Printer Friendly

De l'uchronie et des technologies.

De l'uchronie et des technologies Olivier Asselin, Suzanne Leblanc et David Tomas, Menlo park. Trois machines uchroniques, PUL, collection << phosphore >>, sept. 2014, 120 pages.

Ily a plus d'un siecle, Thomas Alva Edison (1847-1931) mettait au point a Menlo Park d'etonnantes inventions dans un des premiers--et sans doute des plus mysterieux--laboratoires industriels (1). S'il est l'inventeur repute de l'ampoule electrique (1880), on lui doit egalement le phonographe (l'enregistrement du son, 1877) et le kinetoscope (1891), l'un des premiers appareils de visualisation cinematographique.

Les chercheurs, professeurs et artistes Olivier Asselin, Suzanne Leblanc et David Tomas se sont replonges dans les travaux d'Edison au sein du groupe de recherche-creation << Menlo Park. Quelques fictions alternatives de l'histoire des sciences et des technologies >>. En ont resulte trois machines uchroniques (2) et une relation etroite entre art et science.

L'ouvrage documente leurs oeuvres et concretise une reference originale pour penser l'uchronie (3) au sein de la discipline historique et au moyen des technologies contemporaines. Car s'ils ont pris le passe pour objet en empruntant a la methodologie de l'historien, leurs objectifs n'etaient pas exclusivement historiques. Il s'agissait plutot de fouiller l'histoire pour faire emerger un lot de recits--reels et Fictionnels--, de soulever la polymorphie de leur sens et d'apprehender le laboratoire avant tout comme << lieu des possibles >>.

<< Ce livre fait un retour sur ce laboratoire-la, qui fut le creuset d'une infinite d'histoires virtuelles. Il manifeste sans doute un double desir : celui de saisir, a nouveau, toute l'etrangete et la beaute des inventions d'Edison, mais aussi, bien sur, celui de comprendre les technologies actuelles et leurs potentialites, avec la meme distance historique--comme si elles etaient, deja, obsoletes. >> (p. 5)

Les uchronies posent d'importantes questions epistemologiques a l'histoire canonique. Aux dires des auteurs, elles mettent davantage en lumiere la << precarite du destin >> et la << complexite de l'histoire >>. Elles insistent sur le caractere mysterieux de l'evenement historique et sur la multiplicite des acteurs et de leurs roles dans l'avenir du monde.

Ainsi, Suzanne Leblanc a concu un film qui fait se rencontrer les vies et les oeuvres d'Edison et du philosophe austro-anglais Wittgenstein (4). La video est constituee d'une juxtaposition d'images et de textes qui progresse au rythme de la << suite de Fibonacci >>. Leblanc fait correspondre la nature arborescente de la formule mathematique au concept de non-linearite de l'histoire. S'il y a une succession a l'interieur de la video, il n'y a ni la causalite ni la predictibilite qui sont les caracteristiques essentielles d'un phenomene lineaire : le film devient << machine non temporelle >> en mesure de proceder a << une mise a plat historienne >> dans laquelle tous les discours peuvent se valoir.

En commentaire a son projet Black Maria (5), constitue de deux sequences d'images photographiques projetees en parallele et dont les epoques, les lieux et les regards different, David Tomas avance une reflexion a propos des oeuvres sur ecran double. La juxtaposition de deux univers cree un jeu narratif qui modifie le sens premier des images. Elle trouble les recits historiques et surtout, en invente d'autres, uchroniques cette fois, et ne pouvant qu'exister comme l'unique consequence de dispositions particulieres (organisation et projection des images). Enfin, Olivier Asselin presente un << prototype pour un cinema augmente >> dont l'objectif est de construire une fiction historique a partir de la vie d'Edison. Il explore le fantasme de la creature artificielle qui a anime la revolution electrique--fantasme essentiellement masculin et misogyne, precise Asselin--et cree, par le biais de la realite augmentee et de la modelisation 3D, LAndreide paradoxale d'Edison inspiree de L'Eve future (1886) de De Villiers de l'Isle-Adam (6). Il fait remarquer, quant a lui, que toute technologie est appelee a devenir desuete et du meme coup, rare, << aussi immaterielle, multiple et actuelle qu'elle paraisse >>.

C'est dire qu'etre dans l'air du temps au moyen des nouvelles technologies, c'est etre dans le present, dans le futur, aussi bien que dans le passe... car l'obsolescence n'est jamais bien loin ! En outre, le << tout technologique >> dans lequel nous nous trouvons en cette revolution numerique place le reel--comme le fait l'uchronie d'ailleurs--sous le signe du fantasme, de la fiction et de l'aleatoire, mais sans s'y reduire toutefois. En effet, l'histoire alternative des sciences et des technologies (et du cinema, dans le cas de Tomas) proposee dans cet ouvrage materialise des intuitions, tout autant que des possibles et, de fait, rend compte de la permeabilite du reel.

Gabrielle Roberge est titulaire d'une maitrise en Flistoire de l'art de l'UQAM. Son memoire s'intitule <<Flabiter l'inhabituel, le nomadisme comme posture artistique dans les oeuvres de Jacques Bilodeau, d'Ana Rewakowicz et de Jean-Francois Prost>>. Pigiste en redaction, elle est passionnee d'architecture, de design et de poesie.

(1) Son laboratoire de recherche, d'abord a Menlo Park, N.J. (1876-1886), puis a West Orange, N. J. (1887-1931) embauchait de nombreux chercheurs salaries, ce qui lui permettait de travailler sur des dizaines de projets a la fois et de deposer annuellement des centaines de brevets. Edison a egalement perfectionne la production et la distribution de l'electricite (1880) et mis au point une camera avec le kinetographe (1891). Il est le fondateur d'Edison General Electric (1890) qui deviendra General Electric.

(2) Les oeuvres ont ete exposees en 2010 a la Galerie des arts visuels de l'Universite Laval. Menlo Park. Trois machines uchroniques, Quebec, Galerie des arts visuels, Universite Laval (18 novembre au 19 decembre 2010).

(3) Du grec ou (non) et khronos (temps). Reconstruction fictive de l'histoire, relatant les faits tels qu'ils auraient pu etre. Larousse (en ligne).

(4) Edison-Wittgenstein : une machine uchronique s'appuie sur l'hypothese des << six degres de separation >>, selon laquelle << n'importe quelle personne peut etre liee a n'importe quelle autre personne dans le monde par une chaine de relations sociales d'un maximum de cinq intermediaires >>, p. 7.

(5) Le projet de Tomas s'inspire du studio de production cinematographique cree par Edison en 1893 et baptise du meme nom. Il inclut egalement des maquettes du studio.

(6) Ce roman met en scene Edison lui-meme. L'inventeur est appele a construire pour un vieil ami fortune une << andreide >>, soit la << replique electro-mecanique >> d'une cantatrice dont celui-ci est epris.

----------

Veuillez noter que lEiIllustration(s) est non disponible(s) en raison des restrictions de droits d'auteur.
COPYRIGHT 2015 Association for the Advancement of Visual Media
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2015 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Roberge, Gabrielle
Publication:ETC Media
Date:Jun 15, 2015
Words:1110
Previous Article:La Marionnette: object d'histoire, oeuvre d'art Objet de civilisation.
Next Article:Frenesie.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters