Printer Friendly
The Free Library
23,383,293 articles and books


Les parcours du marronnage dans l'histoire haitienne: entre instrumentalisation politique et reinterpretation sociale.

En s'appuyant sur de nombreuses sources imprimees et orales, l'auteur examine dans cet article les usages sociaux et politiques du phenomene du marronnage, terme qui designait la fuite des esclaves hors du systeme des plantations dans la colonie francaise de Saint-Domingue. Apres 1804, date qui consacre la revolte des esclaves commencee en 1791, les pratiques coercitives du nouvel Etat haitien favoriserent la poursuite de strategies de resistance et orienterent la construction d'une histoire officielle haitienne. Ces rapports de domination nourrirent un registre de memoires plurielles dont les traces marquent jusqu'a aujourd'hui les diverses reinterpretations publiques du marronnage, de la rumeur populaire aux commemorations officielles. Avec l'exemple de la statue du Marron mar·ron  
n.
See Spanish chestnut.



[French; see maroon2.]
 Inconnu inconnu
Noun

Canad a whitefish of Arctic waters [French, literally: unknown]
, l'examen du statut changeant du marronnage dans l'histoire haitienne ainsi que l'analyse des differents usages langagiers de ce terme, permettent d'eclairer la longevite et la diversite des valeurs vehiculees par la figure du marron, entre heroisme et anti-modele social. Cette dichotomie illustre la presence massive et diffuse de l'histoire dans le paysage social et politique haitien, et elle vehicule le poids des categorisations sociales et raciales heritees de la periode esclavagiste.

Supported by numerous printed and oral sources, in this article the author examines the social and political uses of the phenomenon of "marronnage," a term which designates the flight of slaves from the plantation system of the French colony of Saint Domingue. After 1804, the date which marks the end of the slave revoit beginning in 1791, the coercive practices of the new Haitian state favoured pursuing strategies of resistance and were oriented towards the construction of an official Haitian history. These accounts of domination feed a multivariate collection of memories whose traces demonstrate even today the diversity of public reinterpretations of marronnage, from contemporary legend and rumour to official commemorations. With the example of the statue of the Unknown Runaway, the examination of the changing status of marronnage in Haitian history as well as the analysis of different linguistic uses of this term allow for illuminating the longevity and the diversity of values conveyed by the figure of the runaway slave (or maroon), between heroism and social anti-model. This dichotomy illustrates the massive and diffuse role history plays in the Haitian social and political landscape, and how it bears the burden of social and racial categorisations inherited from the slave era.

**********

Le 23 aout 2004 avait lieu a Port-au-Prince, en presence des membres du gouvernement provisoire haitien et des representants de l'Unesco, le << rallumage de la flamme eternelle de la statue du Marron Inconnu >>. Cette celebration mettait en evidence les relations etroites, continues et parfois contradictoires entre un phenomene historique, le marronnage, et son instrumentalisation politique. Cette mise en scene mise en scène  
n. pl. mise en scènes
1.
a. The arrangement of performers and properties on a stage for a theatrical production or before the camera in a film.

b. A stage setting.

2.
 commemorative, organisee autour d'une statue dont la creation s'inscrit dans un processus de redefinition d'une identite nationale, participe d'une ecriture specifique de l'histoire car elle met en presence les necessites politiques du present et des representations construites a partir du passe pas·sé  
adj.
1. No longer current or in fashion; out-of-date.

2. Past the prime; faded or aged.



[French, past participle of passer, to pass, from Old French; see
. Dans cette dynamique circulaire, dont on retiendra le marronnage comme fil conducteur, la geste geste  
n.
Variant of gest.
 commemorative dont il est l'objet serait le point de jonction.

A partir du marronnage, dont la realite est historiquement circonscrite car il ne pouvait exister qu'en presence et en marge du systeme esclavagiste colonial, nous tenterons de saisir le sens des multiples reappropriations, autant sociales que politiques, qui signalent l'empreinte contemporaine de ce phenomene historique. Cet article propose une mise en dialogue entre le passe et le present, une histoire de la memoire haitienne et de ce qu'elle a retenu du marronnage. Par une demarche dé·marche  
n.
1. A course of action; a maneuver.

2. A diplomatic representation or protest.

3. A statement or protest addressed by citizens to public authorities.
 a la fois diachronique et synchronique, il s'agit de prendre la mesure de la perennite du marronnage a travers ses significations, ses filiations et ses reinterpretations.

Depuis son absence de l'historiographie haitienne du XIXe siecle a sa patrimonialisation avec la statue du Marron inconnu, comment cette transformation d'un phenomene historique en un objet de memoire peut-elle instruire la construction de la memoire nationale haitienne ? Que suggere la mobilisation de registres memoriels pluriels et concurrents a la faveur d'une actualite tourmentee, celle Celle (tsĕl`ə), city (1994 pop. 73,670), Lower Saxony, N Germany, on the Aller River. Its manufactures include food products, electronic components, chemicals, and textiles. Wax processing and horse breeding are important locally.  d'Haiti en 2004, l'annee du bicentenaire de son independance ? La polysemie que recouvrent aujourd'hui les vocables marron et marronnage peut-elle etre consideree comme l'expression d'un registre memoriel, comme la trace d'une memoire en actes ?

Dans un premier temps, il s'agira de brosser un tableau de la nature des rapports de force qui structurent le paysage sociopolitique au cours du XIXe siecle haitien (1804-1915). Au regard des conditions d'emergence d'un nouvel Etat pris dans des heritages coloniaux complexes, dont les formes (language, music) Formes - An object-oriented language for music composition and synthesis, written in VLISP.

["Formes: Composition and Scheduling of Processes", X. Rodet & P. Cointe, Computer Music J 8(3):32-50 (Fall 1984)].
 de resistance interne in·terne
n.
Variant of intern.
 a l'economie de plantation, nous poserons la question des divers usages du marronnage, a la fois comme categorie pratique pra·tique  
n.
Clearance granted to a ship to proceed into port after compliance with health regulations or quarantine.



[French, from Old French practique, from Medieval Latin
 et comme categorie d'analyse. Parce que ces categories interrogent l'historicite du marronnage au-dela de 1804, dans un deuxieme temps, nous la mettrons en perspective avec les dynamiques et tendances qui orientent l'historiographie haitienne. En considerant le fait que cette ecriture reflete les modifications du paysage politique haitien, comment la revalorisation du << populaire >> par le mouvement indigeniste puis sa manipulation par l'ideologie noiriste ont-ils modifie le statut du marronnage dans la memoire officielle ? Enfin, dans un troisieme temps, nous releverons les resonances contemporaines de cette historiographie lors du moment commemoratif de l'annee 2004. Loin loin (loin) the part of the back between the thorax and pelvis.

loin
n.
The part of the body on either side of the spinal column between the ribs and the pelvis.
 des ideaux de resistance et de liberte dont le marronnage serait l'incarnation exemplaire, telle que la promeut une memoire officielle avec la statue du Marron inconnu, nous verrons que d'autres valeurs, moins positives, associees aux marrons emergent des diverses mobilisations populaires du passe haitien et interrogent a nouveau les usages sociaux de la memoire.

Le marronnage comme pratique historique de resistance

Le terme marronnage provient du lexique iberique (cimarron) et il aurait ete emprunte aux premiers habitants Habitants is the name used to refer to both the French settlers and the America-born inhabitants of French origin who farmed the land along the two shores of the St. Lawrence waterway in what is the present-day Province of Quebec in Canada.  de Quisqueya, les Arawaks (Lucas 2002 : 14). Cimarron designait a l'origine les animaux domestiques retournant a la vie sauvage et, dans le contexte esclavagiste, il s'appliquait aux esclaves qui s'enfuyaient des plantations (Figure 1). Les etudes d'Yvan Debbasch (1961) et Jean Fouchard Jean Fouchard (2 March 1912 - 1990) was a Haitian historian, journalist, and diplomat. Fouchard was born in Port-au-Prince and earned a law degree there. He worked as a journalist, founding the periodical La Relèvé, and as a diplomat, serving as the ambassador to Cuba.  (1972), bien qu'ayant des interpretations et conclusions opposees, ont souligne la permanence et la diversite des formes prises par le marronnage a Saint-Domingue. Ce phenomene etait pratique avec une intensite variable selon les acteurs, les lieux et les epoques : les consequences d'un depart en marronnage n'etaient pas les memes selon que l'esclave etait ne ou pas sur l'ile (creole, par opposition a bossale, ne sur le continent africain) ; le phenomene touchait aussi bien les villes que les campagnes (Laguerre 1989 : 39-45) et permettait donc des strategies de fuite ou de deguisement tres diverses. On etablit aussi une distinction entre le petit et le grand marronnage (Fouchard et Debien 1969). Le petit marronnage designe les pratiques relevant plus de la mobilite individuelle que de la fuite : presence prolongee en ville sans laissezpasser, visites d'esclaves sur d'autres plantations, participation a des reunions nocturnes, etc. Cette mobilite etait combattue par les arrestations de la marechaussee coloniale et punie par des marques et amputations corporelles. Le grand marronnage concerne les fuites collectives et definitives hors du territoire de la plantation. Il avait pour base territoriale les camps retranches de marrons dans les mornes (2), ces camps etant alimentes en moyens techniques et humains par les razzias sur les plantations, mais egalement grace a la contrebande et a la flibuste. A la difference de la Jamaique et du Surinam (Benot 2003 : 181-183), ou des traites de paix signes avec les administrateurs coloniaux ont permis la reconnaissance d'un territoire sous la seule direction des chefs marrons, les autorites francaises de Saint-Domingue n'ont jamais contracte une telle alliance. Si un accord portant sur les limites lim·i·tes  
n.
Plural of limes.
 territoriales fut trouve en 1776 avec les marrons du Maniel, il fut par la suite peu respecte, notamment par les colons cultivateurs. Ces marrons vivaient depuis une centaine d'annees dans le massif Le Massif is a ski mountain just northeast of Quebec City, Canada, overlooking the St. Lawrence river. Description
Le Massif ski area is located in Petite-Rivière-Saint François, Charlevoix, Québec, Canada, a 75 minutes drive from Quebec City.
 du Bahoruco, qui departageait alors le sud de l'ile entre la partie occidentale francaise et la partie orientale espagnole (Moreau de Saint Mery 2004 : 1131-1136 ; Debbasch 1961 : 185-191 ; Midy 2003).

Le marronnage, pratique de resistance active a un systeme esclavagiste, ou la fuite devenait le seul << acte politique a la disposition des esclaves >> (Dupuis et Lucas 2002: 10), etait present partout ou les societes coloniales des Ameriques fonctionnaient sur la base de la traite transatlantique et du travail TRAVAIL. The act of child-bearing.
     2. A woman is said to be in her travail from the time the pains of child-bearing commence until her delivery. 5 Pick. 63; 6 Greenl. R. 460.
     3.
 servile ser·vile  
adj.
1. Abjectly submissive; slavish.

2.
a. Of or suitable to a slave or servant.

b. Of or relating to servitude or forced labor.
 alimentant l'economie de plantations ou des mines. D'autres pratiques de resistance minaient egalement le systeme esclavagiste de l'interieur: empoisonnements, suicides, avortements, paresse, etc. Cependant, ces pratiques n'impliquaient pas les memes reponses politiques que celles mobilisees a l'encontre du marronnage. En effet, si des << chasses aux marrons >> etaient organisees a l'initiative des planteurs (Figure 1), les autorites coloniales investissaient egalement d'importants moyens logistiques en envoyant des troupes militaires demanteler les camps retranches et, le cas echeant, en tentant de negocier des traites.

Avec l'insurrection des esclaves du Nord de Saint-Domingue en aout 1791 jusqu'a l'independance d'Haiti le premier janvier 1804, le marronnage participa d'une nouvelle configuration politique. << Des lors, deux histoires se separent: celle du marronnage, et l'insurrection de 1791, et les revendications des mulatres, qui veulent acquerir les privileges des Blancs, et enverront a la Constituante leurs representants (Raimond, Oge) >> (Duchet 1999: 92).

Une fois l'independance conquise (3) et consacree le premier janvier 1804, la conjoncture politique resta dominee par des luttes d'interets et des rapports de force inegaux entre les nouveaux dirigeants, dont les anciens affranchis et les mulatres (Barthelemy 2006) et les anciens esclaves devenus cultivateurs, rapports de force dont l'enjeu central etait la propriete terrienne et ses modes d'exploitation (Casimir 2000 ; Levy 2006). La rebellion de Goman (1807-1820) est menee par d'anciens chefs de bandes marronnes qui, apres avoir dirige des groupes armes lors de la periode revolutionnaire, organisent un veritable Etat paysan. L'insurrection des Piquets (1843/1844-1848), egalement dans le sud de l'ile, menee par Jean-Jacques Acaau, est une reaction a la mise en place Mise en place (IPA pronunciation: [miz eñ 'plass]), literally translated from French, means "setting in place." Culinary Institute of America describes the term as "Everything in place".  des regimes post-independance qui controlaient les habitants des campagnes par le biais d'un systeme coercitif (4). Les articles 191 et 202 du Code rural promulgue par Boyer en 1826 obligeaient tous les paysans a participer aux travaux d'entretien des routes. Mais l'application de la corvee cor·vée  
n.
1. Labor exacted by a local authority for little or no pay or instead of taxes and used especially in the maintenance of roads.

2. A day of unpaid work required of a vassal by a feudal lord.
 passait par des mesures repressives ; les chefs de sections, representants de l'Etat, usaient parfois de la force a l'egard des paysans. Ces altercations menaient parfois a la mort de l'un de ces chefs et donc, a la fuite des paysans impliques dans la riposte La Riposte is a French Marxist organisation allied to the International Marxist Tendency.

The group organises conferences and publishes texts on a wide variety of themes. It publishes a journal called La Riposte.
 meurtriere (Hector 2002).

[FIGURE 1 OMITTED]

Le meme type de configuration coercitive se manifesta lors de l'occupation americaine (1915-1934), moment a partir duquel le mouvement des Cacos (5) prit une autre envergure en se donnant pour objectif de chasser les Americains, ce qui attira la sympathie de Charlemagne Peralte (6) pour le mouvement (Gaillard 1982: 12-25). Cette reactualisation des rapports de domination accentuee par une presence etrangere se manifesta par l'opposition des paysans, des grands proprietaires terriens, les grands dons, emmenes par des leaders tels que Benoit Batraville et Charlemagne Peralte, contre le retablissement de la corvee decretee par l'administration americaine. Le comportement et le but des Cacos, ainsi que leurs techniques de guerilla, rappellent ceux des marrons de la periode coloniale.

Le but des assaillants est, au debut d'intimider les gendarmes, de s'emparer de leurs fusils, de leurs balles, de leurs uniformes et de recueillir des provisions de bouche ; sans armes veritables, ils misent pour cela sur le nombre. Apres chaque incursion in·cur·sion  
n.
1. An aggressive entrance into foreign territory; a raid or invasion.

2. The act of entering another's territory or domain.

3.
, les rebelles se replient dans la montagne
For the historical term La Montagne, see The Mountain.


La Montagne (Breton: Ar Menez) is a small town and commune, located in the Loire-Atlantique département of northwestern France, near Nantes.
 proche, qu'ils sillonnent sans treve, etablissant leurs camps provisoires (Gaillard 1982 : 44) (7).

Des Haitiens ont dans leurs familles un aieul qui s'est illustre dans ce genre de situations.

Eh bien, tu vois, l'arriere-grand-pere de M., du cote de son pere, a du marronner en Jamaique. Il s'etait dispute avec un Marine qui se baignait dans la riviere ri·vière  
n.
A necklace of precious stones, generally set in one strand.



[French rivière (de diamants), river (of diamonds), from Old French rivere, from Vulgar Latin
 qui passait sur son terrain et ca s'est mal termine : il a tue l'Americain (Elise M., 2 aout 2005, Port-au-Prince) (8).

Cette association continue entre le present des Cacos et le passe des marrons etait egalement bien rendue par l'illustration couvrant un ouvrage paru en 1932 (Figure 2), intitule in·tit·ule  
tr.v. in·tit·uled, in·tit·ul·ing, in·tit·ules Chiefly British
To give a designation or title to (a legislative act, for example).
 La legende du dernier Marron et consacre a Charlemagne Peralte. Il reste cependant a determiner, ce que nous aborderons par la suite, comment cette illustration est exemplaire d'une reinterpretation re·in·ter·pret  
tr.v. re·in·ter·pret·ed, re·in·ter·pret·ing, re·in·ter·prets
To interpret again or anew.



re
 d'intellectuels qui ont puise dans le passe des clefs de lecture pour rendre compte d'une situation presente (9). Ces types de reinterpretations conservent le sens premier du marronnage : la fuite comme pratique alternative face a la coercition. Le contexte politique et social n'est plus celui des plantations et de l'esclavage. Cependant, la continuite historique reside dans les rapports conflictuels entre les gouvernements successifs de la Republique de Port-au-Prince et le peyi andeyo, pays en dehors DEHORS. Out of; without. By this word is understood something out of the record, agreement, will, or other thing spoken of; something foreign to the matter in question.  (Barthelemy 1989), expression designant cette population mise a l'ecart, parfois combattue de diverses facons. De fait, il s'agit bien d'un contexte propice a la transmission de savoir-faire en matiere de ripostes face a l'agresseur. D'un phenomene historique, le marronnage se serait donc mue en une competence sociale : etre rompu a la fuite, comme s'il s'agissait d'une pratique coutumiere, comme << l'echo profond d'une experience ancienne >> (Chivallon 2004 : 412) (10).

Des lors, devant la permanence d'un contexte sociopolitique conflictuel, les pratiques de resistance, dont l'origine remonte a l'epoque esclavagiste, se trouvent couramment mobilisees et retravaillees pour eviter ou contrecarrer l'agresseur (11). La question de l'historicite du marronnage peut etre ainsi posee : peut-on utiliser ce terme pour designer tout phenomene similaire pratique apres 1804 et s'apparentant a la fuite comme forme forme (form) pl. formes   [Fr.] form.

forme fruste  (froost) pl. formes frustes   an atypical, especially a mild or incomplete, form, as of a disease.
 de reponse a l'oppression ? Au-dela du role prescriptif de l'histoire indiquant que le marronnage ne peut exister qu'en presence du systeme colonialiste, comment cette pratique futelle mobilisee ? Comment retracer le parcours de ses usages, a la fois comme categorie pratique et comme categorie d'analyse ?

On distinguera tout d'abord deux orientations relatives a ces usages du passe. D'une part, il est reconduit a travers une pratique suffisamment experimentee et transmise entre pairs pour se muer en une competence, dont l'efficacite n'est pas dans le dire mais dans le faire, ce qui n'exclut pas que cette competence et ses diverses formes aient ete effectivement nommees. D'autre part, l'autre usage du passe prend la direction d'un discours qui met en forme cette competence, lui donne le statut d'une realite tangible en lui conferant une legitimite, celle de la continuite historique, tout en permettant parallelement d'avoir sur elle une emprise em·prise  
n.
1. A chivalrous or adventurous undertaking.

2. Chivalrous daring or prowess.



[Middle English, from Old French, from feminine past participle of emprendre,
 : celle du pouvoir de nommer. A partir de ces deux orientations prealables, c'est sur le plan de la memoire et sur l'analyse de ses registres explicites a differents niveaux que peuvent etre retraces les parcours et cheminements de ces usages du passe.

La premiere direction est celle empruntee par la memoire collective qui, selon Halbwachs, ne retient du passe que ce qui est vivant (1997 : 131) et nous ajouterions, pour ce qui est du marronnage, que ce qui est vecu. Il releverait donc d'une memoire de l'experience, en tant que modele de comportement transmis, disponible et mobilisable. La deuxieme orientation serait celle qui determine la place du marronnage dans la memoire officielle, definie comme << le resultat d'une instrumentalisation des signes destines a confirmer une representation du corps social. Sa visee reste la maitrise du corps social, meme quand il s'agit de corriger-reformer la vue developpee par les predecesseurs >> (Chivallon 2002 : 608). A partir de cette definition, nous verrons comment l'evolution de la memoire officielle serre au plus pres les modifications du paysage politique haitien et rend rend  
v. rent or rend·ed, rend·ing, rends

v.tr.
1. To tear or split apart or into pieces violently. See Synonyms at tear1.

2.
 donc visible les interets qui s'y jouent. La legitimation des forces et des clans politiques pour le pouvoir dessine, par une certaine orientation du savoir historique, une memoire officielle, de fait univoque, car indexee aux necessites de la construction d'un nationalisme haitien. Ce principe de linearite de la memoire fut renforce alors meme que l'indigenisme provoqua une mutation dans les contenus de l'ideologie nationale, qui passa d'abord par une relecture du role respectif de chacun des corps sociaux s'etant illustre pendant la periode revolutionnaire (1791-1803), relecture qui fut mise en oeuvre par l'ecole historique haitienne.

[FIGURE 2 OMITTED]

Du statut changeant du marronnage a la construction de memoires plurielles

Dans l'historiographie haitienne du XIXe siecle, le culte des peres fondateurs (Toussaint Louverture, Dessalines, Christophe et Petion), a l'issue d'une concurrence CONCURRENCE, French law. The equality of rights, or privilege which several persons-have over the same thing; as, for example, the right which two judgment creditors, Whose judgments were rendered at the same time, have to be paid out of the proceeds of real estate bound by them. Dict. de Jur. h.t.  entre ces heros nationaux instrumentalises comme figures tutelaires de clans politiques rivaux, l'a finalement emporte au detriment d'une presence du marronnage et des marrons les plus connus (Celius 2004a : 46). En effet, la proximite historique et ideologique entre le marronnage et les mouvements de contestation populaire de la premiere moitie du XIXe siecle a eu pour effet d'orienter une lecture inegale sur le role effectif des divers acteurs impliques dans le processus revolutionnaire et l'independance de 1804 (Bechacq 2006). L'historiographie haitienne du XIXe siecle conferait aux seuls chefs militaires les lauriers de l'independance nationale, gommant ainsi le role des neg mawon, car reconnaitre au << populaire >> un role dans l'histoire n'etait pas envisageable dans la perspective fixee alors.

Au XIXe siecle, l'histoire est consideree comme une necessite, notamment pour les besoins d'une bonne n. 1. A female servant charged with the care of a young child.  gouvernance et pour une marche assuree dans la voie de la civilisation. Cette necessite serait meme au fondement de l'avenement de l'ecole haitienne d'histoire ; ses principaux protagonistes y trouvent la, en tout cas, l'une des justifications de leurs entreprises (Celius 2004b : 187-188).

Il ressort de cette tendance et du principe selon lequel le passe s'ecrit au present, que l'historiographie etait orientee en fonction des interets de ceux qui, tout en etant destines a ecrire cette histoire nationale, etaient engages dans les luttes politiques du moment.

Les historiographes, les memorialistes ou les chroniqueurs, lorsqu'ils ont joue un certain role dans les evenements dont ils racontent l'histoire ont alors une memoire, pour ainsi dire, unilaterale ... En outre ou·tré  
adj.
Highly unconventional; eccentric or bizarre: "outré and affected stage antics" Michael Heaton.
, Madiou, Ardouin, comme Michelet, prenaient contact avec les vestiges vivants des politiques et y avaient plus ou moins participe autrefois (Pressoir et Trouillot 1953 : 143) (12).

En Haiti, cette histoire a debute avec l'independance du premier janvier 1804. Cette date fondatrice a ete posee par certains comme le point de depart, le point zero d'une histoire proprement haitienne (discute par Celius 2004a : 46). Il s'agissait d'asseoir un pouvoir politique dont le fonctionnement ne pouvait cependant faire table rase des heritages coloniaux et dont la legitimite devait etre demontree, voire affirmee aux yeux des Haitiens. L'historiographie haitienne, en accompagnant cette entreprise par la mise en place progressive d'une memoire unifiee, coherente et continue, temoigne alors des luttes qui traversent l'histoire haitienne. Ainsi, quand l'histoire fait office d'annexe savante du pouvoir politique, la manipulation des sources et des donnees historiques s'organise selon des interets specifiques et l'ecriture de l'histoire se revele, au final, comme une lecture des rapports de force qui traversent le paysage social haitien : rapports de classe, rapports de race, etc. Michel Hector releve, au sujet du role devolu aux mouvements de contestation populaire du XIXe siecle, une dynamique historiographique dependante de conjonctures politiques.

C'est a travers le prisme deformant de l'histoire vue d'en haut, particulierement dans la perspective des luttes pour la conquete des positions au sommet du systeme politique, que les sources habituelles nous fournissent des donnees fragmentaires. Le populaire est plutot percu comme objet de manipulation et non ET NON. And not. These words are sometimes employed in pleading to convey a pointed denial. They have the same effect as without this, absque hoe. 3 Bouv. Inst. n. 2981, note.  comme sujet a part entiere, meme s'il ne se manifeste pas partout de la meme facon (Hector 2000 : 102) (13).

On peut des lors observer que marronnage et mouvements populaires partagent le meme sort historiographique : leur role effectif en tant qu'acteurs politiques est amoindri, voire passe sous silence, ou detourne au profit d'une histoire des grands hommes s'ecrivant sur le mode patriotique et evenementiel. Si, en aval, ces conditions de productions de l'histoire donnent des indices relatifs a la construction d'une memoire nationale officielle, quelles sont en amont les conditions de diffusion de cette histoire ?

Le prealable a la question de la diffusion de l'histoire en Haiti, et qui perdure per·dure  
intr.v. per·dured, per·dur·ing, per·dures
To last permanently; endure.



[Middle English perduren, from Old French pardurer, from Latin
 jusqu'a nos jours, est le probleme de la langue langue  
n.
Language viewed as a system including vocabulary, grammar, and pronunciation of a particular community.



[French, from Old French; see language.]
 (Price-Mars 1959 : 90). Les ouvrages a vocation historique ecrits en francais ne sont pas destines a la grande majorite des Haitiens qui, ne beneficiant pas d'un enseignement scolaire efficace, sont analphabetes et dont la langue d'usage est le creole (14). Cette situation ne favorise pas la democratisation Noun 1. democratisation - the action of making something democratic
democratization

group action - action taken by a group of people
 du savoir, notamment historique. De plus, Gerard Barthelemy rappelle justement qu'au regard des difficiles conditions de survie pour nombre d'Haitiens << natif natal >> (ceux qui sont nes et restes sur l'ile), la connaissance de l'histoire n'est pas de celles qui aident directement l'existence quotidienne.

Si l'on resume les principaux elements de cet entretien, on s'apercoit que, pour le paysan haitien d'aujourd'hui, le veritable probleme n'est pas tant l'esclavage, percu comme une contrainte parmi d'autres dans le passe et qu'on peut se permettre d'oublier (parce qu'on l'a vaincue ?) que le dur apprentissage de l'autonomie de survie ... (Barthelemy 2004 : 130).

Des lors, les interrogations sur les conditions et les orientations politiques et ideologiques de l'historiographie haitienne doivent prendre en compte ces facteurs sociaux qui permettent d'interroger a nouveau la portee reelle d'une ecriture de l'histoire et de son produit, la memoire historique, mise en scene dans les livres et notamment dans les manuels scolaires. Entre ceux qui n'ont pas acces au savoir et qui perpetuent un rapport pragmatique a l'histoire, le << pays en dehors >> et ses strategies de resistance, ceux qui ont acces a ce savoir, ecoliers, etudiants, et ceux qui le produisent, elite lettree et futurs ideologues de la nation, comment s'organisent les usages sociaux du passe ?

Les manuels scolaires sont un espace d'ecriture ou se joue une certaine idee de l'histoire, sa diffusion et sa reception. Nous avons observe que marronnage et mouvements populaires partagent le meme sort historiographique. Parallelement, le caractere patriotique de cette histoire, reveille a la faveur de l'occupation americaine, fut encourage par une loi votee en 1921 qui, << considerant que l'education civique d'une nation depend pour une large part de la connaissance raisonnee de son histoire >>, inscrivit dans les epreuves scolaires du secondaire une composition d'histoire haitienne. L'institution Saint-Louis de Gonzague commanda a cet effet un manuel a Justin-Chrysostome Dorsainvil, publie en 1934 pour le compte des Freres de Hnstruction Chretienne. Dans cet ouvrage, les rares evocations du marronnage sont politiquement connotees. << Pour rester dans la verite vé·ri·té  
n.
Cinéma vérité.
, il faut noter cependant que, chefs de revoltes et distributeurs de poisons mis a part, la masse des esclaves souffrait en silence et ne pensait que rarement au droit [French, Justice, right, law.] A term denoting the abstract concept of law or a right.

Droit is as variable a phrase as the English right or the Latin jus. It signifies the entire body of law or a right in terms of a duty or obligation.
 de tous les hommes a la liberte >> (Dorsainvil 1934 : 65). Cette verite suggere que le sentiment de liberte n'etait l'apanage que de quelques hommes privilegies, pour ne pas dire une elite formee au commandement d'esclaves marrons (15).

Ce manuel scolaire aurait cependant eu du succes en raison de son caractere pedagogique et de ses abondantes illustrations, si bien qu'il << a exerce une influence profonde sur la jeunesse
''Note: This article title may be easily confused with Lajeunesse.


La Jeunesse, or New Youth (Chinese: 新青年; Pinyin: Xīn Qīngnián 
 scolaire, non seulement par ses qualites propres, mais [egalement par] la grande diffusion qu'il a eue necessairement a cause de la grande clientele des Freres de l'Instruction Chretienne >> (Pressoir et Trouillot 1953 : 282). L'identite des commanditaires de ce manuel interroge les orientations ideologiques qui ont guide cet enseignement de l'histoire en Haiti. En tant que support de memoire historique, quelle a ete l'influence de cet ouvrage sur les generations successives d'ecoliers haitien ? Que suggere la longevite de ce manuel, qui etait encore en circulation au moins jusqu'en 1986 ? Pour ce qui est des problemes poses par la transmission de l'histoire dans les pays postcoloniaux, Frantz Fanon Frantz Fanon (July 20, 1925 – December 6, 1961) was an author from Martinique, essayist, psychoanalyst, and revolutionary. He was perhaps the preeminent thinker of the 20th century on the issue of decolonization and the psychopathology of colonization.  a tres justement remarque re·marque  
n.
1. A small mark or sketch engraved in the margin of a plate to indicate its stage of development prior to completion.

2. A print or proof from a plate carrying such a mark.
 :

Aux Antilles, le jeune Noir, qui a l'ecole ne cesse de repeter << nos peres, les Gaulois >>, s'identifie a l'explorateur, au civilisateur, au Blanc qui apporte la verite au sauvage, une verite toute blanche ... Peu a peu, on voit se former et cristalliser chez chez  
prep.
At the home of; at or by.



[French, from Old French, from Latin casa, cottage, hut.]

chez
prep

at the home of [French]
 le jeune Antillais une attitude, une habitude hab·i·tude  
n.
A habitual tendency or way of behaving. See Synonyms at habit.



[Middle English, from Latin habit
 de penser et de voir, qui sont essentiellement blanches. Quand, a l'ecole, il lui arrive de lire des histoires de sauvages, dans des ouvrages blancs, il pense toujours aux Senegalais (Fanon 1971 : 120) (16).

Dans le contexte haitien, quels ont ete les effets sur le long terme des possibles identifications au regard de la repartition re·par·ti·tion  
n.
1. Distribution; apportionment.

2. A partitioning again or in a different way.

tr.v. re·par·ti·tioned, re·par·ti·tion·ing, re·par·ti·tions
To partition again; redivide.
 qualitative des roles historiques, entre des chefs d'Etat glorifies et des chefs de revoltes et des marrons devalorises, et a la lumiere d'une verite historique ecrite en majorite par une elite lettree mulatre, enseignee par des pretres catholiques blancs ?

L'interpretation de Dorsainvil, qui evaluait et mettait en contraste l'inertie de la masse des esclaves a la lumiere du role, heureusement eclaire, de ses chefs dans l'insurrection de 1791 (Boukman, Jean-Francois, Jeannot, Biassou, etc.), s'inscrivait cependant dans ces productions intellectuelles qui, apres l'occupation americaine, envisagerent sous un angle nouveau leur histoire nationale. Cela se traduisit dans l'historiographie par une redistribution des roles des acteurs historiques impliques dans le processus revolutionnaire ayant conduit a l'independance. Cette evolution dans la construction de l'histoire, si elle passe par l'adoption de nouveaux contenus ideologiques, reste fidele au principe ayant gouverne jusque-la l'historiographie haitienne, qui epouse les formes mouvantes du patriotisme, comme dans d'autres configurations nationales.

Il faut l'intervention d'un discours qui instaure un ordre intelligible dans un univers autrement trop heterogene ... Le discours identitaire sur le temps Le Temps is one of Switzerland's leading daily newspapers. The French language newspaper is published in Geneva and has editorial offices in Geneva, Lausanne, Berne and Zurich.  est ainsi lie a la necessite pour un groupe de se donner une image de lui-meme, de se representer ... La fonction du discours identitaire portant sur le temps est une fonction d'integration et de perpetuation de la communaute (Poirier 2000 : 81-82 cite par Chivallon 2002 : 602, souligne par nous).

Il s'agissait pour les acteurs du mouvement indigeniste, avec leurs productions intellectuelles et artistiques, de comprendre l'echec de la politique en 1915 en apprenant a connaitre, pour pouvoir les faire participer, les larges categories d'Haitiens jusque la marginalises : ouvriers, paysans, chomeurs, etc. << Mais ce qui domina ce mouvement, ce fut l'accent que certains mirent sur l'importance d'associer le plus grand nombre a la renaissance "La Renaissance" is the national anthem of the Central African Republic., adopted upon independence in 1960. The words were written by the then Prime Minister, Barthélémy Boganda.  nationale. L'etude du folklore haitien determina un veritable engouement pour l'ethnographie traditionnelle >> (Price-Mars 1959 : 98). Cependant, la somme des savoirs ainsi constitues par l'intelligentsia haitienne, en decrivant des realites en nom et place des populations etudiees, ne fit que renforcer des rapports de pouvoir deja inegaux (selon le schema de Bourdieu 1981), puisque la somme des savoirs compiles ne pouvait etre diffusee aupres du plus grand nombre en raison, notamment, de l'indigence des moyens d'education. Le discours identitaire sur le temps, initie par le mouvement indigeniste, systematise Verb 1. systematise - arrange according to a system or reduce to a system; "systematize our scientific knowledge"
systematize, systemise, systemize

order - bring order to or into; "Order these files"
 par l'ecole historique haitienne, puis instrumentalise par l'ideologie noiriste, passa par la revalorisation de la culture populaire, du vodou et de leur poids dans l'histoire (17). Pour Jean Price-Mars par exemple, << 1804 est issu du vodou >> (Geggus 1992 : 60). Par cette << politisation indigeniste des faits de culture >> (Giraud 1999 : 375), qui concerne egalement aujourd'hui les Antilles francaises, le culte vodou et le marronnage, dont les filiations potentielles furent apprehendees a partir du paradigme de la resistance, devinrent des allies naturels dans le champ des luttes politiques revolutionnaires (18). La figure du marron incarnait ces corps sociaux marginalises puis mis au centre de l'histoire. L'appropriation par l'elite de cette figure, devenue alors heroique, presentait egalement l'avantage d'une identification confortable et valorisante. Si les Cacos resistaient, au peril de leur vie et armes au poing, aux Marines americains, << dans les villes, pacifiquement, et sous une autre forme, la resistance s'incama dans un renouveau de la valeur indigene ... On reprit des etudes historiques pour faire revivre les gloires du passe >> (Price-Mars 1959 : 97). Cette figure du marron, incarnation de cette << valeur indigene >>, permettait de renouer les fils avec ce passe : la resistance interne etait alors envisagee de facon positive, puisque l'agression venait de l'exterieur.

Cependant, cette redistribution qualitative des roles historiques n'en etait pas moins tributaire des interpretations dessinant un regime d'historicite specifique, entendu comme << la modalite de conscience de soi d'une communaute humaine >>, cette notion devant permettre de << mettre en lumiere des modes de rapport au temps >> (Hartog 2003 : 19-20). L'histoire fut invoquee pour redessiner une image de soi, celle de la nation haitienne : << le populaire >> (19) fut retravaille par de nouvelles interpretations en vue d'elaborer un nouvel ordre social et politique. L'ecole historique haitienne a eu sa part dans ce processus de refondation d'une histoire nationale, ce qui lui fut reproche par la suite etant donne les accointances ideologiques avec les nouveaux detenteurs du pouvoir politique en Haiti.

La soi-disant << ecole haitienne >> (Edner Brutus, Jean Fouchard) voit le marronnage comme un phenomene de contestation permanente, qui a permis l'aboutissement de la revolution haitienne ... Cette interpretation recele en elle-meme un postulat controverse dans la construction des << lectures >> de l'histoire d'Haiti : a savoir, les Negres marrons, pour ne pas dire les << masses populaires >>, representeraient les acteurs legitimes de l'independance. Ce postulat populiste rejoint evidemment le populisme << noiriste >> de Francois Duvalier ... (Lucas 2002 : 18) (20).

Cette alternance dans la construction de la memoire accompagnait les nouvelles orientations de la politique haitienne. Jusqu'au milieu des annees 1940, le pouvoir politique etait en majorite tenu par les mulatres. A partir de Dumarsais Estime (1946-1950), la mouvance noiriste l'emporta et s'installa durablement avec l'election puis la dictature de Francois Duvalier (1957-1971). Des le debut des annees 1940, les mises en scene de la culture populaire se multiplierent dans les lieux de divertissements bourgeois de Port-au-Prince, souvent sous la houlette du Bureau national d'Ethnologie (Oriol, Viaud et Aubourg, 1952 ; Goldberg 1981 ; Bechacq 2004). Pour ce qui est de l'enseignement de l'histoire, le patriotisme survecut au depart des Marines americains en 1935. Une loi du 29 decembre 1948 reglementant l'Universite d'Haiti avait pour article premier : << L'instruction publique en Haiti est libre. Elle a pour base essentielle la religion, la morale, l'amour de la Patrie La Patrie was a Montreal, Quebec daily newspaper founded by Honoré Beaugrand on February 24, 1879. It became a weekly in 1957 and folded in 1978.

Its political affiliation was originally Liberal, but Beaugrand officially broke with the party in 1891 and the paper
 >> (Pressoir 1950 : 67). L'accent etait notamment mis sur l'inculcation d'un nationalisme noir, un quart du programme etant consacre aux << races de l'Afrique >> (58) dont l'enseignement allait etre dispense par Lorimer Denis Denis, king of Portugal: see Diniz. , tete pensante de Francois Duvalier des leur collaboration dans la revue Les Griots.

A partir de cette impulsion impulsion /im·pul·sion/ (im-pul´shun) blind obedience to internal drives, without regard for acceptance by others or pressure from the superego; seen in children and in adults with weak defensive organization.  politique, et au regard du chemin parcouru par le marronnage dans les sillons ecrits par l'histoire haitienne, comment circonscrire les influences qui circulent entre les differentes formes memorielles : entre des pratiques de resistance experimentees sur la longue duree et une ecriture de l'histoire qui les ignore puis les rend visibles en fonction d'interets politiques et de visees ideologiques ? Si l'on garde a l'esprit que le marronnage, en tant que pratique continue de resistance, releve de la memoire collective, sa reappropriation par les scribes de la memoire historique et officielle permet de la renouveler par une vision << d'en haut >>. La selection d'elements saillants dans cette memoire collective, du moins ceux qui font sens pour le plus grand nombre, comme le marronnage, hisse ce dernier a un niveau de visibilite qui caracterise la memoire historique et officielle. Cet enchevetrement de memoires, devenues concurrentes par les effets du discours et les necessites du politique, rend difficiles les analyses visant a les distinguer (Chivallon 2004 : 421). De plus, la memoire comme la tradition posent un probleme a partir du moment ou elles sont mises en discours : le pouvoir performatif de l'action de designer ce qui releve de la memoire et ce qui n'en releve pas cree du meme coup une hierarchie implicite mais aux effets bien reels, comme nous le verrons par la suite avec la statue du Marron inconnu.

A cote de ces reinterpretations locales, ou le savoir et le pouvoir tendent parfois a se confondre en une mystification mys·ti·fi·ca·tion  
n.
1. The act or an instance of mystifying.

2. The fact or condition of being mystified.

3. Something intended to mystify.

Noun 1.
 de << l'Histoire >> et de la << Culture >>, coexistent d'autres relectures. Dans le champ litteraire et universitaire, le marronnage devient une notion signifiante pour relire les strategies d'adaptation des populations assujetties. Roger Bastide Bastides are fortified[1] new towns built in medieval Languedoc, Gascony and Aquitaine during the thirteenth and fourteenth centuries, although some authorities count Mont-de-Marsan and Montauban, which was founded in 1144,[2] as the first bastides. , avec l'expression << marronnage ideologique >>, qualifie le mythe de la negritude Negritude

Literary movement of the 1930s, '40s, and '50s. It began among French-speaking African and Caribbean writers living in Paris as a protest against French colonial rule and the policy of assimilation.
 comme etant la recreation d'une Afrique imaginee dans un contexte segregatif (Bastide 1967 : 219). Dans la litterature caribeenne, le marronnage est aborde comme l'expression la plus aboutie d'une sociabilite construite a partir du refus des rapports de domination. Rene Depestre definit ainsi sa vision du << marronnage ideologique >>.

L'histoire socioculturelle des masses asservies de l'hemisphere occidental est globalement l'histoire du marronnage ideologique qui leur permit non pas de reinterpreter l'Europe de l'epee, de la croix La Croix is a French, Roman Catholic, daily newspaper. It is published in Paris and distributed throughout the country, with a circulation of just under 100,000. It is neither explicitly liberal or conservative on major political issues, but follows the Church's position  et du fouet, mais de faire preuve d'heroique creativite, pour reelaborer douloureusement des nouveaux modes de sentir, de penser et d'agir (Depestre 1980 : 99, cite par Barthelemy 1998 : 69).

Le marronnage peut effectivement etre mobilise dans les relectures politiques de l'histoire, et notamment avec ses expressions marxisantes : l'univers de la plantation etait au capitalisme naissant ce que le marronnage etait aux rapports, non seulement de classes, mais egalement de races. Le marronnage haitien, vu comme experience historique exemplaire ayant contribue a l'emergence d'une conscience noire, avait egalement inspire la negritude (21) et le marronnisme, ce dernier pouvant etre compris comme l'idealisation d'un marronnage revisite selon une logique d'identification (Glissant 1997). A cet egard, Marie-Jose Jolivet montre que la relation entre memoire historique et memoire collective, au sujet du schoelcherisme et du marronisme, est paradoxale. << Denoncer le raturage et l'amnesie, c'est avant tout deplorer que la memoire collective ne soit pas ce qu'on voudrait qu'elle soit, c'est-a-dire cette memoire historique que l'on fait aujourd'hui sortir de l'ombre ou la rejetait l'histoire officielle >> (Jolivet 1987 : 306).

Appliquee au contexte haitien, cette amnesie a ete corrigee en partie, comme on l'a vu precedemment avec la redistribution des roles historiques. Aujourd'hui, certaines des grandes figures du marronnage haitien ont ete sorties de l'ombre (Midy 2003 ; Moise 2003). Mais il n'empeche que le paradoxe vaut egalement avec l'exemple haitien : comment le marronnage peut-il etre mobilise dans autant de configurations memorielles en fonction des circonstances et des epoques et aboutir ainsi a des interpretations concurrentes ? Du statut d'element neglige dans l'historiographie haitienne du XIXe siecle a celui de valeur cardinale d'une histoire indigeniste et noiriste de la revolution haitienne, est-il possible de relever d'autres modalites d'usage de cette histoire du marronnage, et par la meme du << populaire >>, qui se degageraient de ces dichotomies : deni versus reconnaissance, manipulation versus autonomie ?

Il peut certes cer·tes  
adv. Archaic
Certainly; truly.



[Middle English, from Old French (a) certes, perhaps from Latin ad cert
 paraitre louable de donner aux phenomenes subversifs, du marronnage aux mouvements des Cacos, une visibilite et une presence historiographique consequentes a une reevaluation de leur role plus proche de la verite historique. Il reste cependant a determiner l'objectif qui preside a une telle intention, des lors que celle-ci s'insere dans une volonte politique visant la modification "La Modification" (1957) (English title: "Second Thoughts") is a novel by Michel Butor. It is the author's best-known work and is widely considered as one of the most important French novels of the 20th century.  de la memoire officielle et, a terme, une modification du statut des populations concemees par cette histoire revisitee. Comme le remarque Tzvetan Todorov Tzvetan Todorov (Bulgarian: Цветан Тодоров) (born on March 1 1939 in Sofia) is a Franco-Bulgarian philosopher.  au sujet du culte de la memoire qui marque les temps actuels, << ces appels a la memoire n'ont en eux-memes aucune legitimite tant qu'on ne precise pas a quelle fin on compte les utiliser >> (Todorov 2004 : 52). Ces appels a la memoire, clef clef, in music: see musical notation.
clef

(French; “key” )

Musical notation symbol at the beginning of a staff to indicate the pitch of the notes on the staff.
 de voute et sommation compulsive des moments commemoratifs (22), sont-ils l'expression d'un usage specifique de la memoire ?

Cet historien distingue dis·tin·gué  
adj.
Distinguished in appearance, manner, or bearing.



[French, past participle of distinguer, to distinguish, from Old French; see distinguish.]
 deux types d'usages : l'usage exemplaire, qui << permet d'utiliser le passe en vue du present, de se servir des lecons des injustices subies pour combattre celles qui ont cours aujourd'hui >> (31-32) et l'usage litteral selon lequel << le passe sert a refouler le present >> (33). C'est a partir d'un meme noyau Noy`au´

n. 1. A cordial of brandy, etc., flavored with the kernel of the bitter almond, or of the peach stone, etc.
 dur de significations diversement interpretees que le marronnage est mobilise : que cet usage soit << exemplaire >> ou << litteral >>, c'est a partir du caractere subversif du marronnage, de sa dimension historique et heroique, que peuvent s'elaborer divers usages, qu'il s'agisse de masquer mas·quer  
n.
Variant of masker.

Noun 1. masquer - a participant in a masquerade
masker, masquerader

participant - someone who takes part in an activity
 des injustices, des rapports de domination, ou de les denoncer comme tels. Tout dependra de l'intention finale qui sollicite ce passe et du positionnement de << l'usager >> dans le paysage politique local. Il s'agit donc maintenant, apres avoir explore les differents registres memoriels ou le marronnage a ete mobilise, d'apprecier la maniere dont il investit la dimension contemporaine des relations sociales et politiques en Haiti, notamment lors des celebrations du bicentenaire de l'independance.

Du Marron inconnu au marron d'aujourd'hui : entre identifications circonstanciees et comporlements sociaux marginalises

Lors de ces celebrations, le marronnage a focalise Verb 1. focalise - concentrate on a particular place or spot; "The infection has localized in the left eye"
focalize, localise, localize

lie - be located or situated somewhere; occupy a certain position

2.
 sur lui, en tant qu'objet historique et de facon plus circonstancielle que structurelle, les tensions qui traversent les relations entre la societe et l'Etat haitien. Ces tensions s'exprimerent a travers divers usages de la memoire, dans un large spectre allant des commemorations officielles aux rumeurs populaires. S'il peut paraitre au premier abord qu'une dichotomie departage ces usages, politique/elite versus social/populaire, cela est attenue par le continuum qui relie ces deux corps sociaux dans les representations negatives qui y emergent au sujet de la figure du marron.

La concretisation la plus probante d'une recuperation recuperation /re·cu·per·a·tion/ (-koo?per-a´shun) recovery of health and strength.
recuperation,
n the process of recovering health, strength, and mental and emotional vigor.
 du marronnage par l'ideologie noiriste est la statue du Marron inconnu. Cette statue est en quelque sorte l'aboutissement, le << produit fini >> du parcours du marronnage dans la memoire officielle (Figure 3). Realisee en 1967-1968 par l'architecte et sculpteur Albert Mangones, cette statue s'inscrit dans le processus d'instrumentalisation des elements culturels populaires par Francois Duvalier, soucieux d'apporter sa pierre a l'edifice du nationalisme noir. Sur le terrain de l'histoire, cette strategie fait suite a la redistribution, evoquee precedemment, des roles des divers acteurs de la periode revolutionnaire dans l'historiographie haitienne. Cette statue apparait alors comme la materialisation de ce processus : le Marron inconnu, de par sa presence en face du palais national, attesterait de facon visible la reconnaissance officielle du role des marrons dans l'histoire (23).

[FIGURE 3 OMITTED]

Le type d'usage du passe qui se degage dé·ga·gé  
adj.
Free and relaxed in manner; casual.



[French, past participle of dégager, to disengage, from Old French desgagier : des-, de- + gage,
 de la creation de cette statue temoigne d'une patrimonialisation de l'histoire a des fins politiques. La nationalisation et la mystification des symboles populaires par le regime duvalieriste visaient a desamorcer, en brisant la dynamique du pouvoir et du contre-pouvoir, les elements potentiellement charges de valeur contestataire. La materialisation de tous les marrons, connus et inconnus, sous les traits d'une statue, signe une representation specifique de ce corps social. Ce marron, justement parce qu'il est inconnu et unique, est une figure generique et englobante dont le but est de representer une collectivite pensee comme homogene, indivisible INDIVISIBLE. That which cannot be separated.
     2. It is important to ascertain when a consideration or a contract, is or is not indivisible. When a consideration is entire and indivisible, and it is against law, the contract is void in toto. 11 Verm. 592; 2 W.
, mais egalement noire (24). Cette statue representerait donc le << peuple haitien >>, entite construite a partir du moment indigeniste par contraste avec l'elite dirigeante en majorite mulatre. L'ethnicisation de cette entite fut un prealable necessaire a l'entreprise d'elaboration du nationalisme noir haitien et, en cela, il est exemplaire de la construction identitaire specifique des Etats-nations modernes (Balibar et Wallerstein 1997 : 130-137). Le nationalisme noir haitien s'appuyait egalement sur ces signes exterieurs d'appartenance et de reconnaissance nationale : drapeau, mausolee, commemorations, fetes, etc., autant d'elements recentres autour du culte de la personnalite du chef dans le cas du duvalierisme. La statue du Marron inconnu est l'un de ces elements nationalises qui s'inscrivent dans la lignee des productions materielles patriotiques des Etats-nations. La reflexion de Benedict Anderson Benedict Richard O'Gorman Anderson (born August 261936 in Kunming, China) is a scholar of nationalism and international studies. Biography
Anderson was born in Kunming, China, to an Anglo-Irish father and English mother.
 au sujet des tombeaux du Soldat inconnu est eclairante.

Si vides que soient ces tombes de restes de depouilles mortelles ou d'ames immortelles identifiables, elles n'en sont pas moins saturees d'un imaginaire spectral national ... La signification SIGNIFICATION, French law. The notice given of a decree, sentence or other judicial act.  culturelle de ces monuments apparait avec plus de clarte encore si l'on essaie d'imaginer une tombe du Marxiste inconnu, par exemple, ou un cenotaphe des Liberaux disparus. Peut-on eviter un sentiment d'absurdite ? La raison en est que ni le marxisme, ni le liberalisme ne font grand cas de la mort et de l'immortalite. Que l'imaginaire nationaliste ait une telle preoccupation suggere une affinite profonde avec l'imaginaire religieux (Anderson 2002: 24).

Le Soldat inconnu et le Marron inconnu ont pour point pour point
n.
The lowest temperature at which an oil or other liquid will pour under given conditions.
 commun de sanctifier sanc·ti·fy  
tr.v. sanc·ti·fied, sanc·ti·fy·ing, sanc·ti·fies
1. To set apart for sacred use; consecrate.

2. To make holy; purify.

3.
 les sacrifices de milliers d'hommes pour cette idee d'un interet superieur au sort du commun des mortels qu'est la nation. Leurs sacrifices ne sont justifies que parce que la nation est projetee comme une entite eternelle, ce pourquoi, et c'est le but des commemorations, la nation leur est << etemellement reconnaissante >>. L'affinite profonde entre l'imaginaire religieux et le nationalisme apparait ici avec la flamme qui accompagne la statue du Marron inconnu et qui est dite << eternelle >> dans la designation officielle (Figure 4). Cette affinite est egalement suggeree par l'une des illustrations d'une bande dessinee realisee a la gloire des Duvalier (Figure 5). La statue du Marron inconnu sert de cadre a l'annonce du deces du dictateur avec, en toile toile  
n.
A sheer fabric, such as linen or cotton.



[French; see toil2.]
 de fond, le palais Le Palais (Breton: Porzh-Lae) is a French commune located in the Morbihan département, in the Bretagne région.

It is one of the four communes on the island Belle Île.
 national ; on peut y lire : << Le coeur du president a cesse de battre ... Mon Dieu ! C'est impossible ! >> (CONAJEC 1980 : 47).

Il ressort de l'articulation entre ces productions du nationalisme noiriste que le Marron inconnu tient un role specifique dans le dispositif memoriel duvalieriste. Comme l'a constate Elisabeth Cunin au sujet de la mise en scene de l'histoire de l'esclavage a Carthagene (Colombie), << la statue historique et touristique n'a pas seulement une fonction descriptive mais elle joue egalement un role prescriptif : elle definit une realite historique qui doit etre selon certaines normes >> (Cunin 2004 : 1). Cette realite historique est determinee ici par la norme populiste : c'est dans le << populaire noir >> qu'il faut situer la genese de la nation haitienne. De plus, l'immortalite conferee con·fer·ee also con·fer·ree  
n.
1. A participant in a conference.

2. One upon whom something, such as an honor, is conferred.

Noun 1.
 au Marron inconnu prend ici une valeur prescriptive quant au devenir du marronnage : s'il appartient au passe, il ne s'inscrit cependant plus dans une temporalite humaine car sa raison d'etre rai·son d'ê·tre  
n. pl. rai·sons d'être
Reason or justification for existing.



[French : raison, reason + de, of, for + être, to be.
 est de participer au fondement du caractere transcendant de la nation.

Ce traitement de l'histoire s'est perpetue lors de la commemoration du 23 aout 2004, jour choisi par l'Unesco comme << Journee internationale de commemoration du souvenir de la traite negriere et de son abolition en reconnaissance de l'acte fondateur de la revolution haitienne >>. Par cette commemoration, Haiti est devenue une pierre angulaire dans cette histoire globale de l'esclavage initiee par l'Unesco en 1994 avec le projet de << La route de l'esclave >>. Rappelons que le 23 aout 1791 est la date, contestee par certains historiens, de la ceremonie vodou du Bois-Caiman qui aurait donne le coup d'envoi du soulevement des esclaves du Nord de Saint-Domingue. Le discours du president de la Conference generale de l'Unesco, Michael Omolewa, prononce a l'occasion du << rallumage de la flamme eternelle au Monument du Marron Inconnnu >>, illustre bien le type de passe mobilise dans la commemoration du marronnage : << le Neg Mawon de Mangones est devenu une icone pour Haiti et il est devenu le symbole de la liberte et de l'independance a travers tous les pays de la Caraibe >> (25).

Faire jouer la corde sensible du nationalisme sur le registre religieux, en assimilant cette statue a une icone, prolonge cette sanctification d'un marron desincarne et atemporel. En lui attribuant la fonction de symbole de la liberte, le Neg mawon est intronise comme << le >> heros de l'histoire de la Caraibe. L'Unesco semble donc prolonger le processus de dehistoricisation initie par Duvalier. La dehistoricisation, en situant un fait ou un moment historique dans le temps du mythe, comme s'il avait ete toujours la, lui attribue ainsi la fonction d'element fondateur, comme ce fut le cas avec la ceremonie du Bois-Caiman. Ce rapport a l'histoire sert, en outre, une vision essentialiste : le marronnage serait, en essence, l'incarnation et le symbole de toutes les resistances pour la liberte.

[FIGURE 4 OMITTED]

Cette logique de patrimonialisation a l'oeuvre avec la creation de la statue du Marron inconnu semble relever de l'une des modalites d'usage du passe, notamment son usage litteral dont nous avons vu qu'il sert a masquer le present. Cet usage se revele avec cette forme de critique sociale qu'est la rumeur. La statue du Marron inconnu en est un exemple instructif. Pour la petite histoire, l'imaginaire populaire a reinvesti la symbolique liee a cette statue. Le 7 fevrier 1986, lendemain de l'exil de Jean-Claude Duvalier Noun 1. Jean-Claude Duvalier - son and successor of Francois Duvalier as president of Haiti; he was overthrown by a mass uprising in 1986 (born in 1951)
Baby Doc, Duvalier
 a l'etranger,

le peuple porte d'abord son attention sur les symboles du duvalierisme. Il tente de detruire la Statue du Marron inconnu ... La flamme eternelle du Marron inconnu, disait-on au matin mat·in   also mat·in·al
adj.
Of or relating to matins or to the early part of the day.



[Middle English, from Old French, sing. of matines, matins; see matins.]
 du 7 fevrier, serait alimentee par la cuisson des corps d'opposants emprisonnes dans les caves du palais. Des sacrifices humains auraient donc eu lieu, sur la base des liens puissants du dictateur avec la sorcellerie (Hurbon 1987 : 11).

Ce n'est pas tant la part de verite qu'il convient de deceler dans cette rumeur, mais bien la part de critique sociale et politique qu'elle vehicule. Cette rumeur est une forme de denonciation, sur le registre du mystique et du sens cache, d'une vision officielle du marronnage. Mais elle est surtout Sur`tout´

n. 1. A man's coat to be worn over his other garments; an overcoat, especially when long, and fitting closely like a body coat.

Noun 1.
 une facon de rappeler, de facon biaisee, les pratiques expeditives de ce pouvoir, la liquidation The collection of assets belonging to a debtor to be applied to the discharge of his or her outstanding debts.

A type of proceeding pursuant to federal Bankruptcy
 physique de plusieurs milliers de personnes. Elle permet egalement de trouver un sens a l'omnipotence de Duvalier en dotant son pouvoir de la dimension demesuree que peut conferer la manipulation de forces occultes. Cette force de l'imaginaire social, dans sa capacite a decrypter une realite politique, nous renvoie egalement aux raisons qui ont motive l'appropriation du personnage du marron sous la forme d'une statue. Au-dela du populisme qui caracterisait le regime duvalieriste, ne s'agissait-il pas de masquer ou d'amoindrir les exactions commises sous ce regime ? L'usage litteral du passe prend ici tout son sens : l'histoire peut donc bien servir a masquer le present, comme s'il s'agissait de faire diversion.

Cette statue, au gre des luttes et des circonstances politiques du moment, a focalise sur elle des usages sociaux et politiques de l'histoire dans un eventail assez large de reinterpretations. Peu avant la commemoration du 23 aout, la statue fit l'objet d'une restauration par l'Ecole Nationale des Arts (ENARTS). Puis elle fut vandalisee le 31 aout 2004, cet acte etant revendique par des partisans Lava/as, le parti de Jean-Bertrand Aristide. Ceux-ci reprochaient a la ministre de la culture, Magali Comeau-Denis, d'avoir << vole vole, name for a large number of mouselike rodents, related to the lemmings. Most range in length from 3 1-2 to 7 in. (9–18 cm) and have rounded bodies with gray or brown coats, blunt muzzles, small ears concealed in the long fur, and short tails.  le coeur du Marron inconnu >>, de l'avoir vide de sa substance car il ne s'agissait pas de la vraie statue en bronze : << Nous avons seulement tape sur le monument pour montrer que c'etait de la tole tole also tôle  
n.
A lacquered or enameled metalware, usually gilded and elaborately painted.



[French tôle, sheet metal, variant of table, table, slab
 >> (26). Cette rumeur, comme celle qui attribuait une origine a la flamme du Marron inconnu, en reinterpretant le sens donne a un objet de memoire instrumentalise, remet en question les visions officielles du passe. Est-ce pour autant que l'usage << exemplaire >> de l'histoire, celui selon lequel le passe sert a denoncer les derives du present (Todorov 2004 : 31-32), releve de la seule competence du social, du << populaire >> ?

[FIGURE 5 OMITTED]

[FIGURE 6 OMITTED]

Le Marron inconnu fait donc l'objet de reappropriation dans l'actualite des rapports de forces sociaux : chacun peut en user pour defendre une cause, se positionner dans le champ politique ou pour denoncer tout ce qui s'oppose a la liberte. Les valeurs vehiculees par le marronnage peuvent etre mobilisees par des acteurs voulant etre identifies a travers cette pratique devenue un symbole. Par exemple, un groupe contemporain de << musique traditionnelle afro-haitienne >>, dont le repertoire est inspire des rites du vodou, se nomme Makandal, du nom du celebre marron qui avait defraye la chronique coloniale de Saint-Domingue au milieu du XVIIIe siecle. Cet usage d'une figure du passe peut etre considere comme << exemplaire >> des lors qu'il s'agit d'utiliser cette identification positive, notamment dans un but politique. L'extrait d'un texte intitule << L'histoire du Lanbi >>, en expliquant le choix de ce coquillage tenu par le Marron inconnu (27) comme embleme d'une emission radiophonique haitienne de Paris, illustre ce type d'usage.
   L'embleme de l'emission Kon Lanbi se veut la representation
   picturale de notre engagement a faire de cet outil de communication
   un instrument de lutte contre toute forme de colonialisme et de
   domination. C'est aussi un moyen de mobiliser nos auditeurs/trices
   pour qu'ils brisent les chaines de l'alienation qu'une certaine
   presse contribue a maintenir au profit des pouvoirs economique et
   politique (28).


Dans cet extrait, la reference au marronnage est explicite : pendant la periode esclavagiste, le lanbi etait un moyen de communication entre les marrons. Aujourd'hui, c'est la radio qui pourrait assurer la resistance face a l'alienation intellectuelle. Aussi, certains usages des termes mawonaj, mawon, designent des situations, des acteurs ou des objets impliques dans l'action de la fuite, compris au sens physique comme au sens metaphorique. Comment apprehender la polysemie que recouvre alors le vocable << marron >> ?

A l'occasion des commemorations du premier janvier 2004 retransmises par les medias nationaux, pendant qu'Aristide declamait son discours a la tribune du palais national, environ six cents prisonniers s'echapperent du penitencier central de Port-au-Prince, evenement aussitot relaye par les medias independants, dont Radio Metropole Radio Metropole is a Haitian French language radio station based in Port-au-Prince. It is a popular station, providing news updates and other information on Haiti. External links
  • Radio Metropole online
. A l'annonce de cette nouvelle, mon hotesse haitienne, qui habitait dans un quartier populaire de Route Frere (est de Port-au-Prince), s'ecria spontanement : << Prizonye yo mawon, se neg mawon bisantne! " (29). A la suite de cette fuite massive, les animateurs des radios conseillaient aux habitants de ne pas circuler dans les rues de la capitale car les policiers et leurs acolytes y pratiquaient une veritable chasse chas·sé  
n.
A ballet movement consisting of one or more quick gliding steps with the same foot always leading.

intr.v. chas·séd, chas·sé·ing, chas·sés
To perform this movement.
 a l'homme, helicopteres a l'appui, tout en matant la manifestation menee par les etudiants en marge du quartier presidentiel (30).

L'expression << neg mawon bisantne >>, qui designe les prisonniers, associe a la fois un cadre coercitif, la prison, et un moment liberateur, l'independance a travers sa celebration. Ici, le marronnage est mobilise dans son sens premier, celui de la fuite ; le passe y sert a denoncer ce qui peut etre juge dans le present, comme une injustice, celle de l'emprisonnement. Ce remploi est en quelque sorte le noyau dur a partir duquel une pluralite de sens peut etre transmise. Mais si son usage circonstancie peut etre envisage comme la trace d'une memoire en actes, ne serait-il pas egalement la marque La Marque (lə märk), city (1990 pop. 14,120), Galveston co., SE Tex., in an agricultural and oil area; settled c.1860, inc. 1953. A residential suburb of Texas City, La Marque was originally a farm settlement and later became a railroad  d'une sociabilite particuliere, la fuite, sur laquelle diverses representations sociales se seraient greffees, loin de la symbolique positive de la resistance ?

Cette pluralite semantique peut constituer autant d'indices eclairant le contenu des representations liees au marronnage : << S'interroger sur le contenu de telle ou telle representation, c'est chercher a savoir quelle(s) fonction(s) tient tel evenement, tel phenomene ou telle idee dans l'imaginaire collectif du temps >> (Laborie 2001 : 50). Chaque emploi du terme marronnage fait reference a un contexte d'enonciation specifique. Dans son sens premier, mawonaj designe un faisceau de comportements s'apparentant a des strategies d'evitement, sorte d'echappatoire a toute emprise exterieure placant l'individu dans une situation d'obligations et de contraintes et l'incitant donc a fuir. Il apparait donc que le mawon ne fait pas exclusivement reference aux idees positives de liberte, de resistance et d'histoires exemplaires mais qu'il vehicule aussi des representations negatives. Si les modalites d'usage du marronnage et de son histoire permettent d'identifier les appartenances sociales de ses usagers, en revanche re·vanche  
n.
1. The act of retaliating; revenge.

2. A usually political policy, as of a nation or an ethnic group, intended to regain lost territory or standing.
, ces representations negatives, parce qu'elles ne s'attachent pas tant au personnage du marron qu'a son comportement, forment un continuum parmi les multiples reinterpretations du marronnage s'exprimant dans le paysage social et politique.

Ainsi, l'idee de l'opposition, de la resistance, peut etre interpretee dans un sens negatif selon les termes auxquels mawon est associe, notamment dans le champ politique. Peu avant les commemorations de janvier 2004, alors que certains reclamaient le depart d'Aristide, un slogan fut diffuse en boucle bou·clé or bou·cle  
n.
1. A type of yarn, usually three-ply and having one thread looser than the others, that produces a rough-textured cloth.

2. Fabric woven or knitted from this yarn.
 sur les radios d'Etat pour inviter les Haitiens a se presenter aux urnes : << Eleksyon wi, koudeta non, nou pap mawon anko, nou pral nan eleksyon [Election oui, coup d'Etat non, on ne va pas encore marronner, on ira voter] >>. C'est cette meme interpretation qui a prevalu dans le discours du premier janvier 2004 d'Aristide, ou seul un court passage evoquait le marronnage.
   Kidonk, baton an chanje bout !
   Baton an chanje bout !
   Yo pa nan mawon anko !
   Piske Zanset nou yo pat nan mawon anko
   Moun ki pa vie nan mawon anko
   Leve 2 men anle pou lemondantye we ...
   Ann fe yon rnod Eleksyon la a
   pou nou leve 2 men anle
   sinou pa vie al nan mawon anko
   Moun ki pa vie al nan mawon anko
   nap vote, nou leve 2 men anle
   (Aristide 2004: 20).

   [La medaille a change de face
   Ils ne sont plus des fugitifs
   voulant se comparer aux ancetres
   et qu'on se montre libre une fois et a jamais
   en organisant l'election exemplaire aux yeux du monde]


L'expression zanset nou a un sens large : il peut s'agir des peres fondateurs, des aieux divinises qui sont devenus des lwa (esprits) du vodou, des esclaves, etc. Ces ancetres qui n'etaient plus marrons pourraient designer les peres fondateurs de la patrie. Cependant, l'homogeneisation de ces figures du passe avec l'usage de cette categorie englobante, le sens relativement crypte des paroles d'Aristide et son gout gout, condition that manifests itself as recurrent attacks of acute arthritis, which may become chronic and deforming. It results from deposits of uric acid crystals in connective tissue or joints.  pour la repetition limitent la comprehension et l'interpretation de cet extrait. Ce qui s'en degage, c'est la connotation con·no·ta·tion  
n.
1. The act or process of connoting.

2.
a. An idea or meaning suggested by or associated with a word or thing:
 negative associee aux marrons, puisque ne pas voter, ce serait marronner et donc aller a l'encontre d'un pouvoir qui pretendait instaurer un ordre democratique. Cette interpretation du marronnage serait le pendant du marron vu comme un heros, comme si la lachete le disputait a l'heroisme.

Nous avons vu que ce traitement dichotomique caracterisait l'approche du marronnage par l'historiographie haitienne. Mais ces representations negatives ne sont pas du seul fait des spheres politiques et elitistes. Elles se retrouvent egalement dans certaines expressions langagieres populaires et, en cela, elles renseignent sur le marronnage dont nous avons traduit la pratique coutumiere, etre rompu a la fuite, comme relevant d'une competence sociale. Les comportements decoulant de cette pratique sont autant de strategies d'evitement dans un contexte percu comme contraignant. Et c'est ici que les representations populaires negatives du marronnage peuvent etre le fruit de deux orientations memorielles precedemment analysees : l'influence de la memoire historique et officielle enseignee a l'ecole, et celle d'une memoire en actes de cette competence sociale qu'est devenu, au fil du temps, le marronnage.

Cette competence ne concerne pas seulement celui qui fuit, qui marronne, mais egalement les autres acteurs impliques dans les relations sociales. Des lors, ces strategies sont appreciees en fonction de la position des ces memes acteurs dans les relations. Certaines d'entre elles peuvent echouer a cause de la fuite ou de l'absence de l'un des acteurs, mawon en l'occurrence. L'on dit DIT

di-iodotyrosine.
 ainsi de quelqu'un qui ne se rend pas a un rendez-vous qu'il a marronne.

Le terme marronnage peut egalement evoquer l'idee de quelque chose qui est perdu per·du or per·due  
n. Obsolete
A soldier sent on an especially dangerous mission.



[From French sentinelle perdue, forward sentry : sentinelle, sentinel +
, qui est traitre, comme la balle d'une arme : << sa'w pral fe nan lari'a tale, w pran yon bal mawon ! [Qu'est-ce que tu vas faire dans la rue La Rue may refer to:
  • Places in the United States:
  • LaRue, Ohio
  • La Rue, Wisconsin
  • People
, tu pourrais prendre une balle perdue Perdue may refer to:
  • Perdue, Saskatchewan, Canada
  • Perdue Farms, an American chicken-farming corporation
  • Perdue School of Business, in Salisbury University, Salisbury, Maryland
People with the surname Perdue
 !] >>. Sur le plan sociologique, l'usage du terme << marron >> est le signe d'un comportement et d'un statut social deprecie, comme une figure repoussoir, une sorte d'antimodele. Il peut designer quelque chose ou quelqu'un qui est gate, abime voire vereux, fourbe comme un dokte mawon (docteur) ou un avocat marron, les deux professionnels pouvant se rendre coupables de pratiques douteuses et illicites. Cet antimodele social en la personne du marron est egalement un heritage des categorisations sociales et raciales heritees de la periode esclavagiste et transmises jusqu'a nos jours. L'inferiorisation sociale se revele dans l'appreciation pejorative pejorative Medtalk Bad…real bad  du mawon quand il est synonyme de vagabon, de << va nu-pieds >>. Cette derniere expression fut utilisee dans cette bande dessinee a la gloire des Duvalier pour presenter la statue du Marron inconnu (Figure 6) et ce, a travers la formule << sublimes vanu-pieds >> qui est symptomatique des contradictions internes a l'ideologie duvalieriste : une revalorisation du populaire conservant le mode depreciatif (CONAJEC 1980 : 42). L'expression neg mawon peut egalement etre un marqueur social et phenotypique quand il s'agit de designer quelqu'un dont la peau est tres foncee : << gade le'w neg mawon [Regarde comme il est noir] >>. Le marron comme personnage antisocial antisocial /an·ti·so·cial/ (-so´sh'l)
1. denoting behavior that violates the rights of others, societal mores, or the law.

2. denoting the specific personality traits seen in antisocial personality disorder.
 n'est pas specifique a Haiti, puisqu'aux Antilles francaises il designe toujours le voyou, le bandit bandit: see brigandage.  (31). Toutes ces declinaisons sont heritees de la periode coloniale et postcoloniale, dans le sens ou elles relevent toutes du registre de la sauvagerie ou l'alterite radicale etait l'esclave bossale, ne en Afrique, tres noir, pieds nus ... et parti en marronnage.

Ces differentes reinterpretations localisees dans le creole haitien renseignent donc sur une autre dimension de ce phenomene. Loin d'un passe heroique reconduit a l'identique, notamment dans sa version officielle, nationaliste et ideale, statufiee et figee, le marronnage, tel qu'il est employe dans le langage quotidien, reflete une multiplicite de comportements et d'attitudes parfois stigmatisees. Le marron, ce n'est pas seulement ce personnage pourfendeur de l'oppression et de la servitude servitude

In property law, a right by which property owned by one person is subject to a specified use or enjoyment by another. Servitudes allow people to create stable long-term arrangements for a wide variety of purposes, including shared land uses; maintaining the
, c'est aussi un personnage habile qui peut trouver son salut dans ce que les autres acteurs engages dans ses relations sociales jugeront etre du double jeu, de la ruse Ruse (r`sĕ), city (1993 pop. 170,209), NE Bulgaria, on the Danube River bordering Romania. The chief river port of Bulgaria, it is also an industrial and communications center. , de la tromperie, de l'esquive, etc.

Ces quelques exemples montrent que les representations populaires ne se totalisent pas en un tout coherent et homogene, qu'elles sont parfois tres eloignees et beaucoup beau·coup   also boo·coo or boo·koo Chiefly Southern U.S.
adj.
Many; much: beaucoup money.

n. pl.
 plus diverses que ne peut le suggerer la construction elitiste du << populaire >> apprehende comme une collectivite indivise. Le contenu de certaines des representations que nous avons evoquees illustre au contraire la pluralite des reinterpretations et des usages du marronnage qui, tout en depassant le cadre de la memoire et de l'histoire, le completent et l'affinent.

Conclusion

Cette presence du marronnage dans le langage courant Cou`rant´   

a. 1. (Her.) Represented as running; - said of a beast borne in a coat of arms.
n. 1. A piece of music in triple time; also, a lively dance; a coranto.
2.
 est le signe d'une filiation fil·i·a·tion  
n.
1.
a. The condition or fact of being the child of a certain parent.

b. Law Judicial determination of paternity.

2. A line of descent; derivation.

3.
a.
 qui depasse la reconstruction intellectuelle et historiographique. Les usages contemporains d'un marronnage dont la signification initiale s'enrichit pour finalement traduire des situations refletant autant la pratique elle-meme que les representations et les comportements qui lui sont associes, sont une facon de reinterpreter une histoire qui se vit dans le present. Les remplois du marronnage se situent entre un pole officiel, normatif et passeiste et un pole social, creatif et perspicace, tous deux relies par une chaine de significations, parfois negatives, developpee sur la longue duree du fait d'un contexte sociopolitique coercitif recurrent.

Ces usages d'un phenomene historique construisent une pluralite de registres memoriels dont la difference tient aux usages qui en sont faits et a l'intentionnalite qui les sous-tendent. << La mesure de la fidelite au message originel n'est pas dans l'exactitude de la repetition mais au contraire dans l'ampleur de la reinvention et de la reappropriation >> (Latour 1988 : 60). Si la memoire ne retient du passe que ce qui est vivant et vecu, cette approche lineaire ne permet cependant pas de reperer les moments de rupture et les limites dans l'usage du marronnage comme categorie pratique. Par exemple, comment les Haitiens, au XIXe siecle, nommaient-ils les paysans qui s'enfuyaient devant la repression d'Etat ? Si la presence du vocable mawon dans le creole haitien actuel peut etre consideree comme la trace d'une memoire en actes, ne s'agitil pas la d'un effet retroactif advenu apres le retour du marronnage sur la scene historiographique ?

Si le marronnage en vient aujourd'hui a designer, comme categorie pratique, une multiplicite de situations, de comportements et de personnages, quelle est son efficacite operatoire en tant que categorie d'analyse ? Tout sujet d'observation qui s'apparente de pres ou de loin aux elements constitutifs du marronnage et qui necessite un tant soit peu d'analyse, peut-il etre apprehende a travers le prisme de ce phenomene historique ? Nous avons releve que le marronnage, dans le quotidien Le Quotidien is a daily newspaper in Saguenay, Quebec. The paper is owned by Power Corporation's Gesca division. External links
  • Le Quotidien French


   
, sert a rendre A RENDRE, French, to render, to yield, contracts. Profits a rendre; under this term are comprehended rents and services. Ham N.P. 192.  compte de pratiques et de situations concretes. Cependant, en tant que categorie d'analyse, le marronnage peut-il soutenir toutes les hypotheses voulant expliquer la faillite politique d'Haiti ?

Les Haitiens se croient libres en marronnant. Mais en marronnant, ils se comportent comme des esclaves conscients que l'ordre colonial n'a pas ete rompu. Ce n'est pas seulement de l'Etat marron qu'il s'agit mais aussi de l'Etat des marrons. C'est une nation marronne qui cherche une voie de sortie pour une rupture de l'ordre colonial (Pean pe·an  
n.
Variant of paean.

Noun 1. pean - (ancient Greece) a hymn of praise (especially one sung in ancient Greece to invoke or thank a deity)
paean
 2005 : 7).

La tentation est grande d'etendre au niveau de la societe haitienne le marronnage comme pratique generalisee, tant au niveau des individus, de leurs mentalites, que des structures qui sont censees les gouverner. S'il existe des savoir-faire couramment experimentes en matiere de fuite face a l'oppression, notamment au niveau interindividuel, si ces savoir-faire ont impregne l'imaginaire social au point d'en ponctuer le langage, le marronnage peut-il pour autant qualifier cette construction qu'est la nation ? De plus, designer l'Etat haitien comme etant marron revient a ignorer, de par la contradiction inherente entre ces termes, l'un des elements constitutifs du marronnage : il commence la ou s'arretent les limites de l'Etat, il ne peut exister qu'a sa peripherie. Cette intellectualisation audacieuse du marronnage, qui aurait une valeur explicative ex·pli·ca·tive  
adj.
Serving to explain; explanatory.



expli·ca
 globale, comme s'il designait egalement un etat d'esprit commun a tous les acteurs d'une communaute nationale, n'aide pas a la comprehension car elle tend a homogeneiser et a diluer le sens initial du marronnage.

References

Anderson, Benedict, 2002 [1983], L'imaginaire national. Reflexion sur l'essor du nationalisme. Paris, La Decouverte.

Aristide, Jean-Bertrand Aristide, Jean-Bertrand (zhän` bĕrtränd` ä'rēstēd`), 1953–, president of Haiti (1991, 1994–96, 2001–4). , 5 janvier 2004, << Discours de son Excellence le President de la Republique Jean Bertrand Aristide >>. Le Nouvelliste Le Nouvelliste is the name of:
  • Le Nouvelliste (Haiti), a Haitian international newspaper, based in Port-au-Prince, Haiti
  • Le Nouvelliste (Quebec), Mauricien regional newspaper, based in Trois-Rivieres, Quebec.
 (36835): 7, 20, 22.

Balibar, Etienne et Immanuel Wallerstein Immanuel Maurice Wallerstein (born 28 September 1930, New York City) is a U.S. sociologist by credentials, but a historical social scientist, or world-systems analyst by trade. His monthly commentaries on world affairs are syndicated by Agence Global. , 1997 [1988], Race, nation, classe. Les identites ambigues. Paris, La Decouverte/Poche.

Bastide, Roger, 1996 [1967], Les Ameriques noires. Paris, L'Harmattan.

Barthelemy, Gerard, 1989, Le pays en dehors. Essai sur l'univers rural haitien. Port-au-Prince, Deschamps.

--, 1998, << Le marron reconnu >>. Conjonction (203) : 65-86.

--, 2004, << Reflexions sur deux memoires inconciliables : celle du maitre et celle de l'esclave. Le cas d'Haiti >>. Cahiers d'Etudes africaines , XLIV (173-174) : 127-139.

--, 2006, << Les Noirs libres a Saint-Domingue. Esquisse d'un profil ideologique >>. Dans Giulia Bonacci, Dimitri Bechacq, Pascale Berloquin-Chassany et Nicolas Rey (dir.), La Revolution haitienne au-dela de ses frontieres. Paris, Khartala (a paraitre).

Bechacq, Dimitri, 2004, << Commerce, pouvoir et competence dans le vodou haitien >>. Cahiers des Anneaux de la Memoire (7) : 41-69.

--, 2006, << Les frontieres du vodou haitien >>. Dans Giulia Bonacci, Dimitri Bechacq, Pascale Berloquin-Chassany et Nicolas Rey (dir.), La Revolution haitienne au-dela de ses frontieres, Paris, Khartala (a paraitre).

Bellegarde, Dantes, 1937, La resistance haitienne (L'occupation americaine en Haiti). Recit d'histoire contemporaine. Montreal, Beauchemin.

Benot, Yves, 2003, La modernite de l'esclavage. Essai sur la servitude au coeur du capitalisme. Paris, La Decouverte.

Bourdieu, Pierre Bourdieu, Pierre

(born Aug. 1, 1930, Denguin, France—died Jan. 23, 2002, Paris) French sociologist and public intellectual. Bourdieu introduced the concept of cultural capital, wealth based on social status and education, noting that success in school and society
, 1981, << L'identite et la representation. Elements pour une reflexion critique sur l'idee de region >>. Actes de la Recherche La Recherche is a monthly French language popular science magazine covering recent scientific news. It is published by the Société d'éditions scientifiques (the Scientific Publishing Group), a subsidiary of Financière Tallandier.  en Sciences Sociales (35): 63-72.

Casimir, Jean, 2000, << La suppression de la culture africaine dans l'histoire d'Haiti >>. Socio-Anthropologie (8): 87-104.

Celius, Carlo Avierl, 2004a, << D'un nationalisme heroique >>. Revi Kiltir Kreol (4): 38-48.

--, 2004b, << Haiti : histoire, memoire, patrimoine >>. Cahiers des Anneaux de la memoire (6) : 187-221.

--, 2005, << Cheminement anthropologique en Haiti >>. Gradhiva (1 ns) : 47-55.

Cesaire, Aime, 1983, Cahier ca·hier  
n.
A report, especially one concerning the policy or proceedings of a parliamentary group.



[French, notebook, from Old French quaier, from Vulgar Latin *quaternum
 d'un retour au pays natal. Paris, Presence Africaine.

Chivallon, Christine, 2002, << Memoires antillaises de l'esclavage >>. Ethnologie francaise (4) : 601-612.

--, 2004, << Espace, memoire et identite a la Martinique. La belle histoire de "Providence">>. Annales de Geographie (638-639) : 400-424.

CONAJEC (Comite d'Action Nationale JeanClaudiste), 1980, Il etait une fois ... Francois Duvalier (Histoire d'Haiti. 22eme anniversaire de la Revolution Duvalieriste). Port-au-Prince et Paris, ABC/Media.

Cunin, Elisabeth, 2004, << Conter l'histoire pour compter aujourd'hui: la place des "noirs" et des "mulatres" dans les recits historiques sur Cartagena >>. Communication consultable en ligne: http:// nuevomundo.revues.org/document236.html

Debbasch, Yvan, 1961, Le marronnage. Essai sur la desertion de l'esclave antillais. Paris, PUF PUF Public Use File
PUF Parallel URL fetcher (*nix download tool)
PUF Physically Unclonable Function
PUF Northern Puffer
PUF Paid-Up-Front
PUF Preguntas de Uso Frequente (Spanish: Frequently Asked Questions) 
.

Depestre, Rene, 1980, Bonjour et adieu la negritude. Paris, Laffont.

Dorsainvil, Jean-Baptiste, 1912, Cours d'histoire d'Haiti a l'usage de l'enseignement secondaire (seconde partie : 1804-1889). Paris, Dubois et Bauer.

Dorsainvil, Justin-Chrysostome, 1934, Manuel d'Histoire d'Haiti. Portau-Prince, Deschamps.

Duchet, Michele, 1999, << Esclavage et marronnage. Le heros noir >>. Dans Marcel Dorigny (dir.), Esclavage, resistance et abolition. Paris, Editions du CTHS CTHS Cherrybrook Technology High School (Sydney, Australia) : 91-97.

Dupuis, Francis et Rafael Lucas, 2002, << Esclavage, marronnage et commemorations. Les enjeux de la memoire >>. Cahiers d'Histoire (89) : 9-11.

Fanon, Frantz, 1971 [1952], Peau noire, masques blancs. Paris, Editions du Seuil.

Fouchard, Jean, 1972, Les Marrons de la liberte. Paris, Editions de l'Ecole.

-- et Gabriel Debien, 1969, << Aspects de l'esclavage aux Antilles francaises. Le petit marronnage a Saint-Domingue autour du Cap (1790-1791) >>. Cahiers d'Amerique latine (3) : 31-67.

Gaillard, Roger, 1982, Les Blancs debarquent (1918-1919). Charlemagne Peralte, le caco. Port-au-Prince, Le Natal.

Geggus, David, 1992, << La ceremonie du Bois-Caiman >>. Chemins critiques 2(3): 59-78.

Giraud, Michel, 1999, << La patrimonialisation des cultures antillaises. Conditions, enjeux et effets pervers >>. Ethnologie francaise XXlX (3) : 375-386.

Glissant, Edouard, 1997 [1964], Le quatrieme siecle. Paris, Gallimard.

Goldberg, Alan, 1981, Commercial folklore and voodoo in Haiti. International tourism and the sale of culture. These de doctorat d'anthropologie, Indiana University Indiana University, main campus at Bloomington; state supported; coeducational; chartered 1820 as a seminary, opened 1824. It became a college in 1828 and a university in 1838. The medical center (run jointly with Purdue Univ. .

Halbwachs, Maurice, 1997 [1950], La memoire collective. Paris, Albin Michel.

Hartog, Francois, 2003, Regimes d'historicite. Presentisme et experiences du temps. Paris, Seuil.

Hector, Michel, 2000, Crises et mouvements populaires en Haiti. Montreal, CIDHICA.

--, 2002, << Les deux grandes rebellions paysannes de la premiere moitie du XIXe siecle haitien >>. Dans Yves Benot et Marcel Dorigny (dir.), Retablissement de l'esclavage dans les colonies francaises, 1802. Ruptures et continuites de la politique coloniale francaise (1800-1830). Aux origines d'Haiti. Paris, APECE/Maisonneuve et Larose : 179-199.

Hoffmann, Leon-Francois, 1990, << Histoire, mythe et ideologie. La ceremonie du Bois-Caiman >>. Etudes Creoles 13(1): 9-34.

Hurbon, Laennec, 1987, Comprendre Haiti. Essai sur l'Etat, la nation, la culture. Port-au-Prince et Paris, Deschamps/Karthala.

Jolivet, Marie-Jose, 1987, << La construction d'une memoire historique a la Martinique. Du Schoelcherisme au Marronnisme >>. Cahiers d'Etudes Africaines (107-108): 287-309.

Laborie, Pierre, 2001, Les Francais des annees troubles. De la guerre d'Espagne a la Liberation. Paris, Desclee de Brouwer.

Laguerre, Michel, 1989, Voodoo and politics in Haiti. New-York, Saint Martin's Press.

Latour, Bruno, 1988, << Le Grand Partage >>. La revue du M.A.U.S.S. (1): 27-64.

Levy, Michael, 2006, << La naissance de la paysannerie haitienne dans la periode revolutionnaire 1791-1804 >>. Dans Giulia Bonacci, Dimitri Bechacq, Pascale Berloquin-Chassany et Nicolas Rey (dir.), La Revolution haitienne au-dela de ses frontieres, Paris, Khartala (a paraitre).

Lucas, Rafael, 2002, << Marronnage et marronnages >>. Cahiers d'Histoire (89): 13-28.

Metellus, Jean, 2003 [1987], Haiti, une nation pathetique. Paris, Maisonneuve et Larose.

--, 2004, << La seconde mort de Charlemagne Peralte >>. L'Humanite, article consultable en ligne: http://www.humanite.fr/journal/2004-03-04/2004-03-04-389292.

Midy, Franklin, 2003, << Vers l'independance des colonies d'esclaves des Ameriques. L'exception haitienne >>. Dans Marcel Dorigny (dir.), Haiti, premiere republique noire. Paris, SFHOM-APECE : 121-138.

Mintz, Sydney et Michel-Rolph Trouillot, 1995, << The Social History of Haitian Vodou >>. Dans Donald Cosentino (dir.), Sacred Arts of Haitian Vodou. Los Angeles Los Angeles (lôs ăn`jələs, lŏs, ăn`jəlēz'), city (1990 pop. 3,485,398), seat of Los Angeles co., S Calif.; inc. 1850. , UCLA Fowler Museum of Cultural History The Fowler Museum at UCLA or more commonly, The Fowler is a museum on the campus of the University of California, Los Angeles (UCLA) which explores art and material culture primarily from Africa, Asia and the Pacific, and the Americas, past and present.  : 123-147.

Moise, Claude, 2003, Dictionnaire historique de la Revolution Haitienne (1789-1804). Montreal, Images-CIDIHCA (Collection du Bicentenaire).

Moreau de Saint-Mery, Mederic Louis Elie, 2004 [1797], Description topographique, physique, civile, politique et historique de la partie francaise de l'isle de Saint-Domingue. Paris, Societe francaise d'histoire d'outremer, 3 vol.

Oriol, Jacques, Leonce Viaud et Michel Aubourg, 1952, Le mouvement folklorique en Haiti. Port-au-Prince, Imp. de l'Etat.

Omolewa, Michael, 2004, << Discours a l'occasion du rallumage de la flamme eternelle au monument du Marron inconnu >>. Portal Unesco, http://www.portal.unesco.org/en/file_download.php/ bdf39d0dac6454378d6efeb181d36cb4Haiti_fr.pdf

Pean, Leslie Jen Robert, 2005, Haiti, economie politique de la corruption. L'Etat marron (t.2). Paris, Maisonneuve et Larose.

Poirier, Christian, 2000, << Memoire collective, identite et politique. La societe quebecoise et sa relation problematique avec le passe >>. Dans Christopher Rolfe et Ines Molinaro (dir.), Focus on Quebec. Further Essays on Quebecois Society and Culture. Edinburgh, GRECF.

Pressoir, Catts, 1950, L'enseignement de l'histoire en Haiti. Mexico, Instituto de geografia e historia.

--, Ernst Trouillot et Henock Trouillot, 1953, Historiographie d'Haiti. Mexico, Instituto de geografia e historia.

Price-Mars, Jean, 1959, De Saint-Domingue a Haiti. Essai sur la Culture, les Arts et la Litterature. Paris, Presence Africaine.

Proteau, Laurence, 2001, << Entre poetique et politique. Aime Cesaire et la "negritude" >>. Societes Contemporaines (44) : 15-39.

Trouillot, Lyonel, 2004, Bicentenaire. Paris, Actes Sud.

Todorov, Tzvetan, 2004 [1995], Les abus de la memoire. Paris, Arlea.

Ville de Matoury, 2004, << Biennale The name Biennale is Italian and means "every other year", describing an event that happens every 2 years. One of the most important Biennales is an art exhibition that takes place for three months in Venice — the Venice Biennale — but there are numerous others:
 du Marronnage >>. http:// www.marronnage.com/biennale/default.asp

Dimitri Bechacq

Centre d'Etudes africaines, EHESS EHESS École des Hautes Études en Sciences Sociales (Paris, France) , Paris

(1.) Une synthese de cette reflexion a ete presentee PRESENTEE, eccl. law., A clerk who has been presented by his patron to a bishop in order to be instituted in a church.  lors de la journee d'etudes doctorales organisee par Louis-Naud Pierre et le LAPSAC, a l'Universite Bordeaux 2, le 10 juin 2005. Les remarques et commentaires faits a cette occasion nous ont permis d'enrichir la reflexion. Je remercie Anne-Marie Losonczy pour ses reflexions stimulantes, Marie-Jose Jolivet et Giulia Bonacci pour leurs relectures critiques et attentives de cet article, ainsi qu'Ernst Paul Emile pour les corrections apportees sur les traductions du creole au francais.

(3.) Les mornes designent en Haiti les collines et montagnes. Ils etaient les lieux privilegies d'installation, parfois provisoire, des dokko (camps retranches de marrons, appeles palenques a Cuba, quilombos au Bresil). Dans le sud-ouest de l'ile, la foret de Macaya abritait egalement certains de ces dokko (Midy 2003).

(3.) Le corps expeditionnaire francais commande par le general Leclerc fut mis en deroute a la bataille de Vertieres le 18 novembre 1803.

(4.) << S'il fallait chercher des causes de ces guerres sociales, qui commencerent dans le Sud avec Goman en 1807, on la trouverait dans le denuement des paysans qui, n'etant pas proprietaires, ne retiraient pas assez de profits de leur labeur comme metayer. Le Code rural de 1826 eut tout le caractere et tout l'effet d'une legislation faite pour reglementer le servage ... Dans cet ordre de chose, c'etait le colonat pur et simple organise au profit des nouveaux detenteurs du sol, en attachant les ouvriers ruraux aux habitations ou ils louaient leur service >> (Dorsainvil 1912: 65).

(5.) Cacos, terme d'origine espagnole qui signifie << brigands >> (Dorsainvil 1912: 90) designe a la fois, de maniere generale, les mouvements de contestation des paysans haitiens et, de maniere plus precise, ceux qui s'opposerent a l'occupation americaine. La signification de ce terme rend bien la facon dont pouvait etre considere ce corps social par ceux qui le designaient ainsi, meme si aujourd'hui ce terme s'est dote d'une dimension heroique attenuant cette connotation pejorative.

(6.) Charlemagne Peralte (1885-1919), dont les interets familiaux etaient menaces par cette occupation, etait proprietaire foncier et ancien officier. Il devint par la suite le leader emblematique des Cacos. A la tete d'une armee de 15 000 paysans, il fut tue en 1919 par la nouvelle armee haitienne formee par les Marines americains. Sa depouille, exposee a la foule sur une porte, etait retenue sous les aisselles par une corde, lui donnant ainsi une posture de crucifie et donc de martyr, comme le rappelle le celebre tableau de Philome Obin (Mintz et Trouillot 1995: 143). Des funerailles nationales furent celebrees le 26 novembre 1934.

(7.) Nous pourrions interroger l'effet de similarite cree par la description des techniques des Cacos, apparemment proches de celles des marrons. L'usage des termes tels que << incursion >>, << rebelles >>, << camps provisoires >> peut ne pas etre neutre. Pour un apercu a·per·çu  
n. pl. a·per·çus
1. A discerning perception; an insight: "Her schmoozy but magisterial aperçus inspired widespread emulation among the young" Roy Blount, Jr.
 des pratiques d'attaques offensives des marrons, nous nous referons aux descriptions faites par Moreau de Saint-Mery (2004: 1131-1134).

(8.) Selon Yvan Debbasch, certaines iles du bassin caribeen etaient des refuges exterieurs pour les marrons (1961 : 41-56). L'usage du terme marronnage par cette Haitienne est significatif de cette continuite temporelle de la fuite qui, en tant que circulation physique de personnes entre divers territoires nationaux, peut etre egalement apprehende a travers le prisme de l'histoire des migrations.

(9.) Dans cet esprit, Jean Metellus, dans un article intitule << La seconde mort de Charlemagne Peralte >>, ou il rappelle l'auto-identification de Jean-Bertrand Aristide au celebre Caco tout en denoncant les derives autocratiques du regime de l'ancien pretre, ecrit : << Prenant exemple sur le courage de Charlemagne Peralte, les Haitiens doivent faire preuve d'un sursaut de patriotisme >> (Metellus 2004).

(10.) Christine Chivallon designait ainsi le rapport institue a l'espace a l'occasion de l'occupation d'une plantation par des paysans martiniquais a partir du debut des annees 1990.

(11.) Pendant l'occupation americaine, les Cacos recurent l'aide des habitants des campagnes. Pendant la nuit, ces derniers deposaient de la nourriture cachee dans des paquets aux carrefours des routes. Les Marines americains, connaissant la forte presence du vodou, ne touchaient pas a ces paquets habilles de telle sorte qu'ils etaient automatiquement associes aux objets du culte. De plus, les carrefours etaient et sont toujours percus et connus comme etant des lieux charges de pouvoir mystique, offrandes et sorts y etant frequemment realises (Elise M., 2 aout 2005, Port-au-Prince).

(12.) Voir egalement Dorsainvil (1934 : 202) et Price-Mars (1959 : 92). L'on peut citer Dantes Bellegarde qui, auteur auteur (ōtör`), in film criticism, a director who so dominates the film-making process that it is appropriate to call the director the auteur, or author, of the motion picture.  d'un ouvrage sur l'histoire de l'occupation americaine (1915-1934), fut ministre de l'Agriculture au debut de cette periode. A ce titre titre

titer.
, il proposa un projet de loi, qui ne fut pas votee, annulant le retablissement de la corvee par l'administration americaine (Bellegarde 1937).

(13.) Voir egalement Gaillard (1982 : 12), pour ce qui est de la manipulation du mouvement des Cacos, avant 1915, comme moyen de pression des politiciens sur le gouvernement central de Port.au-Prince.

(14.) Ce n'est pas pour autant que ces Haitiens ignorent leur histoire, bien au contraire. Un indice permettant d'apprecier la connaissance d'elements historiques nous a ete donne par un enfant ayant environ sept ans qui, lors d'une visite dans la Societe mystique de Soukri (aout 2003), haut lieu du culte vodou, opposa a notre presence la reflexion suivante : << Dessalines pa vie we blan >>, c'est-a-dire : << Dessalines ne voulait pas voir les etrangers >>.

(15.) Yvan Debbasch parle, lui, d'une << aristocratie de la liberte >> (1961 : 38) pour designer les marrons << installes >>. Son interpretation du role de la liberte quant au motif de depart en marronnage s'inscrivait en marge des theses dominantes qui, de la negritude au noirisme en passant en pas·sant  
adv.
1. In passing; by the way; incidentally.

2. Used in reference to a move in chess in which a pawn that has just completed an initial advance to its fourth rank is captured by an opponent pawn as if it had only
 par le marronisme, exaltaient la figure du marron. Debbasch relit le role effectif de la liberte au regard des << avantages >> que l'esclave pouvait tirer de sa presence et de son travail sur la plantation, si bien que << ce n'est pas de gaiete de coeur que les esclaves renoncent a une experience tranquille >> (1961 : 85). Debbasch complete cette << experience tranquille >> qu'aurait ete le travail servile d'une hierarchie implicite au sommet de laquelle se trouve l'heroisme, entre ces << marrons parasites >> qui vivent dans un entre-deux, la plantation et le marronnage, et le << vrai >> marron, << figure de beaucoup plus attachante, celle du marron qui, sans s'arreter a de tels compromis, s'ecarte des habitations et des centres urbains et accepte de se mesurer a l'inconnu >> (1961 : 89).

(16.) Pour ce qui est de l'enseignement de l'histoire generale, l'exemple antillais n'est pas tres eloigne de l'exemple haitien car ils avaient les memes sources d'enseignement. << Jusque de nos jours, les Manuels utilises sont des Manuels francais, car aucun instituteur ou professeur haitien n'a encore eu le desir ou la possibilite de rediger un Manuel d'inspiration locale. Notre enseignement de l'Histoire Generale a donc suivi des directives et les fluctuations de l'enseignement francais >> (Pressoir 1950 : 11).

(17.) Avant Jean Price-Mars, des chercheurs haitiens avaient quelque peu balise le terrain, comme Justin-Chrysostome Dorsainvil : << On percoit tout de meme deja que Dorsainvil enonce l'essentiel de ce que formulera Price-Mars : le statut de religion du vodou, sa pregnance dans la societe et la necessite de l'etudier, la critique du refus des elites de reconnaitre et de valoriser les heritages africains ... >> (Celius 2005 : 51).

(18.) Cette interpretation du role historique du vodou et du marronnage est ardemment defendue par certains intellectuels haitiens (Metellus 2003 : 135-152), mais elle a ete remise remise v. to give up something, sometimes used in quit-claim deeds.


REMISE. A French word which literally means a surrendering or returning a debt or duty.
     2.
 en cause par Leon-Francois Hoffmann (1990), par le biais d'une analyse serree de l'historiographie du Bois-Caiman. Pour Yvan Debbasch, << l'ecole historique haitienne s'est assurement attachee a demontrer l'originalite typologique du marron, en l'exaltant comme le precurseur conscient de la revolte haitienne de 1791 et en appliquant au marronnage tous les caracteres d'un sursaut final -- incontestable coloration col·or·a·tion  
n.
1. Arrangement of colors.

2. The sum of the beliefs or principles of a person, group, or institution.
 religieuse, negation NEGATION. Denial. Two negations are construed to mean one affirmation. Dig. 50, 16, 137.  deliberee de l'ordre esclavagiste -- comme s'il n'etait de veritable marronnage que suscite par la propagande vodou ... >> (1961 : 38). Nous avons precedemment analyse les enjeux relatifs a cette controverse (Bechacq 2006). Cet article est une continuite de cette reflexion.

(19.) Le << populaire >> est une notion englobante, << un fourre-tout notionnel >> (Hector 2000 : 101) permettant de denommer ce qui ne releve pas de l'elite et de sa culture, tout en gommant la diversite des categories sociales. Michel Hector delimite cette notion par l'expression << d'identites d'interets circonstancies >> (102), ce qui peut s'appliquer egalement a cette notion d'elite, tout aussi englobante mais pratique a l'usage analytique. (20.) Voir egalement Hoffman (1990 : 28)

(21.) Pour ce qui est de la negritude, nous ne retiendrons que la phrase celebre d'Aime Cesaire : << Haiti ou la negritude se mit debout et pour la premiere fois dit qu'elle croyait en son humanite >> (1983 : 24 ; voir egalement Proteau 2001).

(22.) Haiti n'a pas, bien sur, le monopole mon·o·pole  
n.
A magnetic monopole.



monopole  

The minimal region for which lines of force, as from an electric or magnetic field, either all enter or all leave the region.
 de la mise en scene de la culture populaire et de la patrimonialisation de son histoire. Entre autres exemples relatifs au marronnage, citons la << Biennale du Marronnage, festival culturel valorisant les arts et les traditions populaires heritees du passe >>, dont la creation en 1998 en Guyane s'inscrit directement dans le sillage du cent-cinquantieme anniversaire de l'abolition de l'esclavage. Le texte de presentation de la derniere manifestation, en 2004, argumente ainsi le rapport au passe : << La reappropriation de l'Histoire commune. Par l'instauration de la Biennale du Marronnage, la ville de Matoury se positionne clairement dans une demarche de reappropriation de ce pan sombre som·bre  
adj. Chiefly British
Variant of somber.


sombre or US somber
Adjective

1. serious, sad, or gloomy: a sombre message

2.
 de l'histoire de l'humanite, veritable devoir DEVOIR. Duty. It is used in the statute of 2 Ric. II., c. 3, in the sense of duties or customs.  de memoire >> (Ville de Matoury, 2004).

(23.) La fin des annees 1960 correspond a une ere de developpement touristique en Haiti. La creation de cette statue s'inscrit egalement dans ce contexte. Aujourd'hui, la silhouette du Marron inconnu illustre, sous forme d'embleme, de tres nombreux sites generalistes sur Haiti. Cette statue constitue l'un des points de visite incontournables de la capitale haitienne. En janvier 2004, un car transportant de jeunes touristes americains s'arreta a quelques metres de la statue. De petits groupes descendirent les uns apres les autres pour se faire photographier aux cotes du Marron inconnu, a la suite de quoi ils remonterent rapidement dans leur car.

(24.) Si telle n'avait pas ete l'ideologie sous-jacente a la creation et a la denomination specifique de cette statue, pourquoi ne pas avoir erige une statue de Makandal, marron tres connu de l'histoire haitienne ? S'agissait-il de ne pas << reveiller >> l'esprit de ce marron, qui a sa place dans le culte vodou ? La meme dynamique est, selon nous, a l'origine de l'erection de la statue de l'Indien inconnu en 1985 (elle fut renversee a la suite du depart de Duvalier fils), en hommage aux Arawaks decimes au debut de la colonisation (Celius 2004a : 16). Pourquoi ne pas avoir, dans ce souci de patrimonialisation, erige une statue, par exemple en l'honneur d'Anacaona, cacique ca·cique  
n.
1. An Indian chief, especially in the Spanish West Indies and other parts of Latin America during colonial and postcolonial times.

2. A local political boss in Spain or Latin America.
 et reine du Xaragua, trahie et tuee par les Espagnols en 1503 ?

(25.) << Discours de S. Exc. L'Ambassadeur Michael Omolewa, Delegue permanent du Nigeria aupres de l'Unesco a l'occasion du rallumage de la flamme du Marron Inconnu lors des celebrations du Biencentenaire de la fondation de la Republique d'Haiti et de l'Annee de commemoration de la lutte contre l'esclavage et son abolition >> (Omolewa 2004).

(26.) http://www.haitiinfo.org/archsept.html

(27.) Coquillage utilise comme instrument a vent et moyen de communication pour les marrons.

(28.) Source : http://cornelanbi.free.fr/histoireduLanbi.htm. Cet embleme inspire de la silhouette du Marron inconnu fut egalement choisi comme logo d'une marque de vetements, Unity Generation, creee par de jeunes Haitiens vivant a Paris. << En s'inspirant d'un passe commun, Unity invite a un partage, une reconciliation, a une vie commune. Tout un chacun s'y retrouve : ceux qui veulent construire et aller de l'avant >> (http://unityskymaif.skyblog.com).

(29.) << Les prisonniers ont marronne, ce sont les marrons du bicentenaire ! >>

(30.) L'une de ces manifestations, vue au travers de la derniere journee d'un etudiant, est au coeur du recit de Lyonel Trouillot : << Bicentenaire >> (2004).

(31.) Le film Neg Mawon (2005, J.-C. Flamand-Barny), tourne en Guadeloupe, raconte l'histoire de deux jeunes qui, refusant les regles de la societe, multiplient diverses escroqueries. D'autre part, le site Volcreole, << le forum de discussion des Dom-Tom >>, heberge plusieurs pages de debats et d'expressions consacrees au marronnage. La diversite des points de vue, l'inegale connaissance de ce phenomene comme ses diverses reinterpretations temoignent de la vivacite de cette figure du marron dans l'imaginaire collectif. Dans ce forum, le marronnage est parfois mobilise comme symbole de resistance et de revendication contre l'oppression (http://volcreole.fr/forum/sujet-11194.html).
COPYRIGHT 2006 Ethnologies
No portion of this article can be reproduced without the express written permission from the copyright holder.
Copyright 2006 Gale, Cengage Learning. All rights reserved.

 Reader Opinion

Title:

Comment:



 

Article Details
Printer friendly Cite/link Email Feedback
Title Annotation:legacy of runaway slave, or 'marronnage', in Haitian history
Author:Bechacq, Dimitri
Publication:Ethnologies
Article Type:Critical essay
Geographic Code:5HAIT
Date:Mar 22, 2006
Words:13095
Previous Article:Les Congos a Saint-Domingue: de l'imaginaire au reel.
Next Article:Du passe faisons table d'hote: le mode d'entretien des zombi dans l'imaginaire haitien et ses filiations historiques.
Topics:

Terms of use | Copyright © 2014 Farlex, Inc. | Feedback | For webmasters