Printer Friendly

Amassing Power. J.B. Duke and the Saguenay River, 1897-1927. (Reviews/Comptes Rendus).

Amassing Power. J.B. Duke and the Saguenay River, 1897-1927. David Massell. McGill-Queen's University Press, 2000, 301 pp. ISBN 0-7735-2033-3, $49.95.

L'ouvrage de Massell s'inscrit dans le prolongement de recherches recentes qui portent sur l'histoire des regions du Quebec. Partant des grandes syntheses sur la socio-economie de chacune des regions du Quebec (Projet d'histoire regionales, INRS-Culture et Societe) (1), d'autres travaux a caractere plus monographiques tentent de combler des pans de l'histoire du developpement economique regional dans les premieres decennies du [XX.sup.c] siecle (Igartua, Legare, Tremblay). (2) L'approche de l'auteur veut resolument depasser ce cadre trop restreint pour saisir l'evolution de l'economie regionale dans son rapport veritable entre l'Etat et le Capital. La problematique de l'auteur est claire. II desire aller au-dela des trop nombreuses etudes sur l'ideologie du developpement regional au Quebec. Il prefere s'aventurer a comprendre l'interaction entre le politique (les grands objectifs de developpement) et les politiques en lien avec le capitalisme industriel : [much less than]Yet where the inner workings of policy are concerned-the substance, the chronology, the mechanics at work in the intersection of capital and politics -- all this is deemed opaque and unknowable in a pre-Depression era of resource politics in the province of Quebec[much greater than] (p.11).

L'ouvrage se divise en six chapitres qui analysent, dans une perspective chronologique, les grands bouleversements de l'industrialisation du Saguenay-Lac-Saint-Jean autour de la mise en valeur de l'eau a des fins de la production de l'hydro-electricite.

Le premier chapitre montre comment les gouvernements provinciaux liberaux renforcent leur politique de concessions des chutes d'eau a des entrepreneurs prives. La vente des droits sur les ressources est confirmee par le Conseil Prive (1898) comme etant de juridiction exclusivement provinciale. S'inscrivant ainsi dans le prolongement d'une strategie de concession de la foret publique, les ressources sont attribuees sous reserve qu'un developpement se fasse dans les annees qui suivent. (p. 19) Vente de feu, ou vente de gouvernements qui cherchent desesperement a s'appuyer sur des capitalistes prives pour developper l'economie des regions? Cette strategie du gouvernement du Quebec s'inscrit dans le prolongement de la gestion des forets publiques qui au [XIX.sup.e] siecle avaient fait la fortune des Price au Saguenay. Les gouvernements forcent les industriels a installer des usines de transformation pres des zones ou se trouvent les ressources naturelles. On cree ainsi des emplois localement tout en elargissant les revenus du gouvernement provincial. Sauf qu'en matiere de gestion de la ressource [much less than] eau [much greater than], le gouvernement du Quebec a bien peu d'expertise au debut du siecle comme le demontre Massell. Les capitalistes arrivent avec leurs propres ressources (p. ex. capital, connaissance et acces aux marches internationaux, technologie afferente la construction et a la gestion des barrages), bien plus importante que celles des gouvernements, encore que la coordination entre tous ces intervenants ne se fasse pas facilement.

Parmi les personnages qui cherchent a se positionner dans la mise en valeur des ressources du Saguenay-Lac-Saint-Jean, se retrouvent des inventeurs avec peu de capital, pensons ici a Thomas Willson (chapitre 2). L'American Tobacco Company, dirigee par James B. Duke, avec un capital en 1906 de 235 $ millions apparait comme un intervenant de premier plan. Accuse de monopole en 1907, la Cour Supreme obligera Duke lui-meme a dissoudre son empire du tabac, ce qui l'oblige a diversifier son capital dans de nouvelles energies, dont l'electricite. (3) Ce qui est nouveau dans l'ouvrage de Massel, c'est de mieux comprendre le leadership, la vision de Duke qui acquiert non seulement les chutes d'eau, mais aussi le lit des cours d'eau afin d'assurer un emmagasinement plus important pour rentabiliser son investissement (chapitre 3). Par la suite, Duke cherche des associes divers pour assurer que ses surplus d'electricite seront vendus. C'est ici que l'on voit que les capitalistes, obliges de s'entendre entre eux, doivent aussi s'entourer d'experts de tous ordres; on achete des brevets ou des licenses que l'on doit adapter rapidement a des fins de production industrielle. Apparaissent au detour des intervenants des industries chimiques et petrochimiques, les Willson, certes, mais des intervenants majeurs comme les du Pont de Nemours et les Norsk-Hydro. Ce que chacun apporte, c'est non seulement du capital, mais l'expertise pour la mise en valeur de produits qui ont besoin d'electricite pour etre transformes.

Dans les chapitres 4 et 5, l'auteur illustre comment le gouvernement souscrit dans un premier temps, au projet des Duke, Dupont et Norsk-Hydro afin de mettre en place une industrie chimique autour des usines hydroelectriques. Cependant, Massell montre que le role du haut fonctionnaire, Arthur Amos, beau-frere du premier ministre du Quebec d'alors, Lomer Gouin, a pu jouer dans des retards qui nuiront a l'avancement des projets.

La determination de Duke (chapitre 6) lui permet d'obtenir les concessions desirees grace a l'appui de Louis-Alexandre Taschereau, nouveau premier ministre liberal qui veut relancer l'economie d'apres-guerre. Les fonctionnaires auront en partie gain de cause puisque certaines redevances seront payees par les utilisateurs. Cependant, Duke mene le jeu contre tous ceux qui s'opposent a ses projets. Il va meme jusqu'a poursuivre Price en juin 1920 pour non respect d'ententes prealables (p. 154).

L'auteur ne mache pas ses mots sur le processus de collusion qui a cours pendant cette periode du debut des annees 1920: [much less than] During the era of World War 1 Amos had held tight to a political process characterized by patient bureaucratic control. In the early 1920s, a big business and elected officials inched ever closer to collusion pure and simple, bureaucratic control gave way to increasing policization of the decision-making mechanism. The result retold an old and simple story of industrial development and democratic process. Riverine landscapes was reshaped by those with power and influence. [much greater than] (p. 170)

Les consequences de telles pratiques seront facheuses (chapitre 7). La Tragedie du lac Saint-Jean laisse un gout amer dans la population locale qui conteste alors que le gouvernement se justifie en pretextant sa reelection aux elections generales. Voila qui pose la question d'un developpement qui, entre Capital et Etat, interpelle la democratie et surtout la responsabilite des gouvernements concernant en particulier la concession de ressources naturelles du domaine public. Il est evident que les grands industriels se percoivent comme les [much less than] proprietaires exclusifs [much greater than] de ressources et ne tiennent pas compte de impacts sur l'environnement ou sur d'autres proprietes privees ou publiques qui peuvent avoir a souffrir de l'action des compagnies, don't ici le relevement des eaux du lac Saint-Jean.

Il est interessant de constater que la recherche sur le developpement des economies regionales se tourne vers la filiere americaine. Partant de concepts lies a un developpement fragile associe a la mise en valeur des ressources naturelles peu ou pas transformees de zones peu peuplees, il devient possible et fort eclairant de decouvrir le role de l'Etat provincial du Quebec, gestionnaire au l'occurrence le capital americain ou europeen. Au-dela de cette rencontre entre une certaine vision du developpement des gouvernements quebecois de la periode, qui cherchent a attirer des entreprises en region pour creer de l'emploi, et au-dela de la vision d'entrepreneurs comme James B. Duke, se profile l'echo d'une population locale peu ou pas consultee sur les grands enjeux de son developpement. Cela montre la lenteur, voire la difficulte de l'Etat quebecois a prendre sa place a la fois comme accompagnateur du developpement et comme gestionnaire responsible d'un domaine public qui doit etre gere pour le bien de tous.

Le travail de Massell innove a partir du depouillement d'une masse considerable de nouvelles sources et surtout, il observe le tout avec cette distance du jeune chercheur americain qui mene une enquete serree et qui n'est pas pris dans la dynamique culturelle des Quebecois/Canadiens qui ont un regard parfois trop reducteur du developpement regional. Ici, pas de jugement a priori sur la region, mais plutot un regard froid, rafraichissant meme, ou l'observateur garde ses distances tout en montrant une certaine empathie pour son sujet. L'auteur se situe sur le terrain des acteurs, celui des hommes politiques quebecois desireux de se faire reelire tout en assurant, avec le concours de grands investisseurs, la creation d'emplois locaux et des sources de revenu pour les gouvernements provinciaux. C'est a partir de la gestion des ressources naturelles que les gouvernements des provinces continuent a definir leur prerogative gouvernementale et fiscale dans cette periode de la Premiere Guerre mondiale. Ne pourrait-on pas parler d'une premiere Revolution tranquille dans un secteur industriel de pointe pour l'epoque? L'image de la province de Quebec entouree par l'ideologie clericale qui refuserait le developpement industriel et urbain pour s'enfermer dans un passe idealise, discours qui a bien servi les interets de penseurs en milieu anglo-saxon ou en milieu quebecois conservateur, est remis en question par cet ouvrage.

Les gouvernements semblent pris entre un developpement a tout prix et le desir de se donner une structure etatique digne de ce nom. Se retrouvent les grands industriels americains (mais ils ne sont pas les seuls) avec leur argent et leur expertise (p. ex. scientifiques, inventeurs, avocats). Ces derniers voient rapidement le potentiel immense de la region. Cependant, les difficultes que les capitalistes ont a s'entendre entre eux, sans compter sur les problemes qu'ils trouvent sur leur chemin avec de nouveaux fonctionnaires moins presses qu'eux, voila qui aide a comprendre qu'il aura fallu plus de 25 ans entre les premieres concessions des chutes d'eau et l'ouverture des cuves d'aluminium au Saguenay en 1926.

On peut reprocher a l'auteur de traiter son sujet trop au ras du sol. L'ecriture est parfois lourde. Mais, au bout du compte, la lecture de cet ouvrage reste indispensable pour elargir la reflexion sur l'histoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean dans l'histoire du Quebec contemporain. Les Editeurs McGill-Queen's ont fait un beau travail considerant les nombreuses subventions tirees d'une multitude de commanditaires pour l'entreprise. Il reste qu'un tel ouvrage devrait etre lu par tous les Quebecois y compris les Saguenayens et les Jeannois desireux de comprendre le developpement regional du Quebec actuel. Il ne le sera probablement pas. D'abord, parce que l'ouvrage est en anglais. Enfin, la distribution inadequate des ouvrages de McGill-Queen's, meme lorsque l'on publie en francais, rend l'experience peu probable.

(1.) Camil Girard, Normand Perron, Histoire du Saguenay-Lac-Saint-Jean, Quebec, Les presses de l'Universite Laval, Collection INRS/Culture, 1995, 660 pages. A ce jour. pres d'une quinzaines d'ouvrages portent sur l'histoire des principales regions du Quebec (sans compter plus de 40 emissions de 30 minutes produites par Radio-Quebec), ce qui constitue une source importante de documentation pour comprendre le developpement des regions dans une perspective de longue duree. Voir: http://www.ulaval.ca/pul.

(2.) Jose Igartua, 1996: Arvida au Saguenay: naissance d'une ville industrielle, Montreal, McGill-Queen's University Press, 273 pages; Francine Legare, 1991: Les travailleurs de la campagnie Price, 1911-1940, Montreal, UQAM, memoire de maitrise, 115 pages; Gervais Tremblay, Profil sociodemographique des travailleurs de la compagnie Price de Kenogami, 1912-1942, Chicoutimi, UQAC, memoire de la Maitrise en Etudes Regionales, 1999, 121 pages.

(3.) Campbell. Duncan C., Mission mondiale. Histoire d'Alcan, Vol. 1. Jusqu'a 1950, Sans lieu, Ontario Publishing Company Limited, 1985, p. 92 ss.
COPYRIGHT 2001 Canadian Journal of Regional Science
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2001 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Girard, Camil
Publication:Canadian Journal of Regional Science
Article Type:Book Review
Date:Jun 22, 2001
Words:1844
Previous Article:University Research and Regional Innovation. A Spatial Econometric Analysis of Academic Technology Transfers. (Reviews/Comptes Rendus).
Next Article:The Economics of Networks. (Reviews/Comptes Rendus).
Topics:


Related Articles
Information for book reviewers/Information a l'intention des critiques de livres.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2021 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters |