Printer Friendly

Corydon--depuis 1924 jusqu'a nos jours.

Corydon est un essai dans lequel Andre Gide soutient une nouvelle theorie de l'amour <<pederastique normal>>. Il y defend sa position tout en esquissant son identite et en s'efforcant de faire reconnaitre celle-ci a travers son oeuvre. Il repond ainsi a l'inquietude de toute sa generation, ou au moins d'une elite de cette generation. Gide le dit: Corydon est un livre par lequel il veut <<gener>>.

On peut suivre les transformations de la reception de Corydon depuis sa publication et etudie les differentes etapes de la lecture de cette oeuvre. A la parution de Corydon en 1924, les critiques furent tres violentes et porterent dans la plupart des cas sur l'aspect moral du livre. Les amis de Gide avaient essaye de le dissuader de publier Corydon. Mais, malgre leurs tentatives, Gide n'y renonca pas. Pourtant, il ne laissa paraitre Corydon qu'en 1924, apres deux publications clandestines et anonymes en 1911 et en 1920. Il expliqua ensuite ce delai en ecrivant qu'il craignait de contrister sa femme.

Gide comptait sur l'Amerique pour faire sortir Corydon de dessous <<le boisseau>> ou il etait maintenu en France. Et c'est justement des Etats-Unis qu'il recevra la premiere proposition de publier Corydon, precisement le 8 novembre 1924. Mais l'edition americaine ne paraitra qu'en 1949.

Les prises de positions vont varier selon les epoques et selon les changements des moeurs qui les accompagnent. Certains critiquent le ton militant de Gide, d'autres encore lui reprochent la structure dialogique du text qui lui permettait de se cacher derriere Corydon et son medecin au lieu de prendre la parole en son nom. On trouve aussi des critiques qui defendent Corydon soit par tolerance a l'egard de l'homosexualite, soit parce qu'ils apprecient le livre du point de vue humain et de la defense des droits universels de citoyennete des homosexuels. D'autres valorisent l'audace et admirent le courage de Gide de s'engager a titre personnel, tels Sartre, Ramon Fernandez et l'ecrivain americain Basil Woon. Mais meme chez des critiques severes, l'admiration pour le courage de Gide et le defenseur des droits humains peut percer.

En suivant l'evolution de la reception de Corydon, on constatera donc qu'il est impossible pour les critiques de separer l'aspect litteraire de l'aspect morale de l'oeuvre. Mais au fil des annees, les critiques vont evoluer, parallelement aux transformations ethiques et politiques de la societe, puis en relation avec le developpement des etudes gays et lesbiennes et des theories queer. Ces critiques vont s'arreter de plus en plus sur l'aspect litteraire du livre de Gide. Les questions relatives au genre et a l'homosexualite vont y etre mises en relief comme theme litteraire, et seront aussi invoquees comme le motif de necessaires transformations stylistiques.

Il y a une relation reciproque entre l'evolution des cultural studies et l'evolution des critiques de Corydon. Se developpent des formes d'ecriture subjectives, qui parlent de questions specifiques. Les apparitions multiples de personnages homosexuels dans la litterature vont ouvrir la question de l'existence d'une litterature homosexuelle, gay ou lesbienne. De leur cote les reflexions sur le theme du mariage homosexuel ameneront necessairement a repenser la relation nature-culture que Gide envisage dans Corydon.

A son epoque, Gide est l'ecrivain qui fait entendre la mise en cause de la famille, devancant ainsi les theories plus recentes des Gender studies. Pour Gide, l'important est d'ecrire <<la contrepartie subjective et personnelle de l'oeuvre dont Corydon constitue la face theorique et propagandiste>> (1). Gide s'est impose d'ecrire Corydon differemment des ses oeuvres anterieures ; il s'est efforce de faire de Corydon un livre dont l'ecriture pourrait contribuer a reveler d'autres verites en rendant la pederastie legitime et en combattant les prejuges a l'egard des pederastes.

A travers Corydon, Gide veut combattre aussi le mensonge et faire reconnaitre en chacun la particularite la plus authentique de sa nature. Il ecrit a ce propos: <<J'estime que mieux vaut encore etre hai pour ce que l'on est, qu'aime pour ce que l'on n'est pas. Ce dont j'ai le plus souffert durant ma vie, je crois bien que c'est le mensonge. Libre a certains de me blamer si je n'ai pas su m'y complaire et en profiter. Certainement j'y eusse trouve de confortables avantages. Je n'en veux point>>. (2)

En suivant l'evolution de la critique de Corydon depuis 1924 jusqu'a nos jours, on peut remarquer quelques etapes en ce qui concerne les prises de positions. Des la publication de Corydon jusqu'a la fin des annees 30, la plupart des critiques s'acharnerent contre Corydon. C'est la periode de reprobation plus ou moins forte, a fondement moral et politique. En defendant plus particulierement la pederastie, Gide representait, aux yeux de Francois Porche, un pervertisseur des jeunes. Alors que l'accusation de desorienter la jeunesse parait a Roger Martin du Gard comme <<l'ancienne accusation que l'on porte contre tous les emancipateurs de l'esprit>>. (3) Et finalement, ceux qui ne cherchaient dans ce livre ni scandale, ni l'appui militant d'une theorie, sont un peu decus de la forme et du style mediocre.

Des bouleversements ideologiques, sociaux et des valeurs morales vont amener a une nouvelle reception de Corydon et a d'autres appreciations de Gide. Les critiques vont s'interesser a l'aspect litteraire, a l'argumentation, a l'enonciation.

Pendant les annees cinquante et soixante, on trouve des critiques qui defendent Corydon. Quant a ceux qui critiquent Gide ouvertement et sans concession, on trouve d'abord ceux qui s'attaquent a la forme litteraire que Gide adopte pour Corydon, estiment le livre scandaleux, degoutant et refusent cette normalisation de la pederastie, certains pensent que Gide transforme Corydon en manifeste pour le rajeunissement des <<valeurs sur lesquelles nous vivons, ce qui ne serait selon eux qu'une nostalgie d'adolescence>>. (4)

Depuis 1970 jusqu'aux debuts des annees '90, plusieurs facteurs permettent de comprendre l'evolution de la reception de Corydon comme liee a l'emergence de la difference entre genre et sexe, et a la theorie queer. Les mouvements queer se developpent a partir de la decennie '90 et prennent en compte l'homosexualite, la bisexualite et le transsexualisme. La theorie queer s'origine en partie d'une lecture americaine des textes initialement venus de France. Pour ce qui nous concerne une lecture des philosophes, parmi lesquels Foucault occupe une place essentielle, ainsi qu'une lecture renouvelee et tres souvent en traduction d'ecrivains comme Proust et Gide. Cela se produit pour la premiere fois avec Sodome et Gomorrhe de Proust, avec Corydon et aussi avec l'autobiographie gidienne Si le grain ne meurt. En associant la subjectivite a la pederastie, ces textes peuvent etre consideres comme des modeles de l'ecriture autobiographique queer. Il en resulte que ces theories proposent une nouvelle lecture des identites et des differences sexuelles et vont de pair avec une modification de la reception de Corydon.

En fait, la liberation sexuelle dans la societe europeenne permet la diversification et la multiplication des evocations de l'homosexualite dans les ecrits contemporains. Apres Corydon, l'homosexualite sera de plus en plus presente dans la litterature francaise: en 1928 parait Le Livre Blanc de Jean Cocteau ou le poete evoque sa douloureuse education sentimentale et sexuelle, ses premieres tendances homosexuelles, son combat pour essayer de rentrer dans la normalite, puis l'acception de sa difference.

Le Condamne a Mort un poeme de Jean Genet parait en 1942. Alors qu'il est interne a la prison de Fresnes pour vol, il ecrit ce poeme, qu'il dedie a un jeune assassin, Maurice Pilorge, guillotine le 17 mars 1939 a Saint-Brieuc, personnage qui le fascine et qui sera l'objet des phantasmes decrits dans le poeme. Genet y developpe les themes de l'amour entre prisonniers, de la fascination pour le beau voyou et de l'homosexulite. Genet reprend ce theme et met en parallele ses annees de prison dans les romans Miracle de la Rose 1946, Notre-Dame-des-Fleurs 1946, Querelle de Brest 1947.

D'autres auteurs et oeuvres qui soutiennent ces themes contradictoires dans la litterature apres Corydon sont: Monique Wittig avec les romans Les Guerilleres (1969), Le Corps lesbien (1973), Brouillon pour un dictionnaire des amantes (1976) et La Pensee strainght (1992) ; Gertrude Stein avec L'Autobiographie d'Alice B. Toklas (1933) ; Dominique Fernandez avec L'Etoile Rose (1978), Dans la main de l'ange (1982).

Les succes rencontres par les ecrivains gays et lesbiennes a cette epoque contribue a son tour a creer une culture gay qui va se ressourcer dans les oeuvres classiques. Corydon a declenche des critiques et des debats infinis dans le milieu litteraire et porte ses fruits sur l'evolution des moeurs. Avec Corydon et son rejet des normes de l'heterosexualite, voire sa vocation a naturaliser l'homosexualite, on va voir emerger progressivement de nouvelles questions discordantes notamment pour une societe a domination heterosexuelle. Le debat n'est plus seulement discriminatif, mais ces themes heurtent de front les ideaux religieux ou civiques qui assurent a la famille un fondement naturel.

En meme temps qu'a cette evolution sociale, on assiste depuis quelques annees a un usage plus direct de la liberte d'expression, de la parole et de l'ecriture. Les ecrivains et les artistes mettent en relief les transformations subjectives de leur temps et surmontent les censures et les inhibitions. La contribution litteraire de Gide et des ecrivains qui l'ont precede ou bien qui l'ont suivi prend part a ce que la societe occidentale vit aujourd'hui de liberte sexuelle et de changement de moeurs et de valeurs.Gide disait a propos de Corydon <<je savais que j'avais raison; mais je ne savais pas a quel point>>. (5) Alain Goulet souligne que Corydon est la preuve par excellence de la modernite de Gide: <<sa modernite tient d'abord a un individualisme qui sait se perdre de vue pour manifester, jusqu'au martyre s'il le fallait, pour son Corydon>>. (6)

A la fin de Corydon, le narrateur ne s'avoue jamais vraiment convaincu par les arguments de cet oeuvre, mais la fin du dialogue est ambigue et peut laisser penser que ses prejuges et certitudes ont ete ebranles: <<Apres qu'il eut fini, il demeura quelque temps dans l'attente d'une protestation de ma part. Mais, sans rien ajouter qu'un adieu, je pris mon chapeau et sortis, bien assure qu'a de certaines affirmations un bon silence repond mieux que tout ce qu'on peut trouver a dire>>. (7)

Gide a toujours cherche a faire reflechir le lecteur en l'obligeant a remettre en question les valeurs admises et les idees recues. En creant son porte-parole, Corydon, l'autofiction apparait comme un detournement fictif de l'autobiographie. Gide a cree un personnage reflet de lui-meme: Corydon, un medecin qui expose les theses de Gide et ose se presenter comme <<pederaste normal>> ; Corydon est donc une quete de soi et de la verite.

L'auteur de Corydon travaillait a produire une image de soi a l'interieur de son oeuvre. Chez lui, la vie et l'ecriture ne se separent pas. Il existe pour ecrire et il a fait de l'ecriture l'oeuvre de sa vie: <<Ainsi derriere le moraliste homosexuel entreprenant de se justifier, se cache l'artiste homosexuel>>.8 Parce qu'il a choisi de devenir sa verite, il est un exemple irremplacable pour Pierre Lepape, qui salue en lui <<cette maniere audacieuse de vivre son oeuvre et ses idees, de verser sa vie dans son ecriture>>. (9)

La vie de Gide semble lui fourni la matiere de son oeuvre. Le sentiment de ne pas etre comme les autres l'oblige a l'identification permanente, a la reproduction de miroir en miroir par la forme de la mise en abime qui pousse a l'extreme ses personnages influences par la haine, la revolte, l'amour et la crise morale. Gide est toujours a la recherche de l'identite ; sans se decouvrir, il en sauvegarde pleinement la multiplicite.

REFERENCES

(1.) Masson, Pierre Claude Jean (2002), Andre Gide et l'ecriture de soi. Lyon: Presses universitaires de Lyon, 138.

(2.) Gide, Andre (1920-1921), Si le grain ne meurt. Brugge: Saint-Catherine, 2 vol., dans preface, 8.

(3.) Martin Du Gard, Roger (1913-1951), Notes sur Andre Gide. Paris: Gallimard, 90.

(4.) Moutote, Daniel (1988), Corydon en 1918. Paris: BAAG, no. 78-79, avriljuillet, 9-24.

(5.) Gide, Andre (1946), JournalII. janvier, 1017.

(6.) Goulet, Alain (mars 2009), le Magazine Litteraire. no. 484, 74.

(7.) Gide, Andre (1924), Corydon. Paris: Gallimard, 128.

(8.) Morot, Edouard (1999), Ecriture et homosexualite, Andre Gide homosexual moraliste. Newhaven: Yale University Press, 106-107.

(9.) Lepape, Pierre (mars 2009), Le Magazine Litteraire, no. 484, 68.

MIHAELA CRISTINA (PISLARU) FRANGA

l'Universite de Pitecti

cristinafranga@yahoo.com

Mihaela Cristina (Pislaru) Franga. Doctorant de l'Universite de Pitecti (la these sera soutenue a la fin du juin 2011), apres une formation en lettres et en sociologie-psychologie (2004, maitrise a la Faculte de Lettres de l'Universite de Pitecti. 2006, Diplome de Master, a la meme faculte. 2010, licence a la Faculte de Sociologie-Psychologie, Universite Spiru Haret, Bucarest). Attestation de traduction, Pitecti, 2002. Depuis 2004, professeur de roumain et de francais au Lycee "Dan Barbilian" de Campulung, Arges. Bourse Socrates en 2006 (cours pedagogique a Paris). Participations avec des communications: Congres International a la Faculte de Lettres de l'Universite de Pitecti; Session scientifique pour doctorants, Pitecti, 2009 et 2010; Conference Internationale, Istanbul, 2010.
COPYRIGHT 2014 Addleton Academic Publishers
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2014 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Franga, Mihaela Cristina "Pislaru"
Publication:Journal of Research in Gender Studies
Article Type:Report
Date:Jul 1, 2014
Words:2142
Previous Article:Libres mais lies, egaux mais differents: les taches menageres hors mariage. Un regard comparatif Roumanie-France.
Next Article:Social construction of gender. The case of the Romanian school reading primer in the '80s.
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters