que chaque individu lui donne. Dans cette perspective, les rites entourant la jeunesse -- qui marquent l'entree ou la sortie du milieu scolaire par exemple -- ou encore ceux du milieu du travail, sont susceptibles de porter les traces d'une ritualite en redefinition.

Problematique et objectifs de recherche

Dans le cadre de mon programme de recherche, je vise a developper la problematique des pratiques rituelles contemporaines en prenant comme point de comparaison des rituels classiques en pleine redefinition et comme champ d'observation de nouvelles pratiques rituelles, plus personnalisees, qui tentent de se formaliser en rites collectifs. Ma contribution propose une relecture des pratiques rituelles en revisitant plus precisement la notion de passage, sur laquelle se sont cristallises bon nombre de travaux sur la ritualite. L'interet et l'originalite de ma recherche est double: d'abord examiner ce que sont devenus les rites de passage classiques, puis etudier de nouvelles formes rituelles ou des rites jusqu'ici peu explores. Pour comprendre la signification des passages dans la societe contemporaine, il est necessaire de faire porter la reflexion sur les nouvelles formes rituelles que prennent les rites de passage classiques -- par exemple, le << shower >> de bebe, (litteralement " pluie de cadeaux >> donnes a la maman avant l'arrivee du bebe), les mariages celebres dans un cadre exotique ou encore, les ceremonies d'adieu privees lors d'un deces --, mais aussi d'examiner d'autres rites qui, pour leurs acteurs, marquent un passage important de la vie -- par exemple l'initiation scolaire, le bal de finissant, le depart en retraite, etc. Il s'agit d'une double contribution : theorique par la reflexion autour de la notion de passage au regard de certains rites, et methodologique, par la constitution d'un fonds documentaire important compose de donnees de terrain.

Au Quebec, on observe depuis les annees 1970 que les rites de passage classiques (bapteme, mariage, funerailles) se modernisent pour repondre aux gouts des acteurs contemporains : les rites se personnalisent, on y ajoute des elements intimes (chansons, textes) ; ils se privatisent et se vivent en dehors de la sphere publique ou religieuse (a la maison plutot que dans l'institution) ; ils s'individualisent en prenant autant de formes qu'il y a d'individus. Nous vivons une ritualite plurielle, disponible a la carte et faite de bricolage. Si les acteurs contemporains peuvent choisir entre diverses variantes d'un meme rituel en les amenageant selon leurs preoccupations, le besoin de rituel permetil d'innover en inventant de nouveaux rituels dont le but et la fonction pourraient etre les memes ? Les rites qui marquent les grands passages de l'existence -- la naissance, l'age adulte et la mort -- sont en mutation et cela est plus visible depuis les annees 1990. Nous assistons a un eclatement de ces formes rituelles qui laissent de plus en plus de place a des configurations eparses au gre des trajectoires individuelles. Les passages sont toujours presents dans l'existence des acteurs sociaux, mais ils n'ont plus la meme signification collective. Pour plusieurs, les passages correspondent a des temps forts, des moments importants de la vie que l'acte rituel vient souligner. En marge des trois grands passages classiques, nous pouvons observer une multiplication de micropassages, qui prennent des significations importantes pour les individus, et tout aussi marques de rituels dont on reconnait le caractere collectif. Dans une perspective comparatiste, il s'agit donc d'etudier tant les metamorphoses des rites de passage classiques que les nouveaux rites qui s'instituent comme marqueurs de passages individuels. Le champ d'observation privilegie est celui du Quebec contemporain de la decennie 1996-2006, au cours de laquelle s'est fortement manifestee la prise de conscience des changements de societe amorcee dans les annees 1970.

Ma recherche poursuit trois objectifs principaux: 1) comprendre les pratiques rituelles contemporaines a partir d'une reflexion theorique sur la notion de passage et celle de temps forts, seuils ou moments importants de l'existence ; 2) etudier et analyser des rites contemporains identifies comme marqueurs d'entree, de sortie, d'accueil, d'au revoir, de debut ou de fin d'un cycle ou d'un moment de la vie ; 3) contribuer a l'analyse des changements des rituels contemporains, dans une perspective comparatiste, en constituant un fonds documentaire de donnees nouvelles et uniques par des enquetes orales afin de mieux apprehender ces formes rituelles et permettre d'offrir aux autres chercheurs un lieu tangible d'observation. En effet, la plupart des travaux qui portent sur la ritualite contemporaine ne s'appuient guere sur un travail de terrain approfondi qui permette de decrire et de cartographier le deroulement exact des pratiques rituelles, de sorte que la comprehension des rituels repose sur des presupposes, des approximations ou des explications generales. Plus concretement, un important travail de terrain reste a faire en amont de l'analyse des pratiques rituelles contemporaines afin de combler un vide documentaire, mais aussi parce que cette approche constitue la particularite de l'ethnologie. Ma recherche consiste donc a realiser une enquete de terrain approfondie dans le Quebec contemporain (1996-2006) sur des rituels -- identifies comme marquant un passage (temps fort) dans la vie des individus -- et des passages lies a la vie privee, au milieu scolaire et au milieu du travail, qui permettra de constituer un corpus d'entrevues comprenant des donnees originales sur les pratiques rituelles contemporaines et qui sera mis a la disposition de chercheurs, tant dans le champ de l'ethnologie, de la sociologie que de l'anthropologie culturelle.

L'approche methodologique

Ma recherche repose sur une observation des pratiques rituelles contemporaines. Pour rendre compte des pratiques, il faut d'abord les decrire, suivre le deroulement des rites, degager leur structure, mais aussi retracer << l'experience rituelle >> aupres de ceux et celles qui la vivent. La singularite et la perception individuelle sont au coeur de la demarche ethnologique de terrain. Cette demarche s'articule en deux temps : la collecte des donnees et leur analyse. Le projet prevoit la realisation d'une enquete orale sur les rites contemporains composee d'une centaine d'entrevues et de temoignages. Un tel echantillon correspond aux normes habituelles dans le domaine de l'ethnologie pour rendre compte de la diversite des pratiques rituelles, mais permet aussi de degager des constantes dans les trajectoires individuelles. Le projet couvre la periode 1996-2006 afin d'etudier la transformation des rites sur une decennie, laquelle foisonne de diverses pratiques rituelles chez tous les groupes d'age et s'est averee propice a l'emergence de nouvelles formes rituelles qui s'inspirent parfois de pratiques plus classiques. L'enquete se deroulera principalement en milieu urbain et peripherique urbain (banlieue) afin d'etudier des donnees provenant d'espaces sociaux semblables. En effet, la realite de territoires plus eloignes des centres peut modeliser, jusqu'a un certain point, les pratiques rituelles, par exemple chez les jeunes. Quebec et sa region sont privilegies car ce territoire offre un espace diversifie pour aborder les rites retenus. La selection des temoins se fera par le biais d'une coupe par reseau et les donnees provenant des femmes et des hommes seront equilibrees. Les categories d'age ne sont pas un critere de selection, mais seront prises en compte dans l'analyse des pratiques rituelles.

En plus des balises spatio-temporelles qui fixent le cadre de la recherche, je prevois me limiter principalement a l'etude des rites suivants qui marquent un passage : rites classiques de passage (bapteme, mariage, funerailles) et leurs formes actuelles ou derivees (par exemple << le shower de bebe >>, l'entree en menage avec pendaison de cremaillere, les ceremonies d'adieu aux defunts qui se font en dehors du cadre religieux, etc.) ; rites d'entree et de sortie du milieu scolaire (par exemple l'initiation ou l'activite d'integration, le bal de finissants, la journee de bienvenue, la remise des diplomes) et du milieu du travail (par exemple l'accueil des nouveaux employes, le depart en retraite). Pour comprendre le sens des rites ou le sens d'un refus de rites dans les experiences individuelles, il n'est pas exclu qu'une meme personne puisse temoigner de plusieurs rituels dont l'experience se serait produite entre 1996 et 2006, ceci afin d'enrichir le corpus documentaire et la perspective comparatiste. Mais un participant peut aussi etre retenu pour son temoignage unique sur un rite particulier. Il ne s'agit donc pas d'une etude de l'evolution des rites ou de l'experience rituelle vecue par un temoin tout au long de sa vie, ce qui pourrait faire l'objet d'un autre projet.

Le mode de collecte procedera par entrevues semi-directives, menees a l'aide de schemas d'entrevue, dans une formule souple. Les dimensions abordees en entrevue porteront sur le deroulement descriptif et complet du rite et sa signification pour le temoin. Aucun modele d'analyse n'est privilegie si ce n'est le cadre general de la recherche qualitative qui repose sur l'analyse descriptive, structurelle, comparative et interpretative des donnees en sciences humaines et sociales. Par ailleurs, la notion de passage est celle qui semble la plus feconde pour etudier la ritualite contemporaine. Quels sont les criteres qui definissent un passage dans l'experience des temoins ? Y a-t-il des passages communs qui sont lies a un groupe d'age ? Ces passages ont-ils des caracteristiques semblables, sur le plan de la forme et de la structure ? C'est donc a partir de cette notion que l'interpretation des pratiques rituelles recensees se fera afin de degager le sens individuel et collectif des rites observes.

Voila donc le programme de recherche que je me suis fixe pour les prochaines annees afin d'approfondir une reflexion sur la nouvelle ritualite contemporaine qui est en pleine redefinition. Le XXIe siecle nous plonge dans cet eclatement des rites ou tout peut etre reinvente : bapteme sans pretre, ceremonie de bienvenue a la vie dans une cour arriere de banlieue, mariage sur une plage ou en parachute, adieu au defunt en solitaire, fiancailles sans mariage, etc. Que sont devenus nos rituels et que nous disent-ils ? Seule une recherche aupres des acteurs de ces nouveaux rites peut nous eclairer sur ces questions.

References

Arsenault, Daniel (dir.), 1999, << Presentation : Rites et pouvoir. Perspectives anthropologiques et archeologiques >>. Anthropologie et societes 23 (1): 5-19.

Bourdieu, Pierre, 1986, << Les rites comme actes d'institution >>. Dans Pierre Centlivres et Jacques Hainard (dir.), Les rites de passage aujourd'hui. Actes du colloque de Neuchatel 1981. Lausanne, L'Age d'homme : 206-215.

Bozon, Michel, 1994, << Des rites de passage aux premieres fois. Socio-ethnologie des rites de la jeunesse en France >>. Dans Anne-Marie Desdouits et Laurier Turgeon (dir.), Ethnologies francophones de l'Amerique et d'ailleurs. Quebec, Les Presses de l'Universite Laval : 187-196.

Caillois, Roger, 1991 [1950], L'homme et le sacre. Paris, Gallimard.

Dartiguenave, Jean-Yves, 2001, Rites et ritualite. Essai sur l'alteration semantique de la ritualite. Paris, L'Harmattan.

Durkheim, Emile, 1998, Les formes elementaires de la vie religieuse. Paris, Presses Universitaires de France.

Fellous, Michele, 2001, A la recherche de nouveaux rites. Rites de passage et modernite avancee. Paris, L'Harmattan.

Gauthier, Madeleine, 2003, << A quoi se reconnait un couple ? >>. Le Devoir, mercredi 20 aout, A7.

Gendreau, Joel, 1998, L'adolescence et ses rites de passage. Paris, Desclee de Brouwer.

Goffman, Erving, 1974, Les rites d'interaction. Paris, Les editions de Minuit.

Goguel d'Allondans, Thierry, 2002, Rites de passage, rites d'initiation. Lecture d'Arnold Van Gennep. Quebec, Les Presses de l'Universite Laval.

Harvengt, David, 2005, Le faste et la farce. Les rituels contemporains en milieu scolaire. Universite Laval, these de doctorat en ethnologie.

Jeffrey, Denis, 2003a, Eloge des rituels, Quebec, Les Presses de l'Universite Laval.

--, 2003b, << Le bal de fin d'annee. La fete de l'amitie >>. Le Soleil, samedi 6 juin, D2

--, 1998, Jouissance du sacre. Religion et postmodernite, Paris, Armand Colin.

La Soudiere, Martin de, 2000, << Le paradigme du passage >>. Communications 70 : 5-31.

Le Breton, David, 2002a, Signes d'identites. Tatouages, piercings et autres marques corporelles. Paris, Metailie.

--, 2002b, Conduites a risque. Des jeux de mort au jeu de vivre. Paris, Presses universitaires de France.

--, 1991, Passions du risque. Paris, Metailie.

Mauss, Marcel, 1950, Sociologie et anthropologie. Paris, Presses universitaires de France.

Piette, Albert, 1988, Les jeux de la fete. Paris, Publications de la Sorbonne.

Pitt-Rivers, Julian, 1986, << Un rite de passage de la societe moderne : le voyage aerien >>. Dans Pierre Centlivres et Jacques Hainard (dir.), Les rites de passage aujourd'hui. Actes du colloque de Neuchatel 1981. Lausanne, L'Age d'homme : 115-130.

Riviere, Claude, 1995, Les rites profanes, Paris, Presses Universitaires de France.

--, 1996, << Pour une theorie du quotidien ritualise >>. Ethnologie francaise, XXVI, << La ritualisation du quotidien >>, p. 229-238.

--, 1997, << Structures et contre-structure dans les rites profanes >>, dans Monique Segre dir., Mythes, rites, symboles dans la societe contemporaine, Paris, L'Harmattan : 99-122.

Segalen, Martine, 1998, Rites et rituels contemporains. Paris, Editions Nathan.

Turner, Victor W., 1990, Le phenomene rituel. Structure et contre structure. Paris, PUF.

Van Gennep, Arnold, 1969 [1909], Les rites de passage. Paris, Mouton.

Zonabend, Francoise, 1986, << Rites et vie quotidienne >>. Dans Pierre Centlivres et Jacques Hainard (dir.), Les rites de passage aujourd'hui. Actes du colloque de Neuchatel 1981. Lausanne, L'Age d'homme: 179-181.

Martine Roberge

Universite Laval

(1.) Cet article fait etat de mes travaux de recherche en cours sur la ritualite contemporaine. Le texte s'inspire de mon programme scientifique de recherche presente a l'organisme subventionnaire du CRSH.
COPYRIGHT 2006 Ethnologies
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2006 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Title Annotation:anthropological research on rites in contemporary Quebecois society
Author:Roberge, Martine
Publication:Ethnologies
Article Type:Critical essay
Geographic Code:1CQUE
Date:Sep 22, 2006
Words:3455
Previous Article:Not in the hardware aisle, please: same-sex marriage, anti-gay activism and my fabulous gay wedding.
Next Article:Forever Barbie: The Unauthorized Biography of a Real Doll.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters