Printer Friendly

Action francaise: a European and transatlantic matrix of the radical right?/ L'action francaise: une matrice europeenne et transatlantique des droites radicales?

1. INTRODUCTION

Les etudes sur l'Action francaise et le maurrassisme n'ont longtemps ete pensees qu'en termes franco-francais. Certes, les Etudes maurrassiennes avaient, au debut des annees 1970, commence sous l'egide de Victor N'Guyen, a traiter des influences de l'Action francaise hors de France (1). De meme, au debut des annees 2000, un collectif avait ete publie sous l'egide de Catherine Pomeyrols et de Claude Hauser (2). Ce n'est cependant que tres recemment, dans le sillage de colloques universitaires renouvelant l'historiographie sur l'Action francaise (3) que l'importance internationale de figures majeures du nationalisme francais a commence d'etre traitee en profondeur sur un mode transversal. Une recherche collective conduite dans le cadre de la Maison des sciences de l'homme de Lorraine s'est ainsi attachee aux principales figures de l'Action francaise. Maurras a ete le premier d'une serie (4) continuee ensuite par Jacques Bainville (5), Georges Valois (6) et Maurice Barres, quoique celui-ci n'ait jamais adhere a l'Action francaise (7). La premiere place de Maurras tient a son role propre et a sa fonction de navire amiral au sein de l'Action francaise. Elle se justifie aussi par le fait qu'a la difference de Barres, Maurras entend etre un fondateur d'ecole ce qui explique la polarisation qu'il exerce et la necessite de ne pas limiter le maurrassisme a sa seule personne. S'il est bien, comme l'ecrivent ses admirateurs belges, <<le phare>>, <<le chene dans la plaine>>, il n'est pas considere seulement pour lui-meme. En atteste cette lettre enflammee de l'ecrivain Maurice Maeterlinck adressee le 10 fevrier 1936 a Leon Daudet a l'occasion du deces de Jacques Bainville: <<Voila que la mort prend inopinement le plus jeune de la grande trilogie [Maurras, Daudet, Bainville]! C'est une perte enorme pour la France, pour tous ceux qui l'aiment et vous aiment!>> (8).

Ainsi, si l'Action francaise et le maurrassisme sont indissociables de la figure de Maurras, ils la depassent. Le constat est d'importance car il renvoie au caractere polymorphe de l'Action francaise et du maurrassisme. C'est par leur examen que nous debuterons cet article avant de nous attacher a la pesee de l'influence de l'Action francaise en Europe et aux Ameriques et montrer, exemples a l'appui, les diverses facons d'etre maurrassien.

2. LA NATURE POLYMORPHE DE L'ACTION FRANCAISE ET DU MAURRASSISME

2.1. Une doctrine

L'Action francaise, c'est d'abord une doctrine qui fait proclamer a ses adherents: <<Notre force est d'avoir est d'avoir raison>>. Le coeur en est constitue par le <<nationalisme integral>> de Maurras. Les ouvrages de Victor N'Guyen, de Michael Sutton et plus recemment de Bruno Goyet, de Stephane Giocanti, de Domenico Fischella ou de Tony Kunter ont analyse les origines de la pensee maurrassienne qui se fixe au tournant du XXe siecle (9). D'inspiration reactionnaire et marquee par Auguste Comte, construite contre la philosophie des Lumieres et le romantisme, elle signifie d'abord un refus radical de l'individualisme. Michael Sutton a justement releve que
   pour Maurras, le romantisme et les idees de 1789 n'etaient que deux
   aspects du meme mal, un individualisme qui exagere l'importance du
   sujet au detriment de l'ordre social et politique dont l'individu
   n'est qu'un element transitoire (10).


Maurras prone pour la France le rejet de la Troisieme Republique et des <<quatre Etats confederes>> qui la domineraient (juifs, franc-macons, protestants, meteques) au profit d'une monarchie decentralisatrice et s'emploie au debut du XXe siecle, dans le prolongement de l'affaire Dreyfus et sur fond de separation de l'Eglise et de l'Etat, a rechercher une alliance avec les catholiques comme Auguste Comte l'avait en son temps entrepris a l'egard des Jesuites.

Si la pensee maurrassienne nourrit l'Action francaise, l'homologie entre ces deux entites a ses limites. Maurras est une source essentielle mais non exclusive de l'Action francaise, qui, se pense comme une ecole et a entrepris, a travers l'Institut d'Action francaise, de poser les jalons d'une contre-sorbonne, notamment en direction de la jeunesse (11). Dresser un etat des lieux doctrinal de l'Action francaise impose donc la prise en compte d'autres publicistes de cette derniere. Ainsi, c'est Jacques Bainville, connu aussi comme historien, qui forge sa doctrine en matiere de politique exterieure a travers ses ecrits sur l'Allemagne ou le traite de Versailles (son essai Les consequences politiques de la paix fait le pendant de celui de John Maynard Keynes). Bainville est aussi une reference sur l'economie, en concurrence sur ce plan avec Georges Valois, present a l'Action francaise pendant pres de vingt ans et qui s'est attache, avant la rupture de 1925, a brosser les contours d'une <<economie nouvelle>> ou la denonciation de la finance et la promotion du corporatisme occupent une place centrale. Sur le plan religieux, fondamental au moins jusqu'en 1926 et la condamnation de I'af par le saint-siege, outre Maurras, dont les ecrits contre le democrate-chretien Marc sangnier ont ete marquants (12), Henri Massis et, a un degre moindre Jacques Maritain, jouent un role essentiel. Irriguee par une kyrielle de penseurs, l'Action francaise ne presente donc pas sur l'ensemble des sujets une vision uniforme meme si le <<politique d'abord>> articule au <<nationalisme integral>> est un socle commun. Les differences existent en matiere d'esthetique ou de litterature ou les contrastes sont saisissants entre un Charles Maurras, gardien sourcilleux du classicisme, un Leon Daudet, qui peut s'en ecarter et defendre vigoureusement dans les colonnes de L'Action francaise et a l'academie Goncourt Voyage au bout de la nuit de Louis-Ferdinand Celine et une Jeune Droite des annees trente (Robert Brasillach, Thierry Maulnier) qui fait sien le Maurras politique mais laisse largement de cote le Maurras poete ou critique litteraire (13).

2.2. Un quotidien

Adossee a la doctrine maurrassienne et instrument inlassable de sa promotion, l'Action francaise est aussi un periodique. Petite revue a l'origine, l'Action francaise est devenue un quotidien en 1908. Le journal eponyme est le poumon de l'ensemble. D'abord parce que c'est par ce biais que ses tenors, qui sont tous des hommes de plume, s'expriment jour apres jour pour commenter l'actualite et defendre leur projet. Ces professionnels du journalisme ont un incontestable savoir faire que leurs adversaires reconnaissent volontiers, a l'instar d'Albert Thibaudet, critique majeur de la Nouvelle Revue francaise, qui evoque a propos de l'Action francaise en fevrier 1927 <<un journal a gros tirage admirablement fait>> (14). L'importance conferee au quotidien tient aussi au fait que c'est de lui que l'Action francaise attend prioritairement le sursaut devant conduire au <<coup de force>> et au retablissement de la monarchie. La description que l'Action francaise propose d'elle-meme dans ses Almanachs est significative: le journal est le premier des <<organes>> presentes avec le commentaire suivant: <<Un lecteur assidu du journal devient, forcement, en peu de temps, un royaliste. Le journal est aussi le lien le plus vivant, le plus fort entre les amis de ses doctrines et de sa methode, le plus capable de coordonner leur action>> (15). Ces quelques lignes sont essentielles pour comprendre l'accent mis sur la propagande par l'imprime et la fonction des campagnes de presse orchestrees par le journal, avec une hargne jamais dementie, a l'occasion notamment des nombreux scandales que connait la Troisieme Republique (affaire Stavisky en 1933-1934 etc.). Ajoutons encore toute l'importance accordee aux locaux du journal et a l'imprimerie, gardee toutes les nuits par les Camelots du Roi. C'est un lieu essentiel de sociabilite ou les militants se retrouvent apres les manifestations et ou le visiteur peut rencontrer Maurras et les siens. On peut donc prendre la mesure de toute l'importance que les dirigeants de l'Action francaise accordent a un journal dont ils ont craint en 1936 l'interdiction apres que la ligue a ete dissoute.

2.3. Une ligue

La ligue, fondee le 15 janvier 1905, est le troisieme pilier de l'Action francaise. Sa place dans le dispositif d'ensemble doit etre precisee. L'Action francaise dans ses Almanachs ne presente les organisations de la ligue (groupements, Camelots du Roi, Dames royalistes et d'Action francaise, Jeunes filles royalistes) que dans un second temps, dans une rubrique <<Action>> qui suit <<l'oeuvre intellectuelle>>. Cette place est d'autant plus instructive qu'elle s'accompagne d'une definition de <<l'Action>> tournee pour l'essentiel vers la propagande (les organisations de la ligue sont des <<centres de propagande>>). Certes, la ligue compte avec les Camelots du Roi des troupes de choc mais il ne faut pas oublier que l'article 1.er des statuts souligne que <<leur fonction consiste a vendre le journal dans la rue, a effectuer des distributions de tracts, les services d'ordre pour les reunions de I'af, ou le public etranger a I'af est admis, l'organisation et l'execution que celles-ci reclament>>. Au fond, la fonction et l'action de la ligue sont des impenses de l'Action francaise, et d'abord de Maurras qui se desinteresse de la vie au quotidien et n'analyse jamais en profondeur ce que doivent etre les formes de l'action ligueuse comme son rapport a la violence (16). Pour reprendre un mot d'un des dissidents les plus celebres de l'Action francaise, Louis Dimier, <<Maurras, en possedant les aptitudes du maitre, aura manque de celles du chef>> (17). Les organisations de la ligue n'en sont moins un element important de l'implantation de l'Action francaise et c'est effectivement par ce biais que se relaie, sur le terrain, sa propagande. La ligue est aussi un lieu de militance politique et de sociabilite a partir des annees 19101911 ou se developpent des sections. Le maillage territorial est tres inegal, il manque dans de nombreuses sections d'un suivi durable et suffisant meme si, audela de Paris, quelques bastions se reperent dans le Nord, en Provence ou dans le Languedoc (18). A defaut de se livrer a une action politique reguliere, la ligue peut organiser des reunions ou de grandes manifestations reunissant des milliers de personnes et marquant de se fait sa capacite d'attraction. Cette derniere doit cependant etre relativisee et il apparait que la ligue n'a pu ni su capitaliser en termes organisationnels et militants les ressources fournies par sa presse et ses plumes. Albert Thibaudet notait en 1932 que <<L'Action francaise, avec toute son influence intellectuelle, ne peut faire elire ni un senateur, ni un depute, ni meme un conseiller municipal de ce Paris ou la droite a la majorite>> (19). Le constat est cruel mais on sait que si Daudet fut elu depute de Paris en 1919, les elections de 1924 ont ete un echec cuisant. Les raisons de cet echec sont connues et vont du desinteret des tenors de I'af (Valois a part) pour l'organisation et plus largement pour l'action: la question du rapport exact de I'af au <<coup de force>> n'a jamais ete tranchee et elle ne s'est jamais donnee les moyens de le preparer. On doit souligner ici tout ce qui separe I'af du fascisme et comprendre pourquoi elle est marginalisee au plan militant au tournant des annees 1920-1930 alors que d'autres ligues nationalistes se developpent et ont des effectifs bien superieurs aux siens (20). L'af n'en a pourtant pas moins profondement marque l'histoire des ligues nationalistes en France. D'abord parce qu'elle a introduit la formation ideologique dans un univers ligueur qui en etait depourvu a l'epoque de la ligue de la Patrie francaise, ce qui a d'ailleurs fascine le poete Jules Lemaitre et entraine son ralliement. En meme temps, l'implantation de l'Action francaise dans les milieux etudiants et les faits d'armes des camelots du Roi depuis l'affaire Thalamas (1908-1909) ont confere a l'Action francaise une dimension sulfureuse et heroisee au sein d'un milieu nationaliste qu'elle pousse a la subversion de l'ordre existant.

3. LA MESURE D'UNE INFLUENCE: DE LA FRANCE A L'ETRANGER

Si elle a perdu beaucoup de son influence depuis le second conflit mondial, l'heritage du maurrassisme perdure en France au debut du xxie siecle. Il existe encore aujourd'hui des heritiers, divises, du <<maitre de Martigues>> dont les idees s'expriment dans des organes comme l'Action francaise 2000 ou Politique Magazine. Depuis quelques annees differents travaux ont retrace l'histoire d'intellectuels maurrassiens posterieurement a 1945 (Philippe Aries, Louis Salleron) (21) et de mouvements ou d'organes d'inspiration maurrassienne (la Nation francaise de Pierre Boutang, la Restauration nationale, la Nouvelle Action francaise) (22). Il va cependant de soi que la question de l'influence de l'Action francaise sur la politique, la societe et la culture se pose surtout pour le premier vingtieme siecle. Une serie de colloques recents, deja evoquee, a permis de la revisiter et de l'approfondir dans au moins deux directions. Il apparait d'abord que l'acme de l'influence de l'Action francaise en France ne se situe pas en 1926, a la veille de la condamnation, mais quelques annees en amont, vers 1922-1923. L'echec electoral de 1924, le depart de Georges Valois et la creation du Faisceau ont porte un des premiers coups a un edifice que la condamnation de 1926 ebranle durablement. Ces recherches collectives ont permis egalement de souligner l'importance du poids <<culturel>> de l'Action francaise, poids sans commune avec son poids politique. Or, le mot d'ordre de cette derniere etait <<politique d'abord>> et non <<culturel d'abord>>. Le contraste est en effet saisissant entre les milieux que l'Action francaise n'a pu ni su penetrer (monde politique, haute administration, economie) et son indeniable influence culturelle. Elle a pu tendre, a certains moments, a l'hegemonie sans qu'elle en retire pour autant les contreparties qu'elle pouvait en attendre. un ne saurait en effet mesurer le poids de l'influence culturelle de l'Action francaise a ses seuls partisans directs ou compagnons de route dans le monde des lettres. Il faut comprendre qu'elle suscite un interet qui ne signifie pas adhesion et qu'elle oblige les acteurs a se positionner par rapport a elle et bien entendu a Maurras. Pour s'en tenir aux intellectuels, on mentionnera outre Albert Thibaudet (et a travers lui la Nouvelle Revue francaise) (23), Walter Benjamin (dans sa correspondance a Gehrard scholem) (24) ou Jules Romains dans le discours qu'il prononce a l'Academie francaise a l'occasion de la mort de Maurras (25).

La question de l'influence de l'Action francaise doit aussi etre posee a partir d'un regard tourne vers l'etranger. La comme en France, si Maurras et les siens sont admires et meme celebres, de la Belgique au Canada francais en passant par l'Allemagne et l'Espagne, ils sont aussi combattus, rejetes et instrumentalises. L'Action francaise des etrangers n'est pas l'equivalente de celle des Francais. En fonction des territoires consideres, des voisins francophones a l'Europe latine et jusqu'aux Ameriques, c'est un autre Maurras et une autre Action francaise qui se dessinent, parfois peu ressemblants aux originaux. La chose est logique ainsi que l'ont montre nombre d'etudes sur les transferts culturels et politiques. L'Action francaise est en effet recue en fonctions de moments et de besoins propres a des milieux qui, dans leurs societes et leurs systemes politiques, sont en quete de reponses quand ce n'est de modeles qu'ils vont puiser chez elle pour se les approprier et les reinterpreter en fonction de leurs propres necessites et de temporalites qui ne sont pas les memes que pour la France.

3.1. Une Action francaise au rayonnement international marque au lendemain du premier conflit mondial

Avant 1914, le rayonnement de l'Action francaise hors de France se limite pour l'essentiel a l'aire europeenne, en particulier francophone et limitrophe. La <<reputation>> de l'Action francaise en suisse romande remonte a 1908-1909 et au lancement du quotidien qui y est lu et commente, a partir de l'automne 1908 via les actions des Camelots du Roi et leur echo qui impressionnent une partie de la jeunesse intellectuelle (les freres Cingria) (26). En Belgique, un groupe <<franco-belge>> est implante a Gand depuis 1910 et a Bruxelles depuis 1911. Mais le maurrassisme est alors un phenomene marginal puisqu'il se limite alors a de <<petites chapelles>> catholiques et nationalistes (la conference du jeune barreau bruxellois). Il faut dire que la germanophobie du maurrassisme repugne a beaucoup de soutiens potentiels acquis a la neutralite belge. ce dephasage au plan diplomatique se double d'un decalage en matiere religieuse. Ainsi, le rapport entre Eglise catholique et Etat, conflictuel sous la France tertio-republicaine est harmonieux en Belgique. Le parti catholique domine la scene politique et regarde avec sympathie vers le Zentrum allemand tandis qu'une presse democrate-chretienne en plein developpement (Le xxe siecle ou le journal liegeois La Depeche) prend la defense de Marc Sangnier contre Maurras. La Belgique n'est pas seulement instructive pour sa relation propre au maurrassisme. Elle l'est aussi a travers les exiles qu'elle accueille, notamment les monarchistes portugais apres 1910, une plate-forme qui irrigue l'histoire du maurrassisme a l'echelle europeenne. C'est en effet en Belgique que se deploie l'integralisme lusitanien, incarne notamment par Luis de Almeida Braga ou Francisco Rolao Preto. Si ces hommes n'ont pas de contact avec Maurras, ils n'en sont pas moins des <<lecteurs assidus et critiques>> (27).

Cette appetence critique se retrouve en Italie ou Maurras est connu de l'ensemble des nationalistes italiens. Au point d'y avoir ete <<lu, copie, appris par coeur>> selon la formule de Luigi Salvatorelli? En fait, si l'influence de Maurras est incontestable chez certaines figures de proue du nationalisme transalpin, comme Enrico Corradini, c'est contre le penseur martegal que s'opere a partir de 1910 une clarification de la pensee nationaliste italienne qui entend, comme le souligne Alfredo Rocco se construire contre le nationalisme francais. Pour une large partie des nationalistes italiens a la veille du premier conflit mondial, si Maurras peut etre une reference <<veneree>>, il n'est pas considere comme adapte aux enjeux de l'Italie d'alors. Il commence meme a etre considere comme un <<homme du passe>> (28), image reprise par la suite a son compte par le fascisme. Sur un mode mineur, Georges Valois est egalement connu et diffuse en Italie dans les milieux nationalistes via le monarchiste Alberto Viana. Celui-ci fait grand cas de son ouvrage La monarchie et la classe ouvriere mais Viana n'est pas une figure de tout premier plan du nationalisme italien ce qui entrave le developpement de la reception de l'animateur majeur de la Nouvelle Librairie nationale (29).

En Espagne, avant 1914, on ne trouve que quelques mentions de Maurras, notamment en Catalogne (meme si pour l'heure aucun de ses textes n'est traduit). En fait, Maurras identifie la Catalogne a sa chere Provence, tandis que le mouvement de la <<Renaixenca>> catalane, oppose a l'Etat liberal espagnol, presente bien des similitudes avec les heritiers du Felibre (30).

Le premier conflit mondial et ses suites ont coincide avec une croissance de son expansion. Il faut donner ici toute son importance a la place conferee dans certains pays aux questions internationales, et notamment a l'Allemagne. Walter Benjamin explique ainsi a Gehrard Scholem dans un courrier du 13 juin 1924 qu'il s'est abonne a l'Action francaise parce meme s'il pointe <<la fragilite sans bornes des fondements de leurs politique en maints domaines et sur l'essentiel>>, il considere que <<l'orientation>> de I'af lui <<semble finalement la seule qui permette, sans s'abetir de scruter les details de la politique allemande>> (31). Cette occurrence et cette reference a l'Allemagne sont importantes. Dorenavant, son analyse des relations internationales n'est plus pour l'Action francaise un obstacle mais un atout pour sa reception. En Belgique, si le consensus neutraliste freinait la diffusion du maurrassisme, la violation de la neutralite joue en sens inverse. comme l'a souligne l'historien Eric Defoort (prenant le contre-pied d'Eugen Weber pour qui la guerre aurait brise les premiers acquis d'avant 1914) la guerre conduit a reviser le programme exterieur de la Belgique. Maurras est bien sur sollicite mais il faut surtout citer Jacques Bainville erige en 1916 par Le xxeme siecle de Fernand Neuray en <<maitre clinicien de la politique internationale, un des meilleurs guides que l'on puisse suivre>>. Le programme du journal est celui de l'Action francaise qu'elle reprend, cite et publie au point que, selon Defoort, <<Le xxe siecle, le plus grand et le plus influent journal du nationalisme belge peut alors presque etre considere comme l'edition belge de l'Action francaise>> (32). Il y a plus encore dans la Belgique de la moitie des annees vingt. Le modele d'organisation ligueur de l'Action francaise suscite des desirs d'imitation, notamment dans la jeunesse universitaire, de la Ligue de la Jeunesse Nouvelle ou de Pour la Restauration de l'Ordre et de l'Autorite qui est <<fascinee par l'action des Camelots du Roi>>33. Rapidement cependant, l'influence de l'Action francaise sur ce point est battue en breche par ses concurrents: Faisceau de Valois et surtout Jeunesses Patriotes de Pierre Taittinger.

Les analyses sur l'Allemagne trouvent aussi un autre terrain de reception favorable, la Roumanie. A la veille du conflit, Leon de Montesquiou dans des Notes sur la Roumanie avait vu <<Un pays sauve par la monarchie>> (34). Le maurrassisme y realise ensuite une percee qui combine interet strategique partage (Jacques Bainville, paraphrasant Barres y voit <<un "bastion de l'Est", le plus avance et le plus expose des bastions>> (35), francophilie et defense de la latinite. Comme en Belgique, le maurrassisme trouve des relais (le journal bucarestois Cuvantul) et suscite une vive opposition des intellectuels liberaux ou socialistes qui denoncent des organes nationalistes comme des decalques locaux du quotidien de la rue de Rome (36).

ce cas de figure s'observe, dans un tout autre contexte, au canada francais, ou une revue eponyme (L'Actionfrancaise) qui n'est pas le decalque du quotidien parisien est fondee en 1917 a Montreal sous l'egide du chanoine Lionel Groulx (37). Une ligue d'Action francaise est aussi lancee en 1920 mais l'examen de son organisation et de ses activites montre que, malgre ses velleites de ressemblance ses differences avec la ligue francaise eponyme: l'antiparlementarisme et la violence de rue lui sont etrangers (38).

3.2. La condamnation de 1926 et l'etranger

Si en France la condamnation de 1926 n'a pas provoque une hemorragie militante dans la ligue (1260 departs entre la mi-decembre 1926 et la mi-novembre 1927, contre 7910 adherents pour la meme periode) (39), elle prive cependant l'Action francaise d'une de ses bases importantes a l'etranger, en particulier la ou l'ancrage s'etait principalement fondee sur une base catholique (Belgique et au canada francais). Les dirigeants francais en ont conscience et proclament que l'influence de l'Action francaise a l'etranger n'est nullement remise en cause. Maurras avait proclame le 7 juin 1927 que le <<nationalisme francais s'exporte aussi bien et mieux que la doctrine contraire, sans appui de l'Etat, sans secours des Eglises, sans ressources financieres, souvent meme en lutte avec ces differentes forces officielles>> (40). Les Almanachs de 1928 et de 1929 ont d'ailleurs publie une <<enquete>> documentee de Bernard de Vaulx qui a <<interroge un certain nombre d'ecrivains etrangers, de langue latine>> (41). Ont ete ainsi sollicites, pour 1928, Adrien de Meeus, pour la Belgique, Eddy Bauer pour la Suisse romande, mais aussi pour l'Amerique latine, le sociologue peruvien Francisco Garda Calderon (etabli a Paris), l'historien mexicain Carlos Pereyra (installe alors en Espagne), sans oublier le Canada francais en precisant que la reponse de <<Quebec>> n'est pas signee. En 1929, la suite de l'enquete (42) donne la parole a l'espagnol Eugenio d'Ors, a l'ecrivain anglais Thomas Stearns Eliot, directeur de la revue New Criterion (43), a un <<pretre bavarois>>, sans oublier le neerlandais Jan den Tex, secretaire de l'Alliance francaise en Hollande.

En meme temps qu'elle publie cette <<enquete>>, l'Action francaise continue d'afficher des liens officialises avec l'etranger, correspondants ou groupes des amis de l'Action francaise. Au debut des annees trente, des correspondants sont repertories en Angleterre, Belgique, Espagne, Egypte, Suisse Par la suite, l'espace couvert s'elargit a l'Argentine, au Bresil et au Canada. On releve aussi une reprise de l'activite en Belgique conduite, a partir de 1932 par le frere du lieutenantcolonel de La Rocque, Pierre, president du groupe des Amis d'AF en Belgique, assiste de deux vice-presidents, Charles Anciaux pour Bruxelles et, a partir de 1933, du docteur Drossart pour Liege.

Par-dela ces contacts formalises, l'influence du maurrassisme se mesure aussi a travers les polemiques suscitees par l'etiquetage maurrassien. Un des exemples les plus significatifs renvoie aux accusations portees par la hierarchie catholique espagnole contre la revue monarchique l'Accion Espanola fondee le 15 decembre 1931 par des intellectuels marques par le maurrassisme, a commencer par Ramiro de Maetzu (44). Le journal catholique El Debate ouvre la controverse des le 2 janvier 1932 tandis que sont republies et reactualises tous les griefs de 1926. Si la discussion sur le maurrassime prete a l'Accion espanola, presentee comme une copie du quotidien francais, reste aujourd'hui ouverte dans l'historiographie iberique, son fondateur, Eugenio Vegas Latapie a dit sa dette a l'egard de Maurras, un auteur pour lui <<tres familier>>, un <<monarchiste scientifique>> qui l'a forge des ses etudes de droit dans bien des domaines (dont l'antimaconnisme) et dont il a edite l'Enquete sur la monarchie et s'est inspire pour rediger un avant-projet de constitution (45). Au-dela de Maurras, la revue comme la maison d'edition (Cultura espanola) ont ete des relais pour les grandes plumes maurrassiennes, de Jacques Bainville a Pierre Gaxotte, connus aussi comme historiens (46).

La dissolution de la ligue d'Action francaise en 1936 n'empeche par le journal de jouir d'un echo certain ni Maurras de beneficier d'une attraction et de poursuivre ses contacts avec l'etranger. Si Maurras recoit beaucoup, il se deplace, notamment en Suisse ou il est recu par les animateurs du mouvement Ordre et Tradition domine par la figure du jeune juriste Marcel Regamey (47). On mesure par ailleurs l'audience de Maurras a travers l'echo provoque par son arrestation et sa detention a la Sante en 1936-1937 qui suscite des telegrammes et des courriers (48). Ajoutons-y l'election de Maurras a l'Academie francaise, generatrice d'un engouement chez des etrangers qui s'en rejouissent ouvertement (comme le duc d'Albe qui lui fait adresser une felicitation par l'Academie d'histoire dont il est membre) et veulent contribuer a l'achat de l'epee de l'elu. En mai 1938, Maurras s'est rendu en Espagne ou, presente par le camp national comme <<l'ambassadeur de la France authentique>>, il a ete recu par Franco puis nomme correspondant des Academies de la Langue et des Sciences morales et politiques (49). La levee de l'Index sur le journal le 15 juillet 1939 acheve de conforter la remontee de Maurras. C'est pourtant le chant du cygne avant le chaos du second conflit mondial.

3.3. Une levee de la condamnation parasite par la seconde guerre mondiale et ses suites

Ecartele entre sa germanophobie et son degout de la IIIeme Republique, admirateur du Marechal Petain et promoteur d'une <<France seule>> qui lui fait rejeter tant les collaborationnistes que la Resistance et les Allies, Maurras se retrouve du cote des vaincus en 1944-1945. Accuse <<d'intelligence avec l'ennemi [...] en vue de favoriser les entreprises de [l'Allemagne] contre la France>>, il est condamne a la reclusion a perpetuite. Depuis son deces le 16 novembre 1952, si la flamme du maurrassisme a continue d'etre entretenue par certaines minorites en France, il n'y a pas eu de retournement de conjoncture meme si en 1968 Le Monde a rendu compte du centenaire de la naissance de Maurras et si <<un autre Maurras>>, presente en <<revolutionnaire positif>> et renouant avec celui de l'avant 1914 a ete mis en avant par de jeunes auteurs comme Gerard Leclerc et la Nouvelle Action francaise (50).

A l'etranger, durant le second conflit mondial, le maurrassisme a beneficie d'appuis et de relais. En premier lieu, en Suisse. Maurras publie dans la maison d'edition Le milieu du monde de constant Bourquin un ouvrage intitule De la colere a la justice et tire a 17 000 exemplaires. Il se rend en suisse romande pour y presenter son livre et prononcer a Geneve une conference sur Barres au debut d'avril 194251. Le vent tourne cependant en 1944 et le Bulletin du Milieu du Monde qui avait jusqu'alors presente Maurras comme <<l'une des figures qui font le plus honneur aux lettres francaises>> est dorenavant fort decrie (52). Si le plaidoyer de Maurras devant la Cour de Justice du Rhone, publie clandestinement en France, a ete edite a Geneve en 194553, le maurrassisme n'y a jamais refait surface, a l'exception des editions franco-helvetiques de La Palatine. En Belgique, la situation n'est pas beaucoup plus brillante meme s'il existe encore apres 1945 quelques foyers maurrassiens a Liege via la presence de Marcel de Corte ou l'existence d'une collection <<Brimborions>> des editions Dynamo qui reeditent quelques textes de Maurras et Bainville. Au Canada francais, au lendemain du second conflit mondial, le maurrassisme est partie prenante d'un debat intellectuel et politique importe par les Lettres francaises. Un article anonyme publie en fevrier 1946 y accuse les editeurs canadiens de continuer a publier des auteurs proches de l'Action francaise. Mises en cause, les editions de l'Arbre (l'editeur canadien de Jacques Maritain) reagissent vivement par le biais de Robert Charbonneau leur directeur et celui de la Nouvelle Releve:
      Ceux qui ont admire avant la guerre un Maurras, un Bainville, un
   Massis, etc. ne l'ont pas fait parce qu'ils revaient d'une
   restauration monarchique dans un pays qui n'est pas le notre, mais
   parce qu'il se trouvait que ces ecrivains etaient d'eminents
   representants de la pensee francaise. Qu'on le nie aujourd'hui, ne
   change rien. Le fait que Mauras [sic] et les autres ont collabore
   ne change rien a ces oeuvres publiees avant 1940 (54).


La polemique ne desarme pas dans les mois qui suivent mais Charbonneau et ses proches font face aux assauts de Louis Aragon et surtout revendiquent une autonomisation du champ litteraire canadien francais face a la France. En vain. Au tournant des annees 1960, sur fond d'avenement de la Revolution tranquille, les positions d'une droite intellectuelle se sont largement retrecies au Canada francais pour ne plus devenir qu'une peau de chagrin (55). Cela etant, le maurrassisme reste encore aujourd'hui un enjeu polemique renvoyant a la <<filiation>> Groulx Maurras et son utilisation au plan interne comme l'ont montre certaines controverses au milieu des annees 1990 (56).

La situation est tres differente dans le monde iberique. En Espagne, au lendemain du second conflit mondial, Maurras conserve des defenseurs a commencer par Eugenio d'ors. la stenographie de son proces est traduite et publiee en 194657. A sa mort, abc lui rend hommage et une rue Maurras est creee a Madrid. Cependant, joue ici un effet de generation. Par la suite, le maurrassisme continue d'influencer des milieux neo-traditionalistes, a commencer par la revue Arbor et en son sein, tout particulierement Rafael Calvo Serer mais aussi des milieux monarchistes, notamment, au tournant des annees 60, Luis Maria Anson Oliart, dirigeant de la Jeunesse monarchique (Juventud Monarquica). Cependant, des les annees cinquante la question de son anachronisme fait debat. En fait, depuis les annees 70 et les reflexions qu'il inspira a l'universitaire phalangiste Jesus Florentino Fueyo Alvarez, Maurras n'est plus guere sollicite au sein de la droite espagnole et son nom n'apparait plus que fort occasionnellement dans des revues comme Verbo ou Fuerza nueva. La situation est un peu comparable au Portugal. Certes, Jacques Ploncard d'Assac parvient a publier une anthologie de textes de Maurras (58) mais, quels que soient les liens entre certaines figures du maurrassisme et Salazar, notamment Henri Massis (59) et Michel Deon qui sont chacun recus, l'echo donne a l'Action francaise est sans doute moindre que ne veulent le croire ses partisans ou heritiers francais (60).

Il en va differemment en Amerique du sud (61), en particulier en Argentine ou certaines oeuvres de Maurras sont traduites durant les annees 1960: L'Ordre et le desordre. Les idees positives et la Revolution et L'avenir de l'intelligence. On ne saurait isoler cette diffusion des oeuvres de Maurras d'un contexte marque par d'autres echanges, sur fond de catholicisme traditionaliste (role de la Cite catholique) et de lutte anti-subversive. Les annees 60 sont aussi marquees par une autre serie de traductions qui vont de l'Italie a l'Iran. Le maurrassisme devient aussi, dans la foulee du livre d'Eugen Weber (62) un objet d'etudes universitaire, processus qui s'amplifie mais qui n'est pas nouveau puisqu'avant le second conflit mondial des theses ou des ouvrages ont ete consacrees a Maurras, Bainville et a l'Action francaise en Allemagne (non sans souci d'instrumentalisation) (63) et aux Etats-Unis.

4. DE DIFFERENTES FACONS D'ETRE MAURRASSIEN

L'examen de la relation du maurrassisme a l'etranger permet de mettre en lumiere une pluralite de matrices et de vecteurs de penetration tout comme une diversite de modes d'appropriation. Il faut prendre en compte l'importance originelle du regionalisme dans le cas espagnol suivie ensuite d'un souci de revitaliser un projet un projet monarchiste apres la proclamation de la Republique en 1931. Dans les cas belge et italien, c'est le catholicisme qui domine. Un catholicisme marque par le traditionalisme, l'intransigeantisme, le neo-thomisme. Le Maurras qui est recu, notamment dans la Belgique de l'avant 1914, est celui du Dilemme de Marc Sangnier. Le role des ecclesiastiques est alors essentiel et invite a souligner que la diffusion de Maurras passe par des acteurs socialement types. Les cas de Dom Besse ou du (futur) cardinal Mercier de l'Institut superieur de Philosophie de Louvain sont bien connus. Ils doivent etre completes, cote belge, par la prise en compte de Rene-Gabriel Van den Hout ou de Norbert Wallez (qui a lance Herge), deux abbes maurrassiens, qui incarnent une figure de disciple de Maurras a l'etranger. Ce maurrassisme ecclesiastique ne resiste pas a la condamnation de 1926 mais de jeunes intellectuels catholiques maurrassiens entendent marquer leur position. Le belge Jose streel, vice-president de la federation liegeoise de la Jeunesse etudiante catholique marque les termes de sa soumission:
      Je blame ceux qui ont hesite devant la parole pontificale; je
   n'ai rien de commun avec les revoltes ou les mal soumis [...] Mais
   ce qu'il faut dire une bonne fois, parce que ca nous pese sur le
   coeur depuis trop longtemps, ce n'est qu'au pape seul que nous avons
   obei. S'il n'y avait eu pour nous detourner de Maurras que la
   campagne trop souvent deloyale de certains fabricants de gazettes,
   nous lui serions aussi attaches qu'avant 1926 [...] Il faut
   epargner a ces Minuscules l'insolence d'un triomphe. [...] C'est
   qu'a la difference de ces gens, Maurras a de l'intelligence et du
   talent. sans doute, il manque a sa doctrine d'etre vivifiee par la
   sagesse chretienne. Mais au moins c'est une doctrine; et elle est
   si fortement organisee qu'un intellectuel est bien excusable de s'y
   complaire. surtout si on ne lui en offre aucune autre (64).


D'autres, a l'instar du canadien Marcel Hamel, defenseur de Maurras et de Lionel Groulx entendent affirmer leur liberte de choix, Marcel Hamel admet l'antichristianisme de Maurras mais c'est pour mieux rebondir:
      Quoi qu'il en soit, l'exegete de Comte et ardent disciple de
   sainte-Beuve reste un logicien maudit, et comme tel, notre foi
   catholique nous oblige a le renier solennellement. Rien ne nous
   empeche toutefois de choisir chez Maurras, apres une purgation
   spirituelle de ses idees, ce qui releve de l'orthodoxie commune:
   car sa philosophie, inacceptable en bloc, quant a certaines
   parties, est riche, pour nous au Canada francais, en possibilites
   creatrices (65).


Le ton est donne et le constat d'Hamel se retrouve chez d'autres et pour les autres matrices: si les disciples francais de Maurras sont genes quand ce n'est timores, les etrangers s'autorisent un droit d'inventaire. En particulier les jeunes. Ils sont nombreux parmi les defenseurs etrangers de Maurras. Cette place s'explique a la fois par un contact entre la jeunesse des colleges et des universites avec la lecture de l'Action francaise et de ses principaux auteurs. Maurras est ainsi plebiscite par la jeunesse catholique belge en 1925, tandis qu'en Roumanie, Mihail Polihroniade, l'ami d'enfance de Mircea Eliade, explique en 1929 que l'Action francaise est <<la plus formidable citadelle de l'intelligence et du talent de tout le monde moderne>> (66). Ajoutons le contact direct par le biais d'etudes effectuees a Paris: le canadien Jean Bruchesi, le suisse Eddy Bauer, inscrit a l'Ecole des Chartes de Paris en 1923 et des lors visiteur regulier de la rue de Rome ou encore le roumain Vasile Marin. Soulignons encore l'importance des revues de jeunes qui se referent a l'Action francaise et a Maurras et qui sont en contact avec Paris. On mentionnera notamment pour la Belgique des annees vingt Jeunesse nouvelle et Pour l'Autorite. Il est enfin des cas ou le contact entre Maurras et ses jeunes disciples a ete marque par des une forme de complicite, a l'instar des liens noues avec Marcel Regamey et ses proches. Maurras les a rencontres pour la premiere fois en 1932 et revus une dizaine de fois jusqu'a 1939, puis a nouveau en 1941 et 1942. Il peut venir faire une conference (comme sur Andre Chenier en 1935) ou participer a une causerie informelle sur la base d'un discours prealablement donne a Maurras qui y reagit: le cadre de la rue Saint Andre des Arts est reconstitue (67).

Ce droit d'inventaire sur la pensee maurrassienne s'observe dans de nombreux domaines. La Belgique ou la Suisse ont ainsi pose la question de l'acclimatation du maurrassisme a la democratie. En Belgique, si les maurrassiens belges clament <<politique d'abord>> et se revendiquent de <<l'empirisme organisateur>>, l'objectif n'est evidemment nullement de retablir une monarchie qui existe deja ni d'en finir avec la democratie. Au contraire, comme le souligne Louis Dumont-Wilden dans un article-programme <<Organisons nos democraties>>... Cette figure emblematique du maurrassisme belge est ici aux antipodes des positions de Maurras et bien davantage dans le sillage des propositions d'Eugene Letailleur dit Lysis, dont les propositions developpees dans le journal La Victoire de Gustave Herve sont largement relayees dans Le xxeme siecle. Un parallele avec la Suisse s'impose. L'exemple de la Voile latine pose crument la question de l'acclimatation de certains piliers du maurrassisme: antidemocratisme, antiprotestantisme, antigermanisme. La prise de distance est explicite chez un Gonzague de Reynold pour qui <<il n'est pas possible a un Suisse de suivre les nationalistes francais dans leur condamnation totale de la culture allemande>>. Cette demarche le conduit des 1910 a explorer avec Robert de Traz les voies d'un <<maurrassisme tempere>> (68) dont l'etude est doublement instructive. Elle permet, au niveau helvetique, de souligner les oppositions et les tensions existant dans cette mouvance, notamment entre ces <<moderes>> et les freres Cingria. Sur un plan plus general, elle invite a reflechir au transfert culturel alors a l'oeuvre et a reexaminer l'etiquette de maurrassien dans la mesure ou, plus que le protestantisme, l'antidemocratisme et l'antigermanisme sont deux marqueurs fondamentaux de la pensee maurrassienne. Jusqu'a quel point peuton parler de maurrassisme et que signifie ce dernier? Le maurrassisme est pour certains de ces disciples etrangers moins une doctrine qu'une methode. La Voile latine et Ordre et Tradition envisagent ainsi le maurrassisme comme un moyen de renover le federalisme helvetique. Eddy Bauer a clairement souligne les convergences et les divergences entre le nationalisme integral et ses epigones suisses en evoquant les maitres d'oeuvre de la Voile latine:
      Aucun de ces bons esprit ne preconisait l'instauration de la
   monarchie en suisse, mais de meme que le fondateur de l'Action
   francaise, ils repudiaient l'ideologie revolutionnaire et
   quarante-huitarde de la democratie politique, au profit des
   libertes federalistes de l'ancien regime (69).


Quelques annees plus tard, le sillon est creuse par les hommes d'Ordre et Tradition. Ainsi, Marcel Regamey est ainsi soucieux d'elaborer une synthese entre le federalisme de l'ensemble de la droite en suisse et le nationalisme integral maurrassien, synthese qui donne naissance au federalisme nationaliste ou integral>>. Il serait utile selon lui de mener une enquete sur le federalisme en suisse a partir du modele de l'Enquete sur la monarchie de Maurras (70).

5. Conclusions

La diffusion et les receptions de l'Action francaise hors de France sont un phenomene d'une incontestable ampleur, variable selon les pays (71) et les moments mais suffisamment consequent et convergent pour qu'on puisse suggerer l'idee d'une matrice europeenne et meme transatlantique. Le refus marque de toute <<internationale blanche>> n'a jamais empeche Charles Maurras et les siens d'avoir des contacts avec l'etranger. Les bureaux de l'Action francaise ou le local des etudiants de la rue Saint Andre des Arts ont accueilli de nombreux hotes, intellectuels installes ou jeunes etudiants faisant leurs apprentissages au quartier latin. Les dirigeants de l'Action francaise installes comme nombre de figures de la Jeune Droite de l'entre-deux-guerres ont egalement voyage en Europe et fait l'objet d'une reconnaissance internationale qui double et amplifie une reconnaissance nationale deja consequente. Elle ne renvoie pas seulement a un rayonnement mais a des declinaisons multiples du maurrassisme qui s'articulent autour de combinatoires variees. Les marqueurs transnationaux du maurrassisme sont bien identifies: traditionalisme, monarchisme, regionalisme et federalisme, intransigeantisme catholique, esthetique classique. Ils renvoient a un projet de Revolution conservatrice bien different de son versant allemand, anterieur a lui mais avec lequel il a pu etre en concurrence, notamment en Roumanie au tournant des annees trente. Les marqueurs transnationaux du maurrassisme invitent aussi a s'interroger sur les mecanismes de circulations et de transferts a l'oeuvre et a poser la question meme de la definition du maurrassisme en France et a l'etranger. Les specialistes de la reception et des transferts culturels ont mis en lumiere le poids des structures d'accueil pour expliquer de tels processus. Il importe donc de se defier d'une approche par trop mecaniste qui voudrait voir dans les maurrassiens etrangers le decalque de leur maitre. Cela impose par consequent de considerer que la prise en compte des receptions, influences et transferts peut conduire a une redefinition du maurrassisme, enjeu delicat eu egard au caractere construit et rigide de l'architecture de la doctrine de l'Action francaise. Le maurrassisme dont certains etrangers sont accuses ou dont ils se parent est-il toujours sinon conforme, du moins compatible avec celui de la maison mere? Il apparait clairement que le quotidien ou la ligue n'ont pas d'equivalent a l'etranger. Qu'en est-il du rapport a la doctrine et peut-on envisager un maurrassisme selectif? A cette question, difficile a trancher pour l'historien, des maurrassiens etrangers ont deja repondu par l'affirmative a l'instar du canadien Marcel Hamel qui a preconise de facon explicite pour la pensee de Maurras le traitement que ce dernier a applique a d'autres auteurs:
      En definitive, nous emprunterons au publiciste royal cette methode
   d'hygiene intellectuelle, rien que cela, qui lui a permis d'edifier
   une doctrine aux premiers abords chimeriques, en l'an du Seigneur
   1900, aujourd'hui de plus en plus a la demande pour assurer le
   salut public de la France. Nous pourrions emprunter aussi les deux
   idees de la decentralisation et du Politique d'abord, mais comme
   elles sont d'evidence meme dans la these de nationalisme
   laurentien, je ne vois pas l'utilite d'en gloser. Ainsi, nous
   aurons accompli un travail analogue a Maurras qui a expurge Auguste
   Comte a son profit personnel, comme Saint Thomas d'Aquin
   d'ailleurs, a devalise Aristote sur la route d'Athenes a Rome (72).


Fecha de recepcion: 27 de abril; revision: 13 de junio; aceptacion definitiva: 23 de octubre

Olivier DARD

Universite Lorraine-Metz (Francia)

(1.) Etudes maurrassiennes, no. 2, 1973, pp. 83-96, evoque le cas du fascisme italien (Gerard Gaudin) et de la Roumanie (Pierre Gourinard).

(2.) POMEYROLS, Catherine et HAUSER, Claude: L'Action francaise et l'etranger. Usages, reseaux et representations de la droite nationaliste francaise. Paris: L'Harmattan, 2001.

(3.) LEYMARIE, Michel et PREVOTAT, Jacques (eds.): L'Action francaise, culture, societe, politique. Villeneuve d'Ascq: Presses universitaires du Septentrion, 2008. DARD, Olivier; LEYMARIE, Michel et MCWILLIAM, Neil (eds.): Le maurrassisme et la culture. L'Action francaise, culture, societe, politique III. Villeneuve d'Ascq: Presses universitaires du Septentrion, 2010. LEYMARIE, Michel; DARD, Olivier, GUERIN, Jeanyves (dir.): Maurrassisme et litterature. L'Action francaise. Culture, societe, politique IV. Villeneuve d'Ascq: Presses universitaires du Septentrion, 2012.

(4.) DARD, Olivier et GRUNEWALD, Michel (dirs.): Charles Maurras et l'etranger. L'etranger et Charles Maurras. Berne: pie Peter Lang, 2009.

(5.) DARD, Olivier et GRUNEWALD, Michel (dirs.): Jacques Bainville, profils et receptions. Berne: pie Peter Lang, 2010.

(6.) DARD, Olivier (dir.): Georges Valois, itineraire et receptions. Berne: pie Peter Lang, 2011.

(7.) DARD, Olivier; GRUNEWALD, Michel; Leymarie, Michel et Wittmann, Jean-Michel (dirs.): Maurice Barres, La Lorraine, la France et l'etranger. Berne: pie Peter Lang, 2011.

(8.) Cite in BALACE, Francis: <<Prophete mais en son seul pays. La reception de Jacques Bainville en Belgique>>. In: DARD, Olivert et GRUNEWALD, Michel (dirs.): Jacques Bainville ..., op. cit., p. 169.

(9.) NGUYEN, Victor: Aux origines de l'Action francaise. Intelligence et politique a l'aube du xxeme siecle. preface de Pierre Chaunu. Paris: Fayard, 1991; SUTTON, Michael: Charles Maurras et les catholiques francais 1880-1914. Paris: Beauchesne, 1994; Goyet, Bruno: Charles Maurras. Paris: Presses de Sciences Po, 2000; Giocanti, Stephane: Le chaos et l'ordre. Flammarion, 2006; FISICHELLA, Domenico: La democrazia contra la realta. Ilpensieropolitico di Charles Maurras. Rome: Carocci editore, 2006; Kunter, Tony: Charles Maurras, La Contre-Revolution pour heritage. Paris: Nouvelles Editions Latines, 2009.

(10.) SUTTON, Michael: Charles Maurras et les catholiques francais., op. cit., p. 7.

(11.) DARD, Olivier: <<Jeunesse, elite et Action francaise>>. In: BOUNEAU, Christine et LE MAO, CAROLINE (dirs.): Jeunesse (s) et elites. Des rapports paradoxaux en Europe de l'Ancien Regime a nos jours. Rennes: Presses universitaires de Rennes, 2009, pp. 323-337.

(12.) Le dilemme de Marc Sangnier, paru en 1906 a ete repris dans MAURRAS, Charles: L'oeuvre de Charles Maurras, ii, La democratie religieuse. Paris: Nouvelle Librairie nationale, 1921.

(13.) Un colloque intitule Maurrassisme et litterature. L'Action francaise. Culture, societe, politique IV, organise les 20-22 octobre 2011 a l'universite de Paris 3 par Olivier DARD, Jeanyves Guerin et Michel Leymarie le fait bien ressortir.

(14.) Cite in LEYMAIRE, Michel: Albert Thibaudet, <<l'outsider du dedans>>. Villeneuve d'Ascq: Presses Universitarires du Septentrion, 2006, p. 221.

(15.) Almanach de l'Action francaise, 1924, p. 191.

(16.) DARD, Olivier: <<La part de la ligue dans l'identite et le rayonnement de l'Action francaise>>. In: DARD, Olivier et SEVILLA, Nathalie: Le phenomene ligueur sous la IlIe Republique. METZ: Centre regional universitaire lorrain d'histoire, 2009, pp. 154-160. PHILIPPET, Jean: <<Maurras et les maurrassiens ou la violence consideree comme l'un des Beaux-Arts>>. In: AUDIGIER, Francois et Girard, Pascal (dir.): Se battre pour ses idees. La violence militante en France. Des annees 1920 aux annees 1970. Paris: Riveneuve Editions, 2011, pp. 33-49.

(17.) DIMIER, Louis: Vingt ans d'Action francaise et autres Souvenirs. Paris: Nouvelle Librairie Nationale, 1926, p. 335.

(18.) Voir les contributions de Vavasseur-Desperriers, Jean: <<L'Action francaise dans le Nord: les variations d'une radicalite militante>>, Secondy, Philippe: <<Le Languedoc mediterraneen: une terre de nostalgiques du roi sensibles au maurrassisme>>, Gaudin, Gerard: <<L'Action francaise en Provence>>. In: Leymarie, Michel et Prevotat, Jacques (eds.): L'Action francaise, culture, societe, politique ..., op. cit. signalons l'existence d'une these en cours d'Anne-Catherine schmidt sur la ligue d'Action francaise (Universite de Lorraine--plateforme de Metz--en cotutelle avec l'universite de Liege).

(19.) Cite in LEYMARIE, Michel: Albert Thibaudet., op. cit., p. 220.

(20.) Pour un panorama de la situation francaise, DARD, Olivier: <<Ligues et droites nationalistes en France au vingtieme siecle: signification, place, evolution>>. In: DARD, Olivier et SEVILLA, Nathalie: Le phenomene ligueur en Europe et aux Ameriques. Metz: Centre de recherche universitaire lorrain d'histoire, 2011, pp. 147-177.

(21.) GROS, Guillaume: Philippe Aries. Un traditionaliste non-conformiste, de l'Action francaise a l'Ecole des Hautes Etudes en sciences sociales (1914-1984). Villeneuve d'Ascq: Presses Universitaires du Septentrion, 2008; Gros, Guillaume: <<Le corporatisme de LOUIS Salleron>>. In: DARD, Olivier (dir.): Le corporatisme dans l'aire francophone. Berne: pie Peter Lang, 2011, pp. 49-63.

(22.) LOUIS, Patrick: L'hebdomadaire la Nation francaise 1955-1967, these de doctorat d'Etat en science politique, Universite de Paris ii, 1985; Louis, Patrick: Histoire des royalistes. De la Liberation a nos jours. Jacques Grancher, 1994; Gautier, Jean-Paul: La Restauration nationale. Un mouvement royaliste sous la 5e Republique. Paris: Editions Syllepse, 2002; CUCCHETTI, Humberto, <<La Action francaise en la actualidad: ?Un nacionalismo en extincion? Trayectorias, representaciones, sociabilidades>>. In: Mallimaci, Fortunato et CUCCHETTI, Humberto (comps.): Nacionalistas y Nacionalismos. Debates y escenarios en America Latina y Europa. Buenos Aires: Editorial Gorla, 2011, pp. 167-205.

(23.) Voir sur ce point Leymarie, Michel: Albert Thibaudet..., op. cit., pp. 213-224.

(24.) Il lui explique le 13 juin 1924 qu'il vient de s'abonner a L'Action francaise, journal <<remarquablement ecrit>> et qui lui procure une <<puissante distraction>> (BENJAMIN, Walter: Correspondance, tome i, 1910-1928, edition etablie et annotee par Gershom SCHOLEM et Theodore W. ADORNO. Paris: Aubier-Montaigne, 1979, pp. 320).

(25.) Cet eloge funebre est reproduit dans Les Cahiers Charles Maurras, no. 8, 1963, p. 18.

(26.) CLAVIEN, Alain: <<Usages helvetiques de Maurras>>. In: DARD, Olivier et GRUNEWALD, Michel (dirs.): Charles Maurras et l'etranger, op. cit., p. 98.

(27.) SARDINHA DESVIGNES, Ana Isabel: <<L'Action francaise au Portugal (1910-1918)>>. In: DARD, Olivier et GRUNEWALD, Michel (dirs.): Charles Maurras et l'etranger..., op. cit., p. 282. Voir aussi Costa Pinto, Antonio: The Blue Shirts, Portugal Fascists and the New State, Social science monographs. Boulder: distributed by Columbia University Press, 2000, p. 11.

(28.) MUSIEDLAK, Didier: <<Charles Maurras et l'Italie: histoire d'une passion contrariee>>. In: DARD, Olivier et GRUNEWALD, Michel (dirs.): Charles Maurras et l'etranger., op. cit., pp. 155-167.

(29.) NACCI, Michela: <<La reception de Valois dans le nationalisme italien du debut du xxe siecle>>. In: DARD, Olivier (dir.): Georges Valois, itineraires et receptions, op. cit., pp. 185-203.

(30.) GONZALEZ CUEVAS, Pedro: <<Charles Maurras et l'Espagne>>. In: DARD, Olivier et GRUNEWALD, Michel (dirs.): Charles Maurras et l'etranger., op. cit., pp. 199-203.

(31.) BENJAMIN, Walter: Correspondance, tomo i, 1910-1928, op. cit., p. 320.

(32.) DEFOORT, ERIC: <<L'Action francaise dans le nationalisme belge, 1914-1918>>, Revue belge d'histoire contemporaine, Archives, vii, 1976, 1-2, p. 129.

(33.) Balace, Francis: <<Ligues francaise, ligues belges: a la recherche d'ephemeres alliances>>. In: DARD, Olivier et SEVILLA, Nathalie: Le phenomene ligueur en Europe et aux Ameriques, op. cit., p. 182.

(34.) L'ouvrage a ete publie en 1914 a la Nouvelle Librairie nationale.

(35.) <<En Roumanie>>, L'Action francaise, 10 octobre 1927, reproduit in BAINVILLE, Jacques: La Russie et la barriere de l'Est. Paris: Plon, 1937, p. 207.

(36.) BOISDRON, Matthieu: <<Jacques Bainville et la Roumanie de l'entre-deux-guerres>>. In: DARD, Olivier et GRUNEWALD, Michel (dirs.): Jacques Bainville..., op. cit., pp. 189-208.

(37.) BOCK, Michel: <<L'influence du maurrassisme au Canada francais: retour sur le cas de Lionel Groulx>>. In: DARD, Olivier et GRUNEWALD, Michel (dirs.): Charles Maurras et l'etrangerop. cit., pp. 135-152.

(38.) BOCK, Michel: <<Les ligues nationalistes au Canada francais (1903-1925), mobiliser qui et pourquoi?>>. In: DARD, Olivier et Sevilla, Nathalie: Le phenomene ligueur en Europe et aux Ameriques, op. cit., pp. 234-238.

(39.) PREVOTAT, Jacques: Les catholiques et l'Action francaise. Histoire d'une condamnation. Paris: Fayard, 2001, p. 503. La ligue compte selon lui a l'automne 1927 30 000 membres.

(40.) MAURRAS, Charles: L'Action francaise, 7 juin 1927.

(41.) VAULX, Bernard de: <<Le rayonnement de la pensee de Charles Maurras et l'influence de l'Action francaise hors de France. Premiers fragments d'une enquete>>, Almanach de l'Action francaise, Paris, 1928, p. 302.

(42.) VAULX, Bernard de: <<La pensee de Charles Maurras hors de France>>, Almanach de l'Action francaise, Paris, 1929, pp. 263-274.

(43.) SUTTON, Michael: <<Le maurrassisme de T. S. Eliot et le legs de T. E. Hulme>>. In: DARD, Olivier et GRUNEWALD, Michel (dirs.): Charles Maurras et l'etranger., op. cit., pp. 321-338.

(44.) GONZALEZ CUEVAS, Pedro: op. cit., pp. 244-254.

(45.) VEGAS LATAPIE, Eugenio: La Frustracion en la Victoria. Memoriaspoltticas 1938-1942, prologo de Emilio de Diego. Madrid: Editorial Actas, 1995, pp. 122, 142, 149, 279, 411, 461.

(46.) Cette caracteristique est importante pour le rayonnement de Jacques Bainville a l'etranger. On sait ainsi qu'il a profondement marque l'historien officieux du salazarisme, Joao Ameal (SARDINHA-DESVIGNES, Ana-Isabel: <<Jacques Bainville au temps de Salazar: traductions, lectures et usages>>. In: DARD, Olivier et GRUNEWALD, Michel [dirs.]: Jacques Bainville, profils et receptions, op. cit., pp. 215-228).

(47.) BUTIKOFER, Roland: Le refus de la modernite. La ligue vaudoise: une extreme droite et la Suisse (1919-1945). Lausanne: Payot, 1996, pp. 79-80.

(48.) Ce dont l'Almanach de 1937 ne manque pas de se faire l'echo (<<Pour avoir sauve la paix, Charles Maurras est en prison>>, p. 35).

(49.) GONZALEZ CUEVAS, Pedro: op. cit., p. 256.

(50.) DARD, Olivier: <<Mai 68 vu des droites nationalistes (1968-2008): une premiere approche>>. In: VIGREUX, Jean et VIGNA, Xavier (dirs.): Mai-juin 1968. Huit semaines qui ebranlerent la France. Dijon: Editions universitaires de Dijon, 2010, pp. 232-237.

(51.) CLAVIEN, Alain; GULLOTTI, Herve et MARTI, Pierre: La province n'est plus la province. Les relations culturelles franco-suisses a l'epreuve de la Seconde Guerre mondiale (1935-1950). Lausanne: Editions des Antipodes, 2003, pp. 122-126 et pp. 143-146.

(52.) Ibid., pp. 127-128.

(53.) L'ouvrage a ete publie par les editions Les Trois anneaux.

(54.) <<Pourquoi ces querelles>>, avril 1946, cite in DION, Robert: <<La France et nous apres la seconde Guerre mondiale. Analyse d'une crise>>, Voix & Images, 38, hiver 1988, p. 293.

(55.) GELINAS, Xavier: La droite intellectuelle quebecoise et la Revolution tranquille. Quebec: Presses universitaires de Laval, 2007.

(56.) MEUNIER, Martin: <<sur la presumee filiation Groulx / Maurras: contexte politique, enjeu national et ecriture de l'histoire>>. In: DARD, Olivier et GRUNEWALD, Michel (dirs.): Charles Maurras et l'etranger ..., op. cit., pp. 117-134.

(57.) Mi defensa, coll. <<Temas actuales>>. Madrid: Ediciones y publicaciones espanolas, 1946.

(58.) Charles Maurras, Seleccao, presentation de Jacques Ploncard d'Assac, coll. <<Defesa do Ocidente>>, 25. Lisboa, 1960.

(59.) Voir en particulier son Salazar face a face. Trois dialogues politiques. Geneve-Paris: La Palatine, 1961.

(60.) Les echanges sur ce point entre Ploncard d'Assac et Salazar sont instructifs: DARD, Olivier: <<Um salazarista frances: Jacques Ploncard d'Assac>>. In: LIMONIC, Flavio et PALOMANES MARTINHO, Francisco Carlos (dirs.): Os intelectuais do antiliberalismo. Projetos epoluicaspara outras modernidades. Rio de Janeiro: Civilazacao Brasileira, 2010, pp. 423-427.

(61.) COMPAGNON, Olivier: <<Le maurrassisme en Amerique latine. Etude comparee des cas argentin et bresilien>>. In: DARD, Olivier et GRUNEWALD, Michel (dirs.): Charles Maurras et l'etranger ..., op. cit., pp. 283-305.

(62.) WEBER, Eugen: L'Action francaise. Paris: Stock, 1964.

(63.) GRUNEWALD, Michel: <<Jacques Bainville en Allemagne entre reception et instrumentalisation (1930-1940)>>. In: DARD, Olivier et GRUNEWALD, Michel (dirs.): Jacques Bainville, profils et receptions, op. cit., pp. 105-122.

(64.) STREEL, Jose: Les Jeunes et la politique. Louvain: Rex, 1932, pp. 16-17.

(65.) HAMEL, Marcel: <<Charles Maurras en nous>>, La Nation, 10 juin 1937, p. 2.

(66.) TURCANU, Florin: Mircea Eliade. Le prisonnier de l'histoire. Paris: La Decouverte, 2003, pp. 102-103 et p. 185.

(67.) BUTIKOFER, Roland: op. cit, pp. 79-80.

(68.) CLAVIEN, Alain: Les Helvetistes. Intellectuels et politique en Suisse romande au debut du siecle. Lausanne: societe d'histoire de la suisse romande et Editions d'en bas, 1994, p. 151 et p. 156.

(69.) BAUER, Eddy: <<Charles Maurras et la suisse romande>>, Etudes maurrassiennes, no. 2, 1973, p. 42.

(70.) BUTIKOFER, Roland: op. cit, pp. 66-67.

(71.) Il faut souligner la faible penetration du maurrassisme dans le monde anglo-saxon. Pour la Grande Bretagne, concernant Maurras, les contributions de LE DREAU, Christophe: <<L'Action francaise de Charles Maurras et les catholiques britanniques>> et de SUTTON, Michael: <<Le maurrassisme de Ts Eliot et le legs de TE Hulme>>. In: DARD, Olivier et GRUNEWALD, Michel (dirs.): Charles Maurras et l'etranger ..., op. cit, pp. 309-320 et pp. 321-338 pointent les limites d'une penetration. Elle se confirme dans le cas de Jacques Bainville (El Gammal, Jean: <<Jacques Bainville et la Grande-Bretagne>>. In: DARD, Olivier et GRUNEWALD, Michel [dirs.]: Jacques Bainville, profils et receptions, op. cit., pp. 141-151). Pour les Etats-Unis, on reverra a STEWART Doty, C.: <<"Monsieur Maurras est ici": French Fascism in Franco-American New England>>, Journal of Contemporary History, vol. 32, no. 4, octobre 1997, pp. 527-538. Il y aurait sans doute a creuser cet aspect en etudiant de pres les communautes canadiennes-francaises installees aux Etats-Unis au debut du 20e siecle.

(72.) <<Maurras en nous>>, La Nation, 10 juin 1937, p. 2. Voir aussi la correspondance de Marcel Hamel a Maurras qui ecrit (comme d'autres) a Maurras pour lui presenter le mouvement nationaliste quebecois et lui adresser ses recommandations in DARD, Olivier: <<De la rue de Rome au Canada francais: influences ou transferts?>>, Mens, vol. viii, no. 1, automne 2007, pp. 46-47.
COPYRIGHT 2012 Ediciones Universidad de Salamanca
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2012 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Title Annotation:articulo en frances
Author:Dard, Olivier
Publication:Studia Historica. Historia Contempranea
Date:Jan 1, 2012
Words:9186
Previous Article:The struggle from behind Francoism's prison bars. The Central Women's Prison in Segovia/Lucha tras las rejas franquistas. La Prision Central de...
Next Article:The Spanish Radical Right and French anti-liberal thought in the first third of the XX century. From Charles Maurras to Georges Valois/La derecha...
Topics:

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters