Printer Friendly

Effet de la rehabilitation de la steppe a Hammada scoparia dans la region de Naama (Algerie)/Effect of rehabilitating the steppe Hammada scoparia in Naama region (Algeria).

INTRODUCTION

La steppe sud-oranaise de Naama (Algerie). par sa position au cLur d'un ecosysteme frague, se caracterise par un milieu steppique fortement menace de degradation par la regression du couvert vegetal, le fleau d'ensablement, des crues, l'erosion hydrique et eolien.

La degradation des parcours est issue de l'interaction des facteurs naturels lies aux conditions du milieu physique en general et des facteurs socio-economiques, anthropiques qui favorisent une action souvent une intervention anarchique de l'homme sur l'ecosysteme.

Pour remedier a cette situation alarmante, l'Etat par Porganisme du Haut Commissariat du Developpement de la Steppe (H.C.D.S.) a entrepris differentes mesures de restauration ou de rehabilitation. Parmi celles-ci, la mesure biologique dite mise en defens qui s'integre dans le cadre d'une strategie nationale d'amelioration pastorale des parcours steppiques degrades, de la lurte contre Pensablement en vue de combattre la desertification. Cette technique de mise en defens, qui vise a reactiver la remontee biologique des especes autochtones sera appliquee essentiellement aux types de parcours presentant des aptitudes de regeneration rapide d'especes de haute valeur pastorale. Elle concernera essentiellement les parcours de steppes et de montagne (Kaabeche 2003, Ouaskioud 1999).

Le present travail a pour objectif d'etudier le role de la mise en defens pour la rehabilitation du parcours steppique a Hammada scoparia ainsi que la remontee biologique des especes vegetales.

Materiels et Methodes

1. Station d'etude Bouarfa (Ain Sefra)

La zone d'etude fait partie des hautes plaines sud-oranaises, elle s'etend sur une superficie de 3 millions d'hectares. Elle se localise sur des glacis du quaternaire appartenant au sous-secteur de l'atlas saharien oranais. La station d'etude Bouarfa (Ain Sefra) (Fig. 1) occupe une superficie de 10.000 ha et se situe entre 07[grados]25'10,8" nord et 36[grados]39'29,4" ouest dans la partie nord-est de la commune d'Ain sefra, elle est reperee par le forage de Bouarfa, avec une vegetation a base de Hammada scoparia, Atractylis serratuloides, Thymelaea microphylla, Noaea mucronata et Retama raetam. Elle constitue un ensemble topographique plus ou moins homogene sur une altitude moyenne de 1.120 m. Bio-geographiquement, la station fait partie du secteur de l'Atlas saharien (sous-secteur AS1) au sens de Quezel & Santa (1962); c'est a dire dans la partie la plus occidentale de l'Algerie.

2. Approche methodologique

Apres une description de la vegetation et de l'etat des lieux, une fiche de releve a ete elaboree pour la realisation d'un inventarie floristique a l'interieur et a l'exterieur du site mise en defens, ainsi que des mesures ou estimations des parametres stationnels (la geomorphologie, la topographie, la lithologie et l'altitude). Nous avons lance une campagne d'echantillonnage au printemps 2007 dans le but de determiner l'effet de cette pratique experimentale sur la diversite vegetale et sur l'etat de la surface du sol.

La methodologie utilisee pour la realisation des transects comprend un dispositif constitue d'une serie de transects repartis dans les differentes unites topographiques de la station etudiee. Les relevees phytoecologiques sont disposees tous les 200 m selon la variabilite de la vegetation et des conditions ecologiques (topographie, exposition). L'identification des taxons (constitution de Pherbier) a ete faite en utilisant les cles de determination de differents flores et herbiers: Maire (1952-1987), Quezel & Santa (1962-1963), Ozenda (1977), Bonnier (1990), Guittonneau et al. (2011). Herbiers Laboratoire de Botanique de la faculte des Sciences de la Nature et de la Vie de l'Universite Abou Bekr Belkaid de Tlemcen (Algerie). La nomenclature des especes recensees est basee sur les normes internationales indiquees par Brummitt & Powell (1992). Elle a ete actualisee et mise a jour en se referant a l'Angiosperm Phylogeny Group Classification (APG III 2009) pour les families des plantes a fleurs.

Le recouvrement d'une espece est defini theoriquement comme le pourcentage de la surface du sol qui serait recouverte, si on projetait verticalement sur le sol les organes aeriens des individus de Pespece (Gounot 1969). La mesure de la phytomasse est la quantite de matiere vegetale vivante ou morte au moment de Pobservation, on Pexprime aussi en quantite d'energie stockee a un moment donne. Elle est composee de toutes les especes presentees (perennes, ligneuses et des annuelles) (Floret et al. 1987).

La mesure de la densite de la vegetation au sein des releves, nous placons des placettes de 10x10 [m.sup.2] pour les vegetaux perennes. Cette operation consiste a denombrer les individus des especes dominantes. Pour la mesure de la densite, nous avons effectue les etapes suivantes:

--On delimite des placettes de 100 [m.sup.2] tout le long de la diagonale. Dont on a recense le nombre de touffes qui existent a l'interieur de chaque placerte.

--La densite a l'hectare est obtenue apres la conversion de la densite moyenne des placettes de 100 [m.sup.2] comme suite: Densite (ha)=densite de la vegetation dans la placerte/surface de la placerte x 10000 [m.sup.2].

La richesse floristique d'un territoire est le nombre total d'especes qu'il renferme, cette richesse floristique est en generale d'autant plus elevee que la surface du territoire est plus grande, mais croit naturellement moins vite que la superficie consideree. En zone aride, la richesse floristique depend essentiellement du nombre s'especes annuelles, au moment de l'execution du releve (Djebaili 1978).

Les especes recensees a l'interieur et a l'exterieur de la mise en defens ont ete renseignees par leur type biologique. La classification des types biologique prend en compte la position de bourgeon de renovation du vegetal par rapport au sol durant la periode froide est permet de reconnaitre 5 types biologiques, definis par Raunkiaer (1934) selon la nature morphologique et qui sont: phanerophyte, chamaephyte, hemicryptophyte, geophytes et therophytes.

Resultats

Les resultats obtenus sur le terrain, sont analyses par le calcul des variations des differents parametres (taux de recouvrement, spectre biologique et systematique des especes inventees) tout en comparant les donnees de deux etats d'etude: Parcours Libre (Fig. 2A) et Mise en Defens (Fig. 2B).

1. Caracterisation phytoecologique

Une analyse factorielle des correspondances a permis une caracterisation floristique et ecologique de la zone d'etude, portant sur 12 relevees. 72 especes vegetales ont ete inventoriees appartenant a 27 families botaniques. En effet, cette analyse a aboutit a l'identification de trois formations vegetales selon leur contenu floristique:

--Formation a Hammada scoparia, Stipa parviflora, Anabasis articulata: elle est tres developpee et floristiquement diversifiee dans la mise en defens et se localise sur les plaines et les versants. Le sol est de texture limono-sableuse, peu profond et moyennement caillouteux. Il est soumis a une erosion en nappe et une erosion eolienne qui se traduit par un voile eolien mince. En dehors de la mise en defens, la meme formation subit une utilisation intense, ce qui cause la disparition de plusieurs especes appetible (Stipa tenacissima, Stipagrostis pungens, Helianthemum lippii) et l'abondance d'autres especes non appetible et toxiques telles que Atractylis serratuloides, Thymelaea microphylla, Peganum harmala.

--Formation a Retama raetam, Stipagrostis pungens, Salsolavermiculata, Launaeanndicaulis, Launaea acanthoclada, Thymelaea microphylla, Ziziphus lotus, Launaea arborescens, etc. C'est une formation psammophyte ou une steppe sous arbustive, liee a la texture sableuse des horizons de surface oo les apports sableux d'origine eolienne. Cette formation a R'tem (Retama raetam) colonise tous endroits sableux et dans les bords des oueds.

-- Formation a Atractylis serratuloides, Thymelaea microphylla, Bassia muricata, Salsola vermiculata, Anabasis articulata, Ferula cossoniana, Atractylis humilis, Pegannum harmala, Plantago albicans, etc. c'est une formation localisee dans le parcours ou la degradation tres avancees par les facteurs anthropiques combine avec la rudesse du climat.

2. Effet sur le taux de recouvrement

Le tableau 1 montre une large difference entre la mise en defens et le parcours libre dans la station d'etude. Dans la mise en defens (MED), nous remarquons une nette amelioration avec un taux de 25% du recouvrement de la vegetation, il est deux fois superieur a celui du parcours libre (PL) ou on enregistre un faible taux de (9%). D'apres Le Houerou (1995), ramelioration du taux de recouvrement est due au processus de la remontee biologique. La rehabilitation par la mise en defens permet de proteger un territoire ou une parcelle de toute exploitation contre l'homme et/ou les animaux domestiques (Savadogo et al. 2011).

3. Effet de la mise en defens sur la richesse floristique

La richesse floristique est variee entre les deux situations d'etude (mise en defens et parcours libre), a partir des releves floristiques effectues a l'interieur et a l'exterieur des elements structuraux. D'apres le tableau 2, on a recense dans la mise en defens (71 especes) par contre dans le parcours libre (26 especes), avec une nette dominance d'especes ephemeres par rapport aux especes perennes. Le tableau 3 ci-apres, nous montre une nette diversification de la flore pastorale. En effet, les especes inventoriees a l'interieur de la mise en defens sont plus importantes qu'a l'exterieur parcours libre.

La richesse floristique induite par la mise en defens permet une remontee biologique des especes endemiques (sahariennes et pastorales). Cette technique sera appliquee essentiellement aux parcours presentant des aptitudes de regeneration et retour rapide d'especes de grande valeur pastorale (Ferchichi et al. 2003, Amghar et al. 2008, Mansours 2009, Benaradj 2009). En effet, dans le parcours libre soumis a une forte pression humaine et animale, montre un stade de degradation tres avance conforte par la presence des especes de faible valeur pastorale qui deviennent de plus en plus ahondantes telles que: Atractylis serratuloides, Peganum harmala, Ferula cossoniana, Thymelaea microphylla, alors que d'autres especes diminuent voire meme disparaissent entre autres: Stipa parviflora, Artemisia herba alba, Salsola vermiculata. D'apres Aidoud (1989), la richesse floristique en zone aride depend essentiellement des especes annuelles, des conditions du milieu et de la correlation de l'ensemble des caracteres (climat, sol et exploitation). L'amelioration naturelle consiste a provoquer la regeneration biologique du milieu par un repos pluriannuel des paturages qui permettrait la recolonisation du terrain par l'accroissement du couvert vegetal (Floret et al. 1987).

4. Effet de la mise en defens (MED) sur la densite floristique

Le tableau 4 presente le nombre moyenne d'individus des ligneux de Hammada scoparia dans les differentes placettes (10 m x 10 m), sous les deux modes d'utilisation (MED et PL). Une premiere lecture du tableau 4, montre que la densite totale estplus elevee a l'interieur de lamise en defens qu'au parcours libre (1530 pieds/ha contre 920 pieds/ha). Ce qui nous renseigne par une repartition spatiale tres heterogene (toutes classes d'age confondues) des touffes de Hammada scoparia. Cette variabilite spatiale est une caracteristique des milieux arides ou la vegetation est eparse. Cette difference peut etre expliquee essentiellement par l'intensite de paturage qui agit sur la competition intra-specifique et interspecifique vis a vis des ligneux vivaces qui ont une grande densite au sein de la mise en defens. La mise en defens raisonne peut avoir un effet benefique sur la duree de la periode vegetative de certaines especes. Par ailleurs, ces periodes de repos vegetatifs sont generalement plus favorables, permettent l'installation de jeunes plantes perennes et favorisent ainsi la germination des especes annuelles (Yahefdhou et al. 2002, Floret 1981).

5. Effet sur la composition floristique

Les especes recensees a l'interieur et a l'exterieur du site mis en defens ont ete regroupees par types biologiques et systematiques.

5.1 Caracterisation biologique

Le tableau 5 relate une difference entre les deux situations (mise en defens et parcours libre). Dans le site mis en defens, le spectre biologique est le suivant: Th > Ch > He > Ph = Ge. Elle est caracterisee par une forte presence de la strate herbacee qui predomine. Les therophytes occupent les 45,1%, les chamephytes (26,8%), les hemicryptophytes (19,7%), les geophytes et les phanerophytes (4,23%). Dans le parcours libre ou la degradation est tres importante, l'analyse des resultats revele que le type biologique dominant est represente par les therophytes (39,3%), les chamephytes (28,6%), les hemicryptophytes (25%), par les geophytes et les phanerophytes (3,57%). Donc le spectre (Th > Ch > He > Ph = Ge) presente une ressemblance mais sa composition floristique est tres pauvre, ce qui explique la pression anthropique exercee sur les parcours.

La therophytisation decrite par beaucoup d'auteurs comme une caracterisation de systemes degrades est valide, effectivement si nous avons le passage d'un ecosysteme en bon etat vers un autre en mauvais etat (O.S.S. 2012). Selon Barbero et al. (1990), presentent la therophytie comme etant une forme de resistance a la secheresse ainsi qu'aux fortes temperatures des milieux arides. L'origine de l'extension des therophytes est due en grande partie: soit a 1'adaptation, a la contrainte du firoid hivernal ou a la secheresse estivales (Raunkiaer 1934, Ozenda 1963, Negre 1966, Daget 1980, Kaabeche 1990). La therophytisation est liee d'une part a la rudesse du climat et d'autre part aux actions anthropiques qui degradent de plus en plus les conditions d'installation de nouvelles especes (Benaradj 2009). D'apres cette analyse portant sur la caracterisation biologique dans les deux situations, on note que la mise en defens joue un role positif sur la composition floristique.

5.2. Caracterisation systematique

D'apres le tableau 6, la station connait une tres grande difference de point de vue systematique entre le parcours libre et la mise en defens. Le parcours mis en defens est caracterise systematiquement par la presence de 26 families, 55 genres et 71 especes. En revanche, dans le parcours libre, nous trouvons: 18 families, 28 genres et 28 especes. Dans les deux situations (MED et PL), nous notons une forte presence des families cosmopolites qui sont les Asteraceae et les Poaceae, avec 10 genres et 14 especes des Asteracees dans la premiere situation (MED), et 5 genres et 5 especes dans la deuxieme situation (PL). Les Poaceae sont de l'ordre de (8 genres et 10 especes) dans la (MED) et de (4 genres et 4 especes) dans le (PL).

D'apres ces resultais obtenus, on note l'abondance certaines families dans les deux situations comme Asteraceae, les Poaceae, les Brassicaceae et les Fabaceae dans la liste floristique. Ces trois families representent 35 a 40% de la flore dans le secteur saharien (Ozenda 1977). Cette predominance est justifiee puisque ce sont des families cosmopolites qui sont tres repondues sur toute la surface de la region d'etude. Ces families botaniques sont d'affinite mediterraneenne, varient suivant la latitude.

Dans le parcours libre, nous ne constatons une grande difference du point de vue systematique par rapport au parcours mis en defens, ce qui explique par plusieurs lectures, que soit le parcours est tres degrade, soit les precipitations n'ont pas ete suffisantes pour permettre la remontee biologique du tapis vegetal, et en plus la problematique de desertification, de l'ensablement, le surpaturage et la charge animale. Parmi les families qui se colonisent ces parcours degrades sont les Thymeleaceae, les Zygophyllaceae et les Caryophyllaceae. Des groupes temperes comme les Caryophyllacees et les Lamiaceae diminuent du Nord au Sud. Quant aux Brassicaceae, elles jouent un role tres important dans la flore saharienne, particulierement dans les regions septentrionales. Les families d'affinite saharienne, comme les Zygophyllaceae et les Amaranthaceae, augmentent progressivement vers le Sud (Mansour 2009).

La suppression du paturage a donc permis l'extenuation des potentialites de regeneration de la vegetation qui se traduit au niveau des parcelles protegees par l'evolution vers une plus grande heterogeneite et une tres forte diversite floristique (Ferchichi et al. 2003).

5. Effet de la mise en defens sur la phytomasse et la production pastorale

Le tableau 7 presente des resultats relatifs a la quantification de la phytomasse et de la production pastorale au niveau les deux situations d'etude. L'examen du tableau 7, montre des variations de phytomasse sous les differents modes d'utilisation a l'interieur et a l'exterieur de la mise en defens (parcours libre). On remarque que la phytomasse totale moyenne est plus elevee dans la mise en defens ou elle est 164,22 kg/Ms/ha. Des tendances semblables ont ete rapportees par Aidoud & Touffet (1996) concluent que: en l'absence du paturage, toutes les ressources semblent s'orienter vers le maintien d'une biomasse sur pied au depens de la production.

Par contre dans le parcours libre, la phytomasse est tres faible, de l'ordre de 98,67 kg/Ms/ha. Cette situation peut s'expliquer par la combinaison du paturage intense et l'intensite anthropique par le dessouchement des ligneux.

La rehabilitation par la technique de la mise en defens a un effet positif sur la protection et la production de la phytomasse, ce qui a ete signale par plusieurs auteurs (Ouaskioud 1999, Mansour 2009, Benaradj 2009). Dans ce sens Melzi (1993), rapporte que l'ensablement declenche chez l'espece de Hammada scoparia une forte croissance des individus en region presaharienne en Algerie. Des touffes fortement ensablees peuvent atteindre une phytomasse de 5000 kg MS/ha, alors que le poids des touffes faiblement ensablees depasse rarement 1000 kg MS/ha. Il y a donc une remarquable adaptation de cette plante et une forte resistance a un facteur qui est un indicateur de premier ordre de la desertification.

Conclusion

Il ressort de cette etude que pour assurer une bonne preservation des parcours steppiques sud-oranais, il suffit de favoriser la regeneration naturelle et le developpement du couvert vegetal. En effet, apres quatre annees de protection integrale (mise en defens), une tres bonne regeneration spontanee a ete observee dans la steppe a Hammada scoparia par une augmentation de 50% du nombre d'especes et la multiplication de la densite, de la phytomasse et du taux de recouvrement.

La technique de la mise en defens, est une strategie de rehabilitation et de restauration des parcours steppique degrades necessitant avant tout une bonne connaissance de l'ecologie et de la biologie des especes steppiques menacees.

References

Aidoud, A. 1989. Contribution a l'etude des ecosystemes steppiques patures des hautes plaines algero-oranaises (Algerie). These Doct. U.ST.H.B. Alger.

Aidoud, A. & Tbuffet, J. 1996. La regression d'alfa (Stipa tenacissima L.), graminees perennes, un indicateur de desertification des steppes algeriennes. Cahier Secheresse 7(3): 187-193.

Amghar, F. & Kadi Hanifi, H. 2008. Diagnostic de la diversite floristique de cinq stations steppiques du Sud Algerois. Les Cahiers d'Orphee, 11 Pp.

APG III. 2009. An update of the Angiosperm Phytogeny Group Classification for the orders and families flowering plants. Bot. J. Linn. Soc. 161: 105-121.

Barbero, M., Quezel, P. & Loisel, R. 1990. Les apports de la phytoecologie dans l'interpretation des changements et perturbations induits par l'homme sur les ecosystemes forestiers mediterraneens. Foret Mediterraneenne 12(3): 194-215.

Benaradj, A. 2009. Mise en defens et remontee biologique des parcours steppique dans la region de Naama: dissemination et multiplication de quelques especes steppiques. Memoire de Magister, Universite de Mascara, 229 pp.

Bonnier G., 1990. La grande flore en couleurs. France, Suisse, Belgique et pays voisins, 1-4. Paris.

Brummitt, R.K. & Powell, C.E. 1992. Authors of plant names. Alist of authors of scientific names of plants, with recommended standard form of their names including abbreviations-kew. doi: 10.3366/anh.l994.21.1.141a.

Daget, P. 1980. Sur les types biologiques en tant que strategie adaptative (cas des therophytes). In: Recherches d'ecologie theorique, les strategies adaptatives: 89-114. Paris.

Djebaili, S. 1978. Recherches phytosociologiques et phytoecologiques sur la vegetation des hautes plaines steppiques et de Latias Saharien. These, Doct, Univ. Montpellier.

Floret, C., Le Floc'h, E. & Pontanier R., 1987. Carte de la sensibilite a la desertification en tunisie centrale et meridionale (processus de degradation en cours des sols et de la vegetation). Sol de Tunisie 8: 1-68.

Floret, C. 1981. The effect of protection on steppic vegetation of the mediterranean arid zone of southern Tunisia. Vegetado: 46: 117-129.

Ferchichi, A. & Abdelkebir, S. 2003. Impact de la mise en defens sur la regeneration et la richesse floristique des parcours en milieu aride Tunisien. Revue Secheresse 14(3): 181-187.

Guittonneau, GG, Astie, M., Begel, P., Bismuth, H., Chaffin, C, Charpin, A., Covillot, J, Dakhlia, G., Delaigue M., Dreger F., Duclos A., Dupont, J. M., Georges, C., Le Strat, F., Leveugle, A., Magnouloux, M., Thiebault, P. 2011. Flore et vegetation de la Tunisie meridionale. Documents sur les activites de la Societe botanique de France 6: 281-359.

Gounot, M. 1969. Methodes d'etude quantitatives de la vegetation. Masson et Scie. Paris.

Kaabeche, M. 1990. Les groupements vegetaux de la region de Bou-Saada. Contribution a la synsystematique des groupements steppiques du Maghreb. These de Doctorat d'Universite. 2 Vol., Universite de Paris-Sud, Centre d'Orsay, France.

Kaabeche, M. 2003. Conservation de la biodiversite et gestion durable des ressources naturelles: etude sur la rehabilitation de la flore locale au niveau de la reserve El-Mergueb (Wilaya De M'sila, Algerie). Projet DGF, ALG/00/G35/A/1G/99. 42 Pp.

Le Houerou, H.N. 1995. Bioclimatologie et biogeographie des steppes arides du nord de rAfrique: diversite biologique, developpement durableetdesertisationOptionsMediterraneennes, Ser. B: Recherches et Etudes: 1-396.

Maire, R 1952-1987. Flore de l'Afrique de nord. 1-16. Le Chevalier, Paris.

Mansour, A. 2009. Effet de la mise en defens sur la remontee biologique dans la steppe algerienne (cas de la wilaya d'El Bayadh): dissemination et multiplication de quelques especes steppiques. Memoire de Magister en Ecologie Vegetales, Universite des Sciences et de la Technologie Houari Boumediene.

Negre, R. 1962. Petite flore des regions arides du Maroc occidental 2 : 1-566. C.N.R.S., Paris.

Melzi, S. 1993. Evolution de la vegetation et du milieu dans la region presaharienne des steppes algeriennes. Science et Changements Planetaires/Secheresse 4(2): 113-116.

O.S.S. (Observatoire du Sahara et du Sahel) 2012. Synthese regionale ecologie, Burkina Faso, Kenya, Senegal, Tunisie.

Ouaskioud, D. 1999. Contribution a l'etude de la dynamique de la vegetation steppique apres une mise en defens de tongue duree: cas de la station d'amelioration pastorale Anbad Boumalne Dades (Ouarzazate). Memoire d'ingenieur d'etat en Agronomie, option Amenagement des terres a paturage. Institut agronomique et Veterinaire Hassan II, Royaume du Maroc.

Ozenda, P. 1963. Organisation et reproduction des Angiospermes. In: Botanique: anatomie, cycles evolutifs, systematique: 465-722. Masson et Cie eds. Paris.

Ozenda, P 1977. Flore du Sahara, 2eme Ed. CNRS. Paris.

Quezel, P & Santa, S. 1962-1963. Nouvelle flore de l'Algerie et des regions desertiques meridionales. C.N.R.S., Paris. 2 Vol.

Raunkiaer, C. 1934. The life form of plants and statistical plant geography. Collected papers, Clarendon Press, Oxford.

Savadogo, M, Somda, J., Seynou, O., Zabre, S. & Nianogo, A.J. (Eds.) 2011. Catalogue des bonnes pratiques d'adaptation aux risques climatiques au BurkinaFaso. Ouagadougou, Burkina Faso: UICN Burkina Faso.

Yahefdhou, O.S.M., Neffati, M, Henchi, B. 2002. Effet du mode de gestion des phytocenoses sur leur dynamique en Tunisie presaharienne: cas du parc national de Sidi Toui et de ses environs. Science et Changements Planetaires/Secheresse 13(3): 195-203.

Benaradj Abdelkrim (1), Boucherit Hafidha (1) & Benabdeli Kheloufi (2)

(1) Centre Universitaire de Naama, BP 66 RP, DZA 45000 Naama (Algerie), Email: kbenaradj@yahoo.fr, h.boucherit@yahoo.fr

(2) Laboratoire Laboratoire de Recherche en Geo-Environnement et Developpement des Espaces, Universite de Mascara (Algerie), Email: kbenabdeli@yahoo.fr

Recibido 19 septiembre 2016 / Aceptado 8 noviembre 2016

http://dx.doi.org/10.5209/BOCM.56866
Tableau 1. Recouvrement de la vegetation dans les deux situations (MED
et PL).

Situation          Taux de recouvrement

Mise en defens       25%
Parcours libre       09%
Taux de variation     2,78

Tableau 2. Richesse floristique dans les deux situations (MED et PL).

Situation           Nombre d'espece

Mise en defens        71 especes
Parcours Libre        26 especes
Taux de variation     63,38%

Tableau 3. Liste des especes dans les deux situations (MED et PL). 1:
presence, 0: absence.

No  Especes                     Families          MED  PL

 1  Aizoon canariense           Aizoaceae          1    0
 2  Alyssum granateme           Brassicaceae       1    0
 3  Anabasis articulata         Amaranthaceae      1    0
 4  Argyrolobium uniflorum      Fabaceae           1    0
 5  Stipagrostis pungens        Poaceae            1    0
 6  Asphodelus tenuifolius      Xanthorrhoeaceae   1    0
 7  Astragalus armatus          Fabaceae           1    0
 8  Astragalus gombo            Fabaceae           1    0
 9  Astragalus mareoticus       Fabaceae           1    1
10  Atractylis humilis          Asteraceae         1    0
11  Atractylis serratuloides    Asteraceae         1    1
12  Avena barbata               Poaceae            1    0
13  Avena sterilis              Poaceae            1    1
14  Bassia muricata             Amaranthaceae      1    0
15  Calendula arvensis          Asteraceae         1    0
16  Carthamus eriocephalus      Asteraceae         1    1
17  Cleome arabica              Cleomaceae         1    1
18  Citrullus colocynthis       Cucurbitaceae      1    0
19  Convolvulus supinus         Convolvulaceae     1    0
20  Cutandia dichotoma          Poaceae            1    1
21  Cynodon dactylon            Poaceae            1    1
22  Diplotaxis pitardiana       Brassicaceae       1    0
23  Echinops spinosus           Asteraceae         1    1
24  Echium pycnanthum           Boraginaceae       1    0
25  Echium trygorrhizum         Boraginaceae       1    1
26  Eremopyrum bonaepartis      Poaceae            1    0
27  Erodium glaucophyllum       Geraniaceae        1    0
28  Eruca vesicaria             Brassicaceae       1    0
29  Eryngium ilicifolium        Apiaceae           1    0
30  Euphorbia calyptrata        Euphorbiaceae      1    0
31  Euphorbia guyoniana         Euphorbiaceae      0    1
32  Euphorbia retusa            Euphorbiaceae      1    0
33  Fagonia latifolia           Zygophyllaceae     1    1
34  Ferula cossoniana           Apiaceae           1    1
35  Filago spathulata           Asteraceae         1    0
36  Hammada scoparia            Amaranthaceae      1    1
37  Helianthemum hirtum         Cistaceae          1    0
38  Helianthemum lippii         Cistaceae          1    0
39  Hemiaria mauritanica        Caryophyllaceae    1    1
40  Launaea arborescens         Asteraceae         1    0
41  Launaea nudicaulis          Asteraceae         1    0
42  Launaea acanthoclada        Asteraceae         1    0
43  Launaea resedifolia         Asteraceae         1    0
44  Lygeum spartum              Poaceae            1    0
45  Eremobium aegyptiaca        Brassicaceae       1    1
46  Malva aegyptiaca            Malvaceae          1    0
47  Malva parviflora            Malvaceae          1    1
48  Ballota deserti             Lamiaceae          1    0
49  Otoglyphis pubescens        Asteraceae         1    0
50  Medicago laciniata          Fabaceae           1    0
51  Moricandia foleyi           Brassicaceae       1    0
52  Muricaria prostrata         Brassicaceae       1    1
53  Noaea mucronata             Amaranthaceae      1    1
54  Peganum harmala             Nitrariaceae       1    1
55  Perralderia coronopifolia   Asteraceae         1    1
56  Reichardia tingitana        Asteraceae         1    0
57  Plantago albicans           Plantaginaceae     1    1
58  Reseda arabica              Resedaceae         1    1
59  Reseda decursiva            Resedaceae         1    0
60  Retama raetam               Fabaceae           1    1
61  Retama sphaerocarpa         Fabaceae           1    0
62  Salsola tetrandra           Amaranthaceae      1    0
63  Salsola vermiculata         Amaranthaceae      1    0
64  Schismus barbatus           Poaceae            1    1
65  Gymnocarpos sclerocephalus  Caryophyllaceae    1    0
66  Scorzonera undulata         Asteraceae         1    1
67  Scrophularia peregrina      Scrophulariaceae   1    1
68  Stipa tenacissima           Poaceae            1    0
69  Stipa parviflora            Poaceae            1    0
70  Thymelaea microphylla       Thymelaeaceae      1    1
71  Drimia noctiflora           Asparagaceae       1    0
72  Ziziphus lotus              Rhamnaceae         1    1
                        TOTAL                     71   28

Tableau 4. Densite floristique engendree (MED et PL).

Situation          Nombre d'individus/100  Nombre d'individus/ha
                   [m.sup.2]

Mise en defens      15,3                    1530
Parcours libre      09,2                     920
Taux de variation    1,66                      1,66

Tableau 5. Spectre biologique brut de la mise en defens et parcours
Libre.
FA: frequence absolue; FR: frequence relative (%).

                       Mise en defens  Parcours Libre
Type biologique          FA   FR (%)    FA     FR (%)

Phanerophytes (Ph)        3  4,23        1    3,57
Chamephytes (Ch)         19  26,8        8    28,6
Hemicryptophytes (He)    14  19,7        7      25
Therophytes (Th)         32  45,1       11    39,3
Geophytes (Ge)            3  4,23        1    3,57
                Total    71   100       28     100
Spectre biologique     Th>Ch>He>Ph=Ge  Th>Ch>He>Ph=Ge

Tableau 6. Les principaux taxons botaniques dans mise en defens (MED)
et parcours libre (PL).

N   Families          Mise en Defens   Parcours Libre
                      Especes  Genres  Especes  Genres

 1  Asteraceae        14       10       5        5
 2  Poaceae           10        8       4        4
 3  Fabaceae           7        4       2        2
 4  Brassicaceae       6        6       2        2
 5  Amaranthaceae      6        5       2        2
 6  Apiaceae           2        2       1        1
 7  Boraginaceae       2        1       1        1
 8  Caryophyllaceae    2        1       1        1
 9  Cistaceae          2        1      -        -
10  Euphorbiaceae      2        1       1        1
11  Malvaceae          2        1       1        1
12  Resedaceae         2        1       1        1
13  Plantaginaceae     1        1       1        1
14  Aizoaceae          1        1      -        -
15  Asparagaceae       1        1      -        -
16  Cleomaceae         1        1       1        1
17  Convolvulaceae     1        1      -        -
18  Cucurbitaceae      1        1      -        -
19  Geraniaceae        1        1      -        -
20  Lamiaceae          1        1      -        -
21  Nitrariaceae       1        1      -        -
22  Rhamnaceae         1        1       1        1
23  Scrophulariaceae   1        1       1        1
24  Thymelaeaceae      1        1       1        1
25  Xanthorrhoeaceae   1        1      -        -
26  Zygophyllaceae     1        1       1        1
27  Nitrariaceae      -        -        1        1
         Total        71       55      28       28

Tableau 7. Comparaison des potentialites de la phytomasse et la
production pastorale dans mise en defens (MED) et parcours libre (PL).

Situation                   Mise en defens  Parcours libre

Phytomasse kg/Ms/ha         164,22           98,67
Valeur pastorale /l00         6,08            4,5
Production pastorale UF/ha   45,67           33,74
COPYRIGHT 2017 Universidad Complutense de Madrid
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2017 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Abdelkrim, Benaradj; Hafidha, Boucherit; Kheloufi, Benabdeli
Publication:Botanica Complutensis
Date:Jan 1, 2017
Words:5188
Previous Article:Nuevas localidades de flora vascular amenazada en Galicia (NO iberico)/New localities of threatened vascular flora in Galicia (NW Iberian Peninsula).
Next Article:Estudios citogeneticos en cuatro taxones de Canna (Cannaceae) de la provincia de Buenos Aires, Argentina/Cytogenetic studies in four taxa of Canna...
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters