Printer Friendly

Confessions : Malheur a moi, je suis une nuance : Nietzsche.

J'ecris...Le silence... La solitude ... Mais quand je sais que tu es en train de me lire, a cet instant meme, je m'en rejouis. Je me sens utile, important. Je ne te cache pas, cher lecteur, la joie et l'allegresse que je ressens quand tu me lis. Il y a de quoi etre fier, n'est ce pas ? Mais voila, cher lecteur, j'ai un probleme ; un probleme tres serieux qui pourrait compromettre ma carriere d'ecrivain et me contraindre au silence et a l'oubli : Mon dernier personnage refuse categoriquement le sort que je lui ai reserve. Il ne veut pas se resigner, il n'est pas consentant. Il me cree d'enormes problemes.

Il me harcele la nuit et surgit de moi pour perturber mon sommeil et rendre mes nuits blanches. J'ai tout fait pour le mettre hors d'etat de nuire, en vain ! Il est coriace, imbattable, invincible. J'ai regrette, cher lecteur, de l'avoir cree, ce fils indigne, cet enfant maudit !... Je le sens en train de me narguer, bien installe dans un recoin de ma tete. Il se paie ma tete sans une once de respect et se permet meme de me ridiculiser et de m'injurier. Mon Dieu ! Le voila qui refait surface, le voila qui emerge de mon trefonds ! Il me calomniera surement et me salira de sa medisance assassine... De grace, cher lecteur, ne lui fais surtout pas confiance. Il est diabolique, machiavelique. Il fera tout pour t'impressionner, pour que tu prennes son parti, pour m'aneantir, moi qui l'ai mis au monde !... Je dois partir, cher lecteur ; quand il est la, je dois partir. Avant de partir, je te dis une derniere fois : Ne l'ecoute pas ! Ne l'ecoute pas ! Cher lecteur, en guise d'introduction, je vous avoue que je n'ai aucun respect pour l'auteur et que je n'eprouve a son egard que mepris et execration. C'est tout ce qu'il merite, cet hypocrite ! Vous n'avez pas remarque qu'il vous a tutoye sans demander votre permission ? Vous ne savez pas pourquoi ? Bien sur, pour profiter de cette familiarite a sens unique dans l'espoir de vous faire gober tous ses bobards. Vous avez surement remarque aussi qu'il a essaye de vous convaincre en ressassant des citations d'auteurs, dignes de ce nom. C'est l'un de ses stratagemes pour impressionner ses lecteurs. Des qu'il tombe sur une citation, il la note sur son petit carnet et tant qu'il ne l'a pas inseree dans son texte, il ne trouve pas la paix ! Vous ne me croyez pas ? Lisez ce qu'il a ecrit, vous y trouverez toujours des citations d'auteurs. Ce qui montre qu'il n'a aucune confiance en lui-meme et a constamment besoin des vrais auteurs pour affirmer ses dires. Ce n'est pas un ecrivain, c'est un perroquet, un scribouillard, un couturier de [beaucoup moins que] jolies [beaucoup plus grand que] phrases depourvues de sens, de profondeur, de sentiments, de vie ! Mais au lieu de vivre modestement comme le commun des mortels, il fait comme la grenouille qui voulait etre aussi grosse que le boeuf : Elle s'enfla si bien qu'elle creva ! Pretentieux et egoiste, il ne pense qu'a sa petite personne et tourne autour de son nombril. Quand on parle de lui dans les journaux ou dans les revues litteraires, il se pavane, fait la roue comme le paon en montrant son derriere. Son premier souci est de gagner la sympathie des critiques. Son reve le plus fou est d'ecrire un best-seller ! C'est plutot un mirage, une utopie parce qu'il n'en est pas capable, c'est tout ! Il n'a pas l'etoffe, le talent, les couilles de cuivre ! Je le connais mieux que lui-meme ; c'est un rate, il ne vaut pas un oignon, il ne vaut meme pas un pet moins le quart ! Et ce n'est pas tout, ce soi-disant ecrivain est lache et malhonnete. Oui, cher lecteur ; je vis dans sa tete, je connais tous ses defauts.

Je le hais car il merite la haine : Il fait dire a ses personnages ce qu'il n'ose pas dire. Il fait faire a ces personnages ce qu'il n'ose pas faire. Il leur inocule toutes ses frustrations, toutes ses perversites, tous ces complexes, tous ces vices, toutes ses ignominies, toute son impuissance, toutes ses lachetes ; toutes les ordures qui germent dans son subconscient. Et il se cache dans l'ombre, loin des regards, a l'abri ! Comme on le dit si bien en arabe dialectal (notre belle Darija) : [beaucoup moins que]Il mange l'ail avec la bouche de ses personnages ! [beaucoup plus grand que] Ses pauvres personnages ne sont en realite que ses souffre-douleur, ses boucs emissaires ! C'est pour cette raison et pour d'autres choses encore que je me suis farouchement revolte contre le sort qu'il m'avait reserve. Si vous ne me croyez pas, cher lecteur, permettez-moi de vous resumer en quelques lignes l'histoire qu'il voulait qu'elle soit mienne et jugez par vous-meme. Vous etes souverain. J'accepte votre jugement. Donc, voici la vie qu'il m'a tracee, voici comment il a decide que je sois, voici comment il m'a concu : [beaucoup moins que] Je m'appelle Said. Mon pere, cordonnier, est analphabete, tyrannique et violent. Il me bat pour des futilites. Il boxe ma mere chaque fois qu'il a bu du rouge ou de l'eau-de-vie. Ma mere est soumise, resignee, silencieuse et fataliste...Au college, je suis nul en Math, ce qui me pousse a choisir la branche litteraire au lycee... Je decroche mon bac et je fais la fac... J'ai une licence en philo qui ne me sert a rien.

Je rentre au centre de formation des instituteurs pour assurer ma croute de pain. Mon reve s'evapore : Enseigner la philosophie au lycee. J'enseigne l'alphabet, la grammaire et la conjugaison arabes au primaire... Je me marie avec une collegue qui ne tarde pas a m'empoisonner la vie avec ses droits, son emancipation, sa liberte et son egalite avec l'Homme ! Ma vie avec elle devient infernale, je divorce...Je sombre dans l'alcool et le libertinage. Je frequente les lieux de debauche. J'engrosse une prostituee et me trouve dans l'obligation de l'epouser...Je demande une mutation a un bled lointain pour fuir les gens qui me montrent du nez...Je vide ma tete de toutes les doctrines philosophiques et je vends mes livres au marche aux puces... Je vis comme les paysans...Je me resigne, je plie l'echine, je me tais. Ma deuxieme epouse m'exprime sa reconnaissance et sa gratitude pour l'avoir sauvee de la rue et lui avoir offert un foyer et une vie decente... Chaque soir, apres l'ecole, je vais a l'unique cafe du faubourg oublie par la civilisation. Je fume quelques cigarettes au detail, je sirote un the a la menthe et je remplis la grille des mots fleches en arabe. Je rentre, je regarde des aneries a la tele et je m'endors. Je ne reve plus ! [beaucoup plus grand que] Vous avez vu, cher lecteur, ce que l'esprit derange de l'auteur a prevu pour moi ! Comment voulez-vous que j'accepte une vie pareille ? Le genie createur de mon auteur se resume ainsi : Un amas de miserabilisme et de defaitisme ! Je ne suis qu'un personnage, certes, mais j'ai le droit d'aspirer a une vie meilleure, au bonheur, au soleil, au printemps, a l'azur, a la lumiere, a la vie !...Si l'auteur avait change un detail, un tout petit detail au debut de l'histoire, toute ma vie aurait change. S'il avait raconte que j'etais excellent en Mathematiques, toute la suite aurait change : J'aurais eu un diplome technique superieur, j'aurais ete un cadre de haut niveau et j'aurais mene une vie aisee et cossue ! Alors, cher lecteur, qu'en dites-vous ? Jusqu'a quand allons-nous supporter cet auteur ? Jusqu'a ce qu'il pourrisse definitivement notre vie ? Ne vous a-t-il pas clairement avoue qu'il n'etait qu'un parasite ? C'est grace a vous et a moi qu'il existe. Nous lui donnons la credibilite et l'eternite. Que proposez-vous pour nous debarrasser une fois pour toutes de cette creature oligophage ?...En attendant que vous preniez une decision sage et raisonnable, ce dont je ne doute pas, moi je retourne vivre dans la tete de l'auteur.

Veuillez agreer, cher lecteur, l'expression de ma rage distinguee ! Fin

Copyright Casanet 1999. All rights reserved.

Provided by Syndigate.info an Albawaba.com company
COPYRIGHT 2012 Al Bawaba (Middle East) Ltd.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2012 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Al Bayane (Al Dar Al Bayda', Morocco)
Date:Aug 15, 2012
Words:1351
Previous Article:Fait divers : Une adolescente victime de sa beaute et de sa naivete.
Next Article:Billet : La vanne qui tue !

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters