Printer Friendly

[beaucoup moins que]El Bellout[beaucoup plus grand que] a la fete.

La fete du gland ? Il fallait y penser, l'association Assirem Gouraya l'a fait, elle qui ne manque aucune occasion pour mettre en valeur la richesse du terroir bejaoui et qui ne lesine sur aucun moyen pour sa protection et pour en faire la promotion aupres du grand public, avec l'espoir que des initiatives eclosent pour exploiter ces opportunites devoilees ou que celles deja prises puissent y puiser une seconde force pour perseverer dans leurs efforts ou, mieux, une option pour prendre de l'essor. C'est ainsi qu'avec la precieuse collaboration de la Conservation des forets, de l'association socioculturelle du village Ibarrissen, ce fruit sauvage, bien connu des Algeriens mais relegue aux oubliettes car il constituait une relique des jours de sombre misere, retrouve un peu de consideration en attendant, peut-etre, d'etre rehabilite et de devenir un atout contribuant au developpement des localites rurales. C'est ainsi que sous le theme [beaucoup moins que] Mise en valeur d'un arbre endemique de la Mediterranee et regeneration de la foret [beaucoup plus grand que], le Theatre regional de Bejaia (TRB) a accueilli dans ses halls, le week-end dernier, la fete du gland a travers une exposition dediee a la sensibilisation du citoyen quant a la necessite de proteger la foret et l'environnement de maniere generale, la participation d'agriculteurs qui proposaient des produits du terroir, parmi lesquels le fameux gland, mais aussi les aliments fait a base de ce fruit, comme la farine ou la galette, et reserve, bien evidemment, des espaces pedagogiques a travers un atelier sur la forets de chene, un concours de dessin pour les enfants, et surtout un concours des meilleurs fruits de gland des regions de Bejaia. Le public a si bien adhere a cette initiative que l'espace du TRB s'est revele bien exigu, preuve s'il en est, que le gland reste bien ancre dans la memoire collective. L'arbre qui produit ce fruit, le chene, est une espece typiquement mediterraneenne. Il se decline en trois especes, le chene-liege, le chene zen et le chene vert, et occupe de larges superficies dans la wilaya de Bejaia, soit 47 641 ha. Riche en amidon, ce fruit est consomme aussi bien par certains animaux que les humains. Sous la colonisation, ce fruit a ete une alternative alimentaire les jours de disette et, durant la guerre de Liberation, il a constitue une nourriture providentielle pour les moudjahidine dans les montagnes. Aujourd'hui, il est encore consomme comme une gourmandise. Sur un autre plan, les cupules de glands peuvent fournir d'excellentes teintures naturelles. Autre richesse fournie par le chene, le liege est un produit bien connu pour ses qualites en tant qu'isolant ou sous la forme de bouchons. Cette fete a donc pour objectif de mettre en valeur le chene et permettre sa valorisation patrimoniale, historique, touristique et economique. Ibarissen merite le detour Les forets de chenes sont importantes pour la preservation de la biodiversite. Encore faut-il preserver les premieres. Le chene-liege ne figurait meme pas comme essence de reboisement dans les differents plans mis en œuvre par les pouvoirs publics, alors que les differentes tentatives engagees a son profit donnent des resultats tres mitiges pour ne pas dire baignent dans l'echec, alors meme que ces forets sont des plus menacees par les incendies et les deboisements. Consciente de ce constat, explique son president Rabhi Amar, Assirem Gouraya se propose d'associer le grand public autour de cette [beaucoup moins que] fete du gland [beaucoup plus grand que] pour mobiliser et sensibiliser citoyens et autorites pour preserver et valoriser cette richesse sylvicole. Dans ce cadre, elle a organise, le lendemain, une action de reboisement qui a permis de mettre en terre un millier d'arbustes sur six kilometres. Des arbres qui baliseront le sentier de randonnee du village touristique Ibarrissen. Une fois cette tache accomplie, la centaine de randonneurs presents, jeunes et moins jeunes, se sont donne a cœur joie, malgre un froid glacial qu'ils essayaient de tromper a coups de derbouka et de chants entrainants, de decouvrir les paysages et particularites touristiques de cette localite excentree de la commune d'El Kseur, limitrophe de Toudja. Assurement, Ibarissen merite le detour et, comme le decrit Assirem Gouraya, il possede toutes les caracteristiques d'un village devant beneficier d'un projet de developpement en eco-tourisme de montagne : vieux villages a restaurer, ruines romaines, un village troglodyte et des gravures rupestres attestant de l'occupation millenaire de ce site, des grottes ayant servi de refuges aux moudjahidine, des mines ou les habitants extrayaient du fer et du cuivre, un patrimoine forestier important, une diversite florale et faunistique remarquable, autant de facettes qui peuvent eveiller l'interet aussi bien du simple touriste que des scientifiques. Et puis, il ne faut pas l'oublier, de superbes montagnes pour tous les fans de randonnees pedestres et d'escalades.

Ouali M.

Copyright 2014 Horizons Provided by SyndiGate Media Inc. ( Syndigate.info ).
COPYRIGHT 2014 SyndiGate Media Inc.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2014 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Publication:Horizons (Algiers, Algeria)
Date:Dec 27, 2014
Words:802
Previous Article:Ouverture du salon national de l'artisanat saharien.
Next Article:Pour une culture de depenses rationnelles des menages.

Terms of use | Privacy policy | Copyright © 2019 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters