Printer Friendly

[beaucoup moins que]La mise en place d'un plateau technique est une necessite pour les zones enclavees[beaucoup plus grand que].

La preparation du lancement du nouveau mode de gestion du secteur de la sante dans la wilaya de Tamanrasset se fait a la meme cadence que dans les villes du nord. Avec pres de 100 medecins specialistes, cette wilaya du sud du pays tente de rattraper le retard en matiere de prise en charge medicale en depit de certaines contraintes qui restent a lever.

Entretien realise par Nouria Bourihane

Comment se deroule l'operation d'externalisation des soins a Tamanrasset ?

Tamanrasset dispose actuellement de 82 medecins specialistes dont 12 Cubains qui travaillent tous a l'EPH Tamanrasset. Suite aux instructions du ministre de la Sante, et compte tenu de leur nombre, nous avons procede a l'externalisation de leurs activites au niveau des polycliniques du chef-lieu de wilaya ainsi que dans certaines communes telles que In Guezam, Tinzaouatine, Abalessa, In Amguel, Tazrok.

Des equipes se deplacent, une fois par mois, dans ces localites pour assurer une prise en charge medicale de la population. Ce travail a eu un impact important sur le citoyen. A Tinzaouatine, le P/APC a declare qu'il n'y a pas eu de medecins specialistes dans cette localite depuis l'independance. Une equipe de neuf specialistes a sejourne deux jours dans cette localite et a demande, a la fin de son sejour, d'y retourner vu l'importance du travail qui reste a faire. Au niveau du chef-lieu de wilaya, l'externalisation se fait normalement et de maniere plus reguliere.

Comment faire pour perenniser cette operation dans les zones enclavees et lointaines afin de rattraper le retard ? Pour les zones enclavees, compte tenu des distances importantes, il faut mettre en place un plateau technique pour que les specialistes en deplacement puissent accomplir leur mission correctement. Il faut donner la possibilite et les moyens aux patients de faire des examens, des radios, des analyses sur place pour que les medecins puissent faire, en plus de la consultation, des diagnostics precis et assurer le suivi de chaque patient. C'est de cette maniere qu'ils pourront apporter un plus a la population. A Tamanrasset, nous avons externalise toutes les specialites au nombre de 31. Ce qui n'est pas rien.

Est-ce que ce sont des medecins qui assurent le service civil ?

Une partie est en train d'assurer le service civil mais un certain nombre d'entre eux a pris la decision de s'installer a Tamanrasset. Selon les chiffres dont je dispose, 40% ont decide de rester apres le service civil. C'est une excellente chose. Et si l'on arrive a maintenir les medecins qui sont actuellement en service civil, ce serait encore mieux.

Y a-t-il suffisamment de moyens pour l'externalisation des soins ?

Le transport est assure par l'EPH et l'hebergement, par les autorites locales au sein des structures d'accueil. Il n'y a donc aucun souci de logistique pour assurer cette activite mais l'interet est de perenniser la presence des specialistes a Tamanrasset.

Qu'en est-il d'In Salah ?

Nous avons actuellement 25 medecins specialistes alors qu'il n'y en avait que neuf en janvier dernier. Nous ne pouvons pas assurer l'externalisation pour toutes les specialites car les medecins doivent rester a l'hopital ou il y a aussi une grande charge de travail. La seule specialite que nous avons reussi a externaliser, c'est la psychiatrie.

Le projet de telemedecine a-t-il demarre ?

Il a ete enfin lance a Tamanrasset. C'est une solution qui va nous permettre de regler les problemes des zones enclavees a travers la possibilite de faire la teleconsultation et la teleformation a distance. Nous avons fait une seule seance d'echange avec l'hopital Mustapha-Pacha d'Alger. Nous avons decide, en collaboration avec le conseil medical, d'etablir des liens avec les hopitaux de Beni Messous et de Tizi Ouzou pour assurer une seance par semaine avec chaque etablissement. Nous aurons donc trois jours par semaine de telemedecine.

Et pour ce qui est du jumelage ?

Le contrat de jumelage avec l'hopital Mustapha-Pacha nous a permis d'effectuer une seule mission qui a quelque peu patine, car il a fallu la mise en place d'une organisation et l'echange de beaucoup d'informations. Actuellement, une organisation de travail est operationnelle avec l'hopital Mustapha-Pacha et les choses vont s'accelerer. Nous avons realise 103 interventions et 2.278 consultations en l'espace de deux missions avec le CHU de Boumerdes. Nous avons conclu deux nouveaux contrats de jumelage avec le CHU Zmerli (Alger) et celui de Tizi Ouzou. Une mission est d'ailleurs prevue entre le 20 et le 25 decembre, ou 20 specialistes de Tizi Ouzou se deplaceront a Tamanrasset pour des consultations. J'espere qu'avec ces quatre contrats, nous aurons une couverture assez suffisante pour couvrir les besoins de la population.

Des cas de paludisme se sont declares a Tam. Ou en est la situation ?

Tamanrasset a les memes pathologies que les autres villes du pays sauf au plan des epidemiologique, cependant, elle est consideree comme une zone a risque pour le paludisme. Depuis janvier, nous avons eu 78 cas de paludisme qui sont tous des cas importes. La transmission de ce virus est intervenue par l'intermediaire d'emigres et des Algeriens qui se deplacent dans les pays subsahariens. Toutes les mesures ont ete prises pour assurer la prise en charge de ces cas. Au plan preventif, nous avons ouvert un centre de vaccination international dont le role est d'orienter les gens sur les mesures, les traitements et les vaccins necessaires avant de se rendre dans un pays etranger. Ce centre est operationnel depuis quelques mois seulement. Les citoyens s'informent regulierement et ont pris conscience de la situation.

N. B.

Copyright 2015 Horizons Provided by SyndiGate Media Inc. ( Syndigate.info ).
COPYRIGHT 2015 SyndiGate Media Inc.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2015 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Horizons (Algiers, Algeria)
Date:Dec 15, 2015
Words:915
Previous Article:Vers l'application d'un systeme de production locale de la broderie traditionnelle.
Next Article:Le poisson flambe, le client grille.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters