Printer Friendly
The Free Library
23,416,916 articles and books


Retrospective de la discipline: la conception du folklore de trois pionniers: Marius Barbeau, Luc Lacourciere et Carmen Roy.

* Les roles de Marius Barbeau Charles Marius Barbeau (March 5, 1883 – February 27, 1969), also known as C. Marius Barbeau, or more commonly simply Marius Barbeau, was a Canadian ethnographer and folklorist who is today considered a founder of Canadian anthropology.  (1883-1969), de Luc Lacourciere (1910-1989) et de Carmen Carmen

throws over lover for another. [Fr. Lit.: Carmen; Fr. Opera: Bizet, Carmen, Westerman, 189–190]

See : Faithlessness


Carmen

the cards repeatedly spell her death. [Fr.
 Roy (1919--) dans le developpement de la discipline au Quebec et au Canada ne sont plus a demontrer. A partir de plusieurs sources ecrites, cet article se veut une reflexion renouvelee sur la conception du folklore qu'avaient ces trois pionniers de l'ethnologie au Canada et plus specifiquement de son developpement au Quebec. L'article s'articule autour de trois axes: le premier laisse entrevoir leurs rapports respectifs a la culture, inscrits dans des contextes ou la perception du nationalisme n'etait pas la meme. Le second aborde plus specialement leur conception du folklore, tandis que le troisieme est davantage centre sur Ies contacts, Ies demarches et Ies methodes. Cet article permet egalement << de comprendre le role que [Carmen Roy] a pu jouer dans le developpement de cette discipline>> au Canada, creant dix ans avant la politique multiculturaliste du gouvernement federal de Pierre-Eliott Trudeau, le Centre Canadien des Etudes sur la Culture Traditionnelle (CCECT).

* The contributions made by Marius Barbeau (1883-1969), Luc Lacourciere (1910-1989) and Carmen Roy (1919--) to the development of the field in Quebec and Canada are now universally acknowledged. Based on a number of different written sources, this article takes a renewed look at the idea of folklore held by these pioneers of ethnology ethnology (ĕthnŏl`əjē), scientific study of the origin and functioning of human cultures. It is usually considered one of the major branches of cultural anthropology, the other two being anthropological archaeology and  in Canada and on the development of the discipline in Quebec. The article considers them along three axes: the first is a glimpse into their respective relationships with culture, under conditions where nationalism was perceived differently. The second addresses more specifically their understanding of folklore, and the third discusses primarily contacts, approaches and methods. This article also serves to "understand the role that [Carmen Roy] played in the development of the discipline" in Canada, when she founded the Canadian Centre for Folk Culture This article or section needs copy editing for grammar, style, cohesion, tone and/or spelling.
You can assist by [ editing it] now.
 Studies (CCFCS), ten years before the multiculturalism policy of the Pierre Elliot Trudeau government took effect.

**********

<< Vous voyez par tous ces projets en voie de realisation que nos idees font leur chemin. Avec patience et perseverance nous arriverons a installer solidement le folklore dans l'Universite >> avait ecrit Luc Lacourciere a son maitre, Marius Barbeau (MCC (The Microelectronics and Computer Technology Corporation, Austin, TX) The first high-tech research and development consortium in the U.S., created in 1982 by leading companies within the electronics industry. , fonds Marius Barbeau, 8 janvier 1945). Soixante ans plus tard, soixante annees apres le debut des etudes de folklore et la fondation des Archives de folklore de l'Universite Laval, on peut constater que leurs efforts ont ete recompenses.

Beaucoup beau·coup   also boo·coo or boo·koo Chiefly Southern U.S.
adj.
Many; much: beaucoup money.

n. pl.
 d'encre a coule au sujet des deux folkloristes qui ont le plus marque les etudes de folklore au Canada. Loin loin (loin) the part of the back between the thorax and pelvis.

loin
n.
The part of the body on either side of the spinal column between the ribs and the pelvis.
 de signifier sig·ni·fi·er  
n.
1. One that signifies.

2. Linguistics A linguistic unit or pattern, such as a succession of speech sounds, written symbols, or gestures, that conveys meaning; a linguistic sign.
 que tout Tout

To promote a security in order to attract buyers.


tout

To foster interest in a particular company or security. For example, a broker might tout a security to a client in the hope that the client will purchase the security.
 a ete dit DIT

di-iodotyrosine.
, cette abondance d'ecrits temoigne de leur role preponderant pre·pon·der·ant  
adj.
Having superior weight, force, importance, or influence. See Synonyms at dominant.



pre·ponder·ant·ly adv.
 dans le cheminement de la discipline. Plonger dans les travaux, la correspondance, dans les textes de conferences, les notes personnelles et les notes de cours de ces hommes de lettres et grands humanistes, c'est decouvrir, certes cer·tes  
adv. Archaic
Certainly; truly.



[Middle English, from Old French (a) certes, perhaps from Latin ad cert
, une autre epoque, mais c'est surtout Sur`tout´

n. 1. A man's coat to be worn over his other garments; an overcoat, especially when long, and fitting closely like a body coat.

Noun 1.
 decouvrir une profonde passion pour un champ du savoir en quete d'autonomie. Cet article se veut une reflexion sur la conception du folklore de trois pionniers : Marius Barbeau, Luc Lacourciere et Carmen Roy. Il nous parait important de partir d'une relecture des sources et des etudes de ces scientifiques. De cette maniere, nous tentons ici de deceler les differences et les ressemblances dans le discours, le ton, le vocabulaire, les nuances, bref les subtilites des conceptions respectives des folkloristes. Nous voulons aussi, en nous penchant sur Carmen Roy, l'un des bras droits de Barbeau dans ses etudes folkloriques au Canada, essayer de comprendre le role qu'a joue cette femme femme  
adj.
Slang Exhibiting stereotypical or exaggerated feminine traits. Used especially of lesbians and gay men.

n.
1. Slang One who is femme.

2. Informal A woman or girl.
 dans le developpement du folklore et de l'ethnologie au pays, sa maniere de le concevoir, et pourquoi elle a cree a Ottawa un Centre canadien d'etudes sur la culture traditionnelle (CCECT), precedant de dix ans la politique sur le multiculturalisme du gouvernement federal de Pierre-Elliott Trudeau.

Marius Barbeau (1883-1969), tue Lacourciere (1910-1989) et Carmen Roy (1919-) : retour aux sources

Ecrire sur Barbeau, Lacourciere et Roy comporte plusieurs defis. C'est en les confrontant, sur la base de leurs idees, de leur tradition intellectuelle et de leur milieu respectif, que nous inscrivons notre demarche dé·marche  
n.
1. A course of action; a maneuver.

2. A diplomatic representation or protest.

3. A statement or protest addressed by citizens to public authorities.
. A cet effet, nous avons consulte le fonds Luc Lacourciere aux Archives de folklore et d'ethnologie de l'Universite Laval. A Gatineau, aux Archives du Musee canadien des civilisations, nous avons pu nous plonger dans le fonds d'archives de Marius Barbeau et prendre connaissance, egalement, de documents fort importants contenus dans le fonds d'archives de Carmen Roy. << Les memoires de Marius Barbeau >>, recueillies par Carmen Roy en 1957, par exemple, sont d'un tres grand interet. Il s'agit en effet pour Marius Barbeau d'une reflexion retrospective sur sa carriere et, de ce fait, sur la discipline.

Bien entendu, le role de Marius Barbeau et de Luc Lacourciere dans le developpement du folklore et de l'ethnologie n'est plus a demontrer ; nombre d'articles l'ont deja fait (voir Du Berger 1978 ; 1997 ; Pichette 2004 ; Genest 2001 ; 2002). Tres peu insistent toutefois sur celui de Carmen Roy, qui reste largement meconnu, a l'ombre des deux geants. Il nous parait donc important de retourner directement aux documents d'archives, de facon a tenter de saisir quelques-unes des nuances et des similarites entre Marius Barbeau, Luc Lacourciere et Carmen Roy quant a leur vision respective du folklore. Certes, la pensee des trois a evolue durant leur carriere. Mais il parait neanmoins fort interessant d'essayer de comprendre l'influence de leur formation academique et intellectuelle, en anthropologie ou en litterature, sur le folklore qu'ils contribuent a definir et a eriger en discipline au Canada ; de voir comment leur epoque et leur milieu -- le Canada du debut du XXe siecle et le Canada francais des annees qui precedent et suivent la Seconde Guerre mondiale -- ont marque leur propre conception de cette discipline, nee en Europe a la fin du XIXe siecle et pour laquelle la recherche La Recherche is a monthly French language popular science magazine covering recent scientific news. It is published by the Société d'éditions scientifiques (the Scientific Publishing Group), a subsidiary of Financière Tallandier.  de l'identite reste centrale. La reflexion se veut donc recapitulative d'une periode riche et feconde pour l'emergence de la discipline au Canada d'une part, et au Quebec -- alors appele Canada francais -- en particulier.

Le folklore, materiau de la nation

L'etude des faits culturels mene inevitablement a une prise de position, a une reflexion sur le role que la culture peut jouer dans la definition de l'identite d'une nation, d'un pays. Tant dans le discours de Barbeau que dans celui de Lacourciere, on peut percevoir une certaine forme forme (form) pl. formes   [Fr.] form.

forme fruste  (froost) pl. formes frustes   an atypical, especially a mild or incomplete, form, as of a disease.
 de nationalisme qui va puiser dans la culture populaire, ecrite ou non -- essentiellement celle Celle (tsĕl`ə), city (1994 pop. 73,670), Lower Saxony, N Germany, on the Aller River. Its manufactures include food products, electronic components, chemicals, and textiles. Wax processing and horse breeding are important locally.  du monde n. 1. The world; a globe as an ensign of royalty.
Le beau monde
fashionable society. See Beau monde.
Demi monde
See Demimonde.
 rural -- et qui releve en somme de l'ethnographie. Il est toutefois important de nuancer ici la vision qu'ont les deux hommes du role que peut jouer le folklore dans la construction d'une riche culture nationale.

Marius Barbeau ou la volonte de faire valoir une culture canadienne

On peut dire de Barbeau qu'il est un grand nationaliste. Toutefois, sa conception en est subtile sub·tile  
adj.
Subtle.



[Middle English, from Old French subtil, from Latin subt
, meme si les tres nombreux documents de ses archives permettent de mieux la saisir. D'emblee, disons qu'il croit fermement en une identite pancanadienne. Son nationalisme est un nationalisme culturel, large, global et non ET NON. And not. These words are sometimes employed in pleading to convey a pointed denial. They have the same effect as without this, absque hoe. 3 Bouv. Inst. n. 2981, note.  restrictif. Il y integre differentes cultures. Et pour lui, folkloriste, la culture devient, quand elle est justement utilisee, un outil << politique >>, au sens etymologique du terme, c'est-a-dire qui renvoie, comme chez chez  
prep.
At the home of; at or by.



[French, from Old French, from Latin casa, cottage, hut.]

chez
prep

at the home of [French]
 les Grecs, a la << cite >>, la collectivite, et concerne l'ensemble de la communaute. Etre folkloriste, c'est penser au mieux-etre de la collectivite. Meme s'il travaille a faire reconnaitre la culture canadienne-francaise pour le mieux-etre des Canadiens francais, sa vision << politique >> est cependant celle d'un Canada riche de ses differences ethniques. Marius Barbeau croit profondement a la creation d'un sentiment d'unite nationale ; sa vision du folklore est teintee de grands ideaux nationaux. Il concoit le Canada comme un pays riche des idees de chacun et chacune, de chaque culture, de chaque famille. Par exemple, en meme temps qu'il fonde en 1917 une section quebecoise de l'American Folklore Society, Barbeau propose immediatement la creation d'une branche ontarienne, exposant cette idee dans l'introduction d'un numero du Journal of American Folklore de 1918 consacre au folklore de l'Ontario.
   It is now proposed to extend the activities of the Folk-Lore
   Society to Ontario and other parts of Canada. The publication of
   the present volume, and the simultaneous organization of an Ontario
   Branch, will, it is hoped, lead to a more careful survey of the
   English, Scotch, Pennsylvania German, and other branches of oral
   lore in Canada, and to the periodical issue of other Canadian
   numbers of "The Journal of American Folk-Lore" (1918: 3).


Sa formation d'anthropologue n'est pas loin : toutes les societes ont leur culture propre, et la culture est la richesse d'une societe. C'est cette vision qu'il transmettra a Carmen Roy, dont il sera question un peu plus loin. En cela, la culture devient un element centralisateur par lequel on peut vehiculer certaines idees. Il ecrit : << Rien n'est vraiment plus national que la culture et les arts. [...] La culture et les arts, a qui les possede activement ou a titre titre

titer.
 de patrimoine en friche ont aussi une portee politique, dans le sens large du mot >> (Barbeau 1945 : 77-78).

<< Homere etait un folkloriste >>

Barbeau accepte les influences exterieures, meme s'il redoute tres fortement l'uniformisation d'une culture << yankee >> qui se repandrait sur toute l'Amerique du Nord. A commencer par les Canadiens Les Canadiens were a Canadian hockey team in the National Hockey Association in 1909-10. It was a Francophone team created to attract fans away from the Montreal Nationals of the Canadian Hockey Association. The team was financed by the owner of the NHA franchise in Cobalt, Ontario.  francais, qui ne reconnaissent pas la richesse de leur propre culture, ne font rien pour qu'elle soit reconnue a l'interieur meme du pays, qu'elle vive et se developpe dé·vel·op·pé  
n.
A ballet movement in which one leg is raised to the knee of the supporting leg and fully extended.



[French, from past participle of développer, to develop; see develop.]
 ; qui vont tout droit [French, Justice, right, law.] A term denoting the abstract concept of law or a right.

Droit is as variable a phrase as the English right or the Latin jus. It signifies the entire body of law or a right in terms of a duty or obligation.
 vers vers
abbr.
versed sine
 une assimilation qui sera de toute facon americaine. Il pointe du doigt les jeunes etudiants qui, par soif de nouveaute, vont etudier en France. A l'hiver 1931, il s'adresse ainsi aux membres de la Societe Royale du Canada, a Montreal: << [...] les festivals de folklore les a Quebec apprecies par les Canadiens anglais et les Americains, tandis que la plupart des notres y soupconnent l'intention caricaturale de nous montrer arrieres >> (MCC, fonds Marius Barbeau, 16 janvier 1931). Sans aucun doute, Barbeau ne deplore de·plore  
tr.v. de·plored, de·plor·ing, de·plores
1. To feel or express strong disapproval of; condemn: "Somehow we had to master events, not simply deplore them" 
 pas ici la presence des Americains ou des Canadiens anglais ; ce qu'il prone, c'est qu'avant de faire connaitre le folklore canadien a autrui, il faut d'abord que les detenteurs de ces savoirs se reapproprient ce qui leur appartient. Il tient aux traits caracteristiques d'une population et croit en leur potentiel. Il redoute, en definitive, de voir les habitants Habitants is the name used to refer to both the French settlers and the America-born inhabitants of French origin who farmed the land along the two shores of the St. Lawrence waterway in what is the present-day Province of Quebec in Canada.  des rives Language
Rive (plural : rives) is a French word meaning "bank" (of a river). Geography
Rives is the name of several places: France
Rives is the name of 2 communes in France:
  • Rives, Isère in the Isère département
 du Saint-Laurent devenir des Yankees, << comme le sont d'ailleurs un peu [les habitants de] Quebec et Montreal >> (MCC, fonds Marius Barbeau, 27 mars 1920). Comme il s'evertue a le dire et a le rappeler, en tant qu'anthropologue il concoit veritablement le folklore comme un materiau utile aux artistes, aux lettres et aux penseurs. Un materiau dans lequel on peut puiser pour creer des oeuvres enracinees collectivement dans un processus historique et identitaire. Ainsi, il refuse vivement que des artistes canadiens ne s'inspirent pas de leur propre culture. Il ecrit dans une brochure publiee a la suite de la tenue des Veillees du bon vieux temps a la bibliotheque Saint-Sulpice, les 18 mars et 24 avril 1919 : << L'imitation de ce qui est a la mode ailleurs entrave l'essor viril et independant >> (Societe historique de Montreal 1920 : 2). Le discours de Barbeau est particulierement eloquent lorsqu'il s'adresse par ecrit aux etudiants, a la jeunesse
''Note: This article title may be easily confused with Lajeunesse.


La Jeunesse, or New Youth (Chinese: 新青年; Pinyin: Xīn Qīngnián 
 d'apres-guerre.

Chacun doit contribuer selon sa mesure a une oeuvre universelle de relevement intellectuel, moral et politique d'apres-guerre. L'humble part qui nous revient, [...] celle du folklore et de l'anthropologie forme seulement une partie de l'ensemble, a l'universite. Mais elle est votre part, notre part, dans le grand total ; chaque partie n'est d'ailleurs pas plus importante qu'une autre, ici ou ailleurs. Nous sommes tous, en quelque sorte, au centre du monde (Barbeau 1945 : 80).

Cet extrait est riche de sens, puisqu'il montre reellement le type de nationalisme de Barbeau: un nationalisme unificateur.

Dans son ouvrage l'Arbre des reves, Barbeau explique comment il approuve les dires de Russel K. Alspack : << Folklore may be serving its finest end when it inspires a country's poets and prosemen >> (cite dans Barbeau 1948 : 7). Cela semble repondre, pour Barbeau, a une double visee : connaitre et etudier le folklore, tout en alimentant l'identite du peuple. Il tente de diffuser dif·fus·er  
n.
1. One that diffuses, as:
a. A light fixture, such as a frosted globe, that spreads light evenly.

b. A medium that scatters light, used in photography to soften shadows.

c.
 un materiel ma·te·ri·el or ma·té·ri·el  
n.
The equipment, apparatus, and supplies of a military force or other organization. See Synonyms at equipment.
 riche, source d'inspiration pour le peuple, et ecrit en ce sens : << C'est de chez nous, et non d'ailleurs, que doivent nous venir les ressources necessaires a l'expansion de nos recherches, a nos publications et a la floraison culturelle qu'elles doivent engendrer de tous cotes >> (Barbeau 1949: 71). Barbeau evoquera meme les ecrits d'Homere pour montrer qu'une nation qui se reapproprie ses traditions peut aboutir a de grandes realisations.
   It is to (sic) the artist to come into contact with our work,
   utilize it and to become great artists themselves like Homer was
   and so many others after him. Homer was simply a folklorist telling
   the epic poems of his own nation and he was among the first we know
   (MCC, fonds Carmen Roy, << Letters involving Marius Barbeau,
   Correspondence 1957-1958 >>).


Ce qui emane de plusieurs textes, conferences et notes personnelles de Barbeau est d'ailleurs ce respect et cette importance qu'il accorde au peuple. Marius Barbeau a une confiance absolue et une grande admiration pour celui-ci. C'est ce qui l'amene a se passionner pour tout, car pour Barbeau, le folklore se retrouve partout. Ce qu'il veut, c'est que ce peuple, riche de savoir, soit reconnu par tous les membres de la societe, urbains comme ruraux, et en particulier par les elites. Les festivals de folklore dont nous parlerons plus loin ne constituent-ils pas des marques Marques may refer to:
  • marque, or brand name
  • Marqués, a surname
  • A Spanish form of Marquis.
  • ''Marques, a tall ship.
 de reconnaissance et de respect du travail TRAVAIL. The act of child-bearing.
     2. A woman is said to be in her travail from the time the pains of child-bearing commence until her delivery. 5 Pick. 63; 6 Greenl. R. 460.
     3.
 de ces porteurs de tradition venus montrer aux citadins la richesse de leur savoir ?

De la meme facon, il concoit difficilement le caractere unilateral des taches que le Musee national lui confie au debut de son mandat, en 1911. Le folklore canadien-francais ne peut pas, selon lui, se dissocier de son travail dans cette institution. Il s'agit d'une seule et meme discipline. Nous pouvons voir la encore, sans aucun doute, sa formation d'anthropologue : toutes les cultures composent le meme ensemble, explique-t-il a Carmen Roy.

Il s'agissait toujours de la meme rengaine : pretendre travailler chez les Indiens du Quebec, quand je sillonnais la province en quete de donnees folkloriques et artisanales. Je m'arretais certes de temps a autre a l'une des reserves indiennes pendant pendant
 or pendent

In architecture, a sculpted ornament suspended from a vault or ceiling, especially an elongated boss (carved keystone) at the junction of the intersecting ribs of the fan vaulting associated with the English Perpendicular style.
 un jour ou deux, mais pas davantage ; en tout cas pas au point de negliger mon ouvrage, juste ce qu'il fallait pour menager les interets du Musee (MCC, Fonds Carmen Roy, <<Les memoires de Marius Barbeau, 1957-1958 >> : 307).

Croyant a la possibilite d'une etude e·tude  
n. Music
1. A piece composed for the development of a specific point of technique.

2. A composition featuring a point of technique but performed because of its artistic merit.
 pancanadienne du folklore et des traditions, Barbeau travaillera a faire valoir et a concilier l'etude de l'ensemble des traditions canadiennes. Dans la meme veine, Patrick Dubois ecrit : << Autant il prona au Quebec le respect de la tradition pour la survivance La Survivance is an expression used by French Canadians denoting the passive survival of francophone culture, typically in the face of Canadian anglophone or Anglo-American hegemony.  de la culture francophone, autant il chercha par divers moyens a interesser le reste du Canada a ce folklore francais, dans le but de combler le fosse separant les deux cultures dominantes du pays >> (Dubois 2003 : 94). Pour Barbeau, les metissages sont souhaitables, voire necessaires pour creer une nation canadienne originale et originelle.

Pour lui, et les textes des nombreux cours donnes en temoignent, l'ethnologie, le folklore et l'anthropologie, bref, les sciences de l'homme, menent inevitablement a une comprehension sensible et concrete du monde present. La connaissance des coutumes, moeurs, langues, contes contes  
n.
Plural of conte.
 et metiers d'un peuple favorise l'interiorisation d'une culture. Souvent subtils, les propos de Barbeau et la fonctionnalite qu'il donne a la discipline sont cependant quelquefois eloquents. Il dit, lors d'une conference intitulee << Folklore canadien >> : << Le fruit de la connaissance de notre folklore sera notre independance nationale, la floraison de notre legitime fierte, le bien-etre, le bonheur de tous dans une culture nationale qui s'acheminera en l'an Mil >> (MCC, fonds Marius Barbeau, 14 septembre 1946). Et le terme national, vu le titre de la conference,

renvoie veritablement au pays entier. Sa conception de la nation est culturelle, elle englobe le Canada dans son ensemble. La se trouve sans doute la reponse a l'interrogation de Patrick Dubois : << Comment peuton alors definir le nationalisme d'un homme qui est considere comme un patriote par les "deux solitudes" qui composent le pays ? >> (Dubois 2003 : 36). Sans conteste, pour Barbeau, l'avenir d'un Canada meilleur passe pas·sé  
adj.
1. No longer current or in fashion; out-of-date.

2. Past the prime; faded or aged.



[French, past participle of passer, to pass, from Old French; see
 par la constitution d'un pays qui prendrait en compte l'ensemble de ses composantes culturelles.

Il percoit ainsi veritablement les contes, legendes, chansons, bref tous les faits de folklore centres alors sur les traditions orales, comme de veritables elements rassembleurs de la culture. Il cite fierement, dans un cours donne a l'Universite Laval en 1945, les propos du Dr Baker, president de l'Empire Club de Toronto, qui evoque a la suite d'une conference de Barbeau ce pouvoir rassembleur des chansons populaires.

Voyez comme nous sommes ici tous ensemble, Quebecois et Ontariens, de joyeux comperes, bras dessus-bras dessous, a chanter chanter: see bagpipe. . Nous ne sommes qu'un pays, qu'une province. Lorsque des orateurs politiques de Quebec (M. Alexandre Taschereau etait leur invite le mois precedent) viennent nous parler de leurs affaires, on est loin d'aussi bien s'entendre. Nous sommes alors deux provinces ; chacune a une maniere differente de voir la politique, le gouvernement. Que Quebec chante donc plus en chansons -- meme en francais -- et plus souvent. Nous nous entendrons mieux (Barbeau 1945 : 78).

Barbeau apprecie et espere ce type de reaction. L'anthropologue croit que l'avenir du Canada est viable a travers l'exploitation de l'intelligence nationale. Il a le souci de rendre au peuple les connaissances qu'il detient. Les nombreuses publications << populaires >>, les festivals de musique de danse et d'artisanat, les emissions de radio et de television en sont temoin, tout comme Carmen Roy d'ailleurs.

Les decouvertes de Marius Barbeau n'ont donc pas ete mises sous cle au profit d'un petit PETIT, sometimes corrupted into petty. A French word signifying little, small. It is frequently used, as petit larceny, petit jury, petit treason.

PETIT, TREASON, English law. The killing of a master by his servant; a husband by his wife; a superior by a secular or religious man.
 groupe d'erudits, ni pour son seul et unique profit. Car tel l'arbre qui rend rend  
v. rent or rend·ed, rend·ing, rends

v.tr.
1. To tear or split apart or into pieces violently. See Synonyms at tear1.

2.
 a la terre La Terre (The Earth) is a novel by Émile Zola, published in 1887. It is the fifteenth novel in Zola's Rougon-Macquart series. The action takes place in a rural community in La Beauce, an area of northern France.  les fruits qu'elle lui a promis de produire, il a rendu a l'informateur le plus doux pollen de la fleur folklorique au cours d'une carriere humaine autant que savante (MCC, fonds Carmen Roy 1959).

Luc Lacourciere ou la volonte de faire valoir une culture canadienne-francaise

Lacourciere a une maniere quelque peu differente de concevoir le folklore. Son nationalisme passe avant tout par la connaissance empirique des faits de culture : << La recherche, l'etude et l'enseignement de nos traditions constituent donc l'un des devoirs de l'heure, et l'un des moyens de promouvoir notre culture distinctive et d'assurer l'unite et le rayonnement de notre Canada >> (AFEUL, fonds Lacourciere, 4 aout 1951) (2). Il faut cependant tenir compte du fait que ses etudes, son bagage personnel et le contexte sociopolitique du Quebec sont sans doute pour beaucoup dans sa perception de la discipline et dans le role qu'elle peut jouer au sein de la societe a laquelle il appartient, soit la societe canadienne-francaise. Le Quebec des annees 1930 est en effet le theatre d'une mutation sociale, evoquee entre autres par les ecrivains et les educateurs lors du Deuxieme Congres de la langue langue  
n.
Language viewed as a system including vocabulary, grammar, and pronunciation of a particular community.



[French, from Old French; see language.]
 francaise au Canada en 1937. L'alarme du peril francophone est sonnee et un nationalisme naissant -- dirige par une certaine elite religieuse et litteraire -- se met timidement en place. C'est dans un contexte d'inquietude, liee a une prise de conscience de la fragilite du fait francais en Amerique du Nord, que Luc Lacourciere elabore son projet de Chaire de folklore et d'archives, qui voit le jour
This article is about the Quebec independence newspaper. For other uses, see Le Jour (disambiguation).


Le Jour (French for "The Day") was a Quebec independence newspaper.
 en 1944. Au fond Au` fond´

1. At bottom; fundamentally; essentially.
, Luc Lacourciere, comme ses contemporains, sont les temoins d'un changement social d'envergure amorce par la modernite et le progres technologique, l'industrialisation rapide et l'urbanisation croissante, mutation qui contribuera a reveler rev·el  
intr.v. rev·eled also rev·elled, rev·el·ing also rev·el·ling, rev·els also rev·els
1. To take great pleasure or delight: She reveled in her unaccustomed leisure.
 une situation de crise face a la disparition -- ou la menace de disparition -- du mode de vie des societes rurales et paysannes. Les nombreux textes mentionnes plus haut ont deja montre, a propos de Lacourciere, sa decouverte de la vulnerabilite de la langue francaise et des faits de culture francophone lors du Deuxieme Congres de la langue francaise. C'est tout ce contexte qui sera la toile toile  
n.
A sheer fabric, such as linen or cotton.



[French; see toil2.]
 de fond de sa conception du folklore et de la reconnaissance academique de cette discipline ; discipline qui, le rappellera-t-il sans cesse et tiendra a le demontrer, est une discipline << scientifique >>. Pour lui, le folklore est un moyen de conserver et de faire valoir le fait francais en Amerique, a la difference de Barbeau pour qui toute creation s'inspirant du passe etait une veritable creation culturelle. Lacourciere recherche re·cher·ché  
adj.
1. Uncommon; rare.

2. Exquisite; choice.

3. Overrefined; forced.

4. Pretentious; overblown.
 l'<< authentique >> passe. D'ailleurs, il insistera beaucoup au cours de sa carriere sur la necessite de l'<< authenticite >> des faits culturels comme outils de prise de conscience nationale. Il explique : << Les renseignements que recueillent les folkloristes canadiens avec methode et piete, forment la matiere d'une veritable etude de l'ame nationale. Vulgarises, ces documents raviveront, dans le coeur du peuple, le Souvenir du passe, ils mettront a l'honneur le devoir Le Devoir is a French-language newspaper published in Montreal and distributed in Quebec and the rest of Canada. It was founded by journalist, politician and nationalist Henri Bourassa in 1910. It is a respected, intellectual, newspaper of record of sorts in Quebec.  de la Fidelite >> (Monnier 11 mai 1946).

La creation de la Chaire de folklore que l'Universite Laval lui confie en 1944 se veut une sorte de reponse au peril de la culture francophone. Titulaire de cette chaire, avec toute la latitude qu'elle lui octroie, il peut alors fonder ce qui, avec Barbeau, lui tient tant a coeur : un centre universitaire pour l'etude du folklore qui serait constitue d'un centre de documentation -- bibliotheque et archives -- et d'un programme academique. Anime an·i·me  
n.
A style of animation developed in Japan, characterized by stylized colorful art, futuristic settings, violence, and sex.



[Japanese, short for anim
 par un sentiment d'urgence, dont la << sauvegarde des traditions >> sera le mot d'ordre, Luc Lacourciere et la petite equipe qui se forme autour de lui se donnent pour mission de faire << un inventaire scientifique et complet du folklore >> et << d'instituer un enseignement >> qui en ferait << valoir toutes les richesses >> afin de rendre << au peuple, dans l'avenir, une partie des biens qu'il [nous] a legues >> (Du Berger 1997). C'est ainsi que l'Ecole des archives est nee, expression qui designe la premiere vague des folkloristes du Quebec, dont le guide scientifique demeure sans conteste Charles-Marius Barbeau. Regroupes autour de Luc Lacourciere, les chercheurs partagent les memes objectifs que le titulaire de la chaire tout en developpant un secteur en particulier. La demarche est motivee par un triple but : cueillette des donnees, conservation (incluant la classification des donnees) et diffusion. Ce mandat de diffusion, lie au titulaire et non au centre lui-meme, prend corps en 1946. Luc Lacourciere fonde en effet et dirige une collection aux editions Fides qui publient la revue revue, a stage presentation that originated in the early 19th cent. as a light, satirical commentary on current events. It was rapidly developed, particularly in England and the United States, into an amorphous musical entertainment, retaining a small amount of  Archives de folklore (3).

Le nationalisme de Lacourciere s'appuie sur le theme de la survivance francaise en Amerique du Nord et s'etend a l'ensemble des populations de langue francaise du continent. Il se fonde egalement sur l'hypothese d'une origine commune commune, in medieval history
commune (kôm`yn), in medieval history, collective institution that developed in continental Europe after the fall of the Roman Empire.
 de ces populations dans la vallee du Saint-Laurent. Lacourciere n'ignore toutefois pas l'apport et l'importance des autres cultures et reconnait les emprunts qu'ont pu leur faire Ies francophones, ce qu'il mentionne, d'ailleurs, dans la presentation du premier numero des Archives de folklore.

Le present recueil est le premier d'une serie qui se propose comme objet d'etude le folklore des Francais d'Amerique, dans son etat actuel, ses sources europeennes, ses creations, ses rapports avec les civilisations indiennes et saxonnes, ses modifications, et dans son caractere indeniable de signe ethnique (Lacourciere 1946 : 7).

Mais il reste que, pour lui, la reference a la nation renvoie au fait francais alors considere en voie de disparition. Aussi faut-il, comme au temps des premiers folkloristes europeens (c'etait d'ailleurs aussi l'avis de Barbeau), recueillir au plus vite et conserver pour le reproduire ce passe << authentique >>, venu de France, meme modifie par ses emprunts aux autres communautes culturelles.

Parlant de l'Universite Laval, il dit lors d'une conference : << Elle veut la travers les etudes de folklore] tout recueillir, tout conserver pour que soit perdurable per·du·ra·ble  
adj.
Extremely durable; permanent.



[Middle English, from Old French, from Late Latin perd
, sur cette terre d'Amerique, la plus belle et la plus humaine de toutes les civilisations >> (Perron Per´ron

n. 1. (Arch.) An out-of-door flight of steps, as in a garden, leading to a terrace or to an upper story; - usually applied to mediævel or later structures of some architectural pretensions.
 8 fevrier 1945). Il se situe la tout a fait dans la ligne des premiers folkloristes occidentaux. Mais pour Lacourciere, a la difference de Barbeau dont la conception du folklore est beaucoup plus englobante, c'est l'objet premier de sa demarche. C'est cette fragilite du fait francais, langue, croyances, coutumes, etc., qui l'eveille a la discipline, le pousse a rencontrer Barbeau << le scientifique >>, Barbeau que sa formation academique, comme nous venons de le voir, porte a etudier la culture de chacune des communautes du Canada, autochtones compris, meme si Ies circonstances scientifiques l'ont d'abord plonge dans sa propre culture avant que, tres vite, il n'incite les autres collectivites a faire de meme.

Carmen Roy : une vision multiculturelle de la nation

L'habitude de consigner con·sign  
v. con·signed, con·sign·ing, con·signs

v.tr.
1. To give over to the care of another; entrust.

2.
 tout ce qu'elle observait et qu'on lui disait des son plus jeune age a certainement predispose pre·dis·pose
v.
To make susceptible, as to a disease.
 Carmen Roy a la carriere de folkloriste et d'ethnologue que l'on connait. << Toutes ces notes, ecrit-elle, m'ont introduite au monde du folklore sans y avoir pretendu >> (Roy 1982 : 10). Des 1948, Marius Barbeau lui offre son premier emploi de folkloriste au Musee national du Canada a Ottawa. Elle lui en sera toujours reconnaissante. Barbeau devient le maitre qui l'initie au folklore et le mentor qui lui transmet la vision d'un Canada dont les multiples composantes ethnoculturelles sont a l'origine d'une nouvelle civilisation, d'une nation canadienne en devenir. D'ailleurs, la creation du Centre canadien d'etudes sur la culture traditionnelle par Carmen Roy en 1970 << was a direct and logical extension of Barbeau's pioneering vision >> (Nowry 1995 : 362).

Si l'influence de Barbeau sur Carmen Roy est entendue, la contribution de cette derniere au developpement de la discipline au Canada n'en est pas moins certaine, originale et distincte. Trop souvent attribue-t-on a Carmen Roy un role de second plan a l'ombre du grand homme qu'a ete Barbeau. Rien n'est plus faux. L'extraordinaire dynamisme et la tenacite de cette femme en font une actrice incontournable de la reconnaissance du folklore et de l'ethnologie en dehors DEHORS. Out of; without. By this word is understood something out of the record, agreement, will, or other thing spoken of; something foreign to the matter in question.  de la seule communaute scientifique, au sein de la fonction publique federale notamment. L'enjeu etait de taille taille: see tallage. . Il etait aussi fondamental. En effet, Barbeau reconnaissait deja l'importance du folklore dans la definition d'une identite nationale -- entendons canadienne. Toute sa demarche d'ethnographe et d'animateur culturel s'en inspire. Carmen Roy, si elle partage avec lui cette vision nationaliste d'un Canada riche de ses differences culturelles et ethniques appele a devenir une grande nation, concentrera davantage son action sur le terrain institutionnel. C'est ainsi que, << neuf ans a peine apres son arrivee [au musee], elle avait convaincu ses superieurs de la necessite de creer un organisme voue a l'etude specifique du folklore >> (Carpentier 1978 : 160). Inscrit au sein du Musee national de l'homme, independant de l'anthropologie et de la sociologie, le folklore acquiert un statut officiel au sein de la fonction publique federale, ouvrant la voie a de nouvelles perspectives de recherche basees sur une societe canadienne multiculturelle en mouvement et en evolution. Le folklore comme discipline scientifique allait faire un pas de geant.

Ce qui est nouveau nou·veau  
adj.
New and different, often fashionably so: "The perfect [Los Angeles] combination: a gas station that is also a nouveau convenience store" 
 avec Carmen Roy, c'est la prise de conscience d'une realite canadienne a la fois demographique, sociologique et culturelle qui correspond a la presence d'une population immigrante de plus en plus influente. La pratique pra·tique  
n.
Clearance granted to a ship to proceed into port after compliance with health regulations or quarantine.



[French, from Old French practique, from Medieval Latin
 du folklore, jusqu'alors centree sur les << peuples fondateurs >>, les deux grands blocs linguistiques au Canada, et leurs traditions respectives, ressemblait davantage a une grande entreprise de collecte et de sauvegarde independante de la realite sociale environnante. Cette pratique de la discipline tentait de repondre a une modernite menacante : << C'est sur l'ensemble des traditions, y compris la langue et la religion, qu'a repose jusqu'ici la survivance francaise sur le bas Saint-Laurent >>, ecrit Marius Barbeau (1949 : 74). Carmen Roy, quant a elle, est convaincue que le folklore peut contribuer a apporter un eclairage sur les mutations et les mouvements de la societe canadienne en meme temps qu'il participe a l'identification, la preservation et la valorisation The valorization of capital is a concept created by Karl Marx in his critique of political economy. The German original term is "Verwertung" (specifically Kapitalverwertung  des multiples objets culturels d'origines et de traditions diverses qui enrichissent et composent le patrimoine national canadien. Elle ne s'embarrasse pas d'une longue reflexion sur la societe canadienne avant de passer a l'action et d'encourager une approche multidisciplinaire face a la culture traditionnelle et << les aspects traditionnels de la mosaique canadienne >> (voir Roy 1973). L'approche est d'autant plus audacieuse que << personne n'etait pret ! >> (Roy 1982 : 13), se plaint-elle. Dix ans avant la politique officielle sur le multiculturalisme de 1971, Carmen Roy commence un projet d'etude << reposant sur un axiome selon lequel la mosaique de la population canadienne presente un complexe de vie culturelle unique >> (Carpentier 1978 : 161). Ce projet, lance parmi ce qu'elle appelle << les societes complexes (neo-canadiennes) >>, s'ecarte de l'approche resolument traditionaliste de Luc Lacourciere et des folkloristes formes (language, music) Formes - An object-oriented language for music composition and synthesis, written in VLISP.

["Formes: Composition and Scheduling of Processes", X. Rodet & P. Cointe, Computer Music J 8(3):32-50 (Fall 1984)].
 a l'Ecole des archives qui, s'ils << possedent tous les outils pour decouvrir des nouveaux documents, [...] sont a peu pres depourvus de moyens quand ils partent a la recherche de connaissances nouvelles qui seraient extraites de ces documents >> (160). Elle s'en explique lors d'une emission de radio ou elle expose ses << vues sur un folklore base sur une societe en evolution >> qui lui valent de nombreuses critiques.

Certes la fievre du nationalisme de ces [societes complexes], les traditions de leur pays d'origine, les sentiments et l'expression de leur exil sont encore tellement vivaces dans leur coeur que la courbe de l'enracinement culturel y est plus manifeste et meritent d'etre enregistrees dans nos archives pendant qu'il en est encore temps. Certes il est interessant pour le folkloriste de comparer ces nouveaux apports culturels aux notres, mais il reste que de suivre l'acculturation, ou le lent envahissement d'un groupe par l'autre ou par les autres l'est bien davantage (4) (MCC, fonds Carmen Roy 1969 : 1-2).

Autant la nation s'enrichit de l'apport de nouvelles cultures, autant le folklore s'affirme comme une discipline ouverte, inclusive, capable de repondre aux grands enjeux de la societe qu'il se propose d'etudier en favorisant une approche multidisciplinaire.

Un folklore vivant : conservatisme et modernisme

Barbeau : Tradition et modernite

Les ecrits et les notes personnelles de Barbeau portent a croire qu'il ne rejette pas du revers re·vers also re·vere  
n. pl. revers also re·veres
A part of a garment, such as a lapel, turned back to show the reverse side.
 de la main le modernisme, comme on a souvent ete tente de le croire. Certes, certains propos vont en ce sens mais nous tenterons ici de mieux comprendre sa position.

Barbeau se demarque. Il comprend les racines du folklore comme etant ancrees et enracinees dans le contemporain. De son point de vue, les racines de toutes les cultures remontent a la surface et doivent etre mises en valeur. C'est, entre autres, de cette facon qu'il conserve l'influence de l'ecole anthropologique. Il a une vision globalisante et, en ce sens, trouve plus difficile de faire une veritable distinction entre culture exotique et endotique. Pour Barbeau, les traditions, les faits folkloriques dans toute leur ampleur ne sont pas des faits passes ou archeologiques mais veritablement des forces latentes et actives. Il y a donc possibilite de les faire emerger. Il expose en conference que, pour lui, le monde est << changeant, industriel et commercial >> et mene parfois a << une decheance industrielle de gout gout, condition that manifests itself as recurrent attacks of acute arthritis, which may become chronic and deforming. It results from deposits of uric acid crystals in connective tissue or joints. , d'initiative privee et de culture >>. Selon lui, la clef clef, in music: see musical notation.
clef

(French; “key” )

Musical notation symbol at the beginning of a staff to indicate the pitch of the notes on the staff.
 est de populariser Noun 1. populariser - someone who makes attractive to the general public
popularizer, vulgariser, vulgarizer

communicator - a person who communicates with others
 et d'etudier ces arts francais et canadiens d'autrefois. Il termine en ajoutant : << Les traditions sont le meilleur passeport du monde vers notre avenir national >> (MCC, fonds Marius Barbeau, 26 aout 1946). Le folklore, pour lui, a sa place partout et doit devenir un outil precieux du developpement culturel, mais aussi economique et politique. Paul Gardner Paul Gardner can refer to multiple people:
  • Paul Gardner (ice hockey) - Canadian ice hockey player
  • Paul Gardner (Australian) - Melbourne Football Club president
 utilise meme le terme << amertume >> pour montrer la crainte de Barbeau envers le processus d'evolution parfois devastateur de la culture moderne mo·derne  
adj.
Striving to be modern in appearance or style but lacking taste or refinement; pretentious.



[French, modern, from Old French; see modern.]

Adj. 1.
 (Gardner, cite dans Dubois 2004 : 31). On a souvent eu tendance a concevoir Marius Barbeau comme un antimodemiste convaincu et ses ecrits rendent bien compte qu'il est tout a fait conscient que le temps Le Temps is one of Switzerland's leading daily newspapers. The French language newspaper is published in Geneva and has editorial offices in Geneva, Lausanne, Berne and Zurich.  est au changement. Cependant, ce qu'il tente plutot de dire, c'est que le folklore, les traditions, ont une place a conserver au sein de cette societe changeante et que la population doit donc y accorder l'importance qu'elle merite.

La conception du folklore de Barbeau ne rejoint qu'en partie celle des premiers folkloristes europeens pour qui les faits traditionnels sont des survivances; le folklore de Barbeau est dynamique et vivant. Il est meme proche de la vision de Saintyves pour qui << le folkloriste [...] s'efforce a son tour de recueillir des faits vivants et de les enregistrer avec precision >> (Saintyves 1936 : 9). Rejoint-il completement la position que prendra ouvertement Van Gennep ? Pour ce dernier, rappelons-le,

[...] ce ne sont pas seulement des restes d'institutions anciennes que [le folklore] etudie, ce qu'on nomme des superstitions ou des survivances, mais aussi des faits actuels, ceux que j'ai propose d'appeler des << faits naissants >> [...]. Voici un cas recent : un de mes amis acquiert une statuette negre ; il constate qu'elle est moderne et porte des traces d'influence europeenne ; il me dit : << Puisqu'elle n'est pas ancienne, je vais la donner comme jouet a ma petite fille >>. Je lui reponds : << Mais non, gardez-la soigneusement ; c'est un exemple direct des modifications actuelles, celles dont nous pouvons saisir le mecanisme, alors que les mecanismes des modifications anciennes, nous ne pouvons les reconstituer que par analogie ou par hypothese >>. Le fait vivant, analysable, vraie matiere de sens, etait ainsi dedaigne (Van Gennep 1924 : 30-33).

Si, pour Barbeau, les faits etudies par le folklore sont des faits vivants, c'est aussi parce qu'ils sont le resultat d'incessantes modifications. L'etude de ces faits constitue donc une maniere de comprendre le present. Barbeau non plus ne concoit pas le folklore comme la preservation des survivances, mais bien plutot comme l'etude du fait vivant, du fait qui se modifie sans cesse et qui marque donc l'identite presente. Il ecrit en 1937, dans l'ouvrage intitule in·tit·ule  
tr.v. in·tit·uled, in·tit·ul·ing, in·tit·ules Chiefly British
To give a designation or title to (a legislative act, for example).
 Quebec, ou survit l'ancienne France : << "Survivance" n'est pas le bon mot bon mot  
n. pl. bons mots
A clever saying; a witticism.



[French : bon, good + mot, word.
 puisqu'il s'applique a ce qui dure apres la mort >> (Barbeau 1937 : 1). Pour lui, la tradition ne meurt pas. Elle se nourrit de ce qui parseme son chemin et evolue ainsi pour mener a cette tradition vivante, si riche a ses yeux. Il ecrit a ce sujet : << En sa presence, ou qu'elle se trouve, nous constatons qu'elle est faite de conservatisme et de changements, en opposition l'un a l'autre, mais operant operant /op·er·ant/ (op´er-ant) in psychology, any response that is not elicited by specific external stimuli but that recurs at a given rate in a particular set of circumstances.

op·er·ant
adj.
 conjointement suivant des lois qui lui sont propres >> (MCC, fonds Marius Barbeau, 17 septembre 1952). En resume : << Folklore is a thing essentially alive, variable, containing much beauty and much ugliness >> (MCC, Fonds Carmen Roy, << Entrevue CBC (1) (Cell Broadcast Center) See cell broadcast.

(2) (Cipher Block Chaining) In cryptography, a mode of operation that combines the ciphertext of one block with the plaintext of the next block.
 [Radio-Canada], Marius Barbeau 1957-1971 >>).

Nul doute que Barbeau ne soumette a l'investigation le present autant que le passe. La tradition est vivante, elle renait en chaque instant et, tout comme pour Van Gennep, elle est aussi creation. Creation qui, necessairement, doit puiser dans le fonds culturel commun qu'est son folklore. C'est encore dans ses notes de cours de 1945 qu'il insiste sur cette necessaire inspiration du passe d'un peuple pour que ce peuple cree de veritables oeuvres d'art:

Les yeux fixes sur un nouvel ideal, nous devons ameliorer le sort de notre coin de pays, dans la sphere restreinte relevant de notre juridiction, de notre pouvoir. Que nos jeunes musiciens s'inspirent des themes folkloriques recueillis, publies, ou qu'ils decouvrent eux-memes parmi le peuple. Que leur imagination, leur style et leur souffle souffle /souf·fle/ (soo´f'l) a soft, blowing auscultatory sound.

cardiac souffle  any cardiac or vascular murmur of a blowing quality.
 createur les menent loin dans une carriere aventureuse. Une fois leur heure venue, on pretera l'oreille a leurs creations nouvelles. Ils deviendront des maitres (Barbeau 1945 : 79).

Il s'adresse de meme aux sculpteurs et aux peintres, car << par leur entremise on apprendra les traits, les qualites distinctes de notre pays ! >>, ainsi qu'aux litterateurs (79). La encore, il rejoint Van Gennep qui ecrivait, en 1924, a propos des chansons et de la musique La Musique is a private institution established in 1985 in Paarl, South Africa. External links
  • Official Site
 : << [...] le folkloriste en etudie la formation et la diffusion dans un milieu particulier, celui-la meme ou vinrent puiser des inspirations Chopin, Schumann et d'autres musiciens individuels >> (Van Gennep 1924 : 30). Et cette position quant a la richesse du passe qui doit constamment nourrir le present n'est d'ailleurs pas recente.

Festivals de folklore et Mardis universitaires

Le modernisme de Marius Barbeau se fait deja remarquer en 1927, lors du Festival de folklore tenu au Chateau Frontenac dont il est un des principaux organisateurs. A cette occasion, des pieces de vetements tout a fait caracteristiques de la vision plutot moderne de Barbeau sont presentees. Ainsi, Madame F.-X. Cimon, de Baie Saint-Paul, y expose des pieces d'inspiration traditionnelle de par leurs tissus et leurs motifs, mais plutot de derniere tendance de par leur coupe. Ces pieces de vetements feminins sont d'ailleurs vendues par la chaine de renom Holt Renfrew Holt Renfrew is a chain of high-end Canadian department stores. It is comparable to Barneys New York[1] and Saks Fifth Avenue[2] in the United States, and to two other upmarket chains owned by the same family, Britain's Selfridges and Ireland's Brown Thomas. , ce qui ravit Barbeau : le present, et donc le moderne, est en parfaite continuite avec la tradition. On ecrit a propos de ces pieces

Madame F.X. Cimon and her daughter, of Baie St. Paul St. Paul

as a missionary he fearlessly confronts the “perils of waters, of robbers, in the city, in the wilderness.” [N.T.: II Cor. 11:26]

See : Bravery
, Charlevoix, are famous for their fabrications domestiques (sic). The sofa cushions were theirs, as were the most charming sers in various sort colors, of hat, bag and scarf. Madame's daughter (sic) were young women well versed in the mode, although she herself was entirely of the old school. Doubtless they were responsible for the smart suitability for modem Summer costume of the hat, scarf and bag sets that proved such a popular medium for the homespun (MCC, fonds Marius Barbeau, << Press clippings and comments >>).

[FIGURE 1 OMITTED]

Pour Barbeau, on le voit, creer c'est puiser dans l'humus de la tradition, c'est s'en inspirer pour, certes, conserver l'essence des savoirfaire et savoir-dire, mais c'est aussi pour actualiser les mediums, leur permettre d'etre << de leur temps >>.

A l'aide d'expositions -- comme celles tenues ici au Chateau Frontenac, lors des Festivals de 1927-28 -- et d'ecrits sur nos artisans, la connaissance et l'appreciation de nos arts populaires ou professionnels gagnerent beaucoup de terrain. Et, avec le temps, cet aspect finira par prendre la place, dans notre histoire, qu'il occuperait depuis longtemps dans un pays plus cultive (Barbeau 1945 : 27).

Barbeau a deja une vision avant-gardiste de son domaine. En ce sens, on peut veritablement le voir comme un animateur de folklore, un agent culturel (folklorique) avant son temps. Pour lui, le folklore s'applique a tout et pour tous.

Par l'intermediaire des conferences connues sous la denomination Denomination

The stated value found on financial instruments.

Notes:
This term applies to most financial instruments with monetary values. The denomination for bonds and securities would be face value or par value.
 de mardis universitaires, Barbeau, la encore, voulait faire connaitre les arts traditionnels tout en sensibilisant l'elite universitaire a la pertinence de telles etudes dans leurs facultes. Le 22 mars 1950, au lendemain d'une conference donnee don·née  
n.
1. A set of literary or artistic principles or assumptions on which a creative work is based: "He worked outward from the donnée toward the expression of some general theme or idea" 
 dans ce cadre, un article mentionne que les pieces presentees prenaient place dans trois spheres : le tissage rustique, le tissage moderne et le tapis. D'entree de jeu, une place est faite a l'actualisation d'une pratique passee. Barbeau presente meme << un art nouveau art nouveau (är' nvō`), decorative-art movement centered in Western Europe.  au Canada, celui de la tapisserie >> (MCC, fonds Marius Barbeau, 22 mars 1950). Constituees de veritables enquetes orales en direct, ces rencontres consistaient en quelques demonstrations techniques des artisans. Fait a noter, les mardis universitaires rappellent, en quelque sorte, les Veillees du bon vieux temps. Le contexte de presentation est cependant different. Cette fois, on invite directement le peuple dans l'enceinte universitaire. C'est l'elite qui doit << reapprendre >>, se << re-approprier >> sa culture aupres du populaire qui en detient toute la richesse. Plus que tout, de tels evenements etaient l'occasion, pour Barbeau, d'enqueter avec certains porteurs de savoirs en ayant derriere lui un auditoire passionne et receptif. Il evoque dans ses memoires les mardis universitaires, ces conferences donnees dans le courant Cou`rant´   

a. 1. (Her.) Represented as running; - said of a beast borne in a coat of arms.
n. 1. A piece of music in triple time; also, a lively dance; a coranto.
2.
 des annees 1950.

Les << mardis universitaires >> assidument frequentes par le public, marquerent le point culminant de ces cours de francais que je donnais chaque annee sur le folklore [...]. Cette serie qui dura quelques annees, apporta au public de Quebec beaucoup de renseignements sur le folklore qui devint du fait plus populaire, mieux connu (MCC, Fonds Carmen Roy, <<Les memoires de Marius Barbeau, 1957-1958 >> : 307).

Luc Lacourciere, l'authentique

Pour Lacourciere, le folklore a une resonance quelque peu differente, fortement marquee, comme il a ete dit plus haut, par le contexte ideologique et politique de son epoque.

Folklore canadien : folklore francais pieusement conserve tel quel
This article is about the French journal. For the Moroccan weekly, see TelQuel.


Tel Quel (in English "as is") was an avant-garde journal for literature, founded in 1960 in Paris (Éditions du Seuil) by Philippe Sollers.
 comme un bijou de famille, mais souvent aussi, transforme, augmente par notre peuple, heritage de notre vieille et chere France, de la feodalite, de sa paysannerie, de ses dames et jouvenceaux, mais rajeuni chez nous par le grand souffle vierge du pays neuf et plein de berceaux, de forets et de rivieres, d'angoisses et d'aventures (Lacourciere 1947 : 5).

On le voit tres bien, le discours de Lacourciere est beaucoup plus marque par l'influence francaise que celui de Barbeau : il faut avant tout recueillir et conserver le folklore des francophones d'Amerique pour << maintenir sur cette terre d'Amerique la civilisation de ses premiers decouvreurs et conquerants >> (12). Lacourciere entend le folklore comme << une science pacifique, (desinteressee) qui veut savoir ce qui a ete et ce qui est et pour quelles raisons il en fut et en est ainsi >> (AFEUL, fonds Lacourciere, 6 fevrier 1950).

Toutefois, tout comme Barbeau, Lacourciere demeure homme de son temps, conscient des modifications qui se jouent, bien malgre lui, dans les valeurs de la societe. Il admet donc que << la fidelite a la tradition n'exige pas que nous revenions a l'eclairage a la chandelle chan·delle  
n.
A sudden, steep climbing turn of an aircraft, executed to alter flight direction and gain altitude simultaneously.

intr.v. chan·delled, chan·dell·ing, chan·dells
To execute a chandelle.
 mais [qu']il y a un equilibre a conserver et [que] l'erreur est grande de tout demolir au nom d'un progres pour remplacer par de la pacotille >> (AFEUL, fonds Lacourciere, 7 fevrier 1945). Cette recherche de l'equilibre se fait donc sentir chez les deux folkloristes.

Luc Lacourciere attache ATTACHE. Connected with, attached to. This word is used to signify those persons who are attached to a foreign legation. An attache is a public minister within the meaning of the Act of April 30, 1790, s. 37, 1 Story's L. U. S.  cependant une importance peu commune au caractere << authentique >> des faits folkloriques. << L'authentique >>, c'est le << vrai >>, le << pur >>, tout ce qui etait autrefois reellement en usage dans la vie courante courante

(from Latin currere, “to run”) Court dance of the 16th century, fashionable in European ballrooms into the 18th century. It was originally performed with small back-and-forth springing steps, which later became stately glides.
, et non une approximation de ces modes de vie. Aux nombreuses demandes de renseignements faites a l'institution des Archives de folklore, Lacourciere repond clairement : << Nous essayons toujours de rechercher l'authentique dans les danses comme dans les chansons. Notre but est donc assez different des organisations

de loisirs qui se presentent sous le nom d'equipes folkloriques et dont le but est de s'amuser quelle que soit la provenance prov·e·nance  
n.
1. Place of origin; derivation.

2. Proof of authenticity or of past ownership. Used of art works and antiques.
 de leurs danses >> (AFEUL, fonds Lacourciere, 21 decembre 1959). Pour lui, le terme folklore ne doit pas etre automatiquement associe a tout ce qui est populaire ; et populaire a bien le sens, ici, de tout ce qui circule dans le peuple et lui plait. Lacourciere est d'ailleurs moins proche du peuple que Barbeau ; il n'est pas ce que l'on pourrait appeler un homme d'application concrete. C'est souvent aux elites qu'il s'adresse d'abord ; il demeure un scientifique qui voudrait profondement sensibiliser l'elite intellectuelle a l'importance du folklore. On decotivre par exemple dans ses archives un document intitule << Autres personnes qui ne comprennent pas le folklore et qui en ont mal parle >> (AFEUL, fonds Lacourciere, << Cours de folklore >>), qui temoigne bien de l'importance qu'il accorde a l'utilisation adequate du terme << folklore >> par les elites, tant universitaires que litteraires ou artistiques. Pour lui ce document est un aide-memoire ou tout est note : l'auteur du propos, ecrit ou oral, qu'il desavoue, le motif de son desaccord et les commentaires qu'il entend faire a ce qu'il considere etre une mauvaise interpretation. Il nous est egalement donne de constater que Lacourciere pratique souvent une dichotomie (5) entre << vrai >> et << faux >> folklore, ce que l'on constate par exemple dans ce qu'il ecrit a un journaliste, en reponse au choix d'une troupe de danse destinee a presenter la danse "La Danse" (The Dance) is a painting created by artist William-Adolphe Bouguereau around 1850 (1856?).. See also
William-Adolphe Bouguereau gallery External links
  • William-Adolphe Bouguereau at the Web Museum
 traditionnelle dans un document cinematographique consacre a la carriere de Marius Barbeau.

Le seul fait de choisir ce groupe, meme pour une sequence de tres courte duree, dans un documentaire destine des·tine  
tr.v. des·tined, des·tin·ing, des·tines
1. To determine beforehand; preordain: a foolish scheme destined to fail; a film destined to become a classic.

2.
 a illustrer la recherche folklorique de Monsieur Barbeau, est de nature a augmenter une confusion deja trop repandue dans le public urbain entre le vrai et le faux folklore. [...] Il suffit, pour en avoir la preuve, de te renvoyer a la publicite de ce meme organisme qui, entre autres choses, annonce des nouvelles danses canadiennes sur les rythmes de valses mexicaines. Cela peut etre divertissant pour des groupes de jeunes, mais c'est quand meme ce que l'on appelle du << fake-lore >> (AFEUL, fonds Lacourciere, 4 mars 1959).

Mais la encore, il importe de reporter Lacourciere dans son epoque. Luc Lacourciere et les Archives de folklore auront donc une influence importante sur la perception du folklore par la population. Puisqu'elle est la premiere et la seule institution de recherche folklorique du Quebec, une profusion de demandes de renseignements est acheminee aux Archives. Par exemple, en 1948, lorsque Jacques Labrecque prepare un camp de folklore et d'art dramatique, il demande des suggestions a Luc Lacourciere. Ce dernier repondra, par l'intermediaire de la secretaire generale de l'Institut d'arts populaires : << Quant aux suggestions que je pourrais vous faire, elles se resument en deux mots : authenticite et beaute. J'ai deja eu l'occasion de discuter ce point avec M. Labrecque. Ce me semble d'ailleurs celui qui a le plus de chance de succes parce qu'il repose sur des connaissances precises de la tradition populaire >> (AFEUL, fonds Lacourciere, 26 juin 1948) (6). Le respect des traditions << authentiques >> est donc un element caracteristique de la vision de Lacourciere, ce qui le differencie sensiblement de Barbeau qui, de son cote, accepte dans certaines conditions que le folklore, a defaut d'etre authentique, soit populaire. Et, par populaire, Barbeau entend bien ce qui appartient au peuple et ce qui lui revient, ce qu'il produit, qu'il utilise et qui correspond a son mode de vie, ce qui fonde son identite.

En ce sens, Lacourciere entretient des sentiments tres mitiges vis-a-vis des medias modernes. En parlant de l'influence de la radio, il ecrit : << On entend chanter n'importe quoi a la journee longue. Alors on sent moins le besoin de chanter soi-meme et lorsqu'on le fait, on repete ce que la radio nous a appris. Et ce n'est pas toujours du meilleur gout >> (AFEUL, fonds Lacourciere, << Enseignement, notes de cours >>). A cet effet, n'est-il pas justifie de se demander ce que Barbeau et Lacourciere penseraient actuellement des groupes quebecois tels << Les Batinses >> ou << La Bottine souriante >>, groupes dits de musique traditionnelle ou d'inspiration traditionnelle ? Ces groupes qui integrent de nouveaux instruments de musique et puisent dans de nouveaux repertoires interpelleraient Barbeau et Lacourciere. Sans doute, Barbeau serait plus ouvert, plus receptif a ces types d'emprunts, tandis que Lacourciere condamnerait peut-etre davantage ce bricolage bri·co·lage  
n.
Something made or put together using whatever materials happen to be available: "Even the decor is a bricolage, a mix of this and that" Los Angeles Times.
 musical.

Pour Lacourciere, le folklore << authentique >> se fait de plus en plus rare. Comme il lui attribue un caractere quasi [Latin, Almost as it were; as if; analogous to.] In the legal sense, the term denotes that one subject has certain characteristics in common with another subject but that intrinsic and material differences exist between them.  sacre, ouvrir la voie a l'inauthentique est inquietant, voire menacant, parce qu'incontrolable. Forte d'une reconnaissance presque internationale, l'etude du folklore au niveau universitaire est pour Lacourciere d'une importance majeure. A l'instar de Barbeau, il y voit une discipline integrative affectant toutes ies disciplines des sciences humaines et sociales.

Lacourciere semble avoir consacre beaucoup d'efforts et d'energie a la justification de l'etude du folklore. Il doit deja se battre contre le caractere de plus en plus pejoratif attribue au terme. Il ecrit, dans une rubrique intitulee << Quelques reflexions formulees au cours d'insomnies causees par des inquietudes grandissantes sur l'avenir des Archives de folklore >> :
   ... il ne faut pas se le cacher, il y a la un probleme central qui
   pourrait se resumer en cette reflexion d'Hamlet <<To be or not to
   be folklorist >>. Le probleme d'une appellation. Etre le dernier
   survivant actif de l'epoque de la fondation des Archives de
   folklore n'est pas un titre tres enviable (AFEUL, fonds
   Lacourciere, << Semaine ethnographique >>).


Fidele a sa recherche de << l'authentique >>, il sera de ceux qui n'accepteront pas la decision internationale qui, en 1955, proposera que les termes trop ambigus de folklore ou d'arts et traditions populaires soient remplaces par celui d'ethnologie, << complete des attributs de regionale ou nationale, chaque fois qu'on voudra de cette facon distinguer l'etude des peuples dits historiques et celle des peuples sans histoire ecrite >> (7). Il n'est qu'a se reporter a sa communication << L'etude de la culture : le folklore >>, prononcee en 1962 et transcrite dans Recherches sociographiques.

Est-ce a dire qu'il faille abandonner le mot << folklore >> aux profanes et lui substituer, comme certaine ecole l'a fait en France, le mot ethnographie pour decrire la demarche scientifique du specialiste de la tradition ? Pour ma part, je ne le crois pas. Cela ne fait que deplacer le probleme vers un autre mot dont l'evolution semantique n'est pas non plus completement fixee. Contentons-nous de constater qu'actuellement les mots folklore et ethnographie sont employes concurremment (Lacourciere 1962: 257).

Qu'aurait fait Barbeau s'ii avait ete a la direction de la Chaire de folklore ? Lui qui, deja dans les annees 1930, reconnaissait a propos de la tradition, et pour reprendre ce qui a ete dit un peu plus haut, qu'<< en sa presence, ou qu'elle se trouve, nous constatons qu'elle est faite de conservatisme et de changements, en opposition l'un a l'autre, mais operant conjointement suivant des lois qui lui sont propres >> (Barbeau 1937: 1).

Bref, Barbeau a une vision plus holiste de la discipline. Il croit a son utilisation par les modernes. D'une autre maniere, Lacourciere tente de montrer a quel point est important le lien etroit entre la culture au present et le respect du passe, meme s'il reconnait que des elements de modernite facilitent son travail : << Ce qui nous reconcilie avec notre epoque c'est qu'elle a aussi invente des techniques qui permettent de conserver ce que, par ailleurs, elle semble s'acharner a detruire >> (AFEUL, fonds Lacourciere, 9 fevrier 1965). Barbeau et Lacourciere concoivent le folklore comme un tout accessible a tous et connu de tous, domaine qui se devait de devenir a tout prix un objet d'etude universitaire.

Conception de la discipline : contacts, demarches et methodes

Pour reprendre les definitions de Barbeau sur l'ethnographie et l'ethnologie, << la premiere se rapporte au sujet observe, la deuxieme repose sur la premiere, mais elargit le champ d'action en s'interessant surtout aux generalisations, a l'ensemble des particularites >> (MCC, fonds Marius Barbeau, aout 1945). Le folklore, lui, renvoie aux << traditions orales, qu'elles soient anciennes et qu'elles soient transmises sous une forme plus ou moins arretee, ou encore vivantes et plus ou moins informes >> (MCC, fonds Marius Barbeau, aout 1945). Le folklore est intimement lie a quasiment tous les champs de la vie sociale. << En ce domaine champetre qui va de pair avec celui du village et de la ville, on trouve la chanson chanson

(French; “song”)

French art song. The unaccompanied chanson for a single voice part, composed by the troubadours and later the trouvères, first appeared in the 12th century.
 populaire, le conte conte  
n. pl. contes
1. A short story or novella.

2. A medieval narrative tale.



[French, from Old French conter, to relate, recount; see count
, la legende, la danse, les jeux, les rimettes, les proverbes, les recettes et tout ce qui tient de l'intelligence, du souvenir, de la parole et du gout pour le plaisir et l'entrain de la societe >> (Barbeau 1964 : 16). Lacourciere n'en est finalement pas tres loin : << [...] le domaine de la science, de cette science aujourd'hui, du folklore, l'objet, son objet materiel, c'est la vie populaire dans son ensemble, toute l'etude de la vie populaire >> (AFEUL, fonds Lacourciere, 1er avril 1949). Pourtant Lacourciere, par son grand souci de rigueur de ri·gueur  
adj.
Required by the current fashion or custom; socially obligatory.



[French : de, of + rigueur, rigor, strictness.
 et sa volonte forte de demontrer, de justifier le folklore comme une discipline scientifique a part entiere, cherche a determiner des caracteristiques bien precises qui permettent de distinguer ce qui est folklorique de ce qui ne l'est pas. Neuf criteres lui paraissent essentiels meme si, de son aveu meme, << a aucun moment, [...] un fait de folklore [ne] repond a tous ces caracteres [...] de l'ensemble de ces caracteres on deduit ce qui est folklorique de ce qui ne l'est pas >> (AFEUL, fonds Lacourciere, 1er avril 1949). Est folklorique ce qui:

* est traditionnel, c'est-a-dire transmis (par la parole ou le geste geste  
n.
Variant of gest.
)

* est collectif

* est anonyme

* possede un caractere de variabilite

* est vivant

* peut se comparer a d'autres faits folkloriques universels

* est fonctionnel, <<c'est-a-dire que chaque detail a son sens >>

* puise ses sources dans l'oralite

* est une discipline au carrefour d'autres sciences humaines et sociales comme l'histoire, la geographie humaine, l'histoire litteraire, la sociologie, le droit Le Droit (established on March 27, 1913) is a Canadian daily newspaper, published in Ottawa, Canada and is operated by Gesca since 2000. History
The newspaper was launched at that period as a tool to condemn Bill 17, an Ontario legislation that abolished education
, et meme<< presqu'avec toutes les autres sciences >> (AFEUL, fonds Lacourciere, 1er avril 1949).

C'est a Lacourciere que l'Universite Laval confie la Chaire de folklore en 1944. Il n'en reste pas moins que Barbeau restera toujours la reference scientifique pour toute l'equipe, celle de l'Ecole des archives, qui travailla avec Lacourciere. Barbeau peut etre considere comme le co-fondateur de ces Archives. Lacourciere dira d'ailleurs a son propos : << his argument on Folklore was too important to leave it outside the University, and that was quite a new idea at this time. No other Canadian University had folklore archives or folklore lectures >>(MCC, fonds Marius Barbeau, 23 mars 1971).

Meme si les deux hommes se retrouvent sur beaucoup de points quant a la conception de la discipline, ils eprouvent neanmoins de la difficulte a s'entendre sur la denomination que porteront la Division et les Archives de folklore qu'ils desirent fonder. Le premier insiste pour que l'appellation porte l'etiquette geographique. Barbeau raconte : << Luc, pour sa part, insista vivement sur l'appellation Folklore canadien-francais ou Folklore ... joint a un autre mot pour preciser non seulement le lieu Coordinates:  Le Lieu is a municipality in the canton of Vaud in Switzerland, located in the district of La Vallée de Joux.  de la division a l'Universite Laval mais egalement le nom de la publication a laquelle nous songions >> (MCC, fonds Carmen Roy, << Les memoires de Marius Barbeau, 1957-1958 >>). Barbeau juge qu'ils ne sont pius novices et que le prestige dont ils jouissent depuis quelques annees leur permet d'etre places sur un pied d'egalite avec la France La France was a single that was released by Dutch popgroup BZN in 1986. It is about a man and woman who met and fell in love while in France. , les Etats-Unis ou d'autres pays. Barbeau reve par contre, pour la collection des volumes de recherche, d'un titre plus attrayant, moins << incolore >>. Il ecrit, le 26 janvier 1946, dans une lettre a Lacourciere : << Folklore est deja, pour des gens gens (jĕnz), ancient Roman kinship group. It was the counterpart of what is known in other societies as a patrilineal clan or sib, and the word has been used in social science as a generic term for such groupings.  prejuges, une poussiere d'antan. Ce terme abstrait n'est d'ailleurs pas entierement dans l'esprit toujours concret [...] On y parle d'une chose, non pas d'une abstraction >> (AFEUL, fonds Lacourciere, 26 janvier 1946). Lacourciere lui repondra : << Bien que le titre Archives de Folklore soit terne terne  
n.
Terneplate.
, je crois qu'il ne faut pas trop preter l'oreille aux qu'en-dira-t-on. La publication vaudra par les travaux qui y seront presentes. Ce sont eux, en definitive, qui permettront de porter un jugement >> (AFEUL, fonds Lacourciere, 29 janvier 1946). Centre de recherche et collection de volumes de recherche s'appelleront finalement tous deux << Les Archives de folklore >>.

Contacts

Meme si Barbeau et Lacourciere, profondement marques par leur propre conception du folklore, lui-meme inscrit dans des contextes differents, ont tous deux a coeur le developpement de la discipline par un reseau ré·seau or re·seau  
n. pl. réseaus or réseaux
1. A net or mesh foundation for lace.

2. Astronomy
 d'echanges avec les scientifiques etrangers, leurs contacts different. Sans conteste, Barbeau demeure profondement influence par les concepts, methodes et theories anthropologiques de la culture. Ses etudes a Oxford ont favorise certaines idees conceptuelles et theoriques qui le differencient de Luc Lacourciere. De la meme facon, on ne peut nier l'influence des cours de Marcel Mauss Marcel Mauss (May 10, 1872 – February 10, 1950) was a French sociologist best known for his role in elaborating on and securing the legacy of his uncle Émile Durkheim and the Année Sociologique.  sur la conception de la discipline de Barbeau.

Barbeau a un reseau de contacts large et diversifie. Loin de se restreindre aux folkloristes francais, il collabore abondamment avec les folkloristes et anthropologues anglophones canadiens et americains. Rien d'etonnant a cela, puisqu'il est d'abord anthropologue et que c'est Boas Bo·as   , Franz 1858-1942.

German-born American anthropologist who emphasized the systematic analysis of culture and language structures.
 lui-meme qui le guide vers la collecte des recits oraux francophones dans sa propre culture canadienne. Rien d'etonnant non plus, puisque Boas est de son cote directeur de l'American Folklore Society et du Journal of American Folklore, direction qu'il delegue a Barbeau des 1918. Barbeau veut neanmoins faire valoir la discipline telle qu'il la concoit au Canada francais. Par exemple, en plus de nombreux articles, il prepare dix numeros thematiques canadiens, ecrits en francais, pour le Journal of American Folklore.

Si les contacts de Barbeau s'etendent autant aux Etats-Unis qu'en Europe, Luc Lacourciere, lui, correspond surtout avec des folkloristes francais. Ainsi il ecrit, dans une lettre adressee a Roger Lecotte en 1959 : << Laissez-moi d'abord vous dire que la triste triste  
adj.
Sad; wistful.



[Middle English, from Old French, from Latin tristis.]

triste
Adjective

Old-fashioned sad [French]
 nouvelle de la mort du maitre Patrice Coirault nous a surpris et peines profondement. Il etait avec Arnold Van Gennep Arnold van Gennep (23 April, 1873 - 1957) was a noted French ethnographer and folklorist.

He was born in Ludwigsburg, Germany. At the age of six his widowed mother married a French doctor who moved the family to Savoy.
 et Paul Delarue l'un des trois maitres francais contemporains dont les oeuvres ont le plus marque l'orientation de notre centre de recherche >> (AFEUL, fonds Lacourciere, 14 mars 1959). La encore, il ne faut pas oublier que la toile de fond des recherches sur le folklore canadien-francais reste la precarite de la langue et donc de la culture dans un pays ou le francais est minoritaire. La reference a cette epoque n'est-elle pas : << La langue gardienne de la foi >> ? Rien d'etonnant alors a ce que Luc Lacourciere entretienne de constantes relations avec certains membres du clerge, notamment ceux du monde universitaire. Il developpe aussi une profonde amitie envers Paul Delarue, specialiste du conte populaire francais ; mais Lacourciere est un litteraire, on le sait, et son objet d'etude privilegie restera toujours la litterature orale. Il correspond aussi beaucoup avec de nombreux folkloristes francophones : Patrice Coireault ; Henri-Irenee Marrou, President de l'Institut Scientifique franco-canadien a la Sorbonne ; Roger Lecotte, de la Federation folklorique d'Ile-de-France ; Charles Joisten, du Musee departemental des Hautes-Alpes au Centre alpin de recherche et d'information folkloriques ; Andre Varagnac, Conservateur au Musee des Antiquites Nationales ; et il a meme quelques contacts avec Georges Henri Riviere ri·vière  
n.
A necklace of precious stones, generally set in one strand.



[French rivière (de diamants), river (of diamonds), from Old French rivere, from Vulgar Latin
 qui, pourtant, contribua tant au passage, en France, du folklore a l'ethnologie. Ses contacts avec les Americains demeurent nettement moindres : Alan Dundes Alan Dundes, (September 8 1935 – March 30, 2005) was a folklorist at the University of California, Berkeley. His work was said to have been central to establishing the study of folklore as an academic discipline. , professeur au departement d'anthropologie de l'Universite de Californie a Berkeley ; Richard Dorson, au Folklore Institute de l'Universite d'Indiana ; Joseph Medard Carriere, professeur au departement de francais de l'Universite de Virginie. Mais, pour lui, ne faut-il pas d'abord elaborer un folklore d'urgence pour la francophonie avant de s'engager vers un folklore pancanadien comme l'a fait Barbeau ? Il ne faut donc pas s'etonner que les idees et travaux des folkloristes francais aient profondement marque ses propres travaux et recherches.

Influence sans doute par son maitre Barbeau, l'idee de creer une Corporation des Folkloristes canadiens (8) germe dans l'esprit de Lacourciere en 1945. L'organisation, repartie selon les trois degres des anciennes corporations de metiers, maitres, compagnons et apprentis, aurait pour intention de << grouper grouper, common name for a large carnivorous member of the family Serranidae (sea bass family), abundant in tropical and subtropical seas and highly valued as food fish.  toutes les personnes qui s'occupent des traditions populaires ; etablir des contacts entre les differents folkloristes qui actuellement travaillent isolement ; former de nouveaux adeptes a la science du folklore >> (AFEUL, fonds Lacourciere, 15 mars 1945). Elle serait patronnee par Notre-Dame-de-la-Recouvrance et viserait une adhesion de 140 specialistes. Un article de l'Action catholique explique d'ailleurs, l'annee suivante, la visee reunificatrice de l'entreprise : rassembler des folkloristes << non seulement dans la province et le Canada, mais partout dans le monde. Le folklore a un caractere universel, dit Marius Barbeau >> (AFEUL, fonds Lacourciere, 25 novembre 1946).

Ce qui reste neanmoins du travail infatigable de Lacourciere, c'est ce lien etroit qu'il entretient avec la France, la mere patrie, lieu des origines. De maniere plus imagee, on peut penser a un cordon cor·don  
n.
1. A line of people, military posts, or ships stationed around an area to enclose or guard it.

2. A cord or braid worn as a fastening or ornament.

3.
 ombilical entre Lacourciere et les folkloristes francais desquels il se nourrir, tout comme il se nourrit de Marius Barbeau. Barbeau, quant a lui, entretient une foule de contacts avec les Canadiens-francais, les Canadiens-anglais, les Amerindiens, les Irlandais, les Ecossais, etc.

Demarches et methodes

<< Ou recueillir du folklore ? >> interroge Barbeau lors d'une conference tenue en 1923. Et il enchaine immediatement :

partout serait la reponse, si on pouvait jamais esperer d'etudier le sujet a fond. Les villes, les campagnes, ici, ailleurs ont leur folklore. Comme il est impossible d'aller dans ce domaine incommensurable in·com·men·su·ra·ble  
adj.
1.
a. Impossible to measure or compare.

b. Lacking a common quality on which to make a comparison.

2. Mathematics
a.
, il est bon de diriger ses efforts vers les endroits les plus aptes a procurer les meilleurs materiaux avec le moindre effort. Dans ces regions, rangs isoles, ou les coutumes se conservent [...] (MCC, fonds Marius Barbeau, 6 fevrier 1923).

Cet extrait montre bien sa vision quant aux lieux de folklore : tous Ies lieux, autant urbains que ruraux, sont temoins ou empreints de faits folkloriques. Toutefois, comme il le souligne lui-meme, etant donne l'incommensurabilite du domaine, il est plus pertinent et important de s'attarder aux campagnes, regions et rangs isoles. << Le folklore proprement dit est plutot rural ou rustique, analphabete mais non ignorant ; autrement dit, illettre mais non depourvu de gout >> (Barbeau 1964 : 16).

Barbeau, on l'a vu, prone le travail de terrain: << personal investigation in the field by trained observers is the only satisfactory method of obtaining good and extensive results >> ecrit-il deja en 1918 (Barbeau dans Du Berger 1973 : 156-169) (9). En cela, il est tres proche de Bronislaw Malinowski Noun 1. Bronislaw Malinowski - British anthropologist (born in Poland) who introduced the technique of the participant observer (1884-1942)
Bronislaw Kasper Malinowski, Malinowski
. Il fait, en quelque sorte, de l'ethnologie regionale. Pour lui, c'est au niveau des regionalismes que les differences se font sentir. Sa formation en anthropologie le mene a etudier l'homme dans les microsocietes. En ce sens, on peut encore ici voir une ressemblance avec Van Gennep.

Il s'en prend d'ailleurs vivement a la demarche employee par les linguistes de la Societe du Parler francais a propos de l'etude du vocabulaire utilise au Canada francais, publiee dans le Glossaire du Parler Francais. Dans de telles entreprises, il faut, dit-il, aller a la rencontre Ren`con´tre   

n. 1. Same as Rencounter,

n. os>
 des gens et << poursuivre une recherche directe >> (Barbeau 1945 : 61).
   Le tout indifferencie de la langue francaise au Canada est une pure
   fiction propagee par le Glossaire du Parler francais. Ce tout
   n'existe pas reellement ; le morcellement total ne se produisit tel
   que M. Rivard l'a dit. Les variations et les nuances regionales
   marquees dans le langage et le folklore du terroir laurentien,
   encore davantage des terroirs acadiens ou louisianais, demeurent
   encore leur trait distinctif, interessant, invitant notre serieuse
   attention. Pour n'avoir pas saisi cela, pour n'avoir pas etudie
   sous la dictee des gens du terroir, pour n'avoir pas recueilli des
   textes originaux, pour n'avoir pas examine la phonetique a l'aide
   des methodes admises, la societe du Parler francais a fait une
   oeuvre sans doute louable, mais fort imparfaite. Elle n'a pas, du
   fait de sa simple omission, aboli les differences regionales qui
   persistent, ni les elements nombreux qu'on n'a pas encore releves.

   On n'a qu'a consulter les gens, qu'a poursuivre des recherches
   directes, a faire parler le conservateur authentique du langage au
   Canada -- l'illettre, l'homme du peuple, l'habitant, le pecheur, le
   descendant du colon provincial d'autrefois, les uns de la
   Normandie, les autres de la Loire, pour se convaincre que le
   releve, tel que les linguistes l'ont poursuivi en France, reste
   encore a entreprendre chez nous. [...] Son defaut est qu'il fut
   trop francais, pas assez canadien. L'influence d'outremer, en lui,
   a supprime, comme par un trait de plume distrait, une multitude de
   realites qui protestent toutes de leur arbitraire effacement (61).


Il blame aussi << l'approche des savants europeens [...] trop hypothetique >>, tout autant que celle des Americains, dont << la recherche du concret entraine parfois au terre a terre. [...] Les resultats devraient a la longue s'en ressentir. A cause de l'accumulation des faits, on oubliait l'ensemble, la generalisation. En se frottant trop le nez aux arbres, on perdait de vue la foret >> (58).

Il faut, pour lui, depasser les etudes monographiques menees par les anthropologues americains pour envisager, par des analyses comparatives et en prenant en compte l'historicite des phenomenes sociaux, des etudes globales sur l'ensemble des cultures. C'est une ecole nouvelle de l'ethnologie et du folklore compare qu'il propose ; une ecole qui << n'existe vraiment pas encore ; elle est de l'avenir plutot que du present, potentielle plutot qu'effective, individuelle plutot que collective >>. Une ecole qui doit mener a la production d'une synthese -- synthese qui restera helas toujours a l'etat de projet -- et qu'il definit clairement dans ses notes de cours.
   Si, a l'instar de l'ecole ethnographique americaine, [l'ecole
   nouvelle de l'ethnologie et du folklore compare] doit pousser
   encore plus loin, la ou les vides persistent, les reconnaissances
   geographiques et les travaux monographiques, elle ne devra pas plus
   longtemps patauger dans le marasme du seul concret ; elle ne devra
   plus se perdre derriere les arbres qui l'empechent de voir la foret
   ; il lui faudra escalader les sommets ou se presentent des vues
   d'ensemble sur le grand panorama de l'histoire de la culture, des
   langues, des races et de l'humanite (59).


Lacourciere, tout comme Barbeau, s'inscrit dans la ligne du diffusionnisme, largement utilise par les anthropologues au debut du XXe siecle. Les nombreux articles, memoires et theses diriges par les membres de l'Ecole des archives analysent contes, legendes et chansons selon la methode historico-geographique (10). Cette definition du folklore donnee par Lacourciere en temoigne.

Le folklore est donc une science qui regarde vers le passe, mais partant des indices actueis cherche au-dela a retrouver, a reconstituer cette vie ancienne, dans le triple but de la decrire, la comparer avec d'autres manieres de vivre et enfin de l'expliquer (AFEUL, fonds Lacourciere, 6 fevrier 1950).

Les travaux presentes dans la serie Les Archives de folklore en temoignent egalement. Tout en montrant ses contacts avec d'autres cultures (cultures autochtones, cultures amerindiennes), les premieres recherches publiees sont descriptives et visent a montrer les origines francaises de la culture canadienne-francaise, a retracer le chemin historique et spatial de ces faits culturels releves pourtant au Canada francais, et dans les annees 1950 encore.

A defaut de synthese, Lacourciere aussi cherche a comprendre les liens entre les faits culturels observes et recueillis au Canada francais. Les recherches effectuees dans son fonds aux Archives de folklore et d'ethnologie de l'Universite Laval ont permis de decouvrir -- et c'est aussi tres visible dans certaines theses qu'il a dirigees, celle de soeur Marie-Ursule sur la Civilisation traditionnelle des Lavalois (soeur Marie-Ursule 1951) par exemple -- que ce dernier prenait pour modele les folkloristes francais tels que Sebillot et Van Gennep. De Sebillot, Lacourciere emprunte son minutieux decoupage du folklore cosmique et du folklore marin, qui est un << folklore qui a trait au monde naturel, [...] ce qui peut se rapporter soit au ciel, a la terre, aux eaux, rivieres, etc ..., fontaines, sources. La faune, la flore, le corps humain, enfin le folklore de la nature >> (AFEUL, fonds Lacourciere, 1er avril 1949). Un tableau qu'il a redige, tire de son fonds d'archives montre fort bien les emprunts a ces deux folkloristes. C'est aussi sur la dichotomie proposee par Van Gennep et qui resulte de son etude sur les rites de passage, appliquee tant a la vie individuelle (du berceau a la tombe La Tombe is a French commune located in the Seine-et-Marne département, in the Île-de-France région. Demographics
Inhabitants of La Tombe are called Latombiers.

As of the census of 1999, the village has a population of 222.
) qu'au cycle calendaire (Van Gennep 1943), que s'appuie Lacourciere pour preparer son propre << Manuel du folklore canadien-francais contemporain >>. Malheureusement, cette synthese ne vit jamais le jour. C'est son fonds d'archives qui, la encore, a permis de decouvrir l'ensemble des tableaux qu'il avait prepares pour une eventuelle publication. Reste que, << surtout dans un domaine comme celui des coutumes, l'exploration de methodes plus recentes semblerait bienvenue >> (Carpentier 1978 : 159).

Pourtant formee par Marius Barbeau a l'instar de Luc Lacourciere, Carmen Roy reconnait qu'une << certaine inquietude nous habitait, malaise que pas meme le doyen de notre discipline, Marius Barbeau, n'a semble pouvoir nous faire surmonter. Peu de choses pour ouvrir nos horizons >> (Roy 1982: 12-13). La discipline et l'activite des folkloristes etaient alors definies autour de trois poles : la cueillette ou sauvegarde, la conservation et la diffusion du patrimoine. << C'etait simple. [...] Rien de transcendant dans le domaine de la recherche >>, regrette Carmen Roy (12). Trop simple en realite et surtout incapable de repondre aux profonds changements socioculturels des annees soixante qui etaient en train de modifier (programming) modifier - An operation that alters the state of an object. Modifiers often have names that begin with "set" and corresponding selector functions whose names begin with "get".  le visage du Canada. Carmen Roy choisit de reagir alors que << le folkloriste ne voyait encore les faits que sous l'angle traditionnel, excluant de son champ d'observation tout ce qui s'en ecartait, niant -- inconsciemment bien sur -- tout ce qui voulait eclater et/ou se transformer dans les manifestations de la connaissance du peuple >> (13). C'est ainsi qu'elle inaugure des recherches avec de << tres humbles moyens >> des 1961 << vers les societes complexes (dites "ethniques" ou "minorites canadiennes") jusqu'alors ignorees de nos anthropologues >> (MCC, fonds Carmen Roy, 16 fevrier 1971). Elle a alors de nombreux echanges avec l'ethnomusicologue americain Alan Lomax et collabore de pres avec Kenneth Peacock qui recueille de la musique aupres d'une trentaine de communautes ethnoculturelles de l'Ouest canadien. Toute une equipe de chercheurs se lance avec Carmen Roy dans << l'aventure du multiculturalisme >> (Carpentier 1978 : 161), dix ans avant la politique du gouvernement Trudeau et avec une certaine naivete na·ive·té or na·ïve·té  
n.
1. The state or quality of being inexperienced or unsophisticated, especially in being artless, credulous, or uncritical.

2. An artless, credulous, or uncritical statement or act.
, << de la meme facon qu'un jeune oiseau s'elance avant de pouvoir compter sur son aile >> (Roy 1982 : 13). Le projet est de couvrir le territoire canadien a travers ses multiples differences ethnoculturelles, de repertorier et d'etudier l'ensemble des traditions des communautes ethniques canadiennes. En 1970, a l'initiative de Carmen Roy, la Division du folklore du Musee devient le Centre canadien d'etudes sur la culture traditionnelle (CCECT). La recherche privilegie alors une approche multidisciplinaire face a la culture traditionnelle dans le contexte d'une societe multiculturelle. << Le Centre, ecrit Carmen Roy, est a la fois collectionneur, depositaire, organe de diffusion et innovateur scientifique dans la recherche des caracteristiques ethnoculturelles du Canada >> (Roy 1973 : 6). Ce caractere novateur distingue dis·tin·gué  
adj.
Distinguished in appearance, manner, or bearing.



[French, past participle of distinguer, to distinguish, from Old French; see distinguish.]
 resolument les activites de recherche entreprises sous la direction de Carmen Roy de celles de l'Ecole des archives a l'initiative de Lacourciere. Paul Carpentier n'hesite d'ailleurs pas a parler << d'une ecole de pensee nouvelle en folklore, celle que j'ai nommee experimentaliste >> (Carpentier 1978 : 160). Le CCECT regroupe plusieurs chercheurs issus de disciplines differentes telles que le folklore, l'anthropologie, la sociologie, la linguistique et la musicologie. Peacock, nous l'avons mentionne, mais egalement Helen Creighton sont envoyes sur le terrain. D'autres chercheurs se joignent progressivement au projet, au fur et a mesure que se precisent des domaines de recherche et des aires culturelles : Robert Klymasz Robert Bohdan Klymasz (b. May 14, 1936, Toronto, Canada) is the premier Ukrainian-Canadian folklorist. Educated at the University of Toronto (Russian, 1957), the University of Manitoba (MA in Slavic Studies, under Jaroslav Rudnyckyj, 1960), Harvard University (1960–62), and  est en charge des immigrants d'Europe de l'Est installes dans les Prairies ; Magnus Einarsson est responsable du programme germano-scandinave ; Paul Carpentier, du programme franco-roman. A la findes annees soixante, l'equipe a deja travaille, entre autres, aupres des communautes ethnoculturelles polonaise polonaise (pŏl'ənāz`, ō'–), Polish national dance, in moderate 3–4 time and of slow, stately movements. It evolved from peasant and court processions and ceremonies of the late 16th cent. and was later used by J. S. and W. , lithuanienne, yiddish, doukhobor, hollandaise, suedoise, thailandaise, ukrainienne, norvegienne, japonaise, latvienne, haitienne. On continue de couvrir le patrimoine canadien-francais, on decouvre de veritables enclaves culturelles dans les Maritimes et a Terre-Neuve, ou l'heritage gaelique est encore tres present. Libre a chacun de choisir ses orientations et ses methodes de travail. L'Universite Lavai reste longtemps a l'ecole de la collecte et de la classification, tandis que le Centre canadien d'etudes sur la culture traditionnelle a Ottawa opte pour le risque ris·qué  
adj.
Suggestive of or bordering on indelicacy or impropriety.



[French, from past participle of risquer, to risk, from risque, risk; see risk.]

Adj.
, la nouveaute et l'originalite dans les etudes de folklore. On peut parler d'une veritable ethnologie : les faits folkloriques sont desormais abordes << non plus uniquement sous l'angle de leur histoire, de leur passe, mais sous celui du milieu social afin d'y observer le role qu'ils y jouent et de degager la fonction qu'ils y remplissent >> (Roy 1982:13).

Conclusion

Des deux hommes, on peut retenir certes la volonte et l'achamement de tous les instants pour une discipline devenue une maniere de concevoir le monde, de comprendre ce qui les entoure. Le folklore semble etre devenu, dans leur esprit, une reflexion constante et sans fin, une philosophie, une facon d'apprehender la realite. Tenter de comprendre la conception du folklore de Barbeau et Lacourciere permet inevitablement d'en arriver a l'ethnologie contemporaine : l'etude de toutes les cultures dans un Canada multiculturel, a l'interieur duquel le Quebec oriente plus particulierement son regard sur la francophonie nord-americaine. Dans ce domaine, Carmen Roy aura largement contribue a ouvrir la voie a de nouvelles perspectives de recherche en ethnologie. << Notre role, precise-t-elle, est pourtant bien humble : il se veut de preparer la voie aux folkloristes de demain qui, faisant face a une nouvelle civilisation, auront besoin de connaitre quels auront ete les phenomenes de transformation de la mosaique culturelle canadienne >> (MCC, fonds Carmen Roy 1969 : 8).

References

Barbeau, Charles-Marius, 1918, << Canadian-English Folk-Lore >>. Journal of American Folk-Lore, 31, (119-120) : 1-4.

--, 1937, Quebec, ou survit l'ancienne France. Quebec, Librairie Garneau Limitee.

--, 1945, En quete de connaissances anthropologiques et folkloriques dans l'Amerique du Nord depuis 1911. Archives de folklore, Universite Laval.

--, 1948, L'Arbre des Reves. Montreal, Editions Lumen lumen: see photometry.


A unit of measurement of the amount of brightness that comes from a light source. Lumens define "luminous flux," which is energy within the range of frequencies we perceive as light.
.

--, 1949, << La survivance francaise en Amerique >>. Archives de folklore 4: 67-75.

--, 1964, Cahiers de l'Academie canadienne-francaise no 9, Le folklore. Montreal.

--, 1973, << The field of European folk-lore in America >>. Dans Jean Du Berger, Introduction aux arts et traditions populaires, Quebec, Presses de l'Universite Laval: 156-169.

Carpentier, Paul, 1978, << Coup d'oeil sur les ecoles de pensee en folklore quebecois >>. Dans Jean-Claude Dupont (dir.), Melanges en l'honneur de Luc Lacourciere, Folklore francais d'Amerique. Montreal, Lemeac : 153-163.

Du Berger, Jean, 1978, << Luc Lacourciere : quete du sens >>. Dans Jean-Claude Dupont (dir.), Melanges en l'honneur de Luc Lacourciere, Folklore francais d'Amerique. Montreal, Lemeac : 165-175.

--, 1997, << Folklore et ethnologie a l'Universite Laval >>. Dans Anne-Marie Desdouits et Laurier Turgeon (dir.), Ethnologies des francophones de l'Amerique et d'ailleurs, Quebec, Presses de l'Universite Laval: 3-24.

Dubois, Patrick, 2003, Marius Barbeau, folklore et nationalisme. Memoire de maitrise, Universite du Quebec a Montreal.

<< Fondation d'une corporation des folkloristes >>, 1946, L'Action catholique, 25 novembre.

Genest, Bernard, 2001, << La tradition orale et les savoirs artisanaux (1ere partie) >>. Ethnologies 23(2): 141-163.

--, 2002, << La tradition orale et les savoirs artisanaux >>. Dans Denise Lemieux (dir.), Traite de la Culture, Sainte-Foy, Les editions de l'IQRC : 47-64.

Lacourciere, Luc, 1946, << Presentation >>. Les Archives de Folklore 1 : 7-8.

--, 1962, << L'etude de sa culture : le folklore >>. Recherches sociographiques 3 (1-2): 253-262.

--, 1971 [1947], << Le folklore, patrimoine traditionnel >>. Bulletin de la societe historique franco-americaine 1948-1949, Boston, Societe historique franco-americaine.

Monnier, Jacques, 11 mai 1946, << Le folklore >> Le Soleil, Quebec.

Nowry, Laurence, 1995, Man of Mana, Marius Barbeau. Toronto, NC Press Limited.

Ouimet, Louise, 1985, << Carmen Roy >> Culture et Tradition 9 : 42-57.

Perron, Jean-Thomas, 1945, << Ce qu'est la tradition >> L'Action catholique, Quebec, 8 fevrier.

Pichette, Jean-Pierre, 2004, << Luc Lacourciere et l'institution des Archives de folklore a l'Universite Laval (1936-1944). Autopsie d'une convergence >> Rabaska 2 : 11-29.

Poirier, Jean (dir.), 1968, Ethnologie generale. Paris, Editions Gallimard.

Roy, Carmen, 1973, Presentation du Centre canadien d'etudes sur la culture traditionnelle. Ottawa, Musees nationaux du Canada, Collection Mercure, dossier no 7.

--, 1982, << Quel etait l'avenir du folklore ? >> Folklore. Bulletin de l'Association Canadienne pour les Etudes de Folklore 6 (3-4) : 9-14.

Saintyves, Pierre, 1936, Manuel de folklore. Paris, E. Nourry.

Societe historique de Montreal et Societe de Folklore d'Amerique (Section de Quebec), 1920, Veillees du bon vieux temps a la bibliotheque Saint-Sulpice a Montreal les 18 mars et 24 avril 1919.

Montreal, G. Ducharme Libraire-Editeur.

Van Gennep, Arnold, 1924, Le folklore. Paris, Librairie Stock.

--, 1943, Manuel de folklore francais contemporain. Paris, Auguste Picard.

Archives du Musee canadien des civilisations (MCC)

Fonds Marius Barbeau

n.d., << Press Clippings and comments >>, B277, f.8.

27 mars 1920, Causerie au Cercle universitaire a Montreal, << Causerie et article sur le folklore, 1920-1922 >>, B202, f.11.

6 fevrier 1923, Conference intitulee << la methode en folklore >>, presentee PRESENTEE, eccl. law., A clerk who has been presented by his patron to a bishop in order to be instituted in a church.  devant l'Institut canadien d'Ottawa, << Some lectures given, 1913-1924 >>, B202, f.6.

16 janvier 1931, << Nos traditions seront bientot toutes envolees >>, La Presse La Presse can refer to
  • La Presse (Canadian newspaper)
  • La Presse (French newspaper)
  • La Presse (Tunisian newspaper)
, Montreal, coupure de presse, << Lectures given entre 1923 et 1943 >>, B202, f.5.

8 janvier 1945, Lettre de Luc Lacourciere a Marius Barbeau, << Conferences et cours universitaires a l'Universite Laval 1944-1945 >>, B269, f.30.

aout 1945, << Le peau rouge, ethnologie de notre habitat, Resume d'une serie de conferences servant d'introduction a l'etude de l'anthropologie, a l'Universite de Montreal >>, <<Conference-Universite de Montreal-1945, Texte des conferences presentees par Barbeau >>, B173, f.3.

26 aout 1946, Conference intitulee << La tradition canadienne >>, presentee a Rimouski devant le Congres de la Chambre du Commerce, << French Canada Because it has represented different realities at different points in time, the term French Canada can be interpreted in different ways. Roughly chronologically they are:

1. The historical homeland of the French Canadian people, the St.
 >>, B202, f.13.

14 septembre 1946, Conference intitulee << Folklore canadien >>, presentee devant le Groupe des sciences sociales, Universite de Montreal, << French Canada >>, B202, f.12.

22 mars 1950, << La tradition de beaute et bon gout etablie par Ies artisanes >>, L'Evenement, Quebec, coupure de presse, << Conferences et cours universitaires, Universite Laval, Mardis universitaires, Les arts traditionnels au Quebec >>, B271, f.13.

17 septembre 1952, Conference intitulee << La tradition vivante >>, Universite Laval, cours 1, << Conferences et cours universitaires a l'Universite Laval, La Tradition vivante, 1952 >>, B272, f.11.

Fonds Carmen Roy

n.d., << Marius Barbeau et la poesie du Folklore >>, <<Compte-rendu/Review on Barbeau 1959 >>, B625 f.23, (Acq. 2000-F0003).

n.d., << Letters involving Marius Barbeau, Correspondence 1957-1958 >>, B625 f.21, (Acq. 2000-F0003).

n.d., << Les memoires de Marius Barbeau, 1957-1958 >>, B624, f.10 et 11 (Acq. 2000-F0003).

n.d., << Entrevue-CBC (Radio-Canada) Marius Barbeau 1957-1971 >> B625, f.8.

1969, << Notes manuscrites de Carmen Roy >>, B548 f.14, (Acq. 2000-F0003).

16 fevrier 1971, << Commentaires sur consultations 1 -- Ottawa >>, notes manuscrites, (Acq. 2000-F0003), boite boîte  
n.
A small restaurant or nightclub.



[French, from Old French boiste, box, from Late Latin buxida, from buxis; see box1.]
 648 f.11.

23 mars 1971, << CBC Tuesday Night, Doctor Marius Barbeau : Tribute to a Canadian Pioneer >>, InterviewslEntrevue-CBC (Radio.Canada) ; Marius Barbeau 1957-1971, B625, f.8 (Acq.2000-F0003).

Archives de folklore et d'ethnologie de l'Universite Laval (AFEUL)

Fonds Luc Lacourciere

n.d., << Autres personnes qui ne comprennent pas le folklore et qui en ont mal parle >>, P178/D3/1,6, << Cours de folklore >>, BP 3059.

n.d., << Enseignement / Notes de cours >>, P178/D3/1,3, BP 3158.

n.d., << Semaine ethnographique >>, P178/H1,1,8, BP 3164.

7 fevrier 1945, Conference intitulee << La tradition >>, prononcee devant la Societe Saint-Jean-Baptiste de Quebec, P178/F5, << Les conferences, 1936-1975 >>, BP3143.

15 mars 1945, << Corporation des folkloristes >>, P178/C5/2,25, BP 3038,10.

26 janvier 1946, << Lettre de Barbeau a Lacourciere >>, Ottawa, P178/ C5/1,2, << Correspondance Barbeau/Lacourciere >>, BP 3029.

29 janvier 1946, << Lettre de Lacourciere a Barbeau >>, P178/C5/1,2, << Correspondance Barbeau/Lacourciere >>, BP 3029.

25 novembre 1946, << Fondation d'une corporation des folkloristes >>, l'Action catholique, P178/C5/2, 25, << Corporation des folkloristes >>, BP 3038, 10.

10 decembre 1947, << Correspondance-demande de renseignements >>, P178/C1/1,17, BP 2954.

26 juin 1948, << Institut d'arts populaires / Jacques Labrecque, 1948 >>, P178/H2,26, BP3170.

1er avril 1949, Conference intitulee << L'Anthropologie et le folklore >>, presentee devant la Faculte des Sciences sociales, P178/f.5, << Les conferences, 1936-1975 >>, BP 3143.

6 fevrier 1950, Conference intitulee << Pourquoi etudier le folklore >>, P178/F5, << Les conferences, 1936-1975 >>, BP 3143.

4 aout 1951, Conference intitulee << Le folklore >>, presentee au 4e congres de l'Association canadienne des Educateurs de langue francaise, Memramcook. P178/H2,6, BP 3165.

4 mars 1959, << Lettre a Real Benoit >>, P178/C5/1,2, << Marius Barbeau/ Luc Lacourciere >>, BP 3029,3.

14 mars 1959, << Lettre de Lacourciere a Lecotte >>, P178/C5/2,80, << Roger Lecotte >>, BP 3045,4.

21 decembre 1959, << Lettre a Mme Alexis Roy >>, P178/C1/1,17, << Correspondance, demande de renseignements >>, BP 2954.

9 fevrier 1965, Conference intitulee << Les problemes de la tradition orale au Canada >>, presentee a la Faculte des Lettres de l'Universite de Poitiers, P178/F5, << Les conferences, 1936-1975 >>, BP 3144.

Christine Bricault, Anne-Marie Desdouits

Universite Laval

Dominique Sarny

University of Regina History
Origins
In direct response to the award of the University of Saskatchewan to Saskatoon rather than Regina, the Methodist Church of Canada established Regina College in 1911 on College Avenue in Regina, Saskatchewan, starting with an enrollment of 27 students;
 

(1.) Nous tenons a remercier les Archives du Musee canadien des civilisations a Gatineau, particulierement monsieur Benoit Theriault, responsable des fonds Marius Barbeau et Carmen Roy, ainsi que madame Patricia Forget, archiviste de reference adjointe, pour leur gentillesse et pour les conseils qu'ils ont fournis. Tous les documents des Archives du Musee canadien des civilisations (MCC) cites ici le sont avec la permission expresse des archives. Nous remercions egalement les Archives de folklore et d'ethnologie de l'Universite Laval (AFEUL) qui nous ont donne acces au fonds Luc Lacourciere. Un merci tout particulier a madame Martine Roberge pour la lecture qu'elle a bien voulu faire de ce texte et pour les precieux conseils qu'elle nous a donnes.

(2.) Sans doute fait-il reference au Canada francais.

(3.) La collection comporte a ce jour 21 titres qui sont pour la plupart des travaux de maitrise et de doctorat realises par des etudiants de Lacourciere ou de proches collaborateurs.

(4.) Nous soulignons.

(5.) Cette dichotomie est d'ailleurs reprise re·prise  
n.
1. Music
a. A repetition of a phrase or verse.

b. A return to an original theme.

2. A recurrence or resumption of an action.

tr.v.
 par Madeleine Doyon a qui etait acheminee la grande majorite des demandes de renseignements sur la danse. Elle ecrit, le 10 decembre 1947 : << [on] a eu raison de vous donner l'adresse des Archives de folklore car c'est la seule institution ou l'on fait vraiment du vrai folklore >> (AFEUL, fonds Lacourciere).

(6.) Lacourciere semble vouloir dire que Labrecque, etant donne ses connaissances sur la tradition populaire et les discussions qu'ils ont eues, semble le mieux place pour faire le choix (AFEUL, fonds Lacourciere, 26 juin 1948).

(7.) En septembre 1955, apres le congres d'Arnhem, avait lieu un symposium international a Amsterdam dont les membres emettaient les recommandations suivantes : << Constatant la confusion qui resulte en general de l'emploi de qualifications nationales inseparablement liees a la tradition scientifique de chaque pays ou ecole -- telles que ethnologie, ethnographie, Volksunde, folklore, folkmine, etc. --, les experts se sont accordes sur la necessite d'uniformiser la terminologie internationale qui concerne les differentes branches et les differents aspects de la science ayant pour objet l'etude des differentes societes humaines et de leur culture. Ils retiennent a l'unanimite pour qualifier cette science sur le plan international le terme d'ethnologie, complete des attributs de regionale ou nationale, chaque fois qu'on voudra de cette facon distinguer l'etude des peuples dits historiques et celle des peuples sans histoire ecrite >> (cite dans Poirier 1968 : 1334).

(8.) Les documents du fonds Lacourciere aux Archives de folklore et d'ethnologie de l'Universite Laval renferment des listes de noms selon cette division. Rien ne peut cependant laisser penser qu'il s'agit de membres deja inscrits ou de contacts qui devaient aboutir a la creation de la Corporation des Folkloristes canadiens.

(9.) Ce texte cite par Jean Du Berger en 1973 etait intitule << The field of European folk-lore in America >> ; il s'agissait de l'allocution que Marius Barbeau avait prononcee en tant que president de l'American Folklore Society, lors de la trentieme rencontre de cette association a Baltimore, le 29 decembre 1918.

(10.) Voir par exemple, les theses presentees dans les premiers numeros de la collection Archives de Folklore : nos 5 et 6, Soeur Marie-Ursule, Civilisation traditionnelle des Lavalois (1951) ; no 7, Russel Scott Young For other uses, see Scott Young (disambiguation).

Scott Young (April 14, 1918 – June 12, 2005) was a Canadian journalist, sportswriter, novelist and the father of musician Neil Young.
, Vieilles chansons de la Nouvelle-France (1956); no 8 Nora Dawson, La vie traditionnelle a Saint-Pierre, Ile d'Orleans (1960) ; no 9, James E. La Follette La Fol·lette   , Robert Marion 1855-1925.

American politician and reformer who served as a U.S. senator from Wisconsin (1906-1925). In 1924 he ran unsuccessfully for President on the Progressive Party ticket.
, Etude linguistique de quatre contes folkloriques du Canada francais (1969); no 10, Germain Lemieux, Placide-Eustache, Sources et paralleles du conte-type 938 (1970); no 11, Catherine Jolicoeur, Le Vaisseau Fantome, legende etiologique (1970); no 12, Helene Bernier, La fille aux mains coupees (1971).
COPYRIGHT 2004 Ethnologies
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2004 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

 Reader Opinion

Title:

Comment:



 

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Title Annotation:role Marius Barbeau, Carmen Roy and Luc Lacourciere played in ethnological studies of Quebec and Canada
Author:Bricault, Christine; Desdouits, Anne-Marie; Sarny, Dominique
Publication:Ethnologies
Article Type:Critical essay
Geographic Code:1CANA
Date:Sep 22, 2004
Words:13386
Previous Article:L'ethnologie du proche.
Next Article:Une femme dans un monde d'hommes: Madeleine Doyon aux Archives de folklore de l'Universite Laval.
Topics:

Terms of use | Copyright © 2014 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters