Printer Friendly

Cultures et logiques militaires.

Andre THIEBLEMONT (dir.), Cultures et logiques militaires. Paris, Presses Universitaires de France, 1999, viii + 339 p., ref.

Affirmer que la sphere militaire est un monde ou foisonnent costumes, mythes et rituels releve en soi de l'evidence. Cependant, il est toujours surprenant de constater a quel point l'etude de ces productions symboliques multiformes s'est souvent limitee a de timides inventaires, souvent entrepris par les corps militaires eux-memes, se contentant de repertorier ces creations afin de les inscrire (ou de les proscrire) a l'interieur du reglement. Mais dans le present ouvrage, Thieblemont et ses collaborateurs se proposent ni plus ni moins que d'ouvrir un nouveau champ de recherche en tentant de prendre une certaine distance par rapport aux approches folkloristes de l'histoire militaire traditionnelle et en offrant ce qui pourrait bien constituer la premiere etude anthropologique entierement consacree a l'identite ethnique militaire ou, pour parler comme les auteurs, de la militarite.

Meme si, d'entree de jeu, le directeur du volume annonce des contributions eclatees, apparemment peu convergentes, mais qui demontrent l'ampleur du champ des connaissances a explorer (p. 4), Thieblemont ne nous laisse pas sans balises dans la mesure ou il propose de regrouper les textes selon qu'ils nous donnent un point de vue exterieur ou interieur au fait culturel militaire et, plus particulierement, de la production symbolique de cette institution. Il est interessant de noter, etant donne les visees ethnologiques de l'ouvrage, que la description du symbolisme militaire interne nous est offerte par trois officiers actifs diplomes de l'Ecole speciale militaire de Saint-Cyr (Christian Benoit, Armel Dirou et Andre Thieblemont) et par une linguiste specialiste du langage des militaires (Marie-Anne Paveau).

Ces quatre contributions tentent de cerner le symbolisme et les representations que dirigent les militaires vers d'autres militaires. Elles nous guident donc a travers cette jungle de signes que l'on retrouve sur les uniformes, les insignes, dans les espaces et dans le langage des militaires et qui, souvent, paraissent esoteriques aux civils. Cependant, le vocabulaire specialise accentue le caractere volontairement obscur de certaines de ces creations symboliques. Ainsi, avant d'aborder certains passages (sur les galons par exemple), il est recommande de se munir d'un bon dictionnaire si l'on desire saisir le sens de termes comme lisere , soutache , tisse en lezardes , ou tisse en cul de de , qui ne sont pas definis. Mais peut-etre le contact avec cette terminologie peu familiere est-il justement une preuve supplementaire que les auteurs abordent ici un terrain peu frequente par les ethnologues. L'elision de certaines definitions deviendrait donc une invitation a apprendre le langage de la tribu militaire.

De cette derniere, par ailleurs, ressort du livre une image qui vient remettre en question plusieurs stereotypes generalement entretenus par les civils. On met l'accent sur le caractere bricole d'un grand nombre de traditions qui, en definitive, se voient recuperees, transformees et reinterpretees en permanence. On decouvre en fait un univers tres heterogene. Distinctions entre la marine, l'armee de terre, l'armee de l'air, distinctions entre artillerie, cavalerie, fantassins, entre soldats et officiers, le domaine militaire est marque par un nombre impressionnant de sous-ensembles qui, tous, presentent leurs propres productions symboliques et revendiquent une identite propre. Meme l'uniforme, remarque Christian Benoit, est tout a fait multiforme.

Nous pourrions cependant nous demander si la militarite peut vraiment etre etudiee comme une identite ethnique. Les contributions de ce volume semblent l'affirmer, mais soulignent, neanmoins, que cette militarite, meme si elle se presente culturellement comme repliee sur elle-meme, s'articule necessairement avec la societe qui l'englobe. Ici, les auteurs s'attardent aux manifestations symboliques que les forces armees adressent au monde civil. Ces manifestations, comme le note Jean Boulegue, sont codees a plusieurs niveaux, mais se trouvent tres souvent en relation avec l'exercice du pouvoir politique. Parfois, cette relation consiste a donner de la legitimite aux dirigeants politiques (en offrant des escortes en grande pompe par exemple), mais parfois, egalement, l'institution militaire tente d'imposer sa culture et ses objectifs aux detenteurs du pouvoir politique. Ainsi, l'ethnologie des corps militaires ne semble pas etre dissociable d'une reflexion sur le role de ces derniers au sein de la societe. Ajoutons qu'elle est tout a fait particuliere en ce que l'ethnologue y presente son objet d'etude comme devant etre maintenu en position de subordination face au pouvoir politique au sein de l'Etat.

Dans l'ensemble, il s'agit d'un livre novateur, comme le note Claude Riviere dans son excellente postface, qui ouvre un nouveau terrain interdisciplinaire et qui pourrait certainement offrir des materiaux tres pertinents a une etude comparative entre la culture de l'Armee de terre francaise et celle d'un autre corps militaire.
COPYRIGHT 2000 Universite Laval
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2000 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Anthropologie et Societes
Article Type:Book Review
Date:Jan 1, 2000
Words:755
Previous Article:Elementary forms of peasant insurgency in colonial India.
Next Article:Voie des Cadiens: tourisme et identite en Louisiane.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters