Printer Friendly

[beaucoup moins que]La lampe et la lumiere[beaucoup plus grand que] pour raconter l'histoire de Bejaia.

Le musicien attitre du theatre Abdelmalek Bouguermouh de Bejaia, Abdelaziz Yousfi, a recidive, mercredi soir, dans ses creations, en convoquant l'histoire pour manifester ses nostalgies et ses coups de cœur. Apres Uzzu n'Tayri (la brulure de l'amour), concretise en 2008, un hommage aux chanteurs et a la chanson de l'exil, puis [beaucoup moins que] 1930 [beaucoup plus grand que] (2013, un pamphlet contre le centenaire de la colonisation), voila qu'il s'epanche sur Bejaia, en lui dediant [beaucoup moins que] la lampe et la lumiere [beaucoup plus grand que], pour mieux rappeler ses lustres passes mais aussi stigmatiser ses indolences actuelles. La piece, une comedie musicale, melant habilement le spectacle vivant, le chant et la danse, traite d'un sujet serieux mais reste completement decale, ses reflets n'etant que des cabrioles d'un voyage musical et imaginaire dans l'histoire. Yousfi, encore une fois reste fidele a sa demarche artistique habituelle en accordant peu de cas a l'intrigue ,mais en articulant l'essentiel de sa mise en scene, sur l'humour, l'entrain, mais surtout la musique pour dire ses verites. De nombreuses chansons du repertoire chaabi, et accessoirement kabyle ont ete employees dans ce sens, a titre d'articulation pour renforcer la structure de son spectacle. Manifestement, celle-ci a reussi, au regard de l'enthousiasme du public qui reagissait au quart de poils a toutes les insinuations, les bons mots, et les envolees lyriques des personnages sur scene, non seulement spirituels mais qui semblaient sortir droit du fameux palais de la perle de Moulay Nacer, fondateur de la ville, dont les traces ont totalement disparu. [beaucoup moins que] Moulay Nacer etait un batisseur. Il a construit des palais mais il a neglige l homme. Si bien qu'aujourd'hui, tous ses vestiges n'en sont qu'illusions [beaucoup plus grand que], se desole Yousfi, regrettant que Bejaia ait perdu ses reperes historiques et sociologiques et qui font que [beaucoup moins que] aujourd'hui, elle peine a grandir [beaucoup plus grand que]. Pour en apporter l'illustration, l'auteur integre dans le spectacle un film video, montrant la ville dans ses mauvais jours, avec ses immeubles mal faits ou deglingues, ses montagnes d'immondices et ses jardins fletris devant l'indifference generale. Des images choquantes ,mais qui avaient le merite d'etre la, pour interpeller et rappeler a l'ordre. Musicalement parlant, le message etait sublime : commencer par l'elementaire pour ensuite laisser le ciel se consteller d'etoiles et se remplir de lumiere. Plus que la lueur et sa bougie antique, Bejaia pourra pretendre a l'eclat d'une lampe, semble suggerer l'auteur. Un beau spectacle, en somme, qui offre un voyage dans l'histoire, truffee de surprises, aux grands bonheurs de ses candidats, visiblement subjugues.

Copyright 2015 Horizons Provided by SyndiGate Media Inc. ( Syndigate.info ).

COPYRIGHT 2015 SyndiGate Media Inc.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2015 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Horizons (Algiers, Algeria)
Date:May 22, 2015
Words:444
Previous Article:Hommage a Abdelkader Meksa.
Next Article:L'artiste serbe Jadranka Jovanovic rend hommage a Noura.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2018 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters