Printer Friendly

En chomage saisonnier, Lahcen s'en remet a la generosite des gens.

Casablanca -

Assis a meme le trottoir, adosse au mur les genoux sous le menton et les bras croises ceinturant ses tibias comme pour eviter que ses membres inferieurs ne s'allongent pour occuper plus d'espace, son grand chapeau multicolore enfonce sur la tete, Lahcen croupit, comme l'eau au fond d'une mare, dans l'inactivite forcee en ce mois de Ramadan.

Celui qui ne passait jamais inapercu grace a sa robe d'un rouge eclatant parsemee de coupelles de cuivre et sa "tarazza" (chapeau de paille recouvert de laines rouge, jaune et verte) tout en faisant sonner sa cloche pour attirer les "assoiffes" en quete d'eau rafraichissante, semble endormi, anesthesie, son outre en peau de chevre ornee de pieces de monnaies anciennes et "degonflee" etalee a ses pieds sur le carrelage.

Sans qualification professionnelle et moissonneur de son etat dans la region de Jem Mtal (Doukkala), il etait pousse au chomage, commencait a tourner en rond et a deperir a pratiquement ne rien faire face a l'avancee des tracteurs de plus en plus utilises lors des moissons.

Sur insistance de son frere aEne, il descend a Casablanca pour se voir ainsi 'inoculer'' le virus de la guerba 'pour gagner ton pain'', persista son frere en lui montrant l'outre en peau de chevre. "Avec le jeune, nous nous remettons a la bonte des gens", explique ce porteur d'eau qui, a sa maniere, animait a longueur de journee surtout en temps de chaleurs les espaces oE il y a foule avec une predilection pour la place des Nations Unies dans le centre-ville reamenagee et reappropriee, depuis peu, par les promeneurs.

Un peu plus de six ans apres de son "debarquement" dans la metropole, l'outre lui colle a la peau. A l'entame de chaque journee de labeur, Lahcen rend grace a Dieu avant d'enfiler son "rouge du travail" pour etre gratifie des faveurs du Misericordieux.

Cet arret force fait que sa journee devient longue comme un jour sans pain. Juste avant les prieres d'Al Ich et Tarawih, Lahcen s'installe sur son nouveau 'lieu du travail'' a quelques metres de la sortie d'une mosquee amenagee dans une Kissariat sur le Bd de la Resistance et ce, dans l'esperance de susciter la solidarite et la generosite des gens.

Jusqu'a la veille de ce mois, trimbalant son attirail, il "concurrencait" par sa clochette, le new "Guerrab" casablancais ultra moderne, le tramway, sur cet espace amenage, renove et pietonnise de sept hectares entre l'ancienne medina et les batiments extra-muros de cette place et du Bd Mohammed V, un livre a ciel ouvert de l'architecture art deco de la premiere moitie du XXe siecle avec l'accumulation de facades d'immeubles richement decorees.

Avec ses timbales en cuivre jaune scintillant ou en terre cuite, il se retient par pudeur, peut-etre extreme gentillesse, d'harceler les passants sur cette place bondee et bien exposee au soleil mais offrait, a ses compatriotes comme aux touristes, ses gobelets d'eau desalterante avec un gout d'huile de cade, sans toutefois aller jusqu'a leur mettre la tasse sous la gorge. Il ecoulait le contenu de son outre, deux fois par jour, sans manquer, a leur demande, quelques photos avec des visiteurs etrangers 'mais de moins en moins'', regrette-t-il.

Sans aller jusqu'a faire la manche en tendant la main aux passants, Lahcen, la quarantaine bien revolue, s'en remet a la generosite des passants pour compenser les pertes seches, indemniser ce chomage saisonnier, ne levant sa tete que pour gratifier son bienfaiteur 'Allah Yakhlef fi had nhar Al moubarak'' (que Dieu vous le rend en ce jour beni).

"Hamdou Allah (Louange a Dieu), meme vide, la guerba me rapporte dans les quarante dirhams, de quoi me suffire pour vivre au jour le jour", dit-il avec philosophie et un brin de tristesse dans la voix comme desole de ne plus gagner son pain a la sueur de son front.

'En ce mois de clemence, les marocains sont plus genereux. Pas de revenus reguliers, cela depend de l'altruisme des gens et des jours'', affirmant, entre deux reconnaissances a l'adresse de passants magnanimes, qu'il n'en est pas 'encore reduit a la mendicite'' et surtout n'en fait pas une profession. Question de fierte.

Ses outils de travail, exposes bien visiblement, sont la pour etayer ses dires de simple chomeur saisonnier, comme un solide alibi pour se disculper, aux yeux des ames charitables, de l'exercice de mendicite.

Samedi soir, il retrouvera, le temps d'un match amical de football (Raja Casablanca-Mouloudia d'Alger), du c ur a l'ouvrage en rodant avec sa guerba du cote du complexe sportif Mohammed V pour hydrater une partie de ceux qui vont chanter a plein gosier avec la perspective d'une meilleure recette, si, toutefois, les fans sont combles par le resultat.

2013 Maghreb Arabe Presse. Tous droits reserves.

Provided by Syndigate.info an Albawaba.com company
COPYRIGHT 2013 Al Bawaba (Middle East) Ltd.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2013 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Agence Maghreb Arabe Presse (MAP)
Date:Jul 26, 2013
Words:792
Previous Article:La BAD accorde au Maroc un pret et deux dons d'un montant global de 1,308 milliard de DH.
Next Article:La rentree scolaire 2013-2014 debutera le 11 septembre.

Terms of use | Copyright © 2017 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters