Printer Friendly

C'est parti pour le vote de toutes les polemiques.

A quelques semaines de la fin d'une phase transitoire assez longue et assez tumultueuse, les Egyptiens ont rendez-vous avec l'evenement le plus important et le plus decisif de tous : l'election presidentielle.

Par: Ingi Amr Celle-ci marquera un tournant politique indispensable au processus de transformation democratique en Egypte.

Le poste de [beaucoup moins que]president de la Republique[beaucoup plus grand que] etait toujours et demeurera le sujet de grand interet des les milieux egyptiens vu le poids et la position dont jouit le chef de la magistrature supreme aupres de ses compatriotes ou pour les institutions de l'Etat.

Avant la Revolution du 25 Janvier, le president a joue un role cle dans la transformation du pouvoir en Egypte en un pouvoir [beaucoup moins que]personnel[beaucoup plus grand que] axe sur "sa" personne. Car de pareil acte a porte atteinte au role politique des institutions de l'Etat.

Apres la Revolution, les Egyptiens esperent que le chef de l'Etat democratiquement elu jouera un role preponderant dans la fondation du pouvoir loin de toutes les ombres de la phase transitoire hasardeuse et indecise. Raison pour laquelle la presidentielle se deroulera entre un passe assez penible, un present si confus et un avenir indecis.

Elle tracera egalement les grandes lignes de l'avenir de l'Egypte, l'avenir d'un pays et d'un peuple. Les prochaines lignes sont axees sur les cotes essentiels du processus electoral. Celui-ci a pour fondement les articles 26 et 28 de la Declaration constitutionnelle emise par le Conseil supreme des Forces Armees (CSFA) suite au referendum sur les amendements constitutionnels du 19 mars 2011.

Les articles a polemiques Selon l'article 26, le president de la Republique doit etre "purement" Egyptien de nationalite et de descendence paternelle, jouissant des ses droits civiques et politiques et ne doit porter - ni lui ni ses parents - une nationalite etrangere, ne pas etre marie a une personne non-Egyptienne et ne pas etre age de moins de quarante ans. Ce sont les criteres qui ont figure dans les amendements mis au point par une Commission ad hoc alors chapeautee par le conseiller Tareq Al Bechri.

Or, ces criteres ont suscite de larges debats, notamment celui de la nationalite. Ce critere est considere assez austere du fait qu'il exclut non seulement toute personne possedant une autre nationalite mais aussi ceux dont les parents en possedent une autre.

Quant a l'article 28, il fut considere l'ombre de l'article 76 de la Constitution de 1971 a travers lequel le president dechu, Hosni Moubarak, voulait transmettre le pouvoir a son fils cadet, Gamal. Aux termes de l'article 28 de la Constitution, la Haute Commisson de l'Election presidentielle (HCEP) se charge de superviser le scrutin en commencant par l'annonce de l'investiture jusqu'a la proclamation des resultats.

La HCEP est constituee du president de la Haute Cour constitutionnelle en tant que president, et l'accession du president de la Cour d'Appel du Caire, et du plus ancien vice-president de la haute Cour constitutionnelle, du plus ancien vice-president de la Cour de Cassation, et du plus ancien vice--president du Conseil d'Eetat.

Une commission aux decisions irrevocables Les decisions de la HCEP sont definitives et executoires en soi, ne pouvant etre contestees par tout les moyens ou devant toute autorite, ni leur exposition a un sursis d'execution ou d'annulation. Seule la Commission decidera de ses prerogatives. La loi definit les autres prerogatives de la HCEP.

La HCEP forme les sous commissions de supervision du scrutin. Le projet de loi regissant l'election presidentielle sera soumis a la Haute Cour constitutionnelle avant sa promulgation, pour determiner sa conformite avec la Constitution. La Haute Cour constitutionnelle (HCC) est tenue de se prononcer dans les quinze jours qui suivent a partir de la date de l'emission de celle-ci. Si la HCC decide qu'un texte, ou plus, n'est pas constitutionnel, il faudra adopter une decision lors de la promulgation de la loi.

Dans tous les cas, la decision du tribunal est contraignante pour toutes les parties et toutes les autorites de l'Eetat, et doit etre publiee au Journal officiel dans les trois jours a compter de la date de son emission. Le president de la Republique sera elu au suffrage universel direct.

La candidature a la presidence de la Republique doit etre appuyee par au moins trente membres elus issus des deux Chambres du Parlement: l'Assemblee du peuple et le Conseil consultatif. Sinon, le pretendu candidat doit obtenir l'appui par procuration authentique de pas moins de 30 mille de ses compatriotes dans quinze gouvernorats.

Le nombre de signatures par province ne doit pas etre inferieur a mille. Un citoyen a l'age de voter ne peut accorder une procuration a plus d'un candidat. Le parti represente par un depute au sein du Parlement a le droit de se doter d'un candidat a la Presidentielle.

La Presidentielle de tous les espoirs D'ailleurs, plusieurs critiques furent emises vis-a-vis de cet article. Primo : les criteres regissant la candidature des independants sont tres rigoureuses. Que trente mille personnes appuient la candidature, est un nombre assez grand. Certains experts voyaient que 10 mille etaient un nombre convenable.

Secundo : l'article a privilegie le parti represente par un siege au Parlement en lui donnant le droit de se doter d'un presidentiable alors que ce droit est ote au depute independant.

Ce dernier ne pourra poser sa candidature que selon les criteres susmentionnes. Tertio : le fait que la decision de la HCEP soit definitive et ne soit sujet a nul appel constitue une question critique. Par ailleurs, l'article donne a la HCEP une autorite illimitee et indiscutable, ce qui a pose plusieurs points d'interrogations au sein de l'opinion publique. Bref, malgre toutes les lacunes rencontrees dans les replis de la Loi sur la Presidentielle 2012, l'Egypte aspire a un vote digne et transparent, credible et, avant tout, a la hauteur des espoirs des Egyptiens.

Copyright Eltahir House 2012

Provided by Syndigate.info an Albawaba.com company
COPYRIGHT 2012 Al Bawaba (Middle East) Ltd.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2012 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Le Progres Egyptien (Cairo, Egypt)
Date:May 2, 2012
Words:975
Previous Article:Accord de jumelage le Caire-Tbilissi.
Next Article:La HCEP s'empresse d'en finir avec les questions logistiques.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters