Printer Friendly

Lucian Boia, Romania tara de frontiera a Europei.

Lucian Boia, Romania tara de frontiera a Europei, Bucure[section]ti, Humanitas, 2007, 345 p.

L'histoire des Roumains, celle que nous avons apprise a l'ecole, nous a transmis beaucoup d'informations sur l'ethnogenese roumaine, sur le fait que nous sommes les descendants des daco-romains, sur les voievodes et les heros roumains, sur Etienne le Grand, Mircea le Vieux et bien sur Michel le Brave, sur le role d'Alexandru Ioan Cuza dans "l'unification" des Principautes Roumaines, sur les guerres mondiales et "la malchance" de tomber sous le communisme. Elle nous a appris que notre pays est situe dans l'Europe de sud-est, une positon que lui a ete defavorable au fil du temps ... Beaucoup de donnes historiques de ce genre presentees avec certitude.

C'est Lucian Boia qui nous offre une telle interpretation des reponses de l'histoire dans son livre La Roumanie, un pays a la frontiere de l'Europe (Romania tara de frontiera a Europei), paru chez Humanitas en 2002, 2005 et 2007 (en version roumaine), paru pour la premiere fois en anglais chez Reaktion Books, Londre, Grande Bretagne en 2001 (ROMANIA. Bordeland of Europe), paru aussi en francais en 2003 et 2005 chez Les Belles Lettres (La Roumanie, un pays a la frontiere de l'Europe)

Ayant comme but de repondre a la question << c'est quoi la Roumanie ? >>, Lucian Boia presente, comme il le dit lui-meme, << sa propre Roumanie>>, en soulignant ainsi que chaque interpretation designe la realite filtree a travers l'imaginaire. Une realite, plusieurs representations, une histoire, plusieurs interpretations.

<< La Roumanie, un pays a la frontiere de l'Europe >> propose une analyse destinee notamment aux etrangeres, par des donnees claires, precises, soulignant en meme temps le caractere critique de l'analyse historique relative a ce theme-la, par une approche qui incite sans cesse a se poser des questions et a avoir des doutes en ce qui concerne les solutions que l'histoire nous a donnees jusqu'au present. Ainsi, de par cette approche, le livre tente a satisfaire aussi les attentes des lecteurs roumains, professionnels ou seulement amateurs.

Le 1er chapitre << Coup d'oeil sur la carte>> expose la difficulte de situer la Roumanie sur la carte geographique. On fait le compromis de la situer dans l'Europe de Sud-est, pour ne pas la laisser en dehors des Balkans et non plus en dehors de l'Europe. Boia remarque au titre de caracteristique geographique le positionnement marginal de la Roumanie: a la frontiere de l'Empire Roman, a la frontiere de l'Empire Byzantin, a la frontiere de l'Empire Ottoman. Ensuite, a l'epoque moderne, a la frontiere des autres trois empires: ottoman, habsbourg et russe. A present, a la frontiere de l'Europe. Boia se rapporte aussi aux regions historiques de la Roumanie, par une approche: geographique, historique, demographique, ethnique ...

Le 2e chapitre << une ile latine >> porte sur la latinite des Roumains, ayant comme point de depart l'argument qui souligne la necessite d'autoidentification avec les ancetres latins, latinisme qui est encourage aussi par l'affirmation de l'ideologie nationale au 19e siecle, quand les Roumains cherchaient a se detacher du monde slave qui les entourait. L'etape d'identification et d'affirmation nationale souligne le desir de << purification >> des Roumains, qui ne reconnaissent en tant que leurs ancetres que les Romains ou les Daces. Le discours qui porte sur l'origine est centre, de maniere alternative, sur les Latins et les Daces, en fonction du besoin des auteurs de s'approcher de l'Occident/ l'Europe ou de trouver leur autochtonisme. Ainsi la Roumanie est au coeur de l'axe peripherie--centre, par la construction d'un passe qui lui offrait ce que la realite du moment ne pouvait pas lui offrir.

<< Comment s'est faite la Roumanie ? >>, le chapitre suivant, est une incursion dans l'histoire nationale, on y analyse surtout les moments ou les personnages qui ont pleinement satisfait au niveau imaginaire les attentes d'un peuple qui s'auto-identifie en tant que brave, resistent face aux invasions etrangeres, peuple latin et peuple profondement secoue au fil de l'histoire.

<< Le Communisme >> analyse l'etape qui a profondement marque le destin de la Roumanie. Le projet utopique de modernisation avance par le communisme a ete plus que non fonctionnel, mais les << resultats pervers >> invoques par Boia semblent etre profondement infiltres dans les mentalites de la societe postcommuniste. Ces resultats rendent particulierement difficile le nouveau proces de modernisation. Tout comme l'auteur remarquait, il aurait ete plus facile de partir de zero. Mais on ne pouvait pas transformer en tabula rasa les 50 ans de regime communiste. On ne peut que reconstruire sur ce qu'on a mal construit. Et on construit si lentement ...

Les reminiscences communistes sont presentees dans le chapitre suivant, << Entre passe et avenir >>, qui porte sur la politique et sur les personnages politiques d'apres 1989. Ce sont les memes personnages. Ils ont des noms differents (parfois meme pas cela!), mais ils sont formes par le meme systeme. Meme la politique est presque pareille. Le rapprochement avec l'Occident s'est lentement fait, celui-ci a ete longtemps mefiant en ce qui concerne la Roumanie.

Un autre theme traite par l'auteur concerne << Les Roumains et les etrangers >>. Meme si Boia entrevoit aussi une approche anthropologique des << roumains >> dans leurs rapports avec les autres minorites ethniques de la Roumanie, il reste sur le terrain de l'histoire et il analyse << la preference >> des roumains pour certains pays dans des differentes periodes historiques: la France, la Belgique, l'Autriche, l'Allemagne, l'Angleterre, la Russie, ou autrement dit, l'Ouest, l'Est et a nouveau l'Ouest.

Une << presentation >> de la Roumanie serait insuffisante sans sa personnalite. Ainsi l'auteur estime necessaire d'entreprendre << Une incursion dans le Pantheon >> en mettant en lumiere des personnalites imaginaires (par exemple Dracula), politiques, culturales, mais aussi sportives. La critique faite a la societe roumaine ne concerne pas ni la penurie de personnalites, mais au contraire!, ni le fait que les personnalites ne soient pas reconnues au niveau national ou au niveau international, mais elle concerne le manque de responsabilite de la societe entiere, son manque de performance en ce qui concerne son proces de modernisation, respectivement d'europeanisation.

Tout comme chaque pays a sa capitale, l'auteur reserve le dernier chapitre du livre a la description de Bucarest: geographique, historique, architectural, les personnalites qui y ont vecu, la transformation de la ville, son potentiel touristique. Rien n'est omis. On peut meme saisir l'attachement de l'auteur a cette ville, au-dela de son interet historique. Meme si l'auteur evite la comparaison avec un guide touristique, << Une promenade a Bucarest >> vaut plus ce que cela, elle est une << campagne de marketing touristique >> pour les etrangers interesse par cette partie de l'Europe.

C'est quoi la Roumanie aujourd'hui? L'auteur trouve une description qui pourrait constituer une courte conclusion aux interpretations anterieures: << un pays desarticule, forme par des segments qui ne s'entrelacent pas trop bien, de vie traditionnelle, de reminiscences de l'entre-deux-guerres, de structures et d'attitudes communistes et d'evolutions postcommunistes >>. (1)

Huit chapitres sur la Roumanie. Meme si l'analyse de Boia pourrait donne lieu a des critiques en ce qui concerne l'approche trop large d'un pays, elle n'est pas du tout une analyse superficielle. Bien qu'elle soit synthetique, elle est riche en informations presentees de maniere concise en offrant aux lecteurs << non pas une encyclopedie, mais un itineraire pittoresque >>, (2) selon l'auteur meme.

Une analyse au niveau de l'imaginaire d'un peuple, qui explique la maniere dont on avait conserve certaines mythologies nationales, quels moments / personnages historiques ont eu << succes >> dans l'histoire, comment on a construit le discours identite--alterite dans la mentalite d'un peuple. Un ouvrage dans lequel la realite semble deconstruire l'imaginaire, meme si certains pourraient etre reticents vu qu'il s'agit de la perspective d'un historien. Mais il ne s'agit pas de n'importe quel historien, mais d'un historien specialise dans l'histoire de l'imaginaire et immunise contre les mythologies.

Pour quoi la Roumanie est ce qu'elle est? L'ouvrage nous a offert plusieurs interpretations, dans la mesure oU la perception et les images d'un pays sont multiples.

Est-ce que l'auteur a-t-il dit tout ce qu'il fallait dire sur la Roumanie? Certainement pas. Mais il a accompli ce qu'il avait annonce depuis l'Introduction: <<Voila, ainsi, a continuation, non pas la Roumanie dans sa plenitude, mais, tout simplement une interpretation personnelle, ma Roumanie>>. (3)

Il est difficile de blamer quelqu'un qui parle de son pays pourquoi il a choisi un sujet et pas un autre, pourquoi il a choisi une interpretation et pas une autre. L'auteur a essaye de mettre en discution les caracteristiques des Roumains par rapport a l'Autre, mais une analyse plus profonde de point de vue socio-economique (y compris une approche anthropologique) et surtout une approche identitaire completeraient l'etude propose par l'auteur.

(1) Lucian Boia, Romania tara de frontiera a Europei, Humanitas, Bucuresu, 2007, pp. 317318.

(2) Ibidem, p. 317.

(3) Ibidem, p. 7.

Cristina Marticca *

* Cristina Marticca is PhD candidate in History at the University of Bucharest. E-mail: cristina_martisca@yahoo.com
COPYRIGHT 2010 Universitatea Babes-Bolyai
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2010 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

 Reader Opinion

Title:

Comment:



 

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Author:Martisca, Cristina
Publication:Studia Europaea
Article Type:Book review
Date:Jul 1, 2010
Words:1448
Previous Article:Michael Gehler, Europa. Ideen, Institutionen, Vereinigung.
Next Article:The analysis of the PNT economic policy during the interwar period.
Topics:

Terms of use | Copyright © 2014 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters