Printer Friendly

Devenir rentable, le prochain defi de Jumia, [beaucoup moins que]l'Amazon africain[beaucoup plus grand que] - ALBAYANE.

Entretien avec Sacha Poignonnec, co-fondateur de Jumia

L e franco-canadien Sacha Poignonnec, co-fondateur de Jumia, le leader africain du commerce en ligne, assure, dans un entretien a l'AFP, que le prochain defi de sa plateforme, surnommee l' [beaucoup moins que] Amazon africain [beaucoup plus grand que], sera d'atteindre la rentabilite, sept ans apres sa creation. Entre a la Bourse de New York en avril dernier, Jumia, present dans 14 pays, soit presqu'autant que le colosse americain aux 233 milliards de dollars de ventes annuelles, a degage en 2018 un chiffre d'affaires de 130,6 millions d'euros, en forte hausse de 40% sur un an. Mais, en depit d'importantes levees de fonds dont 196 millions de dollars grace a sa cotation a Wall Street, le groupe qui comptait 4 millions d'utilisateurs actifs fin 2018, reste fortement deficitaire.

Question: Quelle est la genese de Jumia?

Reponse: (Avec le Francais Jeremy Hodara, l'autre fondateur et dirigeant), nous avons fonde Jumia sur la base d'un constat simple, c'etait que le e-commerce etait en train de se developper partout dans le monde mais pas encore en Afrique. Pourtant, on voit qu'il y a la un enorme besoin de la part des vendeurs et des clients de pouvoir avoir acces a des services digitaux (numeriques, NDLR). L'entreprise a demarre au Nigeria, en Egypte, au Maroc et en Afrique du Sud. Aujourd'hui, nous sommes presents dans 14 pays en Afrique, qui couvrent quasiment 700 millions d'habitants. Pres de 6.000 collaborateurs travaillent chez nous et plus de 80.000 vendeurs ont ecoule leurs produits sur Jumia l'annee derniere.

Comment qualifieriez-vous le marche de la distribution en Afrique, et plus particulierement celui du commerce en ligne?

Il est tres particulier. Dans la distribution physique, il est l'un des plus difficiles au monde parce qu'il y a tres peu de magasins en Afrique et que les infrastructures sont tres difficiles pour distribuer les produits. Du coup, le e-commerce offre une vraie solution, meme s'il est nouveau. Aujourd'hui, moins de 1% du commerce (en Afrique) se fait en ligne alors qu'en Chine, cette proportion est de 20%. Le e-commerce en est donc a ses debuts en Afrique mais il est en forte croissance, de l'ordre de 60% chez Jumia en ce moment.

Comment gerez-vous l'aspect logistique de votre activite?

Nous nous appuyons sur un reseau de plusieurs centaines de partenaires locaux qui connaissent tres bien les regions et les specificites locales, et nous avons developpe pour eux de la technologie, des outils, de la data (analyse de donnees), des procedes, que nous mettons a leur disposition pour les aider a operer de la facon la plus efficace. Et enfin, nous avons un reseau d'entrepots et de lieux physiques que nous operons nous-memes. Ainsi, 50% de nos colis vont etre livres dans les grandes villes, et le reste dans des zones secondaires, voire rurales. Quant a nos clients, ils utilisent a 80% leurs telephones mobiles pour passer leurs commandes.

Justement, quels sont les produits plebiscites par vos consommateurs?

Certains des besoins de nos clients sont les memes qu'ailleurs (telephones, televiseurs, produits du quotidien) mais on a aussi des categories qui sont tres specifiques: soins, maquillage, coiffure, mode... Et c'est d'ailleurs pour cela qu'on s'est construit comme une place de marche, pour associer clients et vendeurs locaux.

A present que la societe est entree en Bourse, comment voyez-vous son avenir?

On va continuer notre strategie actuelle qui consiste a promouvoir le e-commerce aupres des clients qui ne connaissent pas et continuer a construire la croissance de la societe, mais aussi, bien sur, a atteindre la rentabilite: on a ouvertement annonce qu'elle faisait partie de nos objectifs mais sans donner de date.

On vous compare souvent a Amazon, qu'en pensez-vous?

Effectivement, c'est un raccourci qui est facile et logique, qu'on accepte avec plaisir, meme si le e-commerce n'a rien a voir en Afrique avec celui en Europe ou aux Etats-Unis. Notre strategie a ete de se dire que le e-commerce n'est pas encore present en Afrique, c'est donc une superbe opportunite de creer cette offre, desormais presente dans 14 pays. Quant a Amazon, ils sont presents dans une quinzaine de pays, et Alibaba dans cinq.

Propos recueillis par Laure Brumont ( AFP)

Copyright Casanet 2019. All rights reserved. Provided by SyndiGate Media Inc. ( Syndigate.info ).
COPYRIGHT 2019 SyndiGate Media Inc.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2019 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Al Bayane (Al Dar Al Bayda', Morocco)
Date:Jul 8, 2019
Words:711
Previous Article:CAN 2019 : la chute des Lions - ALBAYANE.
Next Article:[beaucoup moins que]Iqraa[beaucoup plus grand que], un nouveau magazine destine aux jeunes lecteurs - ALBAYANE.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2021 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters