Printer Friendly

Archives au Maroc, une composante strategique extirpee de l'agonie.

Actualites Eecrit par Otmane Elmibrak Journee nationale des archives A u Maroc, il fut un temps ou "Archives" laissaient entendre une besogne des sous-fifres et des bouche-trous ou encore, parfois, un service optionnel ou l'on laisse croupir des bras-casses et toute persona non grata au sein des administrations ou societes. Bien que cette acception, qui n'epargne ni le secteur public ni son pendant prive, s'obstine a s'obliterer completement, une culture archivistique semble, tant bien que mal, gagner du terrain, notamment apres l'adoption de la loi 69-99 du 30 novembre 2007, portant creation des Archives du Maroc et qui, vaille que vaille, a permis de ressusciter le debat autour de cette discipline et laisse entrevoir les premices d'une politique d'archivage conforme aux standards internationaux. Cette loi, dont le decret d'application n'a ete adopte que le 3 septembre dernier, constitue bel et bien une percee indeniable en vue de doter le Maroc d'une veritable pratique archivistique ou plan de classement, bordereau de versement et calendrier de conservation seraient monnaie courante dans le quotidien du fonctionnaire et du salarie marocains. Et comme le Maroc va celebrer la Journee nationale des Archives ce 30 novembre, l'avis d'un connaisseur est de mise pour revisiter les avancees, etablir l'etat des lieux et prospecter l'avenir de la gestion des archives ou du "Records management" pour les plus avertis. En historien aguerri et ardent defenseur de la discipline au Maroc JamaaBaida, directeur des Archives du Maroc a confie, dans un entretien a la MAP, qu'il etait harassant de partir du neant. "Nous sommes partis a zero". Une foultitude d'actions devaient etre engagees et, naturellement, sur plusieurs fronts : Legislation, formation, locaux de stockage, guides referentiels etc, a-t-il precise. Toujours est-il que l'approbation du decret susmentionne n'est que l'aboutissement d'un travail de longue haleine mene, de bout en bout, par Archives du Maroc avec le concours precieux du Secretariat general du gouvernement et qui, a note le directeur d'Archives du Maroc, permettra, a terme, de doter le Maroc d'une politique archivistique en bonne et due forme, "du moins espere-t-on". Au tout debut, on s'est rendu a l'evidence qu'il y a un retard abyssal a rattraper dans la gestion des archives nationales, a dit M. Baida, soulignant le defaut de transparence caracterisant ce domaine qui constitue, foncierement, un gage de la continuite des services de l'Etat et une base permettant d'epingler les carences de la gestion financiere au sein des organismes. Heureusement, s'est-il felicite, une volonte politique et une prise de conscience societale commencaient a se faire sentir et se sont traduites par l'approbation en conseil de gouvernement dudit decret, combien salutaire pour organiser et reglementer ce domaine qui represente "un pan essentiel de l'identite marocaine". Pour autant, a-t-il fait remarquer, nombre d'initiatives concretes devraient s'ensuivre en rapport, entre autres, avec la garantie des conditions necessaires a l'action d'Archives du Maroc, notamment un siege au diapason des standards internationaux ou cette institution "strategique" elira domicile. Le Maroc vit au rythme d'une dynamique de modernisation tous azimuts et les archives ne doivent pas etre en reste, d'autant plus que les archives nationales, du haut de leur caractere strategique, revetent une grande importance dans le renforcement de l'Etat du droit, a signale M. Beida. Le depot des archives, publiques soient-elles ou privees, aupres d'Archives du Maroc permet, en plus de garantir leur perennite, de premunir les principes de transparence et de gouvernance, ces fonds etant un trait d'union entre responsabilite et reedition des comptes. Lapalissade. Tout responsable, en charge d'un service public, produit et recoit des archives, a-t-il dit, ajoutant qu'a defaut, on ne dispose d'aucun document a valeur probatoire pour attester de tout derapage managerial. Concernant la commemoration de la Journee nationale des Archives, M. Baida evoque une occasion de sensibiliser les responsables, les fonctionnaires mais aussi le citoyen lambda a l'importance d'assimiler, a sa juste valeur, la place qui echoit aux archives comme outil de democratie, de progres et de gestion quotidienne des services de l'Etat. C'est, aussi, une opportunite de remettre en cause la politique archivistique du Maroc qui n'arrive toujours pas a retrouver ses reperes, a-t-il repris. Comme toute date commemorative, cette journee est l'occasion de dresser les bilans. M. Beida a ainsi fait savoir qu'Archives du Maroc a inventorie, depuis son eclosion en 2011, quelque 2.500 metres lineaires d'archives publiques datant de l'ere d'avant l'independance, deplorant que certaines administrations n'aient toujours pas verse leurs "archives historiques" a l'institution dont il preside aux destinees. Archives du Maroc, a-t-il poursuivi, œuvre egalement a sensibiliser a l'importance des archives privees, se rejouissant, dans ce sens, que plusieurs citoyens, des mondes du theatre et de la politique, une zaouia ainsi que l'eglise catholique de Tanger ont, volontairement, fait donation de leurs archives respectives. Et d'enchainer qu'Archives du Maroc a conclu des accords de partenariats et de cooperation avec nombre d'institutions nationales et etrangeres, notamment en France, pour beneficier de leurs experiences en matiere archivistique, particulierement pour ce qui est de la formation des competences et de la numerisation des documents. Le clou des realisations, a-t-il fait valoir, n'est autre que l'adoption du decret d'application de la loi 69-99 qui constituera la tete de pont de la Strategie nationale de gestion des Archives, son enonce stipulant notamment la creation d'unites centrales d'archives au sein de tous les departements publics et qui seront des interlocuteurs directs des Archives du Maroc. Et d'indiquer qu'Archives du Maroc est en train de formaliser un guide referentiel de la gestion des Archives publiques, permettant de departager les documents a conserver et ceux a detruire. Aussi, cette institution est en train d'etablir un diagnostic de l'etat des archives nationales, vis-a-vis desquelles on a manifeste un desinteret "lamentable" depuis l'independance, sur les plans du traitement, du conditionnement et de la conservation, a fait constater M. Baida. Concernant la regionalisation avancee, a-t-il fait observer, l'Institution des Archives du Maroc, soucieuse d'apporter sa pierre a ce chantier, veillera a doter chaque region du Royaume d'une entite d'archives regionales, par accords de partenariat interposes. La Journee nationale des archives intervenant des jours apres le quarantenaire de la Marche verte, M. Beida a affirme, comme pour contextualiser cette journee commemorative, que les Archives font egalement office d'un instrument de defense de l'integrite territoriale du Royaume. "Pour l'organisation de cette glorieuse Marche, le Maroc s'etait appuye aussi sur les avis consultatifs de la Cour internationale de Justice a La Haye, dans l'elaboration desquels les Archives historiques ont eu le dernier mot" a-t-il etaye. Sur les handicaps face a la promotion des Archives nationales, M. Baida a evoque le manque d'une culture archivistique notamment chez les responsables, dont certains rechignent a accompagner les projets de l'Institution. Autre bemol. Il a cite le defaut d'un cadre juridique regissant la profession d'archiviste, appelant a mettre au point des textes juridiques a cet effet, au regard de la mission "noble et colossale" dont s'acquittent ces professionnels. Le programme de celebration de la Journee nationale des Archives, a laquelle l'on a retenu le signe "Archives privees : Patrimoine national ?", prevoit une table-ronde sur certains fonds d'archives prives et les modes de leur gestion, animee par un parterre d'universitaires et experts marocains et etrangers. Il comporte aussi une rencontre-hommage a des personnes ayant fait don de leurs fonds a Archives du Maroc. Force est de souligner qu'au-dela de la simple gestion d'une paperasse dans ses stades courant, intermediaire et historique, un systeme perspicace de gestion des archives se veut un piedestal de la memoire des pays et un temoin eternel de leur histoire. Qui plus est, il s'agit d'un prelude cle pour pouvoir aborder avec aisance et assurance le management des Archives electroniques, dont la volumetrie, comparativement aux archives traditionnelles, est exponentiellement tentaculaire.

Copyright Casanet 2015. All rights reserved. Provided by SyndiGate Media Inc. ( Syndigate.info ).
COPYRIGHT 2015 SyndiGate Media Inc.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2015 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Al Bayane (Al Dar Al Bayda', Morocco)
Date:Dec 1, 2015
Words:1286
Previous Article:[beaucoup moins que]Paris et Marrakech, deux conferences fondatrices du futur que nous avons le devoir et la responsabilite de leguer a nos...
Next Article:3,7 millions de femmes victimes de violences conjugales au Maroc.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters