Printer Friendly
The Free Library
22,728,043 articles and books

Memoires migrantes, memoires vivantes: identite culturelle et recits de vie d'aines vietnamiens au Quebec.



Cet article decrit et analyse quelques souvenirs d'enfance et de jeunesse de sept aines d'origine vietnamienne, trois femmes et quatre hommes, habitant maintenant a Montreal et a Quebec. Ces souvenirs font partie de recits de vie recueillis aupres de ces aines en 2003, lors de la preparation d'un outil de sensibilisation au pluralisme culturel. En mettant en lumiere les points forts de ces recits (propos tenus par les aines sur leur enfance, leur jeunesse et la pertinence de leurs traditions en contexte migratoire), nous tentons de degager les traits culturels distinctifs que chacun d'eux met en exergue. Cette mise en exergue permet de toucher aux fondements memes du processus identitaire, en faisant appel ap·pel  
n. Sports
A quick stamp of the foot used in fencing as a feint to produce an opening.



[French, from appeler, to call, from Old French apeler, to appeal; see
 a la memoire profonde des aines et en mettant les souvenirs d'enfance et de jeunesse qui ont marque leur enculturation enculturation
the process by which a person adapts to and assimilates the culture in which he lives.
See also: Society

Noun 1. enculturation
 premiere en contraste avec leur vie actuelle au Quebec. En permettant l'expression et la communication de cette memoire, le recit de vie d'immigres ouvre donc une fenetre sur la maniere dont l'identite culturelle se construit et est rememoree.

* This article describes and analyses a few childhood and youth memories of seven elders of Vietnamese origin, three women and four men, now living in Montreal and Quebec City. These memories are part of the life narratives collected from these elders in 2003 during the preparation of a tool designed to raise awareness of cultural pluralism cultural pluralism: see multiculturalism. . By highlighting the strong points of these narratives (remarks made by elders concerning their childhood, their youth, and the relevance of their traditions in a migratory migratory /mi·gra·to·ry/ (mi´grah-tor?e)
1. roving or wandering.

2. of, pertaining to, or characterized by migration; undergoing periodic migration.


migratory

emanating from or pertaining to migration.
 context), we are attempting to isolate the specific cultural traits that each of them is underlining. This in turn makes it possible to touch the very foundations of the identity process by calling upon the deep memories of the elders and by contrasting the memorable events of childhood and youth that marked their primary enculturation with their current lives in Quebec. By enabling the expression and communication of this living memory, the immigrant's life narrative opens a window upon the way that cultural identity is built and recollected.

**********

L'identite culturelle des individus, qui se construit et se transforme tout au long de leur vie, s'exprime de facon privilegiee dans les recits que ces individus font de leur existence, de leur jeunesse surtout Sur`tout´

n. 1. A man's coat to be worn over his other garments; an overcoat, especially when long, and fitting closely like a body coat.

Noun 1.
, souvent percue comme la periode de leur vie ou ils experimentaient leur culture d'origine dans toute sa plenitude plen·i·tude  
n.
1. An ample amount or quantity; an abundance: a region blessed with a plenitude of natural resources.

2. The condition of being full, ample, or complete.
. L'expression identitaire est particulierement interessante a etudier en contexte migratoire, puisqu'elle doit alors prendre en compte le contraste existant entre le milieu d'origine et le milieu d'accueil de la personne immigree.

Dans cet article, nous allons interroger la memoire de sept ainees et aines d'origine vietnamienne habitant maintenant Quebec et Montreal. En decrivant certains des souvenirs d'enfance et de jeunesse que ces aines ont ete amenes a relater dans des circonstances qui seront expliquees plus loin loin (loin) the part of the back between the thorax and pelvis.

loin
n.
The part of the body on either side of the spinal column between the ribs and the pelvis.
, on tentera d'elucider les traits saillants mis en exergue dans leurs recits de vie, ainsi que la pertinence qu'ils accordent a leur experience culturelle passee dans le contexte migratoire qui est maintenant le leur. Il ne faut pas chercher dans ce texte une analyse des pratiques sociales vietnamiennes et des valeurs qui les sous-tendent. Nous y examinons plutot le contenu de sept recits de vie recueillis au Quebec, afin d'illustrer la facon dont la memoire migrante joue un role identitaire chez chez  
prep.
At the home of; at or by.



[French, from Old French, from Latin casa, cottage, hut.]

chez
prep

at the home of [French]
 celles et ceux qui en sont les porteurs.

L'identite culturelle et son expression

L'etude de l'identite a donne lieu a de multiples discussions et definitions qu'il n'y a pas lieu de reprendre ici. Rappelons simplement que les debats dans le domaine distinguent generalement entre une vision dite substantiviste, qui considere l'identite comme donnee don·née  
n.
1. A set of literary or artistic principles or assumptions on which a creative work is based: "He worked outward from the donnée toward the expression of some general theme or idea" 
 une fois pour toutes, et une approche constructiviste, qui voit plutot les phenomenes identitaires comme des ressources sociales en construction et en transformation perpetuelles (Dorais 2004a). La lectrice ou le lecteur interesse a la question pourra consulter les ouvrages -- fondamentaux chacun a sa maniere -- de Selim Abou (2002) sur l'identite culturelle, Carmel Camilleri et al. (1990) sur les strategies identitaires, Benedict Anderson Benedict Richard O'Gorman Anderson (born August 261936 in Kunming, China) is a scholar of nationalism and international studies. Biography
Anderson was born in Kunming, China, to an Anglo-Irish father and English mother.
 (1996) sur la genese des identites nationales et Pierre-Jean Simon (1999) sur l'identite ethnique, ou encore l'utile synthese de Poutignat et Streiff-Fenart (1995).

Pour les fins de cet article, on peut definir l'identite comme la facon dont l'etre humain, en tant qu'individu membre de collectivites diverses (familiales, societales, ethnoculturelles, nationales, etc.), construit et se represente son rapport avec ce qui l'environne (milieu physique physique /phy·sique/ (fi-zek´) the body organization, development, and structure.

phy·sique
n.
The body considered with reference to its proportions, muscular development, and appearance.
, groupes sociaux, individus porteurs de traits culturels specifiques). Comme cet environnement est en perpetuelle mouvance, l'identite se faconne et se refaconne sans cesse, tout en possedant un noyau Noy`au´

n. 1. A cordial of brandy, etc., flavored with the kernel of the bitter almond, or of the peach stone, etc.
 dur qui lui sert de fondement et donne a l'individu le sentiment d'une certaine permanence Permanence
law of the Medes and Persians

Darius’s execution ordinance; an immutable law. [O.T.: Daniel 6:8–9]

leopard’s spots

there always, as evilness with evil men. [O.T.: Jeremiah 13:23; Br. Lit.
 au milieu des vicissitudes vicissitudes
Noun, pl

changes in circumstance or fortune [Latin vicis change]

vicissitudes nplvicisitudes fpl; peripecias fpl 
 de la vie. Ce noyau dur repose avant tout sur la memoire, que celle-ci soit individuelle (les souvenirs d'enfance par exemple) ou collective (les representations du monde n. 1. The world; a globe as an ensign of royalty.
Le beau monde
fashionable society. See Beau monde.
Demi monde
See Demimonde.
 que vehiculent les discours entendus dans les collectivites dont on fait partie) (1). La construction identitaire reflete donc l'histoire de vie de chacune et de chacun.

Les representations du monde relevant en grande partie de ce que l'on appelle communement la culture -- concue ici comme un mode specifique d'apprehension et de comprehension de l'univers environnant, ainsi que d'action sur cet univers --, les phenomenes identitaires ont une dimension culturelle. L'identite culturelle peut ainsi etre definie comme le processus grace auquel les membres d'un groupe partageant une maniere partiellement commune commune, in medieval history
commune (kôm`yn), in medieval history, collective institution that developed in continental Europe after the fall of the Roman Empire.
 de comprendre l'univers, d'agir sur lui et de communiquer ses representations et ses modeles d'action, prennent conscience du fait que d'autres individus et d'autres groupes pensent, agissent et/ou communiquent de facon plus ou moins differente de la leur. Cette dimension de l'identite se manifeste donc quand les porteurs et porteuses de traits culturels donnes entrent en interaction avec des personnes de culture divergente, ne serait-ce que de facon extremement subtile sub·tile  
adj.
Subtle.



[Middle English, from Old French subtil, from Latin subt
.

Une telle definition de l'identite culturelle est subjective. Elle se distingue dis·tin·gué  
adj.
Distinguished in appearance, manner, or bearing.



[French, past participle of distinguer, to distinguish, from Old French; see distinguish.]
 d'autres perceptions de ce phenomene (celles dites substantivistes), apparemment plus objectives, qui voient l'identite culturelle comme la somme de tous les traits caracterisant le mode de vie et la vision du monde d'un peuple quelconque (2). La definition retenue ici privilegie la facon dont les porteurs d'une culture evaluent eux-memes leurs ressemblances et leurs differences, tant entre eux que par rapport aux autres, en mettant en lumiere les deux facettes complementaires de l'identite : la similarite et la difference. On est semblable sem·bla·ble  
adj.
1. Having a resemblance; resembling or like: unfamiliar symbols semblable to religious icons.

2. Seeming; apparent.

n.
 a ses compagnons et compagnes, on s'identifie a eux, alors qu'en meme temps, on se distingue de tous ceux qui n'appartiennent pas a son (ou ses) groupe d'appartenance ou qui, de facon extreme, ne sont pas soi-meme (Jenkins 1996).

La nature relationnelle, construite et polymorphe (chacun s'identifie de diverses facons, simultanement ou consecutivement) de l'identite fait en sorte qu'elle ne peut etre apprehendee qu'a travers l'interaction. L'identite n'est pas une qualite statique, mais un processus dynamique, une ressource sociale qui ne se manifeste que quand elle est mise en acte a travers les attitudes, les comportements et les discours d'individus ou de groupes en contact les uns avec les autres (Hensel 2001). Le discours oral joue un role fondamental dans cette mise en acte, a cause de sa fluidite et de son fonctionnement en temps reel, qui permettent a l'individu de reagir immediatement aux stimuli du milieu et d'exprimer son identite de facon extremement fine.

L'expression des dimensions culturelles de l'identite revet re·vet  
v. re·vet·ted, re·vet·ting, re·vets

v.tr.
To retain (an embankment, for example) with a layer of stone, concrete, or other supporting material; provide with a revetment.

v.intr.
 une importance particuliere en contexte migratoire, puisqu'elle permet d'etablir un contraste entre les habitudes de vie du pays natal Natal, city, Brazil
Natal (nətäl`), city (1991 pop. 606,887), capital of Rio Grande do Norte state, NE Brazil, just above the mouth of the Potengi River.
 et celles de la societe d'accueil. Ce contraste touche souvent aux fondements meme du processus identitaire, en faisant appel a la memoire profonde des individus, aux souvenirs d'enfance et de jeunesse qui ont marque leur enculturation premiere dans la contree d'origine. En permettant l'expression et la communication de cette memoire, le recit de vie d'immigres, surtout ages (puisque, en principe, l'ecart est alors maximal entre experience d'origine et vie actuelle), ouvrira donc une fenetre sur la maniere dont l'identite culturelle se construit et est rememoree.

Sept aines vietnamiens parlent de leur jeunesse

Dans le cadre d'un projet dirige par l'auteur (3) et visant a creer un outil de sensibilisation au pluralisme culturel, sept aines des deux sexes (trois femmes et quatre hommes ages de 61 a 81 ans), tous d'origine vietnamienne mais installes au Quebec (quatre a Quebec et trois a Montreal) depuis plusieurs annees, ont ete interviewes au cours du printemps et de l'ete 2003. Les entrevues, qui avaient pour but de leur faire raconter leurs souvenirs d'enfance et de jeunesse, portaient sur les points suivants :

1. Rapports avec les aines

2. Rapports avec les autres enfants

3. Education

4. Rapports avec les gens gens (jĕnz), ancient Roman kinship group. It was the counterpart of what is known in other societies as a patrilineal clan or sib, and the word has been used in social science as a generic term for such groupings.  du village et du quartier

5. Mariage et enfants

6. Occupations professionnelles

7. Fetes et ceremonies

8. Culte des ancetres et religion

9. Preservation des traditions.

Les propos des aines, en vietnamien (trois cas) ou en francais (quatre cas), ont ete enregistres puis transcrits en francais. Ils ont ensuite ete arranges sous forme forme (form) pl. formes   [Fr.] form.

forme fruste  (froost) pl. formes frustes   an atypical, especially a mild or incomplete, form, as of a disease.
 de dialogue entre les personnes interviewees, dialogue preside pre·side  
intr.v. pre·sid·ed, pre·sid·ing, pre·sides
1. To hold the position of authority; act as chairperson or president.

2. To possess or exercise authority or control.

3.
, pour egayer le texte, par le docteur Quynh, un personnage du folklore vietnamien (4). Le tout a ete publie en novembre 2003 (Dorais 2003).

En 2001, le Canada comptait plus de 150 000 residents d'origine vietnamienne et le Quebec pres de 30 000, dont 25 600 a Montreal et 1000 a Quebec (donnees du recensement canadien). Ces gens etaient arrives pour la plupart lors des mouvements de refugies des annees 1975 et 1979-1981 ou, plus tard, dans le cadre de programmes de reunification re·u·ni·fy  
tr.v. re·u·ni·fied, re·u·ni·fy·ing, re·u·ni·fies
To cause (a group, party, state, or sect) to become unified again after being divided.
 des familles (Dorais 2000).

Installes ici depuis maintenant relativement longtemps, mais depositaires d'une culture millenaire toujours vivante qui se caracterise, entre autres, par des traditions tres marquees (influencees par le confucianisme venu de Chine chine

the animal's backline.
) dans les domaines de la famille, des relations sociales et des ceremonies rituelles, les Vietnamiens constituent un bon exemple de transplantation culturelle apparemment reussie. Il s'avere donc interessant de voir comment certains d'entre eux, les aines en particulier, entierement eduques dans un milieu qu'on peut qualifier de traditionnel (5), expriment leur identite culturelle en contexte migratoire.

Dans les pages qui suivent, nous essayerons de mettre en lumiere les points forts des recits des aines interviewes dans le cadre du projet. En nous basant sur certains des propos -- cibles mais portant sur une gamme de themes assez large -- qu'ils ont tenus sur leur enfance, leur jeunesse et la pertinence de leurs traditions en milieu quebecois, nous tenterons de degager les traits culturels distinctifs que chacun d'entre eux met en exergue. Puisque nous n'avons malheureusement pas eu acces au verbatim ver·ba·tim  
adj.
Using exactly the same words; corresponding word for word: a verbatim report of the conversation.

adv.
 des entrevues -- ayant plutot travaille sur une transcription large de celles-ci, parfois traduite du vietnamien -- nous n'avons pas ete en mesure de proceder a une analyse structurale de texte au sens strict du terme. Nous devrons donc plutot nous contenter d'une analyse souple du contenu, comparant certains points des recits et soulignant leurs similitudes et leurs differences.

Presentation des aines

Comme nous le constaterons plus loin, les experiences vecues par les aines durant leur jeunesse, periode historiquement marquee par des changements politiques et economiques importants (6), ne sont pas univoques mais liees au niveau social, au milieu de vie et aux traditions familiales de chacun. Elles varient ainsi d'un individu a l'autre, tout en partageant quand meme plusieurs traits communs. On ne peut donc pas parler de << la culture >> vietnamienne comme d'un rapport au monde qui serait le meme pour tous. Il s'agit plutot d'un ensemble multiforme de representations et de pratiques qui peuvent etre extremement variables, mais qui font generalement sens pour tous ceux qui ont ete eleves au Vietnam a une certaine epoque (celle Celle (tsĕl`ə), city (1994 pop. 73,670), Lower Saxony, N Germany, on the Aller River. Its manufactures include food products, electronic components, chemicals, and textiles. Wax processing and horse breeding are important locally.  ou nos aines etaient encore jeunes). C'est pourquoi il est important de bien situer chacun des aines dont nous allons examiner le recit de vie (7).

Sept personnes ont ete interviewees. Pour preserver la confidentialite de leurs propos, on leur a attribue comme pseudonymes les noms de dynasties ayant regne sur le Vietnam a differentes periodes de l'histoire. Nos aines seront donc appeles Madame Le, Mme Dinh, Mme Ly, Monsieur Ngo, M. Trinh, M. Nguyen et M. Tran. Ils ont tous connu des experiences diverses au cours de leur existence, ces experiences incluant, bien sur, les circonstances de leur migration hors du Vietnam et, pour les aines originaires du nord du pays, celles de leur installation au Sud-Vietnam apres la prise de pouvoir communiste de 1954 (Feray 1979). Certains sont entres au Canada comme refugies, d'autres comme immigrants parraines par des membres de leur famille, et une personne a longtemps vecu en France avant de venir s'etablir au Quebec. Leur seul point commun -- mais il est d'une importance considerable -- c'est d'avoir ete eleves au Vietnam a une epoque ou les pratiques culturelles locales etaient encore relativement peu touchees -- du moins pas en profondeur, surtout a la campagne -- par les influences occidentales (8). Le tableau ci-dessous presente un certain nombre de caracteristiques d'enfance des aines interviewes.

Ce tableau est revelateur a plusieurs egards. Il montre que nos aines ont surtout ete eleves en milieu rural (village ou campagne), a l'exception de deux d'entre eux qui ont, respectivement, passe pas·sé  
adj.
1. No longer current or in fashion; out-of-date.

2. Past the prime; faded or aged.



[French, past participle of passer, to pass, from Old French; see
 leur enfance et leur jeunesse a Hanoi, alors chef-lieu de l'Indochine (l'entite coloniale creee et gouvernee par la France La France was a single that was released by Dutch popgroup BZN in 1986. It is about a man and woman who met and fell in love while in France. ) et maintenant capitale du Vietnam, et a Saigon, la grande metropole Met´ro`pole

n. 1. A metropolis.
 du sud du pays. Trois aines avaient un pere fonctionnaire, deux venaient de familles paysannes, une etait la fille d'un soldat travaillant au service des Francais et un dernier avait pour pere un petit PETIT, sometimes corrupted into petty. A French word signifying little, small. It is frequently used, as petit larceny, petit jury, petit treason.

PETIT, TREASON, English law. The killing of a master by his servant; a husband by his wife; a superior by a secular or religious man.
 commercant ne en Chine, mais marie avec une Vietnamienne.

A l'exception des deux familles paysannes, les meres de nos aines restaient au foyer. Elles y etaient responsables de la bonne n. 1. A female servant charged with the care of a young child.  marche de la maison et de l'education des jeunes (au moins trois enfants dans chacune des familles concernees). Ces meres etaient generalement peu ou pas scolarisees et ne parlaient que le vietnamien, alors qu'au moins trois des sept peres avaient eu une instruction plus poussee et connaissaient le francais. Ces peres instruits travaillaient comme fonctionnaires, ce qui permettait a leur famille de jouir d'un niveau de vie aise, tres aise meme dans le cas de la famille de Mme Le, etablie a Hanoi. Les autres familles par contre etaient beaucoup beau·coup   also boo·coo or boo·koo Chiefly Southern U.S.
adj.
Many; much: beaucoup money.

n. pl.
 plus modestes, et meme pauvres dans le cas de M. Nguyen, fils d'un petit commercant qui, semble-t-il, avait du mal a joindre les deux bouts. A cette epoque, on ne devait pas compter sur l'aide de l'Etat en cas de chomage ou de difficultes financieres. Selon nos aines, il fallait plutot s'appuyer sur la famille si elle en avait les moyens. Les voisins et les amis pouvaient aussi aider, mais les relations de voisinage et d'amitie restaient discretes, dictees par le respect d'autrui, la courtoisie et le desir de ne pas se meler de ce qui ne les regardait pas.

Plusieurs aines ont connu une amelioration a·me·lio·ra·tion  
n.
1. The act or an instance of ameliorating.

2. The state of being ameliorated; improvement.

Noun 1.
 de leurs conditions de vie plus tard dans leur existence. C'est le cas par exemple de M. Nguyen, qui a pu poursuivre ses etudes secondaires grace a l'appui financier d'un riche proprietaire de son village, puis decrocher un poste de fonctionnaire ; ou encore de Mme Dinh, qui a appris la couture La Couture is the name or part of the name of several communes in France:
  • La Couture, in the Pas-de-Calais département
  • La Couture, in the Vendée département
  • La Couture-Boussey, in the Eure département
See also
  • Couture
 pour faire vivre sa famille. Dans certains cas, c'est la conjointe qui a apporte un supplement de revenu a son mari. La femme La Femme is a women-only beach in Marina, Egypt which caters to Muslims who want to swim in comfort away from prying and prurient view of "men and cameras". External links
  • Egypt unveils no-peeking zone - Mariam Fam (AP) October 26, 2005


[1]
 de M. Ngo etait enseignante et contribuait ainsi aux gains du menage, alors que celle de M. Trinh possedait des rizieres pres de Saigon.

L'education des garcons etait generalement encouragee. C'est ainsi que M. Ngo et M. Tran, celui-ci de souche paysanne, ont pu poursuivre des etudes universitaires, et que M. Nguyen, aide par ses voisins, a termine son cours secondaire, meme si, dit-il, personne de sa famille n'etait alle a l'ecole avant lui. Chez les filles par contre, la situation etait differente. On ne voyait pas tres bien a quoi l'instruction aurait pu leur servir. Mme Dinh, par exemple, n'a suivi que trois annees de scolarite (il est vrai qu'elle venait d'un milieu tres modeste), alors que Mme Ly a du mettre fin a ses etudes primaires quand, son pere une fois parti a l'armee, sa mere lui a interdit d'aller a l'ecole de peur qu'en sachant ecrire, elle n'envoie des lettres aux garcons ! On attendait des filles qu'elles puissent administrer le menage et s'occuper des enfants. Meme dans les familles aisees, il suffisait que la future maitresse de maison sache lire, ecrire et compter de facon a peu pres correcte, toute connaissance supplementaire etant jugee inutile. Le cas de Mme Le, qui a entrepris des etudes d'infirmiere apres avoir acheve son cursus secondaire dans une ecole francaise de Hanoi, reste exceptionnel.

Finalement, du point de vue religieux, trois des aines interviewes proviennent de familles catholiques, ce qui ne reflete aucunement l'importance demographique de cette religion au Vietnam, ou 10% seulement de la population adhere a l'Eglise de Rome. Les autres pratiquaient le culte des ancetres, accompagne, dans le cas de M. Ngo, de pratiques bouddhistes.

Les traits culturels distinctifs que laissent transparaitre les recits de vie seront donc contrastes, selon la diversite des experiences vecues par nos aines. Cette diversite est liee, entre autres, a leur sexe, a leur lieu de residence (campagne / ville), a leur niveau de vie (modeste / aise), a leur milieu familial, a leur degre de scolarite et a leur religion. Nous allons maintenant examiner des extraits de ces recits, lies a la famille, au mariage et aux enfants, ainsi qu'aux fetes et ceremonies (9).

Recits sur les rapports familiaux

Dans ce qu'ils racontent de leurs rapports avec leurs parents et grands-parents, nos aines insistent avant tout sur l'amour mutuel qui, disent-ils, regnait au sein de leurs familles respectives. Ils apportent cependant des nuances sur la nature et l'intensite de leurs sentiments envers soit leur pere, soit leur mere. Le pere de Mme Le, par exemple, etait strict mais pas autoritaire. Ses parents, dit-elle, ne punissaient pas leurs enfants : << juste quelques fessees de temps en temps >>. Mme Dinh, par contre, juge que son pere etait severe, mais que tout le monde s'aimait dans la famille. Mme Ly etait beaucoup plus proche de son pere, qui lui prodiguait des conseils et vers vers
abbr.
versed sine
 lequel elle se tournait en cas de probleme, que de sa mere, tres severe << parce qu'elle avait beaucoup d'enfants a elever >>.

M. Ngo, au contraire, avait un pere autoritaire et assez distant envers ses enfants, mais sa mere etait beaucoup plus douce a. 1. Sweet; pleasant.
2. Sober; prudent; sedate; modest.
And this is a douce, honest man.
- Sir W. Scott.
. M. Trinh, qui a perdu per·du or per·due  
n. Obsolete
A soldier sent on an especially dangerous mission.



[From French sentinelle perdue, forward sentry : sentinelle, sentinel +
 sa mere alors qu'il etait encore enfant, se sentait tres proche de son pere, alors que M. Nguyen insiste sur la passivite des enfants, << qui obeissaient sans qu'on ait besoin de les gronder >>. M. Tran, enfin, adopte un ton plus didactique : le respect et la reconnaissance envers les parents constituent la base de la societe vietnamienne. Le pere -- c'etait le cas chez lui -- est habituellement plus severe que la mere, mais les deux parents ne font qu'un dans leur desir d'orienter leurs enfants dans le droit Le Droit (established on March 27, 1913) is a Canadian daily newspaper, published in Ottawa, Canada and is operated by Gesca since 2000. History
The newspaper was launched at that period as a tool to condemn Bill 17, an Ontario legislation that abolished education
 chemin.

Les petits-enfants faisaient preuve de respect envers leurs grands-parents, mais il existait une certaine distance entre les generations. Nos aines mentionnent la deference que les jeunes devaient montrer a l'egard des personnes agees, tout en jugeant que, d'une part, cette deference etait parfaitement naturelle et que, d'autre part, elle inhibait l'effusion des sentiments. Mme Le parle du respect du aux aines comme d'un moule inculque dans la petite enfance et devenu une seconde nature, alors que M. Ngo mentionne la crainte qu'il ressentait a l'egard de ses grands-parents et le respect purement formel -- par exemple, les inviter rituellement a se servir au debut de chaque repas -- dont il devait faire preuve envers eux. Par contre, Mme Ly considere comme l'un des souvenirs les plus agreables de son enfance le bol de soupe aux nouilles que sa grand-mere maternelle lui achetait chaque fois qu'elle accompagnait celle-ci a la messe.

L'experience de nos aines denote une certaine souplesse a l'egard de la famille etendue. En principe, comme le soulignent M. Ngo et M. Tran, on doit entretenir des contacts beaucoup plus etroits avec la famille de son pere qu'avec celle de sa mere et, si possible, on doit vivre avec ses grands-parents paternels. Mais en realite, on se sent plus proche des parents qui habitent a proximite de chez soi, quel que soit le cote de la famille auquel ils se rattachent. Mme Le, Mme Ly et M. Nguyen, par exemple, n'entretenaient a peu pres aucun contact avec la parente de leur pere, qui vivait loin du lieu ou ils habitaient. M. Tran rappelle que ses parents lui repetaient souvent que pour etre juste, il faut se comporter de la meme facon avec les deux cotes -- paternel et maternel -- de la famille.

L'experience des aines montre donc que les principes confuceens sur lesquels repose la morale familiale vietnamienne savent s'adapter aux circonstances concretes de la vie de chacun, ce qui introduit un certain degre de variation dans les pratiques culturelles. Cette variation se retrouve, comme on l'a vu plus haut, dans la facon dont les parents se comportaient envers leurs enfants. Alors que certains etaient severes -- M. Tran admet que << [son] pere [le] fouettait souvent >> -- d'autres agissaient de facon beaucoup plus coulante. Selon M. Trinh, il existait plusieurs methodes disciplinaires, qui etaient fonction de l'attitude des enfants et de la mentalite des parents. Des le plus bas age, on inculquait aux jeunes une morale de discipline, d'obeissance, de soumission, de respect, de piete filiale et de reconnaissance. Avant de punir les enfants, on leur rappelait les principes fondamentaux de cette morale. S'ils recidivaient, on leur demandait d'avouer leur faute. C'est seulement a la seconde recidive qu'il y avait punition. Dans tous les cas -- et tous nos aines insistent la-dessus -- il regnait dans la famille une atmosphere d'amour mutuel et ce, malgre la severite occasionnelle des parents.

La souplesse partielle des pratiques culturelles semble avoir aide les Vietnamiens -- certains d'entre eux tout au moins -- a s'adapter au contexte migratoire qui est maintenant le leur. Quelques-uns des aines soulignent en effet qu'au Quebec, les parents originaires du Vietnam sont moins autoritaires avec leurs enfants que ce n'etait le cas dans leur pays natal. Pour M. Ngo, la familiarite parents-enfants, et meme l'amour mutuel, sont plus grands ici qu'ils ne l'etaient la-bas pendant pendant
 or pendent

In architecture, a sculpted ornament suspended from a vault or ceiling, especially an elongated boss (carved keystone) at the junction of the intersecting ribs of the fan vaulting associated with the English Perpendicular style.
 sa jeunesse. Mme Le, de son cote, trouve que les relations sociales se sont assouplies, en contexte migratoire comme dans le Vietnam moderne mo·derne  
adj.
Striving to be modern in appearance or style but lacking taste or refinement; pretentious.



[French, modern, from Old French; see modern.]

Adj. 1.
. Ce ne sont plus les parents qui decident de tout. Ils discutent avec leurs enfants et tiennent compte de leur opinion. Mme Le ajoute que la nature des rapports parents-enfants depend de l'education que les jeunes ont recue. M. Trinh abonde dans le meme sens : si on est bien eduque des son plus jeune age, on aime ses parents et on les respecte autant qu'on le faisait autrefois.

M. Nguyen ne voit pas de changements dans les rapports familiaux entre ici et le Vietnam, puisqu'on s'entraide encore beaucoup. Pour Mme Dinh, parents et enfants font preuve d'autant d'amour qu'auparavant, mais comme les Vietnamiens installes en Amerique du Nord doivent travailler tres dur, ils ne peuvent plus soutenir leurs parents -- financierement ou par leur presence physique -- autant qu'on le faisait au Vietnam, ce qui contribue a refroidir les relations intrafamiliales. Les enfants visitent leurs parents plus rarement et les aines s'ennuient, surtout en hiver souligne Mme Ly. Pour M. Tran, comme on a moins de temps a sa disposition, les contacts sont plus rares. Les aines souhaitent que les jeunes se comportent avec eux selon les normes d'autrefois, alors que leurs enfants voudraient que les parents soient plus ouverts et plus souples, mais les deux generations ont du mal a communiquer entre elles et leurs souhaits reciproques restent souvent ignores.

La perception par nos aines des relations familiales en contexte migratoire apparait donc contrastee. Certains insistent sur les ameliorations -- la plus grande souplesse par exemple -- des rapports parents-enfants, alors que d'autres deplorent le fait que les jeunes n'ont plus beaucoup de temps pour s'occuper d'eux ou, encore, trouvent que rien n'a vraiment change. Tous, cependant, insistent sur le lien que les jeunes doivent garder avec les personnes agees. C'est la une La Une (The One) is a Belgian national television channel, owned and operated by RTBF. History
INR
Institut National de Radiodiffusion (IRN) begins experimental television in Belgium on 2 June 1953, with the crowning of Elizabeth II of the United
 attitude assez normale pour des gens de leur generation.

En resume, les relations intrafamiliales semblent etre percues comme reposant ou devant reposer, dans le Vietnam d'autrefois comme dans le Quebec ou on vit aujourd'hui, sur l'amour mutuel et la reconnaissance des jeunes envers leurs aines. C'est la la base de la piete filiale, vertu au coeur de la morale sociale confuceenne. Cette vertu doit etre inculquee aux enfants par l'education. Le comportement des jeunes envers leurs parents peut souvent s'expliquer par le fait qu'ils ont recu une << bonne >> ou une << mauvaise >> education. D'ou l'importance de l'apprentissage de la discipline -- << naturelle >> aux dires de plusieurs aines -- et la necessite des etudes en general (les deux ainees peu scolarisees deplorent leur manque man·qué  
adj.
Unfulfilled or frustrated in the realization of one's ambitions or capabilities: an artist manqué; a writer manqué.
 de formation et ont tenu a ce que leurs enfants aillent a l'ecole).

L'esprit pratique pra·tique  
n.
Clearance granted to a ship to proceed into port after compliance with health regulations or quarantine.



[French, from Old French practique, from Medieval Latin
 l'emporte cependant souvent sur la norme culturelle, et nos aines en sont bien conscients. Les manifestations concretes des rapports familiaux varient donc selon le niveau et les conditions de vie de chacune et de chacun, selon les epoques aussi, et selon le lieu Coordinates:  Le Lieu is a municipality in the canton of Vaud in Switzerland, located in the district of La Vallée de Joux.  de residence (campagne ou ville ; Vietnam ou Quebec). On pourra ainsi avoir des relations plus suivies avec sa famille maternelle -- ce qui diverge diverge - If a series of approximations to some value get progressively further from it then the series is said to diverge.

The reduction of some term under some evaluation strategy diverges if it does not reach a normal form after a finite number of reductions.
 en principe de la norme confuceenne -- ou, en contexte migratoire, essayer d'etre moins autoritaire, plus comprehensif avec ses enfants, tout en deplorant que les occupations de ceux-ci les eloignent de leurs parents. Dans l'ensemble cependant, nos aines estiment qu'au Vietnam comme ailleurs, les pratiques culturelles vietnamiennes, celles d'autrefois autant que celles d'aujourd'hui, se caracterisent toujours par l'importance affective -- et aussi economique et sociale -- qu'on accorde a la proche famille.

Recits sur le mariage et les enfants

Tous les aines interviewes ont ete maries -- l'un d'eux l'a meme ete deux fois, suite a un veuvage -- sauf Mme Le que, dit-elle, ses parents n'ont jamais forcee a epouser quiconque et qui est restee celibataire toute sa vie. A l'exception de M. Tran qui s'est marie plus tard, nos aines ont convole assez jeunes, pousses par leurs parents a fonder un foyer, afin de perpetuer la lignee.

Mme Dinh faisait de la couture pour la famille de son futur mari. Elle a rencontre Ren`con´tre   

n. 1. Same as Rencounter,

n. os>
 celui-ci a quelques reprises REPRISES. The deductions and payments out of lands, annuities, and the like, are called reprises, because they are taken back; when we speak of the clear yearly value of an estate, we say it is worth so much a year ultra reprises, besides all reprises.
     2.
 avant le mariage, mais pas souvent, car c'est elle qui tenait la maison pour ses freres et soeurs et elle etait tres occupee. En raison de la modestie des moyens du couple, la ceremonie de fiancailles a ete simple : le promis a remis a Mme Dinh et a ses proches quelques fruits enveloppes dans du papier rouge, de l'argent et des bijoux bi·joux  
n.
Plural of bijou.
 de peu de valeur. Leur mariage a eu lieu a l'eglise catholique, puis les oncles et les cousins du mari sont alles chercher la nouvelle epousee pour l'amener dans sa belle-famille. Mais il ne s'agissait la que d'un geste geste  
n.
Variant of gest.
 rituel puisque, des le lendemain, le couple est retourne vivre dans la famille de Mme Dinh, dont les freres et soeurs requeraient la presence. Ce retour etait d'autant plus facile (language) Facile - A concurrent extension of ML from ECRC.

http://ecrc.de/facile/facile_home.html.

["Facile: A Symmetric Integration of Concurrent and Functional Programming", A. Giacalone et al, Intl J Parallel Prog 18(2):121-160, Apr 1989].
 que le mari, orphelin et enfant unique, n'entretenait pas d'obligations envers de proches parents.

Mme Ly dit DIT

di-iodotyrosine.
 avoir d'abord frequente un homme riche mais sans instruction. Son pere, dont elle appreciait les conseils, lui a alors presente un jeune homme instruit mais de moyens tres modestes, en lui suggerant de l'epouser. Comme c'etait le cas avec Mme Dinh, ils se sont peu vus avant le mariage car tous deux travaillaient fort. Lors des fiancailles, le promis n'a pu offrir a sa future belle-famille que quelques fruits. Les noces elles-memes ont ete tres simples: les conjoints, qui travaillaient ce jour-la, se sont presentes a l'eglise a l'heure convenue et la ceremonie a ete suivie d'une reception. Mme Ly est ensuite allee vivre chez son mari. Elle aimait bien son beau-pere (sa belle-mere etait decedee), ses beaux-freres et ses belles-soeurs, mais << pas autant que [ses] propres parents >>.

M. Ngo, de son cote, a epouse une camarade d'enfance dont les parents connaissaient les siens depuis longtemps. Les deux familles etant plus aisees que celles de Mme Dinh et de Mme Ly, les fiancailles furent plus elaborees. Les familles discuterent longtemps, par exemple, des cadeaux que les parents de M. Ngo devaient offrir a ceux de sa fiancee, pour redistribution dans toute la famille etendue : bouteilles de vin, boites de biscuits, noix, etc. Le jour
This article is about the Quebec independence newspaper. For other uses, see Le Jour (disambiguation).


Le Jour (French for "The Day") was a Quebec independence newspaper.
 du mariage, M. Ngo et ses proches sont alles chercher la fiancee chez elle pour la ramener chez son futur. Apres s'etre prosterne devant l'autel des ancetres du marie, le couple a echange des anneaux -- << chez nous on pratiquait ca >> commente M. Ngo a propos de cette coutume importee d'Europe -- puis est alle a la mairie signer les papiers de mariage, avant que la journee ne se termine par un banquet. Les nouveaux maries ont habite pendant un certain temps chez les parents de M. Ngo. Celui-ci dit qu'il s'entendait bien avec sa belle-famille.

M. Trinh, lui, affirme d'emblee qu'il n'a << pas connu de premier amour >> (c'est-a-dire qu'il n'a frequente personne avant le mariage) et qu'il a respecte le choix des siens qui lui avaient deniche une fille << de bonne famille et bien eduquee >>. Les futurs ont ete presentes a leurs beaux-parents prospectifs par l'entremetteuse qui avait mis les deux familles en contact. Comme ils se convenaient les uns aux autres (meme niveau social) le mariage a ete decide. M. Trinh signale que si l'un des jeunes avait deja aime quelqu'un d'autre -- ce qui n'etait pas son cas -- il aurait pu refuser le choix de ses parent.

Le jour des fiancailles, la famille du promis a offert des bijoux a celle de sa future, mais pas d'argent liquide (on en aurait cependant offert si la jeune fille avait ete pauvre). Le couple s'est marie en 1944, alors que la guerre faisait rage au Vietnam. Pour des raisons de securite, la femme de M. Trinh est retournee vivre chez ses parents a la campagne, alors que lui demeurait chez les siens a Saigon et allait la visiter les week-ends. Ce n'est qu'en 1946 qu'ils purent emmenager dans leur propre maison. Notre aine dit avoir considere sa belle-famille comme la sienne propre.

A l'instar de M. Trinh, M. Nguyen a epouse par obeissance la jeune fille que sa mere lui destinait, une voisine fille d'instituteur a la retraite. Les deux familles etant tres pauvres, seuls les proches parents participerent au banquet de noces (<< les gros mariages c'est pour les riches >> commente M. Nguyen). C'est seulement alors que le marie dit avoir << connu l'amour >>, c'est-a-dire avoir eu ses premieres relations sexuelles, les rapports pre-maritaux etant severement interdits dans le Vietnam traditionnel. Comme il possedait un appartement de fonction (il travaillait deja pour l'administration), c'est la que le couple alla vivre apres le mariage. M. Nguyen affirme avoir respecte son beaupere comme s'il l'avait eu pour maitre d'ecole (10).

M. Tran, enfin, a rencontre sa future par l'intermediaire d'un compagnon de chambre a l'hopital. Il faisait alors partie de l'armee sud-vietnamienne et avait suivi des cours de droit [French, Justice, right, law.] A term denoting the abstract concept of law or a right.

Droit is as variable a phrase as the English right or the Latin jus. It signifies the entire body of law or a right in terms of a duty or obligation.
. Il etait donc plus age que nos autres aines. Ce compagnon lui ayant dit qu'il << avait un ami qui connaissait une belle fille qu'il pourrait lui presenter >>, M. Tran prit rendez-vous avec la demoiselle en question et ils se plurent. Qui plus est, les deux familles accepterent bien cette rencontre, surtout, affirme notre aine, quand les parents de la femme constaterent qu'il etait << un homme bien >>. Les tourtereaux parlerent donc rapidement de mariage (c'est la soeeur ainee de M. Tran qui, en raison du deces du pere et de la maladie de la mere, demanda la main de la jeune fille au nom de la famille). Comme on etait en guerre, les fiancailles furent tres simples (don a la famille de la fiancee de quelques fruits et bijoux enveloppes dans du papier rouge), de meme que les noces (ceremonie a l'eglise suivie d'un repas chez le marie). A pres le mariage, le couple habita son propre logement, ce que M. Tran conseille a ses enfants de faire car cela procure plus d'intimite. En depit de cette intimite recherchee par le couple, M. Tran dit avoir aime sa belle-famille autant que la sienne (<< quand on est marie, on devient un >>).

Ces recits de mariage montrent d'abord le contraste qui existait autrefois -- et qui existe peut-etre toujours au Vietnam (voir Blanc 2001) -- entre ce qui se passait chez les riches (ceremonies et cadeaux plus elabores) et chez les pauvres (celebrations reduites au minimum), chez les catholiques (passage a l'eglise) et chez les non-catholiques. Les frequentations, les fiancailles et le mariage proprement dit pouvaient donc prendre des formes (language, music) Formes - An object-oriented language for music composition and synthesis, written in VLISP.

["Formes: Composition and Scheduling of Processes", X. Rodet & P. Cointe, Computer Music J 8(3):32-50 (Fall 1984)].
 diverses selon les circonstances, mais les recits de nos aines mentionnent la presence de rituels de base que tous semblent considerer comme essentiels ou, du moins, importants : cadeaux de fiancailles (enveloppes dans du papier rouge) a la famille de la promise ; << enlevement >> de la fiancee, qu'on amene chez son futur mari (meme si, comme Mme Dinh, elle retourne chez elle le lendemain) ; repas de noces.

Ces rituels se rattachent a un modele culturel plus complexe, sans doute rarement suivi dans son entier, de ce qu'etait un << mariage traditionnel >> au Vietnam. Mme Le, originaire du nord du pays, et M. Trinh, qui vivait au sud, decrivent de facon assez semblable, malgre quelques variantes, les etapes canoniques de ce ceremonial : accordailles par le biais d'une entremetteuse ; cadeaux de fiancailles (emballes en rouge, couleur de la joie) distribues a la famille etendue de la promise ; ceremonie de fiancailles chez la jeune fille, ou on presente son promis a sa future belle-famille (y compris aux ancetres) et ou on demande formellement la permission d'emmener la promise dans la famille de son mari ; << enlevement >> de la fiancee le matin Le Matin may refer to:
  • Le Matin (Switzerland), a Swiss daily newspaper
  • Le Matin du Sahara et du Maghreb, a Moroccan daily newspaper
  • Le Matin (Algeria), an Algerian daily newspaper, directed by Mohamed Benchicou
  • Le Matin
 du mariage, quand le fiance et sa famille viennent la chercher chez ses parents avec des presents (11) pour la ramener chez eux en procession ; presentation de la jeune fille aux ancetres de son epoux, devant l'autel desquels on se prosterne (12) ; banquet de noces chez les parents du mari ; conseils donnes aux futurs epoux par un vieillard ; visites de courtoisie aux principaux invites dans les jours suivant la noce ; etc.

Tous nos aines mentionnent le fait que le mariage doit etre une demonstration d'harmonie familiale : on a confiance en ses parents -- chez qui on vit generalement encore -- pour ce qui est du choix du conjoint con·joint  
adj.
1. Joined together; combined: "social order and prosperity, the conjoint aims of government" John K. Fairbank.

2.
 (ou, comme M. Tran, on estime essentiel que la famille approuve un choix personnel) et on considere sa belle-famille comme la sienne propre. Plusieurs aines signalent aussi le role joue par l'education dans le choix du conjoint : Mme Ly prefere un pauvre instruit a un riche ignorant ; M. Trinh mentionne que la fiancee qu'on lui proposait etait << bien eduquee >> ; M. Nguyen epouse la fille d'un instituteur ; et M. Tran est accepte de sa future belle-famille parce qu'il est un << homme bien >>. Nos aines reprennent ainsi deux elements discursifs -- harmonie familiale et importance de l'education -- qui tenaient une place de choix dans leurs recits sur la famille. Ces elements semblent donc faire partie du noyau dur de leur identite culturelle.

Tous les aines maries ont eu leur premier enfant plus ou moins un an apres leur mariage, l'union maritale etant consideree comme indissociable de la procreation PROCREATION. The generation of children; it is an act authorized by the law of nature: one of the principal ends of marriage is the procreation of children. Inst. tit. 2, in pr. . Mme Dinh, qui s'est separee assez tot de son mari, n'a eu qu'une fille, dont elle etait proche comme sa mere avait ete proche d'elle. Elle estime avoir traite sa fille comme il se doit, la gatant beaucoup d'une part, mais, d'autre part, lui interdisant de sortir seule et d'aller s'amuser pour eviter qu'elle subisse de mauvaises influences. Mme Dinh tenait egalement a ce que sa fille soit instruite, comme elle-meme ne l'avait pas ete.

M. Ngo aussi affirme avoir pousse ses quatre enfants a poursuivre leurs etudes, tout en leur expliquant pourquoi il les encourageait dans cette voie. A partir de l'age de 18 ans, il les a consideres comme des amis plutot que comme des personnes qui lui devaient obeissance, une attitude contraire a celle que son pere avait eue a son egard. Mme Ly, par contre, dit avoir imite le comportement de son pere envers elle, en jouant le role de confidente aupres de ses onze enfants. Elle etait severe avec eux, mais << pas autant que [son] mari >>.

M. Trinh, lui, estime ne pas avoir ete severe avec ses enfants et s'etre comporte en bon pere de famille : << je les aimais, je les nourrissais, je les eduquais >>. Il les a eleves de la facon dont lui-meme l'avait ete. Meme attitude tolerante chez M. Nguyen et M. Tran, plutot severes quand les enfants desobeissaient (<< je leur donnais parfois de petites tapes >> dit le premier), mais insistant sur le fait qu'il faut aimer ses rejetons et leur donner des conseils plutot que des ordres, et aussi leur expliquer en quoi ils ont erre (<< pas juste les gifler >> selon M. Nguyen) en commettant ce que l'on considere comme une faute.

Nos aines semblent avoir apprecie la naissance de chacun de leurs enfants, meme quand il s'agissait de filles, souvent dedaignees par la tradition confuceenne (<< un testicule vaut dix filles >> affirme un dicton vietnamien ; voir aussi Belanger 2002). Selon M. Tran, << ce que Dieu nous donne on l'accepte et on l'apprecie >>, et d'apres M. Nguyen (dont le pere venait de Chine), au Vietnam, << ce n'est pas comme chez les anciens Chinois, ou la tradition commandait de noyer les filles parce qu'elles ne comptaient pas >>.

Les aines interviewes semblent donc considerer qu'il faut traiter les enfants avec une certaine severite, mais que celle-ci doit etre motivee par l'amour parental et compensee par une attitude d'ecoute envers les jeunes. Ils estiment avoir repris envers leurs enfants l'attitude que leurs parents avaient eue envers eux, sauf quand, comme c'est le cas de M. Ngo, cette attitude est jugee negative. Les aines insistent aussi, encore une fois, sur l'importance de l'education a donner aux jeunes.

En contexte migratoire, l'education peut poser probleme. Mme Dinh pense que les enfants vietnamiens scolarises au Quebec en savent beaucoup plus que leurs parents et, en consequence, refusent de les ecouter. Au Vietnam, les parents donnent des ordres et les jeunes obeissent alors qu'ici, ils ont tendance a s'opposer aux idees de leurs parents. Mme Ly abonde dans le meme sens: les enfants vietnamiens eleves au Canada cherchent a imiter les jeunes Nord-Americains et ne veulent plus toujours ecouter leurs aines.

M. Ngo, par contre, voit des aspects positifs dans la situation actuelle. Il est exact qu'ici les parents vietnamiens jouissent de moins d'autorite qu'autrefois, mais ils eduquent leurs enfants de facon beaucoup plus pratique qu'on ne le faisait traditionnellement, car ils possedent maintenant les connaissances scientifiques necessaires a l'education efficace des jeunes. M. Tran est d'accord avec lui. On ne peut pas importer ici les methodes pedagogiques qui avaient cours au Vietnam pendant sa jeunesse. Il faut enseigner aux enfants a gerer leur liberte en leur prodiguant des conseils plutot qu'en leur donnant des ordres. Sur le plan professionnel par exemple, on ne peut plus forcer les jeunes a etudier la profession ou le metier que les parents leur souhaitent voir exercer.

Beaucoup plus age que M. Ngo et M. Tran, M. Dinh deplore de·plore  
tr.v. de·plored, de·plor·ing, de·plores
1. To feel or express strong disapproval of; condemn: "Somehow we had to master events, not simply deplore them" 
 les mauvaises influences subies par les jeunes Vietnamiens de troisieme generation nes au Quebec : << on leur accorde beaucoup de libertes, de droits et de protection, ce qui va a l'encontre de l'education que leur donnent leurs parents >>. Cette affirmation, qui rejoint les idees emises par Mme Dinh et Mme Ly, met en lumiere les contrastes -- surtout lies a l'age et a la situation familiale -- existant entre les opinions des aines quant a la valeur, bonne ou mauvaise, de l'education recue en contexte migratoire.

Recits sur les fetes et les ceremonies

Les fetes et ceremonies ont joue un role important pendant l'enfance de nos aines. Tous se souviennent, par exemple, de la facon dont on celebrait le Tet Nguyen Dan, le Nouvel An lunaire, fin janvier ou debut fevrier. Comme ils l'avaient fait pour le mariage, Mme Le et M. Trinh decrivent de facon detaillee le modele canonique de celebration du Tet, c'est-a-dire les pratiques considerees comme essentielles pour que le Nouvel An soit fete de facon rituellement complete : ceremonie d'envoi du dieu du foyer au ciel, pour qu'il y fasse rapport sur les activites de la famille (23e jour du dernier mois de l'annee) (13) ; nettoyage et decoration (en rouge) de la maison; achat d'arbustes qui fleuriront au premier jour de l'annee et de vetements neufs a porter au Jour de l'An ; visite a la pagode Pagode is a Brazilian style of music which originated in the Rio de Janeiro region as a subgenre of Samba. Pagode originally meant a celebration with lots of food, music and dance.  bouddhique au moment du passage a la nouvelle annee ; observation d'interdits divers (ne pas balayer par exemple, pour ne pas chasser l'argent de la maison) ; choix d'une personne prospere et de bonne reputation comme premier visiteur au matin mat·in   also mat·in·al
adj.
Of or relating to matins or to the early part of the day.



[Middle English, from Old French, sing. of matines, matins; see matins.]
 du premier jour ; tir de petards ; prosternation de la famille devant l'autel des ancetres ; visites recues et rendues ; etrennes monetaires donnees aux enfants ; repas collectifs ; etc.

Dans la pratique cependant, on n'observait pas toujours tous ces rituels et, chez les catholiques, ceux-ci variaient en partie. M. Ngo, qui etait bouddhiste, considerait le Tet comme le plus grand jour de l'annee. Il se souvient des etrennes qu'il recevait, des vetements neufs qu'il portait, des jeux auxquels il s'adonnait en famille Adv. 1. en famille - in a casual way at home; "we'll have dinner en famille"  (dont un jeu de cartes a fonction divinatoire), du culte des ancetres et des banquets. M. Trinh, lui, se rappelle plus particulierement les pieces de theatre populaire qu'on jouait a cette occasion, tandis que M. Nguyen mentionne le fait que chez lui, malgre leur pauvrete, toute la grande famille contribuait a l'achat de nourriture pour l'autel des ancetres, et que sa grand-mere donnait dix sous aux enfants comme etrennes du Nouvel An (alors que, ajoute-t-il, il est maintenant en mesure de donner dix dollars a chacun de ses petits-enfants).

Chez les catholiques, les parents de Mme Dinh achetaient de la nourriture pour trois jours (habitude hab·i·tude  
n.
A habitual tendency or way of behaving. See Synonyms at habit.



[Middle English, from Latin habit
 presente aussi chez les noncatholiques), afin de ne pas avoir a se procurer de denrees pendant les fetes. Sa famille ne faisait cependant rien de special pour le Tet, sauf manger des gateaux et des legumes Legumes
A family of plants that bear edible seeds in pods, including beans and peas.

Mentioned in: Cholesterol, High

legumes (l
 reserves a cette occasion. Mme Ly se souvient, elle aussi, des sucreries et des gateaux du Nouvel An, mais elle se rappelle egalement les distributions d'etrennes et les visites aux grands-parents pour leur souhaiter la Bonne Annee. M. Tran, de son cote, est un peu plus disert. Il se souvient que chez lui on se reveillait a minuit le premier de l'an, afin d'offrir ses voeux aux membres decedes de la famille. Les enfants allaient ensuite se recoucher tandis que les parents continuaient a prier pri·er also pry·er  
n.
One who pries, especially a person who is unduly interested in the affairs of others.
. Tout le monde assistait a la messe de huit heures, puis les paroissiens souhaitaient la Bonne Annee a leur cure. Le deuxieme jour de l'an, on visitait la parente et les enfants recevaient comme etrennes des pieces de monnaie dans une enveloppe rouge Iii xi]. Le troisieme jour enfin, on allait au cimetiere pour nettoyer les tombeaux familiaux et y deposer des fleurs (une coutume normalement observee avant le Tet chez les non-catholiques).

Le Tet etait ainsi celebre de facon contrastee selon la religion et les moyens de chacun, mais certains elements reviennent dans tous les recits, ou presque : hommage aux defunts de la famille (culte des ancetres ou, chez les catholiques, prieres pour les morts) ; visites pour souhaiter la Bonne Annee ; etrennes aux enfants ; repas collectifs avec mets speciaux. La plupart de nos aines s'entendent aussi sur le fait que la celebration du Nouvel An durait trois jours, quoique certains mentionnent qu'autrefois on fetait pendant sept (Mme Dinh) ou meme quinze (M. Ngo) jours, ou que les pauvres ne pouvaient celebrer qu'une seule journee (Mme Dinh).

Les enfants celebraient la Mi-Automne [Tet Trung Thu] le quinzieme jour (pleine lune) du huitieme mois lunaire. Nos aines se souviennent de processions aux lanternes, de chansons et de gateaux et autres sucreries. Mme Le se rappelle que les enfants de Hanoi faisaient en procession le tour du petit lac lac, resinous exudation from the bodies of females of a species of scale insect (Tachardia lacca), from which shellac is prepared. India is the chief source of shellac, although some is obtained from other areas in Southeast Asia.  Hoan Kiem au centre de la ville, alors que M. Tran et ses camarades tournaient autour de leur eglise paroissiale. M. Trinh mentionne que pendant que les enfants se promenaient avec des lanternes, leurs parents allaient contempler la lune La Lune ("The Moon") was the name of a nineteenth-century French weekly four-sheet newspaper edited by Francis Polo. The illustrator André Gill became known for his work for this journal, in which he drew caricatures for a series entitled The Man of the Day.  en mangeant des gateaux et en se rememorant des souvenirs de jeunesse.

On celebrait aussi a d'autres occasions. Mme Le parle ainsi des fetes nationales francaises a Hanoi, mais pour souligner que ses proches ne s'adonnaient a aucune activite particuliere ces jours-la. M. Ngo mentionne les fetes du genie genie: see jinni.


An online information and bulletin board service that closed its doors at the end of 1999, much to the dismay of its many users, some of whom were still chatting when the plug was pulled.
 tutelaire protecteur de son village, celebrees avec du theatre populaire, la ceremonie taoiste du Te (14), et un grand banquet. M. Trinh souligne la ceremonie pour les ames Leslie ("Les") Ethelbert George Ames, CBE (born 3 December, 1905 in Elham, Kent; died 27 February, 1990 in Canterbury, Kent) was an outstanding wicket-keeper and batsman for the England cricket team and Kent County Cricket Club.  errantes, le quinzieme jour du septieme mois lunaire, ou on dressait, devant les maisons, des autels avec offrandes d'encens et de nourriture pour les defunts dont personne ne celebrait le culte. M. Nguyen, enfin, se souvient surtout des anniversaires de deces. Chaque fois que sa famille celebrait le culte d'un de ses ancetres, le jour anniversaire de sa mort -- selon le calendrier lunaire --, on invitait les gens du voisinage a venir participer au banquet qui suivait les prosternations devant l'autel : << les voisins venaient alors chez nous et ca nous plaisait, parce que nous savions que nous aurions beaucoup de choses a manger >>.

Les catholiques avaient leurs propres celebrations. Outre ou·tré  
adj.
Highly unconventional; eccentric or bizarre: "outré and affected stage antics" Michael Heaton.
 Noel, Paques et les autres fetes du calendrier liturgique commun, chaque paroisse celebrait a sa maniere. Mme Ly se rappelle avec emotion la Semaine Sainte dans son village, et plus particulierement le chemin de croix du Vendredi Saint, ou un acteur incarnant Jesus rejouait la Passion. M. Tran, lui, parle de la fete de sa paroisse, le 15 aout, date ou on organisait une kermesse et des activites diverses auxquelles on conviait les gens des paroisses voisines.

L'arrivee d'un nouveau-ne n'etait pas consideree comme une occasion de celebrer et on ne celebrait pas non plus les anniversaires de naissance, ni chez les catholiques ni chez les autres. Tout le monde vieillissait d'une annee au Jour de l'An lunaire. Selon M. Ngo, ce n'est que quand une personne atteignait soixante, puis soixante-dix ans, qu'on fetait sa longevite. Les familles pieuses soulignaient cependant le premier mois, puis la premiere annee de l'enfant, peu importe qu'elles soient bouddhistes (M. Trinh) ou catholiques (Mme Dinh).

Les deces, par contre, faisaient l'objet de ceremonies elaborees et de croyances nombreuses que detaillent, encore une fois, Mme Le et M. Trinh : constat du deces ; achat du cercueil ; prieres bouddhistes aupres du corps, souvent sous la direction d'un bonze bonze  
n.
A Buddhist monk, especially of China, Japan, or nearby countries.



[French, from Portuguese bonzo, from Japanese bons
 ; determination de l'heure la plus faste pour l'enterrement; prosternations des visiteurs devant l'autel dresse pres du cercueil; vetements speciaux portes par la famille endeuillee ; cortege funebre (a pied, puis en voiture si le cimetiere est trop eloigne) vers le lieu de sepulture ; dernieres prieres et prosternations devant le cercueil ; terre et fleurs jetees dans la fosse ; enterrement au milieu des gemissements des proches ; etc. Les ceremonies catholiques semblent avoir ete un peu plus simples, mais elles comprenaient elles aussi des prieres aupres du defunt expose chez lui, un cortege funebre (apres la messe de funerailles a l'eglise) et un enterrement auquel assistaient la famille et les proches.

Ce qui parait avoir varie, c'est le nombre de jours pendant lesquels le defunt etait expose a la maison: quatre ou cinq (M. Ngo), trois ou quatre (Mme Le), trois (M. Trinh), deux (Mme Ly), ou meme un seul (Mme Dinh et M. Tran). La temperature ambiante, de meme que la presence des proches a proximite ou, au contraire, la necessite d'attendre l'arrivee de parents vivant au loin, determinaient sans doute le deroulement et la longueur lon·gueur  
n.
A tedious passage in a work of literature or performing art: "longueurs and passages of meretricious vulgarity" Stephen Schiff.
 des ceremonies funeraires. Celles-ci etaient peut-etre plus courtes chez les catholiques.

Nos aines catholiques croient, bien sur, a l'immortalite de l'ame, mais ils ne pratiquent pas le culte des ancetres. Selon Mme Ly, on peut prier ses parents defunts sans avoir pour cela a deposer des offrandes sur leur autel et a se prosterner devant celui-ci. Et pour M. Tran, comme les ancetres sont au paradis -- puisque, de leur vivant, c'etait des gens biens -- quand on pense a eux, on pense a Dieu. << J'ai un autel des ancetres dans mon coeur >>, precise-t-il.

Mme Le, qui n'est pas catholique, croit elle aussi en la survie de l'ame. << Tout ne se termine pas avec la mort >>, dit-elle. Quand on a la foi, on sait que nos parents continuent a veiller sur nous. Pour M. Ngo, les ames des ancetres sont bien presentes sur l'autel chaque fois qu'on celebre leur culte. Elles y viennent proteger leurs descendants DESCENDANTS. Those who have issued from an individual, and include his children, grandchildren, and their children to the remotest degree. Ambl. 327 2 Bro. C. C. 30; Id. 230 3 Bro. C. C. 367; 1 Rop. Leg. 115; 2 Bouv. n. 1956.
     2.
 encore vivants. Par contre, M. Trinh et M. Nguyen voient plutot le culte des ancetres comme un symbole de respect et de reconnaissance envers ceux qui nous ont engendres. << Il ne faut pas etre superstitieux >>, dit le premier, en croyant en la presence reelle des defunts sur leur autel. Comme celles de Mme Le et de M. Ngo, leurs familles rendaient cependant a leurs ancetres un culte regulier a l'occasion du Tet ou des anniversaires de deces. Mais seul M. Ngo frequentait la pagode bouddhique avec sa mere. Mme Le y allait tres rarement et elle ne se definit aucunement comme bouddhiste.

On peut donc constater qu'au-dela d'une similitude de base -- malgre des differences certaines entre les catholiques et les autres -- dans la celebration du Tet et dans la ritualisation des rapports avec les defunts, les recits de nos aines divergent sur la forme de ces ceremonies et rituels, ainsi que sur l'interpretation qu'on en donne. Ces divergences peuvent etre liees a la religion de chacun (15), mais pas uniquement. Elles refletent aussi des traditions familiales differentes. Par contre, les recits convergent quant a la nature des fetes et ceremonies traditionnelles: tous les aines se souviennent avoir celebre le Tet, la Mi-Automne, les funerailles et les anniversaires de deces, meme s'ils ne le faisaient pas tous de la meme maniere. On se refere donc encore ici a un modele culturel unique de par son fondement -- la necessite de celebrer les memes moments forts de l'annee et de l'existence -- mais multiple quant a ses realisations concretes.

Cette possibilite de realisations multiformes, due au pluralisme syncretique de la culture vietnamienne, explique sans doute pourquoi les fetes et ceremonies du Vietnam ont pu etre transplantees a l'etranger et s'y adapter sans trop de problemes aux circonstances nouvelles nees de l'immigration. Nos aines mentionnent certaines de ces adaptations : on celebre le Tet le samedi ou le dimanche -- et pas necessairement le premier de l'an -- pour que travailleurs et etudiants puissent participer aux celebrations ; celles-ci ont souvent ete simplifiees par rapport a ce qu'elles etaient autrefois et le nombre de fetes a diminue. Puisque chaque famille s'adonne a ses propres occupations, le prive Le Prive is the prototypical Korean club or "K-Club" in Los Angeles. Le Prive represents the most successful of the K-clubs in Koreatown ("K-Town") and is perhaps the largest Asian dance club in North America.  prend le pas sur le collectif et le Tet, comme les autres fetes, est de moins en moins commemore publiquement. En contexte migratoire, en effet, les ceremonies privees -- mariages et funerailles par exemple -- sont encore celebrees avec le meme eclat et le meme luxe luxe  
n.
1. The condition of being elegantly sumptuous.

2. Something luxurious; a luxury.



[French, luxury, from Latin luxus.
 de details, ou presque, qu'autrefois. Selon M. Nguyen, les mariages sont meme devenus plus grandioses ici -- avec 200 a 300 invites -- qu'ils ne l'etaient au Vietnam (16), alors que les fetes collectives ont ete simplifiees de beaucoup dans la diaspora.

Reflexions des aines sur la pertinence de leur experience culturelle

Nos aines ont ete invites a s'exprimer sur la pertinence de leur culture ancestrale pour les jeunes d'origine vietnamienne vivant au Quebec et -- pourquoi pas ? -- pour la population canadienne en general. On leur a aussi demande comment, a leur avis, on pouvait favoriser la preservation et la transmission des traditions et des valeurs vietnamiennes au Canada.

Pour ce qui est du premier point, la plupart des aines ont repondu qu'il etait essentiel que les jeunes Quebecois d'origine vietnamienne continuent a preserver la tradition familiale : respect des personnes agees, culte des ancetres, reconnaissance envers les parents. Certains ont ajoute a cela la celebration des fetes vietnamiennes (le Tet par exemple), le gout gout, condition that manifests itself as recurrent attacks of acute arthritis, which may become chronic and deforming. It results from deposits of uric acid crystals in connective tissue or joints.  pour l'education, ou meme des elements materiels comme le vetement traditionnel. Plusieurs ont insiste sur l'importance des valeurs morales : l'esprit d'union, la priere, l'interdiction de vie conjugale avant le mariage, etc. Certaines remarques se voulaient pratiques : quand un enfant marie habite avec ses vieux parents, les deux familles peuvent se rendre mutuellement service. En somme, les aines ont une vision de la tradition vietnamienne en contexte migratoire qui correspond d'assez pres a l'identite culturelle qu'expriment leurs recits de vie. Certains d'entre eux reconnaissent cependant la part jouee par la modernite, comme Mme Dinh, qui affirme qu'on doit rester fidele a soi-meme, peu importe ou l'on vit, tout en adoptant ce qu'il y a de meilleur dans les deux traditions (vietnamienne et canado-quebecoise) auxquelles on a acces ; ou M. Nguyen, qui souligne la necessite pour les Vietnamiens vivant a l'etranger de s'adapter a certaines habitudes de leur societe hote.

En ce qui concerne l'apport eventuel des Vietnamiens a la culture et a la societe d'ici, nos aines se font moins diserts. M. Nguyen avoue ne pas savoir, alors que Mme Dinh et M. Ngo ne pensent pas que les traditions vietnamiennes puissent etre d'une quelconque utilite aux Canadiens d'autres origines. M. Trinh, par contre, parle d'entente mutuelle : avec du temps et de la bonne volonte, Canadiens et Vietnamiens apprendront a vivre en harmonie et leurs cultures s'interpenetreront peu a peu, comme le feront aussi celles des autres groupes ethniques etablis au Canada. Mais seuls M. Tran, Mme Ly et Mme Le ont une opinion bien arretee : ce qui manque au Canada comme au Quebec d'aujourd'hui, c'est l'esprit de famille et le respect des aines qu'on observait au Vietnam du temps de leur enfance. Les jeunes d'ici devraient donc emprunter a leurs concitoyens d'origine vietnamienne un peu de leur politesse envers les aines, de leur sens de la famille et de leur piete filiale.

Comment faciliter cette transmission des valeurs et traditions ? Deux aines ne savent pas trop. D'autres y voient une question d'education. Education des enfants d'abord, dans le coeeur de qui de qui (dequi) (dā kēˑ),
n the sensation experienced by a person undergoing acupuncture treatment when the needle is inserted correctly into an acupuncture point.
 on devrait graver des le plus jeune age les principes moraux qui en feront des citoyens utiles. Education des parents aussi, a qui il faudrait donner des cours pour leur apprendre a mieux guider leurs enfants en contexte migratoire. Seul, toutefois, M. Trinh propose un plan bien precis pour transmettre les valeurs traditionnelles aux jeunes Vieto-canadiens et a la societe majoritaire : donner des cours de cultures ethniques -- y compris de culture vietnamienne -- a l'ecole secondaire ; organiser des conferences sur ce theme ; publier des livres sur les traditions vietnamiennes ; et proceder a des echanges interculturels qui permettraient de selectionner les meilleures traditions de part et d'autre.

Conclusion

Ces reflexions de nos sept aines sur l'importance et la pertinence de la culture vietnamienne telle qu'ils l'ont experimentee pendant leur enfance et leur jeunesse synthetisent bien les elements de base de l'identite culturelle mis en lumiere par leurs recits de vie (17). Cette identite, ce caractere repute particulier des pratiques et representations des Vietnamiens, se fonde, me semble-t-il, sur trois points principaux, d'origine confuceenne (Le 2000) : l'amour familial, l'education et les rituels.

Les recits sur la famille et ceux sur le mariage insistent sur la presence dans tous les foyers d'un sentiment d'amour partage entre parents et enfants et entre freres et soeurs, sentiment qui s'etend aussi a la parente par alliance. Cet amour se manifeste sous des formes diverses selon le lieu et les conditions de vie de la famille en cause. Certains parents sont plus severes et/ou plus distants que les autres a l'egard de leurs enfants. Dans tous les cas cependant, meme quand il y a severite extreme, on dit On` dit´   

n. 1. They say, or it is said.
 s'aimer beaucoup (<< qui aime bien chatie bien >>). Mme Dinh, par exemple, gatait enormement sa fille unique tout en lui interdisant, pour son bien, de sortir seule et d'aller s'amuser.

L'amour familial, et plus particulierement la piete filiale des enfants a l'egard des personnes agees, se fonde sur l'education. Tous les aines insistent sur l'importance d'une bonne education, qu'il s'agisse d'instruction academique ou de formation a la morale confuceenne. Ici encore, les situations concretes varient. Certains aines ont pu aller a l'ecole, d'autres -- des femmes en l'occurrence -- non. Certaines familles, constatent nos aines, elevent bien leurs enfants, alors que d'autres ont plus de mal a y arriver. Mais tous s'entendent sur le fait qu'un jeune sans education morale ne peut se comporter selon les normes de la culture vietnamienne.

Les rituels enfin, qu'il s'agisse du mariage, des funerailles, des anniversaires de deces ou des grandes fetes et ceremonies marquant l'annee lunaire, le Tet en particulier, jouent un role important dans le maintien et la transmission des representations et pratiques culturelles. En mettant celles-ci en acte, ils contribuent a renforcer l'identite des jeunes et des adultes et a maintenir ainsi leur adhesion au noyau dur de la culture vietnamienne.

Les recits de nos aines montrent que le detail des rituels peut varier enormement selon les circonstances de vie et, surtout, selon la religion de chacun. Ces recits montrent cependant aussi que tous les aines se referent ref·er·ent  
n.
A person or thing to which a linguistic expression refers.

Noun 1. referent - something referred to; the object of a reference
 a des modeles culturels communs qui sous-tendent la facon dont ils celebrent ces rituels. Les catholiques en particulier, malgre leur non-pratique du culte des ancetres, commemorent quand meme a leur facon (messe, prieres) les anniversaires de deces et le Nouvel An lunaire, marquant par la qu'ils reconnaissent, a l'instar de leurs compatriotes non chretiens, le role que les defunts continuent a jouer au sein de la famille. Plus generalement, nos aines catholiques partagent pleinement la morale confuceenne et meme une bonne partie de la cosmologie taoiste, communes a l'ensemble des Vietnamiens (18).

Les recits analyses dans les pages qui precedent demontrent la souplesse des pratiques culturelles et ce, malgre l'existence des modeles ci-haut mentionnes. Cette souplesse a sans doute aide nos aines a accepter le fait que le contexte migratoire qui est maintenant le leur les obligeait a modifier (programming) modifier - An operation that alters the state of an object. Modifiers often have names that begin with "set" and corresponding selector functions whose names begin with "get".  certaines pratiques liees a leur identite culturelle (sur la migration de la culture vietnamienne, voir, entre autres, Carruthers 2002 et Thomas 1999). Tout en reconnaissant ces modifications (independance grandissante des enfants a l'egard de leurs parents, privatisation Noun 1. privatisation - changing something from state to private ownership or control
denationalisation, denationalization, privatization

social control - control exerted (actively or passively) by group action
 et simplification des rituels, etc.), tous ne les jugent pas de la meme maniere. Certains insistent sur la necessite pour les parents d'adopter une attitude plus ouverte envers leurs jeunes, alors que d'autres deplorent le fait que les enfants n'ont plus beaucoup de temps a consacrer a leurs vieux parents. En general cependant, comme le montrent les reflexions des aines a propos de la pertinence de leur experience culturelle, on tient a ce que les valeurs de base telles qu'on se les rememore -- amour familial, importance de l'education, necessite de certains rituels -- soient transmises aux jeunes Vietnamiens vivant au Quebec et au Canada, certains ajoutant meme que ces valeurs pourraient etre utiles a la societe canadienne dans son ensemble.

En somme, en permettant aux aines d'origine vietnamienne que nous avons interviewes d'exprimer -- de mettre en acte -- leur identite culturelle a travers leurs souvenirs d'enfance et de jeunesse, leur memoire leur donne la possibilite d'interpreter et de rendre signifiant, a la lumiere de leurs experiences passees, le contexte migratoire qui est maintenant le leur. Cette memoire, devenue migrante, reste donc toujours une memoire vivante.

References

Abou, Selim, 2002, L'identite culturelle. Paris, Librairie academique Perrin et Presses de l'Universite Saint-Joseph.

Anderson, Benedict, 1996, L'imaginaire national. Paris, La Decouverte.

Auge, Marc, 1997, Les formes de l'oubli. Paris, Payot-Rivages.

Belanger, Daniele, 2000, << Regional Differences in Household Composition and Family Formation Patterns in Vietnam >>. Journal of Comparative Family Studies 31(2) : 171-189.

--, 2002, << Son Preference in a Village in Rural North Vietnam North Vietnam: see Vietnam.  >>. Studies in Family Planning family planning

Use of measures designed to regulate the number and spacing of children within a family, largely to curb population growth and ensure each family’s access to limited resources.
 33(4) : 321-334.

Bertaux, Daniel, 2005, L'enquete et ses methodes : le recit de vie. Paris, Armand Colin Armand Colin is an historically important French publishing house created in 1870 by Auguste Armand Colin. It quickly became the principal publisher in the world of education, including higher education, with works for students and faculty in the human sciences, economics and .

Blanc, Marie-Eve, 2001, << Mariage au Vietnam : du modele confuceen a la quete de l'egalite entre homme et femme femme  
adj.
Slang Exhibiting stereotypical or exaggerated feminine traits. Used especially of lesbians and gay men.

n.
1. Slang One who is femme.

2. Informal A woman or girl.
 >>. Dans Claude Bontems (dir.), Mariage -- Mariages, Paris, PUF PUF Public Use File
PUF Parallel URL fetcher (*nix download tool)
PUF Physically Unclonable Function
PUF Northern Puffer
PUF Paid-Up-Front
PUF Preguntas de Uso Frequente (Spanish: Frequently Asked Questions) 
: 407-442.

Camilleri, Carmel et al., 1990, Strategies identitaires. Paris, Presses Universitaires de France.

Candau, Joel, 1998, Memoire et identite. Paris, Presses Universitaires de France.

Carruthers, Ashley, 2002, << The Accumulation of National Belonging in Transnational Fields : Ways of Being at Home in Vietnam >>. Identities : Global Studies in Culture and Power 9(4) : 423-444.

Dorais, Louis-Jacques, 1996, << Catholicisme et Tam Giao >>. Viemamologica. Revue revue, a stage presentation that originated in the early 19th cent. as a light, satirical commentary on current events. It was rapidly developed, particularly in England and the United States, into an amorphous musical entertainment, retaining a small amount of  d'etudes vietnamologiques 2 : 32-42.

--, 2000, Les Cambodgiens, Laotiens et Vietnamiens au Canada. Ottawa, La Societe historique du Canada, Les groupes ethniques du Canada, Brochure no 28.

-- (dir.), 2003, Un the chez le docteur Quynh. Sept aines vietnamiens parlent de leur culture. Quebec, Association Inuksiutiit Katimajiit.

--, 2004a, << La construction de l'identite >>. Dans Denise Deshaies et Diane Vincent (dir.), Discours et constructions identitaires, Quebec, Les Presses de l'Universite Laval : 1-11.

--, 2004b, << Tradition vietnamienne au Canada >>. Dans Rodolphe De Koninck et Bruno Thibert (dir.), Les heritages historiques et culturels de l'Asie du Sud-Est face a la mondialisation, Montreal, ITESEAC / CSEASTI, Document no 1 : 99-104.

-- et Huy Nguyen, 1990, Fleur de lotus et feuille d'erable. La vie religieuse des Vietnamiens du Quebec. Quebec, Universite Laval, Laboratoire de recherches anthropologiques, Document de recherche re·cher·ché  
adj.
1. Uncommon; rare.

2. Exquisite; choice.

3. Overrefined; forced.

4. Pretentious; overblown.
 no 7.

Feray, Pierre-Richard, 1979, Le Viet-Nam au XXe siecle. Paris, PUE

Guilbert, Lucille, 1994, L'enjeu relationnel des recits et des discours. Quebecois francophones et Viemamiens d'origine. Quebec, Universite Laval, Departement d'histoire, Rapport de recherche non publie.

Hensel, Chase, 2001, << Parler de leur maniere d'etre Esquimau : l'identite en tant que ressource sociale en interaction >>. Dans Louis-Jacques Dorais et Robert Watt Robert Douglas Watt, FRHSC (born 1945) was the first Chief Herald of Canada. He was appointed at the foundation of the Canadian Heraldic Authority, and was replaced by Claire Boudreau in 2007.

Watt was born in Picton, Ontario in 1945.
 (dir.), Identites inuit au troisieme millenaire, Quebec, Association Inuksiutiit Katimajiit : 185-199.

Huard, Pierre et Maurice Durand, 1954, Connaissance du Viet-Nam. Hanoi, Ecole Francaise d'Extreme-Orient.

Jenkins, Richard, 1996, Social Identity. London, Routledge.

Le Huu Khoa, 2000, L'immigration confuceenne en France : on s'exile toujours avec ses ancetres : essai de sociologie de l'exil. Paris, L'Harmattan.

Nguyen Tung (dir.), 1999, Mong Phu : Un village du delta du fleuve Rouge (Viet Nam). Paris, L'Harmattan.

-- et Nelly nel·ly or nel·lie  
n. pl. nel·lies Offensive Slang
Used as a disparaging term for an effeminate homosexual man.



[Probably from the name Nelly, nickname for Helen.]
 Krowolski, 1986, Truyen Trang Quynh, Histoire du premier docteur Quynh. Paris, Vietnam Diffusion.

Nguyen Van Huyen, 1994 (1944), La civilisation ancienne du Vietnam. Hanoi, The Gioi.

Papin, Philippe, 1999, Viet-Nam. Parcours d'une nation. Paris, La documentation francaise.

Poutignat, Philippe et Jocelyne Streiff-Fenart, 1995, Theories de l'ethnicite. Paris, Presses Universitaires de France.

Simon, Pierre-Jean, 1999, La Bretonnite. Une ethnicite problematique. Rennes, Editions Terre de Brume brume  
n.
Fog or mist.



[French, from Old French, perhaps from Provençal, from Latin brma, winter; see brumal.
 et Presses universitaires de Rennes.

Thomas, Mandy, 1999, Dreams in the Shadows : Vietnamese-Australian lives in transition. Sydney, Allen and Unwin.

Louis-Jacques Dorais

Departement d'anthropologie, Universite Laval

(1.) La memoire collective pouvant influencer la facon dont on se rememore et dont on interprete ses souvenirs personnels et vice-versa. Sur la notion de memoire, voir, entre autres, Auge (1997) et Candau (1998).

(2.) Ce type de perception, assez courant Cou`rant´   

a. 1. (Her.) Represented as running; - said of a beast borne in a coat of arms.
n. 1. A piece of music in triple time; also, a lively dance; a coranto.
2.
 dans les comptes rendus populaires des rapports interethniques, peche par deux cotes : 1) il repose generalement sur une definition simpliste des << traits culturels >>, faussement percus comme des habitudes de vie immuables, partagees par l'ensemble d'une population donnee et 2) a la maniere du racisme, il definit l'identite d'un peuple au moyen d'un petit nombre de caracteristiques visibles (<< culturelles >> plutot que physiologiques) decretees de l'exterieur comme constitutives de cette identite.

(3.) Projet subventionne par le Ministere du Patrimoine canadien, Programme du multiculturalisme. Merci a Monica Nguyen et Eric Richard Eric Richard (b. 27 June, 1940) is an actor based in Britain.

His theatre work includes plays at the Royal Court Theatre and the Theatre Royal, Stratford East, as well as seasons with the Royal Exchange, Manchester, Birmingham Repertory Theatre, Sheffield Crucible Theatre
, qui ont effectue et, dans le premier cas, traduit les entrevues. Pour plus de details sur les objectifs du projet, voir Dorais 2004b. L'entrevue biographique nous semblait la technique la mieux adaptee a la construction de recits decrivant des experiences de vie personnelles (Bertaux 2005).

(4.) Titulaire d'un diplome imperial de << Premier Docteur >> [Trang], Nguyen Quynh, qui a vecu au debut du XVIIIe siecle, s'est fait connaitre grace a un type de sagesse s'exprimant sous forme de faceties et de blagues. Ses bons coups et bons mots bons mots  
n.
Plural of bon mot.
 sont ensuite passes dans la litterature populaire vietnamienne (Nguyen et Krowolski 1986).

(5.) Meme si ce milieu avait ete expose depuis longtemps a certaines influences occidentales (coloniales francaises en particulier) et au modernisme, il restait essentiellement vietnamien sur les plans Les Plans is the name or part of the name of several communes in France:
  • Les Plans, in the Gard department
  • Les Plans, in the Hérault department
 de la vie familiale et sociale, des rituels, de la morale et de la langue langue  
n.
Language viewed as a system including vocabulary, grammar, and pronunciation of a particular community.



[French, from Old French; see language.]
 parlee et ecrite. Pour les fins de cet article, nous appelons << traditionnelle >> toute facon habituelle de penser ou d'agir dont les fondements sont anterieurs au debut du XXe siecle.

(6.) Sur le contexte social et politique du Vietnam des annees 1920-1970, on pourra consulter Feray (1979).

(7.) Dans les paragraphes qui suivent, l'auteur s'inspire de notes manuscrites que lui a envoyees Madame Marie-Madelaine Duong Thi Chinh, une ainee viemamienne de Montreal qui a bien voulu effectuer un premier depouillement des recits de vie. Qu'elle en soit sincerement remerciee.

(8.) Exception faite de l'adhesion au catholicisme -- des le XVIIe siecle dans certains cas -- d'une minorite (10% environ) de la population. Mais comme nous le verrons avec les aines, le catholicisme viemamien reste tres proche des pratiques sociales et de la morale traditionnelles (voir aussi Dorais 1996).

(9.) On trouvera dans Huard et Durand (1954), ainsi que dans Nguyen (1994), des descriptions detaillees de la culture vietnamienne d'autrefois. L'ouvrage de Dorais et Nguyen (1990) decrit de facon assez complete les pratiques religieuses des Vietnamiens d'outre-mer. Pour comparer les propos de nos aines aux resultats d'autres travaux sur les pratiques sociales au Vietnam et a l'etranger, on pourra consulter Belanger (2000), Blanc (2001), Le (2000), Nguyen (1999), Papin (1999) et Thomas (1999).

(10.) Selon la morale confuceenne, on doit respecter ses professeurs autant, sinon plus, que ses propres parents.

(11.) Ces presents devant toujours etre en nombre pair, puisque le couple marie constitue la paire par excellence.

(12.) Les deux bougies placees sur l'autel -- qui devaient etre allumees par un vieillard marie et de bonne reputation -- symbolisaient la vie conjugale. Si l'une d'elle s'eteignait durant la ceremonie, on croyait qu'il arriverait malheur au nouveau nou·veau  
adj.
New and different, often fashionably so: "The perfect [Los Angeles] combination: a gas station that is also a nouveau convenience store" 
 couple.

(13.) A la campagne, on erige alors une perche de bambou devant la maison, a laquelle on accroche une carpe (qui doit servir de monture au dieu du foyer) et des imitations de lingots d'or pour payer les frais de voyage du dieu et tenir lieu de pot-de-vin l'incitant a faire un rapport favorable.

(14.) Ou des vieillards vetus de costumes de ceremonie marchent en file indienne et se prosternent de temps en temps, en esquissant de leurs pas la forme de caracteres chinois.

(15.) Les catholiques, par exemple, observent deux calendriers : lunaire traditionnel (pour la celebration du Tet, de la Mi-Automne, etc.) et solaire occidental (pour les fetes chretiennes). Les non-catholiques n'en observent qu'un, le calendrier lunaire.

(16.) Ou les privations, ainsi que les rigueurs du systeme communiste, ont longtemps imite leur faste.

(17.) Ces elements concordent largement avec ceux mis en lumiere par Guilbert (1994) dans ses travaux sur l'enjeu relationnel des discours quebecois et vietnamiens.

(18.) Un exemple en passant en pas·sant  
adv.
1. In passing; by the way; incidentally.

2. Used in reference to a move in chess in which a pawn that has just completed an initial advance to its fourth rank is captured by an opponent pawn as if it had only
 : M. Tran se souvient que quand quelqu'un mourait dans sa paroisse, le cure faisait sonner le glas pour annoncer le deces. Si le defunt etait un homme, la cloche cloche  
n.
1. A close-fitting woman's hat with a bell-like shape.

2. A usually bell-shaped cover, used chiefly to protect plants from frost.
 de l'eglise sonnait sept coups toutes les trois heures et s'il s'agissait d'une femme, elle sonnait neuf fois. Pourquoi ces chiffres ? Parce que selon la cosmologie taoiste, les femmes possedent neuf ames, alors que les hommes n'en ont que sept.
COPYRIGHT 2005 Ethnologies
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2005 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

 Reader Opinion

Title:

Comment:



 

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Dorais, Louis-Jacques
Publication:Ethnologies
Article Type:Essay
Geographic Code:1CANA
Date:Mar 22, 2005
Words:11152
Previous Article:De generation en generation: identites et projets identitaires de Montrealais de la << deuxieme generation >>.
Next Article:Quebec-Haiti. Litterature transculturelle et souffle d'oralite: une entrevue avec Marie-Celie Agnant.
Topics:

Terms of use | Copyright © 2014 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters