Printer Friendly

Une economie, une communaute florissantes.

I maginez une vaste contree d'un vert foret authentique. Allez. Prenez-en le temps. Maintenant repetez le procede a la lumiere des paroles du celebre philosophe francais Jean-Jacques Rousseau: un lieu sacre y est depeint; un endroit ou la nature est seule monarque; un endroit que l'homme n'a pas encore exploite; un endroit ou la prosperite est mesuree selon la salubrite de l'air. Pourtant, Rousseau est mort - et sans meme etre venu a Chapleau!

Une communaute ne dispose que des moyens quelle s'approprie. Ainsi, lon peut mieux expliquer la survie, La reussite, l'effervescence d'un village qui, bien qu'attachant, se situe a pre s de 200 ki1ometres du centre urbain voisin. La prosperite de Chapleau n'est pas un concept d'ordre metaphysique, mais plutot la consequence inevitable de structures administrative et economique conciliantes. Concourent a cette reussite l'industrie forestiere, le miracle quest le chemin de fer pancanadien, le tourisme, les richesses naturelles, et, ce qu'acclamerait sans doute Rousseau, les arts et La culture.

Chapleau est peuple a approximativement un pour cent d'hommes, un pour cent de femmes et a 98% d'arbres. Neanmoins, l'etre humain y a vite appris la loi du talion : ces arbres constituent la source primordiale de survie, puisque deux compagnies majeures d'exploitation forestiere, soit Domtar et Weyerhaeuser, embauchent, dans les secteurs economiques primaire et secondaire, quelque 400 employes.

De la coupe a la transformation en passant par le transport et toutes les etapes mitoyennes et connexes, les arbres generent alors un peu plus que de l'oxygene pour les habitants de Chapleau. Le bois d'oeuvre qui provient de cette transformation est vendu a environ 75 pour cent a nos voisins americains et a environ 25 pour cent ici-meme au Canada. En outre, une innovation, la premiere du genre an Canada, permet le recyclage des residus de la transformation du bois en une energie generatrice d'electricite a l'entreprise Co-Generation Ltd. de Chapleau.

Les sens bien affutes, l'on peut s'integrer graduellement au style de vie qui s'offre a soi : aspirer la resine, la seve et les aiguilles qui nous bordent - puis entendre au loin le grincement et les entrechocs ferrailles d'un train. L'on constate alors, somnolent a cette heure de la nuit, que le Canadian Pacific Railway a pignon sur voie ferree a Chapleau; environ 220 personnes y oeuvrent. Des conducteurs, des ingenieurs et mecaniciens ferroviaires et des preposes de tous ordres pourvoient a la reparation des engins et des vehicules, ainsi qu'a l'entretien de la voie ferroviaire.

Plus d'une quinzaine de trains font quotidiennement escale a Chapleau, pour la plupart des trains de marchandises. Il reste que Le Budd Train, un train de passagers, est egalement de passage a tons les jours, Chapleau jalonnant son trajet entre Sudbury et White River. Ce train est d'ailleurs l'un des moyens de transport qui puisse vous permettre de profiter du cachet enchanteur de Chaplean: son industrie touristique.

Il est imperatif d'y vivre l'experience unique de la vie en nature, des excursions pedestres, a motoneige on en canot, a la chasse et la peche. Il faut parfois faire evacuer ces pulsions qu'engendre [much less than] la vie civilisee et policee [much greater than], tel qu'y faisait allusion Rousseau! La vie est devenue une course effrenee; il fait bon de renouer avec le rythme apaisant de la nature!

C'est un des paradoxes que couve ce village : malgre la concurrence qui s'inocule a une vitesse vertigineuse dans tous les domaines de l'economie, il est possible de prendre part a l'engrenage economique, tout en se laissant bercer par les clapotis, les gazouillis et les crepitements qui ponctuent les 700 000 hectares de terre que constitue la plus grande Reserve faunique de La couronne au monde, celle de Chapleau, bien sur! Quatre parcs provinciaux sont aussi a votre portee, soit ceux de Wakami Lake, d'Ivanhoe Lake, de Shoals et de Missinaibi Lake.

Que plus beau terrain pour cette symbiose que l'expression artistique par laquelle est celebree la vie. Et cette vie, elle est exultante; elle ponctue les jours, elle orne les visages, elle tapisse les murs; elle se fait presque par photo-synthese!

Sur cette terre nordique, feconde et favorable a la croissance eternel1e d'arbres majestueux, les assises sont bien posees.. Comme si la nature les avait elle-meme encastrees. L'economie de Chaplean repose sur des valeurs sures : la nature et les arts bordent la chaleur humaine; tous trois convergent vers un but commun : La production. Tant que le desir respire.

Eric Charlebois est un professeur a l'ecole Secondaire Catholique Trillium.
COPYRIGHT 2001 Laurentian Business Publishing, Inc.
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2001, Gale Group. All rights reserved. Gale Group is a Thomson Corporation Company.

 Reader Opinion

Title:

Comment:



 

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Title Annotation:Chapleau, Ontario
Author:CHARLEBOIS, ERIC
Publication:Northern Ontario Business
Article Type:Brief Article
Geographic Code:1CONT
Date:Jul 1, 2001
Words:739
Previous Article:Si on pouvait saisir les murmures de la nature.
Next Article:Isolation from larger centres breeds innovation.
Topics:


Related Articles
A mecca for wildlife viewing.
Si on pouvait saisir les murmures de la nature.
Chapleau: 100 ans d'histoire et de developpement.
Budd car draws railway buffs to North.
Message from the Minister of Industry. (FedNor Update).
Aboriginal communities study mining impact. (Fednor Update).
La chance sourit a deux jeunes entrepreneurs. (Nouvelles de FedNor).
Chapleau branding its natural assets.
Un reseau en biotechnologie? Une realite dans le Nord: le monde entier a des raisons de se rejouir de ce qui s'accomplit dans le Nord de l'Ontario....
Men to men activities/activites du project men to men.

Terms of use | Copyright © 2014 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters