Printer Friendly

Assia Djebar, la lutte contre le silence et l'oubli continue.

Evoquer, meme d'une maniere synoptique, le parcours d'Assia Djebar est une entreprise fort laborieuse. C'est l'avis meme de trois ecrivains universitaires, Mohamed Cherif Ghebalou, Mohamed Sari et Abdelkrim Ouzeghla, invites a animer une table ronde organisee samedi a la bibliotheque principale de Tipasa.

Le six fevrier dernier l'Algerie et le monde entier ont commemore le troisieme anniversaire de la disparation d'Assia Djebar de son vrai nom Fatma-Zohra Imalayene, l'ecrivaine, dramaturge, poetesse, historienne, cineaste, critique litteraire, journaliste, academicienne et moudjahida qui, par ses œuvres et ses actions engagees, a marque toute une epoque charniere de la vie de sa patrie et offert a l'universalite les outils d'une nouvelle quete pour que l'humanisme et le triomphe des causes justes soient la manifestation supreme de combats souvent inaudibles. Son legs pour l'humanite n'a d'egal en effet que son long parcours prolifique d'un demi-siecle. Ses œuvres qui empruntent un sillon evoluant loin des chemins classiques, ou se melent la beaute du verbe, l'expression fort allusive d'une sequence d'un film, une gestuelle scenique saisissante ou une immuable verite emanant de la bouche de l'histoire, ne peuvent finalement que refleter une conception atypique du monde qui l'entoure. Un monde ou interagissent les consciences dans un environnement ou l'ideologie dominante n'est pas necessairement la plus juste. De ce postulat, Assia Djebar a choisi sa liberte. La liberte qui met en relief dans ses vingt deux œuvres les aspirations des damnees sans voix. Celles des femmes a la parole enterree dans les entrailles de la terre qu'elle s'efforce a traduire litterairement et ressusciter face a l'ordre partial ou celles des peuples colonises subissant tortures exterminations et enfumades.

L'œuvre en chef d'œuvre

Evoquer, meme d'une maniere synoptique, le parcours d'Assia Djebar est une entreprise fort laborieuse. C'est l'avis meme de trois ecrivains universitaires invites a animer une table ronde organisee samedi dernier a la bibliotheque principale de Tipasa. Tour a tour, Mohamed Cherif Ghebalou, Mohamed Sari et Abdelkrim Ouzeghla ont fait une lecture croisee en trois dimensions des œuvres d'Assia Djebar, en mettant en exergue le parcours chronologique de ses œuvres, leurs themes dominants la dynamique historique utilise comme adjuvant a ses travaux et la problematique de la traduction notamment en ce qui concerne [beaucoup moins que] Femmes d'Alger dans leur appartement [beaucoup plus grand que] comme replique aux œuvres artistiques d'Eugene de La Croix et de Pablo Picasso. Mohamed Cherif Ghbalou a ete on ne peut plus clair pour resumer le parcours litteraire singulier de l'icone de Chenoua. Pionniere dans bien de domaines reserves naguere aux seuls hommes, elle a bouscule l'ordre etabli en etant la femme qui ose. Sa temerite et son audace exteriorisees a la fleur de l'age par la publication de son premier roman La Soif en 1957 alors que l'Algerie entiere fut en flamme, la distingua par son intrusion fracassante dans le cenacle des romancieres algeriennes qui se resumait alors a trois plumes, mais lui vaudra aussi des critiques, notamment de Mustapha Lachref en la considerant de la bourgeoisie, d'autant que son livre evoque l'amour de la vie, de la liberte et de l'emancipation d'une jeune fille qui n'est autre qu'elle, donc loin de la realite du mouvement liberateur. Comme Mouloud Maameri, Assia Djebar, l'etudiante qui a repondu deja en 1956 a l'appel a la greve de la revolution a ete une incomprise a ses debuts, d'autant, comme le souligne Abdekrim Ouzaghla ; [beaucoup moins que] une œuvre litteraire peut vehiculer plusieurs sens et comprise de differentes manieres[beaucoup plus grand que]. Cela etant, en rejoignant le maquis apres son premier mariage elle a commis une serie de reportages sur les affres subies par les algeriens dans les camps de refugies, publiee en quatre parties pendant la revolution et reeditee apres l'independance sous l'intitule general le carnet d'une maquisard. L'evolution de la conscience foncierement romanesque a la conscience revolutionnaire chez Assia Djebar a ete en soi un processus peu commun, puisqu'il intervient dans le giron d'une ideologie dominante fondamentalement inscrite a rebours des aspirations du peuple algerien. C'est en ces moments cruciaux qu'on reconnait a la fois la force du caractere et se revele la veritable personnalite d'une intellectuelle face a un choix cornelien. Assia Djebar a opte tres tot pour la cause de son peuple et s'est debarrassee sans rechigner de ses reves de jeune fille qu'elle pouvait aisement exhausser. Les changements dans la vie d'Assia Djebar, ou plutot sa consolidation se lit aisement a travers ses œuvres qui prennent source de sa patrie et se diffusent a travers le monde et le temps. Peu importe le canal qu'elle emprunte, l'essentiel pour elle est d'etre compris et que son message soit ecoue. Comme elle le dit [beaucoup moins que] j'ecris contre le silence et contre l'oubli[beaucoup plus grand que]. Cette propension a aller vers l'autre, elle lui a donne corps par tous les moyens. Ecrivaine, elle s'adresse a un public restreint, cineaste elle s'est introduite dans tous les foyers de l'Algerie. En realisant deux films, en l'occurrence [beaucoup moins que] la Nouba des femmes du mont Chenoua [beaucoup plus grand que] et [beaucoup moins que] la Zerda ou le Chant de l'oubli [beaucoup plus grand que], elle s'est devoilee au grand jour au peuple algerien, et ce malgre les embuches qu'elle a evidement surmontees pour faire parvenir son message. En effet, les cineastes voyaient a l'epoque son intrusion d'un mauvais œil. Une forme de machisme qui a fait long feu face a la determination d'Assia Djebar qui comme d'habitude a ouvert de nouvelles perspectives pour les femmes dans une profession qui fut eminemment masculine. De par sa formation universitaire et historienne comme elle etait, elle a revolutionne le monde algerien de l'ecriture en faisant de l'histoire la trame de ses romans qui ont denude l'effroyable sauvagerie du colonialisme a l'instar de ce qui a ete retrace dans son roman L'amour, la fantasia ou elle raconte l'un des episodes les plus sombres de la colonisation qui aveuglee par sa puissance a extermine toute une tribu en 1845 dans la Dahra. Elle a dit non aussi au terrorisme qui a ote la vie a ses amis, Aloula, Djaout et tant d'autres, durant la periode de la tragedie nationale. Prise alors par une frenetique envie d'ecriture, elle a donne naissance au roman le Blanc de l'Algerie qui se veut comme un hymne contre l'obscurantisme et le deni de penser. Assia Djebar, recipiendaire de plusieurs prix et distinctions qui ornent l'ensemble de son parcours, a fait une entree unique en son genre a l'Academie francaise en occupant le cinquieme siege en 2006. [beaucoup moins que] Elle est entree en conquerante. Le jour de la ceremonie elle a brandi le glaive de l'academicien comme l'a fait son arriere grand pere El Barkani, le lieutenant de l'emir Abdelkader face a l'armee francaise. Ses ecrits ont servi l'Algerie et les causes justes [beaucoup plus grand que] tient a souligne a ce propos, Mohamed Cherif Ghbalou qui regrette le fait qu'elle n'a pas ete recipiendaire du prix Nobel de la litterature en 2004 alors qu'elle etait la potentielle nominee. [beaucoup moins que] Assia Djebar est comparable par sa conception de la langue francaise a Yacine Kateb. Tous deux ils l'a considerent comme un butin de guerre[beaucoup plus grand que] souligne le meme intervenant. Les trois intervenants ont emis le vœu que ses œuvres soient traduites en langue nationale pour qu'elles servent d'ouvrages de reference au cote des autres œuvres d'ecrivains algeriens dans le processus de l'algerianisation du systeme educatif. On ne compte malheureusement que trois romans traduits du riche repertoire livresque d'Assia Djebar. Lui rendre hommage c'est d'abord rendre ses œuvres accessibles a tous.

Amirouche Lebbal

[c] 2018 Sud-Horizons Provided by SyndiGate Media Inc. ( Syndigate.info ).
COPYRIGHT 2018 SyndiGate Media Inc.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2018 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Horizons (Algiers, Algeria)
Date:Feb 11, 2018
Words:1294
Previous Article:Monoxyde de carbone, 35 morts en moins de 2 mois.
Next Article:Le Forum regional de developpement a Alger lundi.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2018 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters