Printer Friendly

Des associations marocaines critiquent une reforme "cosmetique et insuffisante" pour combattre les violences faites aux femmes.

La loi sur les violences faites aux femmes, adopt[euro]u[c]e r[euro]u[c]cemment par le Maroc, continue de susciter les critiques des associations de d[euro]u[c]fense des droits des femmes qualifiant cette loi de r[euro]u[c]forme "cosm[euro]u[c]tique" et insuffisante pour combattre ce fl[euro]u[c]au dans le royaume.

Alors que le gouvernement marocain jubile dae1/4aoavoir enfin sorti cette loi qui comporte "un certain nombre dae1/4aoavanc[euro]u[c]es", des associations et des organisations marocaines de d[euro]u[c]fense des droits des femmes, cit[euro]u[c]es jeudi par des m[euro]u[c]dias locaux [euro]u l'occasion de la journ[euro]u[c]e internationa de de la femme, critiquent vertement la mouture finale et reprochent au gouvernement de "n'avoir pris en consid[euro]u[c]ration ni leurs propositions, ni les recommandations phares du Conseil national des droits de lae1/4aoHomme".

Cae1/4aoest une r[euro]u[c]forme "cosm[euro]u[c]tique" et "insuffisante" pour combattre le fl[euro]u[c]au des violences faites aux femmes, selon la F[euro]u[c]d[euro]u[c]ration internationale des ligues des droits de lae1/4aoHomme (FIDH), lae1/4aoAssociation marocaine des droits de lae1/4aoHomme (AMDH) et lae1/4aoAssociation d[euro]u[c]mocratique des femmes du Maroc (ADFM).

Dans un communiqu[euro]u[c] conjoint, ces associations [euro]u[c]num[euro]uA rent les lacunes du texte, [euro]u commencer par la d[euro]u[c]finition des violences faites aux femmes, qui ne prend pas en compte les standards internationaux et qui nae1/4aoest pas conforme aux engagements internationaux pris par le Maroc en mati[euro]uA re dae1/4ao[euro]u[c]galit[euro]u[c] des genres.

Attendu depuis de longues ann[euro]u[c]es, ce texte a [euro]u[c]t[euro]u[c] approuv[euro]u[c] par le parlement marocain le 14 f[euro]u[c]vrier dernier et la loi entrera en vigueur six mois apr[euro]uA s sa publication au Journal officiel du Maroc.

Lae1/4aoune des lacunes les plus graves, selon les acteurs associatifs, concerne lae1/4aoabsence de p[euro]u[c]nalisation du viol conjugal.

En outre, soulignent les association, la loi r[euro]u[c]prime les mariages pr[euro]u[c]coces, mais permet en m[euro]uo"me temps aux juges de d[euro]u[c]livrer des exemptions et rallonge le d[euro]u[c]lai de cinq [euro]u dix ans pour la r[euro]u[c]gularisation de mariages informels.

De plus, soulignent ces organisations, cette loi pr[euro]u[c]voit lae1/4aoajout de trois nouveaux articles au Code p[euro]u[c]nal qui permettraient lae1/4aoabandon et lae1/4aoannulation de toute poursuite judiciaire si la victime en exprime le souhait.

"De telles dispositions seraient susceptibles dae1/4aoaugmenter les risques pour la victime, qui pourrait subir des pressions ou des formes de chantage la poussant [euro]u demander lae1/4aoabandon des charges", expliquent les associations, qui soulignent que "de fait, les femmes violent[euro]u[c]es abandonnent leur plainte en raison de pressions familiales".

El outre, la loi limite la capacit[euro]u[c] des associations [euro]u se constituer partie civile dans les affaires de violences alors quae1/4aoil sae1/4aoav[euro]uA re n[euro]u[c]cessaire de renforcer et de faciliter lae1/4aoimplication de la soci[euro]u[c]t[euro]u[c] civile.

Les d[euro]u[c]fenseurs des droits des femmes reprochent [euro]u la nouvelle loi de limiter la marge de man[euro]u[euro]centsuvre des associations dans les affaires de violence [euro]u lae1/4ao[euro]u[c]gard des femmes en stipulant un accord [euro]u[c]crit de la victime.

Or, celle-ci peut se trouver dans lae1/4aoincapacit[euro]u[c] physique ou mentale d'octroyer cette autorisation ou faire lae1/4aoobjet de pressions de la part de son entourage.

Les associations affichent leur d[euro]u[c]termination [euro]u rester mobilis[euro]u[c]es en faveur de lae1/4aoadoption dae1/4aoune v[euro]u[c]ritable loi int[euro]u[c]grale de lutte contre les violences faites aux femmes. Celle-ci devra [euro]uo"tre bas[euro]u[c]e sur une approche globale de la violence [euro]u lae1/4ao[euro]u[c]gard des femmes dans lae1/4aoespace public et lae1/4aoespace priv[euro]u[c], et fournir une d[euro]u[c]finition compl[euro]uA te de toutes les formes de violences conform[euro]u[c]ment aux standards internationaux, affirment les organisations.

Selon une [euro]u[c]tude effectu[euro]u[c]e par le gouvernement marocain, 3% seulement des femmes ayant subi des violences conjugales en avaient inform[euro]u[c] les autorit[euro]u[c]s.

SH

[c] 2018 Sud-Horizons Provided by SyndiGate Media Inc. ( Syndigate.info ).
COPYRIGHT 2018 SyndiGate Media Inc.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2018 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Horizons (Algiers, Algeria)
Date:Mar 9, 2018
Words:838
Previous Article:L'ANP ira jusqu'a la liquidation "definitive" du terrorisme.
Next Article:Les familles tlemceniennes "nostalgiques" du pain cuit a l'ancienne.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2020 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters