Printer Friendly

Eine unbekannt gebliebene Schrift Philipp Johann von Strahlenbergs.

Es mag durchaus kein Mangel an Publikationen zu Leben and Schaffen Ph. J. v. Strahlenbergs (1677 (1)-1747) bestehen. (2) In einer Vielzahl von Darstellungen zur ural-altaischen Theorie, ebenso wie in forschungs-geschichtlichen Beitragen und biographischen Skizzen scheinen Leben und Werk des Geographen (resp. Kartographen), Gelegenheits-Historikers und--Ethnographen erschopfend behandelt und seine Leistungen auf verschiedenen Gebieten dem Laien wie den Vertretern der von den Forschungen des ungewohnlichen Gelehrten beruhrten Bereichen ebenso bekannt, wie die nicht wenigen Schwchen seines 1730 erschienenen Hauptwerkes ,,Das Nord--und Ostliche Theil von Europa und Asia ...". Und dennoch halt v. Strahlenbergs Leben, wie auch sein Werk selbst, noch nach rund drei Jahrhunderten so manche Uberraschung fur die angesprochenen Vertreter der verschiedensten Disziplinen bereit. So wurde dem Verfasser dieser Miszelle vor dem gemeinsam mit M. Olmez besorgten Neudruck der englischen Ubersetzung des Hauptwerkes v. Strahlenbergs, (3) zu welchem ersterer einen Uberblick uber Leben und Werk des schwedischen Offiziers und Sibirienreisenden beigesteuert hatte, unterbreitet, dasz sich hier wohl kaum Neues wird finden lassen und nachdem die Kollegen eines Besseren belehrt worden waren, von einigen in dem dann folgenden voreiligen Lob festgestellt, dasz nun alles vorbildlich aufbereitet sei. Tatsachlich jedoch sind Leben und Schaffen v. Strahlenbergs noch immer weit davon entfernt, ,,erschopfend" behandelt zu sein--sofern so etwas wie eine erschopfende Behandlung denn uberhaupt denkbar ist. So soll denn auch der vorliegende kleine Beitrag nur verdeutlichen, wie viel hier noch zu tun ist und welch ausgedehnte Arbeiten noch der Erledigung harren.

In der zu v. Strahlenberg bestehenden Literatur wird, von nur wenigen Ausnahmen abgesehen, angenommen, dasz selbiger nur drei Arbeiten verfaszt habe: neben dem bereits erwahnten Hauptwerk ,,Das Nord--und Ostliche Theil von Europa und Asia ... ", (4) zum einen eine erste genaue Karte Zentralasiens und Nordeurasiens (5) und zum anderen eine mit ausfuhrlichen Kommentaren versehene Ubersetzung der ,,Geschichte der Mongolen und Tataren" des Herrschers von Qoqand Abu-'l-Gazi Bahadur Han, die heute bis auf einer auf v. Strahlenbergs Arbeit beruhenden franzosischen Ubersetzung des Werkes, (6) als verloren gilt. (7) Dasz v. Strahlenberg zudem einen ,,Vorbericht eines zum Druck verfertigten Werckes von der grossen Tartarey und dem Konigreiche Sibirien" verfaszt hat, (8) war offenkundig den wenigsten Autoren, die sich zu Leben und Schaffen des Sibirienreisenden geauszert haben, bekannt--und noch wenigere haben diesen auch gelesen. Das mag vor allem in dem Umstand der auszerst geringen Verbreitung dieses ,,Vorberichts" begrundet liegen. Einem Miszstand, dem nun durch einen Neudruck dieser Schrift im Anhang zu dem oben erwahnten Reprint (der englischen Fassung) des Hauptwerkes abgeholfen wurde. Bei grundlicher Lekture dieses ,,Vorberichts" jedoch trifft der Leser auf den folgenden Hinweis v. Strahlenbergs in dem auf eine weitere, bislang unbekannt gebliebene Schrift des Sibirienreisenden verwiesen wird: (9) ,,Denn es ist fast kein Volcklein darinnen, so mir nicht einiger massen nach denen einheimischen, alten und frembden Nahmen bekant seyn solte, fristet mit Gott das Leben und die Gesundheit, werde kunfftig hinauch solche zu verbessern bedacht seyn, wie imgleichen das ans Licht erschienene Tractatlein l'etat present de la Bucharie a Cologne 1722 welches mich erinnere, einem gewissen Officirer in der Gefangenschafft negligemment aus dem Kopffe dictiret zu haben, so er mit einem kleinen Zusatz von der Lebens Manieren der Mahomedischen Bucharen embelliret hat". Dasz diese 47 pp. umfassende Darstellung der ,,Bucharei" zu Beginn des 18. Jahrhunderts (10) der Strahlenbergforschung bislang ganzlich unbekannt geblieben ist, erklart sich wohl--abgesehen davon, dasz sich in dem anonym erschienenen ,,Tractat" selbst kein Hinweis auf v. Strahlenberg findet--vor allem aus dem oben angesprochenen Umstand, der sehr geringen Verbreitung des ,,Vorberichts". Den Verfassern der wenigen Arbeiten, in denen dieser dennoch erwahnt wird, hat er vermutlich zumeist gar nicht vorgelegen, so dasz auch die Erwahnung von ,,L'etat present de la Boucharie" unbemerkt bleiben konnte. Hinzu tritt freilich wohl noch die Tatsache, dasz diese Schrift, die ubrigens 1723 erschien und nicht 1722, wie bei v. Strahlenberg irrtumlich angegeben, eine noch geringere Verbreitung erfuhr, als der ,,Vorbericht". Durch der glucklichen Umstand, dasz beide Schriften sich in den Bestanden der Staats--und Universitatsbibliothek Gottingen finden (Sign. 8 H RUSS 442/9 [,,Vorbericht ..."] und 8 H AS II, 7520 [,,L'etat present ..."]), waren die Identifizierung und die nachstehende Wiedergabe des Textes und der Abbildungen aus ,,L'etat present de la Boucharie" moglich. Der Verfasser hofft, hiermit zu weiteren Forschungen zu Ph. J. v. Strahlenberg anzuregen--und wer weisz schon, ob nicht doch eines Tages noch v. Strahlenbergs Bearbeitung der ,,Geschichte der Mongolen und Tataren" wieder aufgefunden wird.

[1] (11)

Chap. I.

De La Boucharie en general.

(1)

La Boucharie est un pays d'une etendue considerable, situe entre celui de Turchestan, la grande Calmuquie, La Mer Caspienne, La Perse, Les Indes, & la Mongalie.

(2) Les Geographes regardent ordinairement la Boucharie, comme faisant partie de la grande Tartarie. En effet les Tartares, ou, pour mieux dire, Les Calmuques, en ont envahi une partie, mais leur domination n'empeche [2] pas, que la Boucharie, a l'exemple de la Chine, que les Tartares ont pareillement subjugee, ne doive etre consideree come un Estat separe.

(3) La Boucharie est divisee en deux parties, la Grande & la Petite. C'est la derniere qui fera le principal objet de la presente relation, j'en puis parler avec d'autant plus d'assurance, que j'ai ete moymeme sur les lieux. Il est juste cependant, que je rapporte auparavant ce qui m'est connu de la premiere, c'est a dire, de la Grande Boucharie.

Chap. II.

De La Grande Boucharie.

(1)

La Grande Boucharie est situe sous le 36. & 45, degre, Elle confine, du cote du Nord, au pays de Turchestan & a une partie de la Calmuquie Orientale, vers l'occident a la Perse & a la Mer Caspienne, vers le sud, aux Indes, [3] & vers l'orient, a la Petite Boucharie, dont elle est separee par de hautes montagnes qu'on apelle Parapomisus. (12)

(2) Elle etoit connue, du tems D'Alexandre le Grand, sous le nom de Sogdiana, D'autres l'appellent aujour d'hui Mauranneher, comme qui diroit, selon la langue du pays, Au dela des eaux, ou vers le coulant des eaux, Mais dans la plus part des cartes Geographiques elle est appellee Terra Usbekorum, le pays des Usbeks, parce que les Usbeks avoient une fois subjugue les Bouchars, en s'emparant de leur Capitale, nommee Bouchara & en se rendant presque tout le reste du pays tributaire.

(3) Les Usbeks continuent meme aujourd'hui, a les incommoder par leurs courses continuelles & les obligent souvent a payer le tribut.

Et quoy que les Bouchars n'oublient rien pour se garantir de ce joug, ils n'en ont jamais pu venir entierement a bout, a l'exemple de bien d'autres Republiques, ils ont le malheur de n' [4] estre jamais d'accord entre eux memes au lieu d'unir leurs forces pour repousser l'ennemi commun, il y en a presque toujours parmi eux, qu'i l'assistent contre leur propres compatriotes. Tant il est Vrai, que les des unions domestiques, sont ordinairement fatales aux etats qui y sont sujets.

(4) Il y a plusieurs Villes dans la Grande Boucharie, & elles ont chacune son Cham, (13) ou Regent les principales sont.

Bouchara, qu'on dit etre deux fois plus grand, que celle de Moscou en Russie, & Balik, qui n'est pas moins considerable.

Chap. III.

De La Petite Boucharie. (14)

(1)

La petite Boucharie est separee de la Grande Boucharie, comme il a ete dit ci-dessus, par le Parapomisus. [5] Elle est appellee par quelques uns la Mogulie, & par d'autres Tzagatay, en memoire de Tzagatay, second fils de Zingis-Cham. (15) Elle est situee entre le 36. & 42-me degre ayant pour voisins a l'orient, la Mongalie & les deserts de la Chine; au sud, ceux des Indes, a l'occident, la grande Boucharie & la Perse, & au Nord, une Partie de la Mongalie, & de la Calmuquie Orientale.

(2) L'etendue du pays est de 200. lieues ou environ en longueur. Il y a plusieurs deserts, le reste consiste dans une vingtaine de Villes, qui ont chacune grand nombre de villages qui en de pendent.

Il n'y a que deux Villes, qui soyent de quelque consideration, savoir Jerken, qui est la Capitale du pays, fort grande & bien peuplee, & Cascar, situee au pied des montagnes sus dites.

(3) Ce fut l'an 1683. que les Calmuques, sous leur Bosto-Cham, ou Bosugto-Cham occuperent la petite Boucharie. Apres la mort de Bosto-Cham, (16) [6] Zigan Araptam, (17) son Neveu, en devint le Grand Contaisch, C'est le nom, que le peuple donne a ses Souverains. Je racconterai cidessous les particularites de cet evenement. (18)

(4) Zigan Araptan etant parvenu a la regence, ile etablit l'ordre suivant dans la Petite Boucharie. Il institua divers Magistrats subalternes, qui subsistent encore, & qui sont subordonnez les uns aux autres les moindres gouvernent, chacun 10. Maisons ou familles, les seconds 100. les troisiemes, 1000. & tous dependent d'un Commandant General, que le Grand Contaisch, comme Souverain du pays, choisit ordinairement d'entre la race des anciens Princes des Bouchars.

Ces Magistrats jugent des differents qui naissent entre les sujets, & sont dans l'obligation de faire rapport de tout ce qui se passe, chacun a son superieur, Par cette forme de gouvernement le Grand Contaisch tient un fort bon ordre dans son pays, ou tous [7] les habitants vivent en paix, & dans une parfaite union.

(5) Les Bouchars ne sont guerre belliqueux. Les armes dont ils se servent communement sont la lance, & l'arc, Il y en a cependant, qui ont des fusils & des arquebuses rayees, & les plus riches portent des jacques de maille.

(6) Pour juger de la force de ce peuple, on peut compter, que, quand le Grand Contaisch a besoin de lever des trouppes, il assemble, en moins de rien 20/m hommes, en ne pennant qu'un homme d'entre 10. families.

(7) Les maisons des Bouchars sont de pierce, & passablement bonnes, leurs meubles sont en petit nombres & de peu d'ornement. Ils n'ont ni tables ni chaises. L'on ne voit dans leurs chambres que quelques coffres Chinois ornez de fer, sur les ques ils ajustent, pendant le jour, les matelats dont ils se servent la nuit, et les couvrent d'un tapis de cotton bigare. Ils y ont encore un rideau brode a [8] fleurs, & a figures, de differentes couleurs, & une espece de bois de lit, haut de 1/2. aune, & large de 4. aunes environ, qui leur sert de couche, & qu'ils cachent le jour sous un tapis.

(8) Ils couchent nuds comme la main durant la nuit, mais des qu'ils sont levez, on les voit toujours habillez, & assis a la Turque, ayant les jambes croisees sous eux.

(9) Ils se piquent de quelque proprete dans leur nourriture, Les esclaves qu'ils prennent ou achetent, chez les Calmuques, Russiens, & autres peuples voisins, font la Cuisine dans la chambre du maitre. Pour cet effet ils y ont selon la grandeur de la famille, plusieur marmites de fer, murees dans une espece de foyer, pres d'une cheminee, qui sert en meme tems a chauffer la chambre en tems d'hiver, Il y en a qui ont aussi des petits fours, qui se font, comme le reste de leur murailles, de terre grasse ou de briques crues.

[9] (10) Leur vaisselle consiste en quelques plats & ecuelles de Capua (qui est une sorte de bois) ou de porcelaine, & en queques vases de cuivre, pour bouillir le thee, & pour chauffer l'eau, dont ils ont besoin pour se lever, vne piece de toile bigaree de cotton leur tient lieu de nappe & de serviettes, Ils ne se servent ni de couteaux, ni de fourchettes. Les viandes leur etant servies decoupees ils les prennent, & achevent de les dechirer, avec les doigts, leur cuillieres sont de bois & de la facon de celles, dont nous nous servons dans nos cuisines pour ecumer nos pots.

(11) Les mets, dont ils se nourrissent ordinairement, sont des hachis, dont ils remplissent souvent des especes de patez, de la Figure d'un croissant, lors qu'ils font de longs voiages, sur tout en hiver, ils se munissent d'une provision de ces patez, qu'ils portent auec eux dans un sac, apres les avoir exposes a la gelee & ils en font d'assez [10] bonnes souppes, en les faissant recuire dans de l'eau bouillante.

(12) Leur boisson quotidienne est le thee. Ils en ont une espece noire, qu'ils appretent avec du lait, du sel & du beurre & le mangent avec du pain, lors qu'ils en ont, ou le boivent selon leur appetit.

(13) Leurs habillements, quart a ceux des hommes, ne different que fort peu de ceux des Tartares. Ils portent des habits longs jusqu'aux gras des jambes, ajant des marches larges vers l'epaule, & etroite vers le poignet & ils se ceignent d'echarpes, comme les Polonois.

Les habits des femmes ressemblent en tout a ceux des hommes, & sont ordinairement piquez de cotton. Elles portent des pendants d'oreilles, de la longueur d'un 1/4 d'aune & qui descendent souvent jusques sur les epaules. Elles partagent leurs cheveux en plusieurs tresses, qu'elles entrelacent, & allongent de rubans noirs, orodez d'or ou d' argent, & de grandes [11] touffes de soye & d' argent, qui leur pendent jusqu'aux talons.

Trois autres touffes moins grandes leur couvrent la gorge. Elles ont des colliers ornez de perles, de petites monnoyes, & de plusieurs babioles argentees ou d'orees, & luisantes. Tous generalement, hommes & femmes de quel age qu'ils soyent, portent sur eux, duns un & ui de cuir fort mince, & en guise de reliques, des prieres ecrites a la main, que leurs pretres leur distribuent, & dont ils ne font pas moins de cas que les Russiens de la Croix, & des Saints.

Quelques femmes, & sur tout les filles, ont les ongles teints de rouge. La couleur qu'elles y employent, & qui y dure long tems, se tire d'une herbe, appellee dans la langue Bouchare, Kena; Elles la sechent, la pulverisent, la melent d'alun pile, & l'exposent durant 24. heures a l'air, avant que de s'en servir.

[12] Tant les hommes que les femmes portent des culottes & des bottes de cuir de Russie fort legeres & sans talon, pu des bas de cuir. Mais lors qu'ils sortent de la maison, les uns & les autres se servent de galoches, ou de mules a hauts talons, comme les Turcs, & les quittent en rentrant chez eux. L'un & l'autre sex e se sert pareillement des memes bonnets & coeffures, a cela pres, que les femmes, & sur tout les filles, parent les leurs de clinquants, de petites monnoyes, & de perles Chinoises. La seule marque, a la quelle on peut distinguer les femmes d'avec les filles, c'est que les femmes portent sous les bonnets un linge long, lequel, apres luy avoir fait faire le tour du col, elles nouent par derriere, desorte qu'un bout de ce linge pend le long des reins.

(14) Le pays est tres abondant en toutes sortes de fruits & en vins. La chaleur de l'ete y est si excessive, qu'on a de la peine a la supporter hors des maisons.

[13] (15) Les habitants ont ordinairement le teint bazane, & la chevelure noire, bien qu'il y en ait aussi, qui sont fort blancs, beaux & bien faits.

(16) Ils ne manquent pas de politesse, & ils sont sur tout bien faisants envers les etrangers.

(17) Ils sont naturellement avides de gain, & adonnez au trafic, ils en font beaucoup dans la Chine, en Perse, aux Indes, et en Russie. Ils sont tellement versez dans le negoce, que ceux qui commercent avec eux, a moins de s'y bien connoitre, ne manquent jamais d'etre surfaits ou duppez.

(18) Ils n'ont pas d'autre argent monnoye que des Copeiks de cuivre, qui pesent un solotnik, C'est a dire, a peu pres le tiers d'une once.

Lors qu'ils ont de gros payements a recevoir, ou a faire, en or ou en argent, ils les reglent par la balance; Ils suivent en cela l'exemple des Chinois & d'autres de leurs voisins.

[14] (19) Leur langue & leur religion different & bien des choses de celles des Turcs, & des Persans, & ressemblent neant moins aux unes & aux autres.

Ils ont leur Alcoran, qui est le vieux Testament des Chretiens, mutile & falsifie en bien des endroits,

Ils n'en attribuent pas la composition a Mahomed, mais a Dieu meme, qui l'a communique aux Hommes, disent ils, par le moyen de Moyse & des Prophetes, Mais ils sont persvadez que Mahomed en afait une explication, & en a tire une morale, qu'ils sont obliges de reconnoitre & de suivre.

(20) Voici l'idee qu'ils se font de Jesus Christ: La Sainte Vierge, a leur dire, etant une pauvre orpheline, ses plus proches parents ne purent s'accorder, qui d'entre eux seroit charge de son education, Pour terminer leur dispute, ils convinrent de la decider par le sort. Ils jetterent une plume dans un vase rempli d'eau, & y tremperent tour a tour chacun un doigt. [15] La convention portoit, que celui, au doigt duquel la plume s'attacheroit de maniere qu'il put la retirer de l'eau, seroit le pere nourricier de l'enfant; Tous y perdirent leur latin, a la reserve de Zacharie. La plume, quoy qu'elle fut allee au fond de l'eau, vint s'attacher a son doigt & luy fit adjuger l'education.

Il s'en chargea avec plaisir, & transporta l'enfant dans sa maison. Mais un jour, qu'il etoit oblige de vaguer a quelque fonction, qu'il avoit dans le Temple, il oublia si bien d'avoir laisse l'orpheline toute seule, & enfermee chez lui, qu'il resta 3. fois 24. heures dehors, sans penser a elle. S'en etant enfin ressouvenu, & craignant que la faim ne l'eut emportee, vu qu'aucun des autres parents n'en pouvoient avoir soin, la maison etant fermee a clef, il y courut au plus vite. Mais quelle fut sa surprise, quand, au lieu de trouver la pauvre enfant morte ou mourante, il la vit en bonne Sante & entouree de toutes sortes [16] de bonne mangeaille; Son etonnement ne cessa qu'apres que l'enfant lui eut appris, que Dieu les luy avoit envoyees.

Etant parvenue a l'age de 14. ans & ayant ete incommodee pour la premiere fois, comme toutes les femmes le sont ordinairement a cet age la, cette sainte fille fut se baigner dans une fontaine, qui etoit dans une grande foret. La elle entendit une voix, qui luy fit d'abord beaucoup de peur: Elle se hata de reprendre ses habits pour s'enfuir, mais, avant qu'elle put achever de les remettre, un ange, qui lui apparut, lui annonca qu'elle deviendroit enceinte d'un fils, qu'il lui commanda d'appeller Isay, lors qu'elle en seroit accouchee, Marie repliqua sagement, qu'elle auroit de la peine a accoucher, n'ayant jusques la jamais eu de commerce avec personne, qui eut pu l'engrossir. Mais l'ange, apres lui auoir souffle sur la gorge, lui fit comprendre ce Mistere; & l'instruisit de tout ce qu'elle [17] avoit besoin de savoir. En effet elle devint grosse, des ce moment meme, comme l'ange l'avoit predit. Le terme de sa delivrance s'approchant, Marie alla se cacher de honte dans la meme foret, ou l'ange lui etoit apparu, & les douleurs l'y ayant surprise, elle s'appuya, pour se soulager, contre un tronc d'arbre toutsec, & accoucha, dans cet estat, du fruit qu'elle portoit. Ce qu'il y eut de particulier, c'est que dans le meme instant le tronc commenca a pousser des feuilles, & toute la contree d'a l'entour a germir & a fleurir, & que des anges survenus prirent l'enfant qui, venoit de naitre, le baignerent dans une fontaine, qui se trouva tout a coup, a deux pas de la, dans un endroit ou il n'y en eut jamais auparavant, & le rendirent ensuite a sa Mere.

Celle-ci, apres cette expedition retourna vers ses parents, qui la recurent avec beaucoup d'imprecation & de mauvais traitements. Elle les [18] essuya avec beaucoup de tranquillite, sans se donner la peine de s'excuser du crime, qu'on luy imputoit. Ellepria seulement son fils de plaider sa cause. Il le fit sur le champ, justifia entierement sa Mere, & expliqua aux parents tout le mistere d'une naissance si peu naturelle, & si miraculeuse. Dans la suite du tems, le Jeune Jsay devint un grand Prophete, & un Docteur de beaucoup d'autorite. Mais il fut generalement hai & persecute de tout le monde, & sur tout des plus grands hommes de son tems, des quels il essuya quantite de traverses & de tribulations. Ils attenderent meme plusieurs fois, quoy que sans succes, a sa vie, & ils detachement enfin deux personnages considerables, pour se defaire de lui a quelque prix que ce fut. Mais Dieu fit echouer un si pernicieux dessein dans le moment meme qu'ils comploient de l'executer. Il enleua tout a coup Isay de ce monde, & le transporta tout en vie au Ciel. Qui plus est il punit les deux assassins d'une maniere singuliere [19] Il transforma successivement leur fgures en celle d'Isai, & les exposa par la a la fureur du peuple, qui, trompe par cette ressemblance les fit pitoyablement mourir.

(21) Bienque les Bouchars ne fassent aucun conte de la passion de JEsus Christ., ni du mistere de notre redemtion, ils n'en croyent pas moins la resurrection, & une autre vie: mais ils ne sauroient se persuader, que jamais mortel puisse etre damne eternellement. Ils croyent, au contraire, que come les demons nous induissent au peche, ce sera aussi a eux a s'en charger, & a en porter les peines.

(22) Ils croyent de plus, qu'au dernier jour du monde, tout ce qui existe, a la reserve de Dieu, sera aneanti, que par consequent, toute creature vivante, les anges, les Diables, & Jesus Christ meme, mouront, & qu'apres la resurrection, tous les hommes, excepte un petit nombre d'elus, seront purifiez, c. a. d. chatiez par le feu, chacun a proportion de ses pechez dela grievete [20] desquels Dieu connoitra, moyennant une balance; Ils croyent qu'il y aura 8. differents Paradis (qu'ils appellent array) pour les bons, 7. differents enfers Pour les mechants, que c'est dans ces enfers, que les pecheurs seront, plus ou moins purifiez par le feu de la punition, a proportion des pechez, qu'ils auront commis en ce monde; que les pecheurs les plus enormes, & qui sentiront le plus vivement le feu de la punition, ce sont les menteurs, les fourbes, qui se plaisent a tromper, & les boutefeux, qui sement de la desunion, & des sujets de disputes, parmi leurs prochains; que ceux qui ne sentiront aucune atteinte du feu, c. a. d. les elus, seront choisis parmi les bons; scavoir de 100. hommes un, & de 1000. femmes une, & que ce petit troupeau sera transporte dans un des Paradis susdits, ou ils joiuront de toutes sortes de felicite, jusqu'a ce qu'il plaira a Dfieu de creer un nouveau monde, au lieu de celui d'apresent.

[21] (23) C'est uns peche, selon eux, que de dire, que Dieu est au Ciel. Dieu, disent ils, se trouve par tout; donc, c'est deroger a sa toute presence que de dire, qu'il se tient dans un endroit fixe.

(24) Ils ont tous les ans un jeune de 30. jours, a commencer du 15. Juillet jusqu'a la mi. Aoust. pendant lequel tems ils ne goutent absolument de rien, tant qu'il fait jour, mais en echange, ils mangent deux fois la nuit;l'une, des que le soleil est couche, & l'autre a minuit; il leur est defendu de se servir d'autre boisson durant ce jeune, que du thee. Quiconque contrevient en la monindre facon a ces ordonnances, est condamne sur Ie champ, a donner la liberte au meilleur de ses Esclaves, ou un repas a foixante personnes, & de souffrir outre cela, 85. coups, que le grand Pretre, qu'ils appellent Aguns, luy fait apliquer sur le dos nud, moyennant une epaisse courroye de cuir, qu'ils nomment Dura. j'ay nean moins remarque, que le petit peuple n'observe pas egalement la loy de ce jeune, [22] & que sur tout, les travailleurs ont permission de manger en plein jour.

(25) Ils sont cing prieres par jour

1. avant l'aurore.

2. vers le midy.

3. aprez midy.

4. au soleil couchant &

5. a la troisieme heure de la nuit, & ce sont toujours leurs Abis, qui sont une espece de Pretres, qui en donnent le signal.

(26) Ceux qui sont assez savants pour savoir lire & expliquer des livres, sont en grande consideration parmi ce peuple. Et on les apelle Mula qui veut dire un homme celebre & de merites.

(27) Les femmes des Bouchars, lors qu'elles acouchent, sont reputees impures durant 40. jours aprez leur delivrance, & n'oseroient pas seulement prier Dieu tant que dure cette pretendue impurete.

[23] (28) Au troisieme jour aprez la naissance d'un enfant, le Pere ou quelquun de plus proches parents, luy donne un nom & luy fait en meme tems present d'un bonnet, ou d'un liege, & quelques fois d'un habit, si les finances le perinettent.

La circoncision des jeunes garcons se fait par quiconque s'y entend, lors qu'ils sont parvenus a l'age de 7.8. ou de 9. ans, & pour solemniser cette ceremonie, le Pere donne ordinairement un festin a la famille & a ses amis.

(29) Les Bouchars, qui veulent se marier, sont obliges d'acheter leur femmes, comme nous achetons nos chevaux. Ils en payent plus ou moins a proportion qu'elles sont plus ou moins belles, de sorte que le moyen le plus sur de s'ennchir c'est d'avoir quantite de filles a maner. Leurs manages se font avec les ceremonies fuivantes. Il est defendu aux personnes qui veulent s'epouser, de se voir & de se parler depuis le jour des fiancailles, [24] jusqu' a celui des noces. Elles le celebrent pendant trois jours, qu'ils passent ordinairement, comme les trois grandes fetes, qu'ils ont tous les ans, a bien manger & boire. La veille des noces, quantite de jeunes filles vont s'assembler vers le soir chez la promise, & s'y divertissent jusqu' a minuit, a jouer, a danser & a chanter. Au lendemain premier jour des noces, les conviez s'assemblent dez le matin chez la future & l'aident a tout preparer pour la ceremonie. Lorsque tout est pret, on fait avertir le futur, qui arrive bientot aprez, en compagnie de dix a douze de ses parens ou amis, & suivi de quelques joueurs de flutes & d'un Abis, qui chante en battant deux petits timbales.

Desque le future est arrive, il se tient une course de chevaux, apres la quelle, on distnbue les prix aux Cavaliers les plus adroits les prix sont au nombre de 6. de 8. & de 12. selon l'opulence des nouveaux manez, & consistent ordinairement en Damas, en zibelines, en [25] renards, en kitaik, en toile de cotton, ou en autres effets pareils. Le meme fete se donne aussi a la circoncision des enfants.

Les epoux ne se voyent point durant la copulation, ou ceremonie du marriage, & ils repondent de loin aux questions, que le pretre leur fait. Apres la ceremonie, le future retourne chez lui dans le meme ordre qu'il etoit venu, & y regale ceux quil'avoient accompagne.

L'Apres dinee il revient avec le meme cortege chez la future, & obtient la permission de luy parler, aprez quoy il retourne de nouveau chez luy, & de la, sur le soir, chez la future. Il la trouve alors couchee, & il se met tout habille, & en presence de toutes les femmes invitees, mais pour un moment seulement, a son cote. La meme comedie se joue pendant trois jours consecutifs, & ce n'est qu'au soir du troisieme, que le nouveau mane est en droit de coucher en effet & sans temoins avec sa promise. Il luy seroit [26] honteur d'y attenter plutot. Enfin ce n'est qu'au 4me jour qu'il amene sa semme chez luy.

Il y an a parmi ces manes, qui stipulent exprez, qu'il leur soit perinis de rester encore que'lque tems, & sou vent une annee entiere, chez leurs parents, & en ce cas la, les epoux y demeurent avec elles. Mais, s'il arrive que la femme vienne a deceder sans enfants pendant cet intervalle, ses parents hentent de tout ce que l'epoux luy avoit donne, a moins que ceux cy, au bout de l'annee du deuil, ne soient assez genereux pour luy en restituer la moitie.

(30) La polygamie est regardee, a la verite, parmi les Bouchars, comme une espece de peche, mais elle n'est jamais punie, & il y en a, qui ont impunement jusqu'a dix femmes & au dela.

(31) Tout mary, qui n'est pes content de sa femme, est le maitre de la r'envoyer, en luy laissant emporter tout ce qu'il luy avoit donne durant [27] leur mariage. Et s'il arrive que ce soit la femme qui veuille se separer du mary, elle est pareillement la maitresse de se retirer, mais sans emporter la moindre chose de ce qui luy apartenoit.

(32) Lors qu'un Bouchar tombe malade, voicy le remede dont il se sert; Un Mula luy lit un passage de quelque livre, souffle a plusieurs reprises sur luy & d'un couteau bien aiguise fait plusieurs gesticulations par dessus & a cote du visage du patient. Ils s'imaginent que par cette operation, ils coupent la racine de la maladie, qu'ils disent dailleurs etre l'ouvrage du Diable.

(33) Enfin s'il arrive, qu'un Bouchar vienne a mourir, un Ptetre luy met l'Alcoran sur la poitrine, & recite queques prierez, aprez quoy on porte le mort a son tombeau, qu'ils choisissent ordinairement dans quelque bois agreable & qu'ils entourent en suite d'une haye ou d'une espece de palissades.

[28] Chap. IV.

De La derniere Revolution arrivee dans la petite Boucharie. (19)

(1)

Bosto Cham, ou Bosugto-Cham (20) Prince des Calmuques qui campoit ordinairement sur les bords d'un lac, appelle Jamisch, & dans les desserts adjacents, faisoit elever a sa Cour trois neveux, fils de son frere. Ayant pris en aversion l'aine de ces neuveux, il resolut de s'en defaire & n'ayant pas de juste raison a alleguer contre Luy, il eut recours a un homme d'une force extraordinaire, qui sous pretexte de jouer & de lutter avec le jeune Prince, le maltraita tellement, que peu de jours aprez il en mourut.

(2) Bosto Cham eut voulu faire passer cette mort pour un effet d'un mal heureux hazard. Mais on en devina [29] bien tot la veritable cause. Entre autres Zigan-Araptan, (21) frere puisne du defunt n'y fut pas trompe. Informe de la disgrace de son aine, & se croyant menace du meme sort que Luy, il jugea qu'il seroit de la prudence de s'eloigner du danger. Suivi de ses partisans, & de ses domestiques, il prit le parti de s'evader secretement.

(3) Bosto-Cham fache de la retraite de son neveu, mit tout en usage pour le faire revenir. Il ordonna a Danchinombu, frere cadet de Zigan-Araptan, de l'aller chercher par tout le pais & de tacher de le ramener.

(4) Danchinombu ne manqua pas de deligence. Il atteignit son frere au passage d'une riviere, & ayant trouve moyen de l'entretenir, il n'oublia rien pour le persuader de retourner vers leur oncle. Il luy representa, que leur aine, par son caractere hautain & remuant, & par sa mauvaise conduite, avoit cause luy meme son malheur; que Bosto Cham force par le bien de l'Etat, n'avoit pu se dispenser [30] de le faire mourir; Mais qu'eux, etant exempts des defauts du defunt, n'avoient rien de pareil a aprehender. Enfin il l'exhorta, le pressa, & le conjura de ne pas continuer sa fuite.

(5) Zigan-Araptan, outre de la mort de son frere, & se defiant de la fin cerite d'un oncle si promt a depecher ses neveux fut sourd a toutes ses persuasions. Il dit pour toute reponse a son Cadet, qu'il pouvoit retourner seul chez. Bosto-Cham, & y faire le parasite tant qu'il luy plairoit; mais que, quart a lui meme, il etoit resolu de se passer desormais des bonnes graces d'un prince si denature, & qu'il trouveroit moyen de vivre par tout ailleurs si non avec le meme agrement, au moins en plus de surete. Apres cette declaration, sans vouloir plus ecouter son frere, il remonta a cheval, & le quitta.

(6) Quelque tems apres ces evenements, Bosto-Cham s'etant brouille avec Zain-Cham, ou Zuzi Cham, Prince des Mongales, Amulon Bogdo-Cham, [31] Empereur de la Chine, pour empecher ces deux Princes, ses voisins, d'en venir aux armes, interposa son credit & son autorite, pour tacher d'assoupir leurs demelez. Pour cet effet, il les requit par un ambassadeur, nomme Averna Alcanaibu, de s'assembler dans un endroit sur la frontiere, & de terininer leurs differents a l'amiable, sous la mediation du Dalay Lama.

(7) Le Dalay Lama est une espece de Pontife, autant respecte parmi les Calmuques & Mongales, que le Pape l'est parmi les Chretiens. La vie de ce personnage est sujette a plusieurs circonstances fort singulieres. Il ne se montre en public, que quand il s'a git de se faire adorer. Lors qu'il s'ingere dans quelque affaire Politique, c'est le Deva (qui est une sorte de Plenipotentiaire) qui s'en mele sous ses ordres. Mais ce qu'il y a de plus particulier, c'est qu'on luy fournit jour nellement, pour sa subsistance, une once de farine de trempee avec du vinaigre [32] & une tasse de Thee. C'est de cette pitance, que le Dalay Lama, malgre le haut rang qu'il tient, & malgre le grand pouvoir qu'il a, est oblige de se contenter. Je reviens a mon sujet.

(8) La proposition de l'Empereur de la Chine fut acceptee par Le Prince des Calmuques & par celuy des Mongales. Leurs etmbassadeurs & le Deva, de la part du Dalay Lama, se rendirent au Lieu du Congres. Mais leurs Conferences, malgre les soins du Mediateur, furent sans effet. Les Ambassadeurs des deux Princes au lieu d'entrer, en matiere, s'amuserent a se disputer la preseance.

(9) Celuy de Bosto-Cham soutint, qu'elle etoit due a son maitre par deux raisons: l'une, parce qu'il descendoit en ligne directe de Zingis-Cham, Prince anciennement connu, & fort renomme parmi les Tartares; l'autre, parce que la puissance des Calmuques surpassoit d'autant celle des Mongales, que les cheveux de la tete, dit il, [33] surpassent les poils des sourcils. Cette comparaison piqua L'Ambassadeur de Zain-Cham. Il repliqua fierement, qu'il ne falloit qu'un bon rasoir pour les egaliser, & rompit le Congres. Ces Ministres eussent epargne bien du sang & bien des malheurs a leurs patries, si, au lieu de perdre le tems en des contestations si frivoles, ils se fussent appliques a assoupir les differents de leurs maitres.

(10) L'empereur de la Chine, informe de cet eclat, & prevoyant que la guerre entre les deux Princes seroit inevitable, delibera long tems sur ce qu'il auroit a faire. D'un cote, il redoutoit les forces & l'humeur intrepide & entreprenante de Bosto-Cham, & il eut ete bien aise de le voir humilie; de l'autre cote, il etoit a craindre, qu'en le commettant avec les seals Mongales, mains puissants que les Calmuques, il n'eut de l'avantage sur eux & que le remede ne fut pis que le mal. Et suppose que la partie eut ete egale, il luy paroissoit toujours dangereux [34] de voir le feu de la guerre s'allumer si pres de ses Etats. Apres bien des considerations il resolut enfin, d'eloigner le peril le plus qu'il pourroit de ses frontieres & de remettre le reste au tems, & a la providence.

(11) Il insinua, pour cet effet, a Zain-Cham, qu'il y auroit trop de risque pour Luy, d'attendre que Bosto-Cham vint l'attaquer en Mongalie; & que le droit du jeu seroit, de le brusquer & prevenir, en fondant le premier sur luy & en penetrant, le plus avant que faire se pourroit dans la Calmuquie. Il est seur, que rien ne decontenance plus un ennemi, qui se croft le plus fort qu'une attaque soudaine, dans un tems ou il croft qu'on ne songe qu'a se defendre.

(12) L'empereur ayant appuye ses insinuations par quantite de magnifiques presents, tant en or, qu'en argent, & par les promesses, qu'il fit sous main a Zain-Cham, de l'assister, en cas de besoin, de toutes ses forces celui ci se laissa persuader. Il assembla [35] le plus de trouppes qu'il put, & malgre la rigueur de la saison, se jetta comme un torrent dans la Calmuquie.

Les commencements de cette entreprise furent des plus heureux. L'avant garde de Zain-Cham rencontra, & battit a platte couture celle des Calmuques, & Dorzizap, frere de Bosto-Cham, y perdit la vie.

(13) Bosto-Cham qvelque surpris par ce coup imprevu, n'en fut point effraye. Il en recut la premiere nouvelle dans un tems, qu'il etoit a prendre du Thee. Le Courier qui l'apporta luy ayant annonce la defaite & la mort de son frere, & que les ennemis n'etoient plus guere eloignez de lui, il en fut d'abord trouble & voulant se hater de donner quelque ordre, il renversa la tasse qu'il tenoit, & s'echauda les mains.

Voila, dit il, en riant, aux assistants, voila ce qu'on gagne par le trop de vivacite. Si j'avois ete [36] mains promt, je ne me serois pas brule.

Apres cette reflexion, rentrant dans son sens froid ordinaire, il pensa a ce qu'il auroit a faire, & ne fut pas long tems a prendre sa resolution. La profondeur des neiges l'empechant d'agir avec succes, Il se contenta de resserrer d'abord son armee, & d'etre sur ses gardes, ne doutant pas que les Mongales, enhardis par leur victoire, & ne connoissants pas le pays comme luy, ne lui donnassent bien tot quelque prise sur eux. Les effets montrerent, qu'il ne s'etoit pas trompe.

(14) Afin de derouter d'autant mieux les Mongales, qui continuoient d'avancer, Bosto-Cham fit semblant d'avoir peur. Il monte promptement a Cheval, & publie par tout, qu'il va tout quitter, & qu'on n'aura de ses nouvelles qu'au bout de quelques annees.

(15) Le bruit de cette resolution s'etant repandu jusqu'au camp des Mongales, Zain-Cham double sa marche, [37] et, pour atteindre d'autant plus tot le pretendu fuyard, il detache par differents chemins deux corps volants, l'un de 8/m. & l'autre de 3/m. hommes. C'etoit a quoy Bosto-Cham s'attendoit. Ilistruit de cette, demarche, il tourne tout a coup sur ces deuz detachements; les enveloppe, & les taille en pieces.

(16) Il n'en demeura pas la. Il mena promtement son Armee contre celle de Zain-Cham, & lui presenta la bataille. Cette resolution etonna d'autant plus les Mongales, qu'ils ne s'y attendoient pas. Une peur Panique les saisit. Ils prennent honteusement la fuite avant d'etre attaque. Bosto-Cham les ayant poursuivis & rejoints, les charge, les met en desordre, & en fait un carnage terrible.

(17) On peut juger du nombre des Mongales, qui furent tuez a cette bataille, par la quantite d'oreilles, & de treffes de cheveux, que Bosto-Cham leur fit couper. Il en eut la charge de [38] neuf Chameaux qu'il envoya a sa residence, comme une marque assuree d'une entiere victoire.

(18) La joye qu'il en eut ne l'empecha pas de poursuivre les Mongales, qui etoient echappes de cette boucherie. Il se mit a leurs trousses a la tete de 30/m. hommes, & les mena toujours battant, jusqu'a la muraille de la Chine, derriere laquelle en fin Zain-Cham se retira.

(19) Les nouvelles de ces succes etant parvenues a la connoissance de L'Empereur de la Chine, ce sage Monarque recommenca a se donner beaucoup de mouvements pour reconcilier les deux Princes. Il n'oublia ni persuasions, ni largesses, pour porter Bosto-Cham, a poser les armes. Mais il est rare qu'un vainqueur sache user avec moderation de sa victoire.

(20) Trop avide de gloire & de vangeance Bosto-Cham, bien loin d'accepter les riches dons, que L'Empereur [39] luy offroit, les lui renvoya, & ferma l'oreille a toute proposition d'accommodement. Il exigea du Monarque de la Chine, qu'il eut a lui livrer Zain-Cham & tous ceux qui s'etoient refugiez avec luy dans ses Etats au de faut de quoy il luy annoncoit, a luy meme, la guerre. Bosto-Cham se seroit epargne bien des malheurs, s'il eut ete plus traitable, & moins audacieux.

(21) Une declaration si hautaine ne put guere manquer d'avoir les suites qu'elle eut. Amulon Bogdo-Cham la recut comme un defi dans les formes, & ne differa plus de prendre les armes. D'abord il fit marcher successivement plusieurs Corps d'armee; mais ils ne firent rien qui vaille. Bosto-Cham fut assez heureux, pour les meme tous en fuite, a mesure qu'ils venoient a luy. Les trouppes de ce Prince etoient si braves, ou celles de L'Empereur si mauvaises, qu'un jour 1000. Calmuques battirent 20/m. Chinois, & une autre fois 10/m. enculbuterent 80/m. [40]

(22) La providence n'eleve souvent les mortels au faire du bonheur que pour leur faire mieux sentir leur chute. Bosto-Cham en est un exemple. Amulon Bogdo-Cham, pour mettre fin aux progres de son ennemi resolut de le combame avec toutes ses forces, & de l'accabler par le nombre. Il assembla 300/m. hommes, bien pourvus de tout ce qu'il falloit pour une vigoureuse guerre, & un train d'ai-tillerie de 300. pieces de Canons.

(23) Cette formidable Armee, dix fois plus forte, que celle des Calmuques, environna de toute part leur camp. L'Empereur etoit presque seur de la victoire: Mais preferant toujours la voye de la douceur a la violence, il voulut bien offrir encore la paix a Bosto-Cham, avant de l'assailler. Il luy la fit proposer, avec de conditions aussi honorables & aussi avantageuses, qu'on eut dit, qu'il se fut luy meme trouve dans l'embarras, ou l'autre se trouvoit. Bosto-Cham cependant enfle de ses prosperitez passees ne connut [41] pas, ou meprisa le peril, qui le menacoit. Il rejetta toutes ces propositions avec dedain, & forca, pour ainsi dire, l'Empereur a se servir de tous ses avantages. Les deux armees se livrerent enfin une bataille sanglante, Bosto-Cham la perdit, & eut bien de la petne a se sauver, avec une poignee de fuyards, dans les montagnes voisines.

(24) Il fut d'autant plus sensible a ce malheur, qu'il se l'etoit attire par sa faute. Mais ce qu'il'affligea le plus, ce fut la pette de Guny, ou Any, sa femme, qui fut tuee dans le deroute. L'Empereur ayant trouve son Corps parmi les morts, lui fit arracher la tete & l'emporta avec luy, pour en orner son triomphe.

Le malheur de Bosto-Cham ne se borna pas a cela; Manquant de vivres & de fourage, dans les Montagnes, ou il s'etoit retire, la plus grande partie de son peu de monde, & de ses chevaux, creva de faim & de misere. Il fut trop heureux d'en echapper avec [42] une tres petite suite & de retourner ainsi presque seul, dans ses Etats.

(25) Etant arrive chex lui, il passa deux ans dans une mortelle affliction, expose aux reproches & aux plaintes de ses sujets, qui se ressentoient tous de sa defaite. Ne voyant nul autre moyen, pour se relever de son infortune, il voulut tenter d'ensortir par la voie de la negociations, & il se deterinina a envoyer Septenbaldius, son fils, au Dalay-Lama, a Berentola son intention etoit apparemment, de recourir a l'interposition de ce Pontife, & de se rememe a son arbitrage, qu'il avoit ci devant refuse de reconnoitre. Mais Abay Dola Beck, Gouverneur de la ville de Camull, quoyque dependant de Bosto-Cham, fit arreter Septenbaldius, qui passoit par son Gouvernement, & la petite suite qui l'accompagnoit; Il les envoya prisonniers a Pekin & se soumit luy meme, avec tout son Gouvernement, a Amulon Bogdo-Cham.

(26) Ce fut un present bien agreable a L'Empereur de la Chine. Il fit [43] trancher les tetes aux prisonniers, & fit savoir au Gouverneur de Camull; qu'il le confirmoit dans son poste, & qu'il luy promettoit sa grace, & sa protection, a condition qu'il ne reconnut desormais d'autre maitre, que L'Empire de la Chine faute de quoy il le menacoit des plus cruels supplices, & de l'exterininer lui & toute sa race.

(27) La nouvelle de ce desastre mit le comble au des espoir de Bosto-Cham. Il convoqua tous ses sujets, les exhorta a vivre en paix, & en bonne intelligence entre eux, & leur ayant donne la liberte de se retirer, chacun ou il luy plairoit, il prit du poison, & mourut.

(28) Telle fut la fin de Bosto-Cham Prince d'un grand genie, & de beaucoup de valeur.

Une suite d'heureux succes l'avoit rendu la terreur de tous ses voisins, & l'avoit comble de gloire. Un seul malheur le plongea dans le mepris, & [44] dans le neant. Tant il est vrai, que les vicissitudes de la fortune sont de tout pays, & que le vray moyen de se mettre a couvert de ses revers, c'est de se desier a tems de sa stabilite.

(29) Apres le deces de Bosto-Cham, Zigan-Araptan, dont il a ete parle ci dessus, parut de nouveau sur le theatre Il s'etoit tenu cache, pendant la vie de son oncle; mais, des qu'il eut appris son trepas, il vint se presenter aux Calmuques, & demanda a succeder au trove du defunct. Il en etoit effectivement le plus proche heritier; les Calmuques, dont il s'etoit acquis l'affection des son enfance, ne balancerent pas de lui preter hommage. Les Bouchars, que Bosto-Cham avoit subjuguez quelque tems auparavant, suivirent cet exemple. D'autres Provinces, qui refusoient de s'y conformer, y furent obligees par les armes.

(30) Zigan-Araptan ayant ainsi ete reconnu par tous les Etats de Bosto-Cham, les Bouchars le conduisirent [45] un jour vers un endroit particulier. C'etoit un petit bois fort agreable par sa situation, & qui ne consistoit qu'en 100. arbres touffus & d'une espece singuliere. Il s'y donna pendant quelques jours, plusieurs beller fetes, apres quoy l'on revetit solemnellement le nouveau Prince du titre de Contaisch, qui signifie un grand Monarque, & l'on defendit sous peine de mort de l'appeller de son premier nom.

(31) Le nouveau Contisch meritoit bien cette distinction. C'est un Prince doue de grands talents. Il a beaucoup de genie, de douceur, de courage & de piete. Il est actuellement en guerre avec l'Empereur de la Chine, auquel il donne bien de la besogne.

(32) On raconte plusieurs particularites de sa vie. Je me contenterai d'en rapporter deux qui sont parvenues a ma connoissance. Le Contaisch se trouvant un jour a la chasse il arriva par accident, qu'un de ses [46] domestiques, lachant mal adroitement son arc, luy creva un oeil. Le reste de la suite, indigne de voir leur maitre borgne, se jetta sur le malheureux tireur, & voulut le punir de mort. Mais le Contaisch s'y opposa. Laisses l'aller en paix, dit il a ses gens. Il ne faut juger d'un crime que par l'intention de celui, qui le commet. Celui cy m'a blesse sans dessein; sa mort ne me rendroit pas l'oeil, qu'un hazard m'a fait perdre, Et non content de lui auoir sauve la vie, il lui donna la liberte, afin de le recompenser dit il, du danger qu'il auoit couru.

Un autre de ses sujets eut le malheur deperdre trois fois de suite tout son bien. Le Contaisch qui connoissoit d'ailleurs le merite de cet honnete homme, le remit chaque fois, avec beaucoup de generosite dans un etat d'opulence: mais la fortune ne cessant pas de le perfecuter, & l'ayant replonge dans une quatrieme mendicite, il implora de nouveau la munifcence [47] du Contaisch; Surquoy ce Prince lui repondit en ces terines: Il te souvient, mon fils, que je t'ai assiste trois fois. Je le ferois encore celleci, si je ne jugeois par l'opiniatrete de ton mauvais sort que le Ciel semble t'avoir destine a la pauvrete. Je n'oserois plus aider un homme, que Dieu lui--meme abandonne si visiblement.

Michael Knuppel

Gottingen

(1) Philipp Johann von Strahlenberg wurde nicht, wie haufig angegeben, 1676 (Henze, Dietmar: Strahlenberg (eigentl. Tabbert), Philipp Johann von. In: Enzyklopadie der Entdecker und Erforscher der Erde. 25. Lieferung: Stoddart-Vadillo. Graz 2003, coll. 249-250; Jarring, Gunnar: Strahlenberg in Schwedischer Literatur und Wissenschaft. Eine bio-bibliographische Ubersicht. In: UAJb, 48. 1976, pp. 121-123; Krueger, John R.: The Kalmyk-Mongolian Vocabulary in Stralenberg's Geography of 1730. Asiatica Suecana, Early 18th Century, Documents and Studies, 1. Stockholm 1975; Sertkaya, Osman Fikri: Dogumunun 311 olumunun 240. yil sonumunde Philipp Johann von Tabbert-Strahlenberg (1676-1747). In: TK, 285. Januar 1987, pp. 16-27) geboren, sondern erst 1677 (wie vom Vf. an anderer Stelle bereits ausgefuhrt). Den Kirchenbuchern der Stadt Stralsund ist zweifelsfrei zu entnehmen, dasz Philipp Johann Tabbert/ Strahlenberg am 6. Oktober 1677 in der St. Nicolai-Gemeinde getauft wurde (Kirchenbuch St.-Nicolai, p. 300 b; freundliche Mitteilung von Herrn Dr. Hacker [Stadtarchiv Stralsund]). Das Geburtsdatum ist hier nicht eingetragen, durfte allerdings nur wenige Tage davor anzusetzen sein (im Falle der meisten Geburten/ Taufen aus dieser Zeit in der betreffenden Gemeinde liegen nur drei bis funf Tage zwischen der Geburt und der Taufe).

(2) Henze (2003), coll. 249-250; Jarring (1976), pp. 121-123; Krueger (1975); Sertkaya (1987), pp. 16-27. Vgl. daneben Bratt, Einar: Karolinen Philipp Johann von Strahlenberg och hans sibirka karta. In: Foreningen Armemusei vanner, Meddelande XXVII fran Kungl. Armemuseum. Stockholm 1966, 73-92; Novljanskaja, Marija Grigor'evna: Filipp Iogann Stralenberg, Jego raboty po issledovaniju Sibiri. Moskva, Leningrad 1966 (schwed. Ubers. [v. Apazidis, Anita]: Novljanskaja, M. G.: Philipp Johan von Strahlenbergsforskningsarbeten om Siberien. Karlstad 1968); Strindberg, August: Philip Johan von Strahlenberg, hans karta och beskrivning over Asien. In: Antropologisk-geografiska sallskapets tidskrift, I. 1879 (Neudruck in: Kulturhistoriska Studier. Stockholm 1881. 18-27; vgl. die von John Landquist herausgegebene 55-bandige Werkausgabe Strindbergs [Samlade skrifter. 1911-1921], hier Bd. 4, pp. 28-41); Yarosh, G.: F. I. Tabbert-Stralenberg--sputnik issledovatelya Sibiri D. G. Messerschmidta. In: Izvestiya Sibirskogo otdeleniya AN SSR. Seriya obscestvennykh nauk. 1968 (I), pp. 68-72.

(3) Z. Zt. im Druck.

(4) Strahlenberg, Philipp Johann v.: Dgs Nord--und Ostliche Theil von Europa und Asia: in so weit solches Das Gantze Russische Reich mit Sibirien und der grossen Tartarey in sich begreiffet. In einer Historisch-Geographischen Beschreibung der alten und neuern Zeiten, und vielen andeni unbekannten Nachrichten vorgestellet, Nebst einer noch niemahls ans Licht gegebenen Tabula Polyglotta von zwey und dreyssigerley Arten tartarischer Volcker Sprachen und einem Kalmuckischen Vocabulario, Sonderlich aber Einer grossen richtigen Land-Charte von den benannten Landern und andern verschiedenen Kupfferstichen, so die Asiatisch-Scythische Antiqvitat betreffen; Bey Gelegenheit der Schwedischen Kriegs-Gefangenschaft in Russland, aus eigener sorgfaltigen Erkundigung, auf denen verstatteten weiten Reisen zusammen gebracht und ausgefertigt. Stockhomn (in Verlegung des Autoris) 1730 (Neudruck: With an Introduction by J. R. Krueger. Ed. Judit Papp. Szeged 1975 [SUA, 8]).

(5) [Strahlenberg, Philipp-Johann v./ Matern, T. A./ Frisch, P. F.]: Nova descriptio geographica Tattariae magnae: tam orientalis quam occidentalis in particularibus et generalibus Territorus una cum Delineatione totius Imperii Russici imprimis Sibiriae accurate ostensa; Serenissimo ac Potentissimo Regi Suecorum Gotorum et Uandalorum etc. etc. etc. Friderico Primo Domino suo Clementissimo Mappam hanc Geographicam quae Divina sic dispensante Providentia Originem suam Occasione Captivitatis Sibiricae traxit devotissimo

Corde et obsequiosissima Mente offert, dicat, dedicatque humillimus ac obedientissimus Servus et Subditus P. I. v. Strahlenberg. J. A. Matern. P. J. Frisch sculpsit. Paris 1725.

(6) [Aboulgasi Bagadur Chan] L'histoire genealogique des Tatars traduit du Manuscipt tatare d'Abulgasi-Bayadur-Chan, et enrichie d'un grand hombre de remarques authentiques ... Sur le veritable estat present de l'Asie sptentrionale, avec les cartes geographiques necessaires. Leyde 1726.

(7) Das Werk, das zugleich den zweiten Teil seiner Arbeit ,,Das Nord--und Ostliche Theil von Europa und Asia ..." bildete--und im Anhang eines Briefes an den schwedischen Gesandten in den Niederlanden, Baron J. F. Preis ausfuhrlich behandelt wird (Jarring, Gunnar: Das Schicksal der zentralasiatischen wissenschaftlichen Erbschaft von Philipp Johann Strahlenberg. In: CAJ 21. 1977, pp. 224-228, hier bes. 225-226)--, bestand aus einer erweiterten Neubearbeitung der Geschichte des Abu-'l-Gazi Bahadur Han, einem ,,Traktat' uber Oguz Han, einer Beschreibung der ,,kleinen Bucharey" (Ost-Turkistan), des ,,Konigreiches Tanghut" (Tibet) und des ,,Reichs Boutan" (Bhutan), einem Bericht uber eine Reise zu den westlichen Kalmucken, der Beschreibung einer russischen Expedition entlang des Irtyschs, einem Wegweiser fur Reisen in Ruszland, Sibirien und Zentralasien sowie zahlreichen Kupferstichen von Trachten und Kleidungen der Volker Sibiriens und der angrenzenden Regionen (ibid.).

(8) Strahlenberg, Philipp Johann v.: Vorbericht eines zum Druck verfertigten Werckes von der grossen Tartarey und dem Konigreiche Sibirien; mit einem Anhang von Gross-Russland, worinnen von dem Autore die Einrichtung und voniehmsten Contenta desselben, vorgetragen werden. Stockholm 1726.

(9) Strahlenberg (1726), p. 47.

(10) L'etat present de la Boucharie contenant vne description exacte de la situation, religion des moeurs, de la forme du gouvernement, et du commerce, avec une relation de la derriere revolution de ce pais la, de la fin tragigve du prince Bosto-Cham et de la vie de son successeur Contaisch Areptan prince aujourdhui regnant, tire du manuscript d'un voyageur a Cologne 1723.

(11) In den eckigen Klammern ist hier die Paginierung der Vorlage gegeben.

(12) Die geographischen Angaben zur Ausdehnung der ,,Groszen Bucharei" variieren in der Literatur des 18. Jahrhundert ganz erheblich, sowohl was die Ausdehnung in nordlicher Richtung betrifft (bis in Gebiete des heutigen Kasachstans hinein [haufig wird die ,,Grosze Bucharei" als Suden der ,,Tartatarei" bezeichnet]), als auch in Bezug auf die Ausdehnung nach Suden (noch in den Lexika des 19. Jahrhunderts werden hier Gebiete Afghanistans einbezogen).

(13) Dies = Han.

(14) Eine Beschreibung der ,,kleinen Bucharei" (= die Ost-Turkistan) sollte gemasz der von G. Jarring wiedergegebenen Anzeige ja auch v. Strahlenbergs zweites groszes Werk beinhalten (s. o.).

(15) Vgl. hierzu die nahezu identische Schreibung des Titels Cingis Han in v. Strahlenberg (1730), pp. 12 und 45.

(16) Gemeint ist hier Chugtaiji Galdan (Galdan Boigt Han), der Herrscher der Dzungaren (1676-1697); vgl. hierzu Grousset, Rene: Die Steppenvolker. Attila--Dschingis Khan--Tamerlan. Essen 1975, pp. 708-714.

(17) Dies = Tsewanrabtan (Erdeni Suruqtu Ba'atur Quntaiji [eigentlich: Sa-skyong sTags-rTsepa lHa-rGyal rab-brtan]), Herrscher der Dzungaren (1697-1727); vgl. hierzu Grousset (1975), pp. 715-719.

(18) Auch--und vor allem--die im vorliegenden ,,Tractat" gegebenen Angaben zur Geschichte der Kalmucken (und hier wiederum der inner-kalmuckischen Auseinandersetzungen im 17. Jh.) durfte einen wesentlichen Teil von v. Strahlenbergs ,,Bericht uber eine Reise zu den westlichen Kalmucken" ausgemacht haben. Angaben zu den Kalmucken--wenngleich weniger zu deren Geschichte, als vielmehr zu Sprache (hier in Gestalt eines ,,Vocabulariums" [pp. 137-156])--finden sich ja auch in nennenswertem Umfang im ,,Nord--und Ostlichen Theil von Europa und Asia" (vgl. auch p. 46 f.).

(19) Die hier im Folgenden beschriebenen Ereignisse stellen einige Aspekte der inner-kalmuckischen Auseinandersetzungen--oder vielmehr deren Wahrnehmung durch die westlichen Reisenden und russischen Autoritaten--dar, die sich nahezu durch das gesamte 17. Jh. zogen. Eine erste ausfuhrliche Darstellung der Ereignisse findet sich bei P. S. Pallas, der einen Abrisz der kalmuckischen Geschichte--und vor allem Darstellungen der Genealogien der kalmuckischen Fursten--liefert (Pallas, Peter Simon: Sammlungen historischer Nachrichten uber die Mongolischen Volkerschaften. Erster Theil. St. Petersburg 1776, pp. 24-96); eine moderne, wenn auch eher skizzenhafte, Darstellung der Ereignisse findet sich bei Grousset (1975), pp. 701-719.

(20) Zu Chuntaiji Galdan (Galdan Bosigt Han) cf. oben Anm. 16.

(21) Zu Tsewanrabtan (Erdeni Suruqtu Ba'atur Quntaiji [eigentlich: Sa-skyong stags-rTsepa lHa-rGyal rab-brtan]) cf. oben Anm. 17.
COPYRIGHT 2008 Hermes Academic Publishing
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2008 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Knuppel, Michael
Publication:Acta Orientalia
Date:Jan 1, 2008
Words:8845
Previous Article:References to Kurds in medieval Arabic and Persian literature.
Next Article:Madinat al-Zahra', le pretexte monumental des Umayyades de Cordoue. Reflexions sur la construction, le pouvoir et le politique.


Related Articles
Nahe aus Distanz. Bach-Rezeption in der Schweiz.
Zur frage der dialektalen basis der wotjakischen Wortsammlung Ph. J. von Strahlenbergs/[TEXT NOT REPRODUCIBLE IN ASCII].
Even Hovdhagen, Fred Karlsson, Carol Henriksen, Bengt Sigurd, The History of Linguistics in the Nordic Countries.

Terms of use | Copyright © 2017 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters