Printer Friendly

2018.

Par: Abdeslam Seddiki

Une annAaAaAeA@e vient de s'achever, une autre commence. Ainsi va la vi Jamais d'interruption. Pour beaucoup de gens d'ailleurs, tellement les annAaAaAeA@es se suivent et se ressemblent qu'ils n'arrivent pas AaAaAe rendre compte de ce passage en attendant des jours meilleurs. Et au-delAaAa du caractAaAaAeA?re festif qui accompagne gAaAaAeA@nAaAaAeA@ralement cet AaAaAeA@vAaAaAeA@n messages de sympathie et de communion qui meublent les rAaAaAeA@seaux socia et autres, les voeux de bonne annAaAaAeA@e adressAaAaAeA@s de part et d'autre qui est en soi positif et donne un sens AaAaAeA la vie en communautAaAaAeA@, l'avAaAaAeA? d'une nouvelle annAaAaAeA@e est l'occasion de dresser les bilans et de prospect l'avenir. Car tous les comptes, tant publics que privAaAaAeA@s, sont arrAaAaAeA au 31 dAaAaAeA@cembre de chaque annAaAaAeA@e. L'heure est donc aux bilans. Le plu est utilisAaAaAeA@ AaAaAeA dess

Il y a plusieurs bilans AaAaAeA vrai dire: un bilan AaAaAeA@conomique, un b social, un bilan financier... Et plus on va dans les dAaAaAeA@tails, lAaAaAeA rAaAaAeA@side le diable, plus la tAaAaAeAcche devient complexe. Essayons de comment se termine l'annAaAaAeA@e 2017 avant de jeter un regard prospect sur la nouvelle annAaAaAeA@e. Pour 2017, notre pays s'attend AaAaAeA faire une [beau moins que]bonne rAaAaAeA@colte[beaucoup plus grand que] en rAaAaAeA@alisant un de croissance qui dAaAaAeA@passerait vraisemblablement les 4% contre1,6% rAaAaAeA@ali en 2016.

Cette hausse s'explique essentiellement par la progression de la production agricole de 15 %, car les activitAaAaAeA@s non agricoles n'enregistreraie qu'une croissance modeste de 2,5%. Le dAaAaAeA@ficit budgAaAaAeA@taire se situe AaAaAeA moins de 4% poursuivant ainsi son trend baissier. L'inflation demeu infAaAaAeA@rieure AaAaAeA 2%. La dette du TrAaAaAeA@sor se stabilise autour de 6 la dette publique globale dAaAaAeA@passerait de peu les 80%. Globalemen on considAaAaAeA?re que les fondamentaux de l'AaAaAeA@conomie sont dans un AaAaAeA@tat relati sain mAaAaAeA me si il ya lieu de s'en inquiAaAaAeA@ter et ceci AaAaAeA deux niveaux d'a au moins.

Le pays est fortement pAaAaAeA@nalisAaAaAeA@ par son ouverture sur l'extAaAaAeA@ri il est loin de tirer profit des [beaucoup moins que]opportunitAaAaAeA@s[beauco plus grand que] offertes par la mondialisation. Ainsi, la contribution de la demande extAaAaAeA@rieure AaAaAeA la croissance resterait toujours nAaAaAeA@ malgrAaAaAeA@ une lAaAaAeA@gAaAaAeA?re amAaAaAeA@lioration prAaAaAeA@visible pour 2017. La est essentiellement tirAaAaAeA@e par la demande intAaAaAeA@rieure (consommation mAaAaAeA@nages et investissement) qui y contribuerait pour 4,3

Corollaire de cette anomalie, on assiste AaAaAeA une aggravation du dAaAaAeA@sAaAaAeA@qu de la balance commerciale qui reprAaAaAeA@sente aujourd'hui 20% du PIB po se situer AaAaAeA 200 milliards DH, soit 4 fois plus son niveau en 200 Qui plus est, les activitAaAaAeA@s exportatrices, dont on loue les performance recourent largement au marchAaAaAeA@ extAaAaAeA@rieur pour s'approvisionner en b intermAaAaAeA@diaires. Alors qu'elles exportent en moyenne 37% de leur productio elles satisfont leurs besoins AaAaAeA hauteur de 38% du marchAaAaAeA@ extAaAaAeA@ On est ainsi dans une situation de vases communicants. Tout ceci rend fragiles les AaAaAeA@quilibres macro-AaAaAeA@conomiques dont on se targue par aille Situation qualifiAaAaAeA@e par le HCP de [beaucoup moins que]pseudo situati de stabilitAaAaAeA@ macro-AaAaAeA@conomique[beaucoup plus grand q

Toujours est-il que ces rAaAaAeA@sultats ne devraient pas AaAaAeA tre cantonnAaAaAeA@ la logique de [beaucoup moins que]Robinson CrusoAaAaAeA@[beaucoup plus gra que] qui cherche AaAaAeA maximiser son utilitAaAaAeA@ dans son ile isolAaAaAeA@e plutAaAaAeA t les voir par rapport AaAaAeA leur impact sur la vie des citoyen se poser cette question lancinante et gAaAaAeA nante AaAaAeA la fois: qui pro des rAaAaAeA@sultats de la croissanceet comment est partagAaAaAeA@ notre gAaAaAeActeau nat Ce qui nous amAaAaAeA?ne AaAaAeA (re)poser la question soci

Force est de constater que les indicateurs sociaux ne s'amAaAaAeA@liore pas d'une faAaAaAeAoon substantielle et visible. Le chAaAaAeA mage, surtout des jeu persiste voire s'aggrave. Une AaAaAeA@conomie importatrice ne fait que crAaAa des emplois de qualitAaAaAeA@ AaAaAeA l'extAaAaAeA@rieur et des emplois prAaAaAeA@caires AaAaAeA l'i La grogne sociale monte partout et touche essentiellement les rAaAaAeA@gio qui ont souffert de la marginalisation et du manque de services publics de qualitAaAaAeA@. Le dialogue social, de nature AaAaAeA apaiser la situatio connu une annAaAaAeA@e blanche si l'on excepte une ou deux rAaAaAeA@unions de p de contact et de courtoisie. L'extension de la couverture sociale aux non-salariAaAaAeA@s et aux professions libAaAaAeA@rales avance AaAaAeA pas de tort qui risque de tuer dans l'oeuf tout l'espoir ouvert par ce chantier social d'envergure...

Ce sont autant de dAaAaAeA@fis qui se posent pour la nouvelle annAaAaAeA@e qui comme auxquels viendraient s'ajouter, malheureusement, les caprices du ciel. Il faut retrousser sAaAaAeA@rieusement les manches et relever la cadence travail en libAaAaAeA@rant toutes les initiatives et en mobilisant tout les forces vives de la Nation. Les attentes pour 2018 sont immenses. Va-t-elle AaAaAeA tre meilleure que celle qu'on vient de laisser derriAaAa nous? Il faut toujours l'espAaAaAeA@rer.

L'article 2018 est apparu en pr
COPYRIGHT 2018 SyndiGate Media Inc.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2018 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Al Bayane (Al Dar Al Bayda', Morocco)
Date:Jan 3, 2018
Words:845
Previous Article:George Weah, etoile africaine du foot, devient president du Liberia.
Next Article:Le voeu du nouvel an!

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters