Printer Friendly

Dominique Laperle, Entre Concile et Revolution tranquille. Les religieuses au Quebec : une fidelite creatrice.

Dominique Laperle, Entre Concile et Revolution tranquille. Les religieuses au Quebec : une fidelite creatrice, Montreal, Mediaspaul, 2015, 294 pages.

Les communautes religieuses au Quebec ont connu durant la seconde moitie du 20e siecle une periode de grands changements, influencee par de multiples forces tels le concile Vatican II, la Revolution tranquille et la seconde vague du feminisme. Les religieux et religieuses ont ete des lors confrontes a la necessite d'adapter leur vie religieuse, et plus encore, leur propre identite et leur role dans une societe en voie de secularisation.

Dominique Laperle cherche dans cet ouvrage, tire de sa these de doctorat en histoire deposee en 2013, a comprendre l'experience vecue par la congregation des Soeurs des Saints Noms de Jesus et de Marie au commencement des annees 1950 au milieu des annees 1980. S'appuyant sur un corpus documentaire volumineux, l'auteur demontre que ces enseignantes consacrees ont du user de leur creativite pour adapter leur vie religieuse et leur mission apostolique pour repondre tant aux demandes du concile Vatican II, qu'a la reforme de l'education mise en place par l'Etat quebecois. La seconde vague du feminisme influence tout autant le parcours de cette congregation qui voit de plus en plus d'initiatives et de contributions des religieuses au sujet de la question des femmes. Il tente ainsi de mettre en lumiere les contributions apportees par la congregation des Soeurs des Saints Noms de Jesus et de Marie au developpement de la societe quebecoise.

Les cinq chapitres de ce livre se suivent dans un ordre thematique. Le premier chapitre offre un portrait general de la congregation des annees 1954 a 1964. L'auteur presente l'administration qui gouverne la communaute religieuse, de meme que son implantation urbaine par le <<village JesusMarie>> a Montreal. L'identite de cette congregation s'exprime a travers son travail pour l'enseignement de la doctrine chretienne aupres des jeunes filles jusqu'a la reforme de l'education du gouvernement Lesage. Pour repondre a cette reforme et rehausser les qualifications des soeurs, l'auteur precise le travail de mere Joseph-de-la-Providence pour la modernisation de la formation des novices. Ce chapitre se conclut sur la presentation des chapitres generaux au cours desquels l'identite religieuse de la communaute se transforme progressivement.

Le deuxieme chapitre traite de la reception et l'application du concile Vatican II dans la congregation de 1961 a 1967. L'auteur demontre que l'appropriation des demandes conciliaires s'est faite progressivement, passant d'une reception de surface a un approfondissement de ces demandes par l'etude de la spiritualite de la fondatrice et l'etude des signes du temps. La renovation de l'identite de la congregation amene donc les soeurs a se reapproprier collectivement et individuellement leurs constitutions par leurs multiples refontes entre 1967 et 1985. L'auteur explique egalement que la redefinition de l'identite et de la nature de la congregation se fait par un renouveau spirituel, de meme que par l'application de la nouvelle liturgie et l'adaptation du costume religieux.

Le chapitre suivant s'attarde sur les relations entre la congregation et la reforme de l'education entre 1960 et 1968. A la suite des recommandations des Commissions Parent et Rioux, le gouvernement quebecois met en place une serie de mesures pour reformer le modele d'enseignement. L'auteur affirme que les religieuses accueillent favorablement cette reforme, mais qu'elles se trouvent confrontees a la rapidite des transformations et a leur mise de cote par le gouvernement. Malgre les mesures prises par la communaute pour suivre la reforme, entre autres avec l'Institut Jesus-Marie et l'Ecole Vincent-d'Indy, celles-ci devront se departir de la plupart de leurs etablissements. Des lors, une crise frappe la congregation, puisqu'elle doit repenser son apostolat tout en respectant la vocation devolue par sa fondatrice. L'auteur conclut que l'actualisation de leur identite religieuse est le fait d'une comprehension plus large du concept d'education.

L'influence du feminisme dans la communaute est le sujet du quatrieme chapitre. La reconnaissance de la dignite des femmes dans l'Eglise ouvre la porte aux demandes de reformes a l'interieur de l'institution pour mettre fin a la situation de subordination et de domination. L'auteur affirme que chez les Soeurs des Saints Noms de Jesus et de Marie, la question des femmes occupe une place mineure durant la periode de mise a jour, mais elle s'impose progressivement apres le chapitre general de 1967, notamment par l'entremise des soeurs americaines. Dominique Laperle souligne comment les reactions sont partagees entre les soeurs canadiennes et americaines, lesquelles sont plus sensibles a la question de la liberte et de l'egalite des droits civiques. La congregation s'est impliquee a cet egard aupres d'organisations feministes de religieuses et certaines soeurs sont devenues des mediatrices du feminisme, telles Gertrude McLaughlin et Anne E. Patrick.

Pour le dernier chapitre, l'auteur expose les mutations de l'oeuvre apostolique de la communaute. Des 1967, les anciens batiments sont vendus au profit de nouvelles fraternites inserees dans l'espace urbain qui repondent toujours a leur vocation premiere d'education de la foi, mais dans une perspective plus elargie. C'est ainsi qu'entre 1969 et 1985, plus de 96 petites fraternites voient le jour au sein de la communaute et representent pour les soeurs participantes un defi spirituel important de vie en communaute au sein de la ville. Ces fraternites amenent des nouvelles formes d'apostolat passant de l'enseignement traditionnel a des oeuvres sociales pour la pastorale diocesaine, l'assistance sociale, les missions etrangeres et l'education a la justice. Ces fraternites permettent egalement la mise en place de differents projets proposes par les religieuses, comme la Maison d'Avignon, le groupe Rencontre Cuisine ou le Centre des Jardins. Ces femmes, en utilisant leur expertise educative dans des oeuvres sociales, ont renouvele et adapte l'apostolat de la communaute a la societe.

Ce livre nous offre un portrait saisissant d'une communaute religieuse qui a pris en main son avenir tout en s'appliquant a repondre aux demandes du Saint-Siege, du gouvernement du Quebec et des aspirations individuelles et collectives de ses membres. Dans une prose agreable et fluide pour le lecteur, l'auteur a su presenter le role actif que ces femmes ont joue dans le developpement de l'Etat quebecois tout en mettant de l'avant la joie, l'incertitude et l'incomprehension vecues par ces religieuses au regard des transformations de leur apostolat. Voici une lecture incontournable pour qui s'interesse a l'histoire des communautes religieuses.

Cassandra Fortin

Detentrice d'une maitrise en histoire

Universite de Sherbrooke
COPYRIGHT 2017 The Canadian Catholic Historical Assn.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2017 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Fortin, Cassandra
Publication:Etudes d'histoire religieuse
Date:Mar 22, 2017
Words:1175
Previous Article:Claude Gravel, Raymond Gravel : entre le doute et l'espoir.
Next Article:Roland Viau, Amerindia. Essais d'ethnohistoire autochtone.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters